Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2015

Lu sur un site internet, qui se mélange les pédales, cagaïre* va!

 j'ai du refaire:

Dans le désordre, le lexique des mots toulousains que l’on parle à l’Inquet, le marché aux puces de Saint-Sernin.

"Boulègue toi, il nous faut aller faire les commissions pour le manger",

Expli: Boulèguer: bouger, remuer.

"On se boulègue là, sinon on va se faire rouspéter“.

Dépêche, nous devons aller faire les courses au supermarché pour le repas (de midi ou du soir).

"Allez, mets les poches dans la malle, on y va".

Expli: Ils sortent du supermarché, les bras remplis de sacs de course (“les poches“;

La malle: le coffre.)

Si vous ne comprenez rien à cette phrase, c’est que vous êtes un franchimand (un français d’au-dessus de la Loire).

Franchimand: terme moqueur et péjoratif pour se moquer du Français du nord.

Expression nouvelle, je peux vous dire, que je ne connaissais pas!

Et même que, “au-dessus de Montauban, on comprend rien à ce qu'y disent! Y parlent trop “pointu“ té!

Ah cette manie de rajouter des " te " partout, té !

“Il te faut faire attention“

S’il faut: veut dire “peut-être. "S’il faut, il est déjà arrivé. Appelle-le“.

Le manger: la nourriture. "Je ne vais pas à la cantine, j’ai amené mon manger".

On dit plutôt: emmmené mon mangéé

Bon peu: beaucoup. "Mettez- moi un bon peu d’aligot mais passss tropp".

En réalité, l'aligot, on le trouve en Auvergne. Nous, c'est le confit, le foie gras, le cassoulet, ignare!

Plusssss ou moinssssss: avec le nombre de "s" qu’il faut

Cette ennée: cette année.

Il faut savoir que, le Toulousain s’étonne, ou s’espante beaucoup.

“Putain: ça mespante ce que tu me raconte, té!"

Boudu con!: Est ce vraiment nécessaire de traduire? eux, il n'ont pas mis cong avec un g; cé des pointus ou quoi?

Botch!: C’est absolument incroyable ce que tu racontes

(perso, jamais entendu cette expression!"

Il y a tchi: il y a rien ou que dalle!

C’est le pompon sur la Garonne: C’est le cerise sur le gâteau

(doit être nouvelle expression, j'ai jamais entendue!)

Cagne: la flemme.

Au taquet: à fond. Prononcez “Au taquééééé"

Bof, y a pas tant que cela de éé! on n'est pas des chèvres!

Tchaper: manger beaucoup (trop).

Non: tchaper, c'est manger – pas plus que cela. On va tchaper, on va à la graille!

Ou aussi: parler beaucoup – non  tchaper ne veut pas dire “parler beaucoup“

Les cluques: les lunettes – ben, je ne savais pas que l'on n'utilisait pas ce mot ailleurs? Grosse surprise! on apprends à tout âge!

Cagade: échec. " Le Stade Toulousain s’est pris une cagade ce week end".

Dans cette expression, il faut dire “Le Stade, il s'est prit une sacré cagade, dimanche!" Y'a que les geek qui disent week end, nous, c'est plutôt: weeekendgeu

Se perdre entre Gaillac et Rabastens: être saoûl.

On dit plutôt: il ou elle est entre Gaillac et Rabastens (deux villes du Tarn, département proche de notre Haute-Garonne où, autrefois, j'ai dis autrefois, le vin était une piquette qui tournait vite la tête, comme disait l'autre.

Carrer: s’en foutre. "J’en ai rien à carrer, (j’irai pas au boulot demain)“.

 Empapaouter: arnaquer. De l’occitan empapautar. " Papouter, outer, empapouter, outer"

Veut dire aussi: s'est fait embobiner au point de ne plus bouger, ou est totalement englué.

Ratchàs, ratchou: radin.

Peïzou: paysan. Art de désigner le plus souvent les Ariégeois. Menteur! on insulte pas les Ariégeois !et puis d'abord on dit peïzousss

Pitchou: tout petit. De l’occitan pichon, petit. S'utilise pour parler d'un enfant, garçon; la fille c'est la pitchoune

Raï: pas grave; "La vaisselle? Raï, on s’en carre“. De l’occitan rai, même sens.

Mais, on ne dit pas toujours on s'en carre. On dit “raï“ pas grave (raï, tout court est utilisé pour dire bof), pas grave, passons à autre chose.

Gnac: énergie, force. "J’ai la gnac, je suis au taquet". De l’occitan nhac.

Même si utilisé partout en France, cela s'écrit et se prononce: gnaque;

Craques: bobards. "Le collègue, il raconte des craques". De l’occitan craca.

Poutou: bisou. De l’occitan poton, baiser.

Et son bébé, on l'appelle “poutougne“ Coucou, ma poutougne! t'a bien dormi? demandez à ma fille!.....

Quéquette: sexe du petit garçon. De l’occitan quiqueta.

Tcharer: parler, discuter

Tchatcher: tcharer sans s’arrêter.

Pompette: un peu ivre.  De l’occitan pompar: s’imprégner d’un liquide

Même que quand on est pompette, on est toujours entre Gaillac et Rabastens.

La langue d’oc est  reconnue comme "patrimoine de la nation" par la Constitution Française depuis 2008.

Ha oui? ben, c'est pas trop tôt et c'est assez normal, non?

 

*Cagaïre: quand le bébé a fait caca! quand on change les couches pleines, on dit: ha, petit(e) cagaïre!

 

Toulouse, toulousain, cuisine, recettes, Occitanie, gastronomie, société

 

 

 

 

Statue de GOUDOULI, notre poète Occitan

Square Lafayette, centre ville de Toulouse

 

Les commentaires sont fermés.