Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2017

Pour les idiot-es qui mangent et vivent végan…

Vous ne voulez pas faire souffrir les animaux en ne consommant rien de ce qu'ils donnent mais, savez-vous que votre salade à hurlé de douleur lorsque on la coupée?… Toutes les plantes de la nature et, par conséquent du potager, ont mal!

Lorsqu'ils sont agressés par des insectes, certains arbres avertissent leurs congénères situés à proximité par des moyens subtils pas encore tous élucidés. En réaction à ces messages, les arbres contactés secrètent dans leurs feuilles ou dans leurs racines des substances toxiques destinées à mettre hors d'état de nuire leurs agresseurs. Certains émettent même des messages chimiques pour attirer des insectes prédateurs de leurs agresseurs.

Peut-on dire alors que les plantes ressentent la douleur? OUI!

Les stupéfiantes capacités des plantes

Elles détectent des longueurs d'ondes invisibles à nos yeux et d'une intensité imperceptible.  

Elles ont un sens du toucher très sensible. Elles sont notamment sensibles aux caresses.

Elles détectent la moindre inclinaison des branches.

Les racines captent des centaines de signaux chimiques

Elles modifient constamment leur forme et leur composition chimique.

Elles émettent des composés depuis le feuillage et des signaux chimiques depuis les racines.

Elles convoquent les insectes prédateurs de leurs agresseurs.

Elles ont un comportement social. Elles savent reconnaître les plantes de leur espèce siégeant à proximité.

C'est la fixité des plantes qui est la cause de l'extrême complexité des végétaux. Ils sont obligés de trouver des réponses métaboliques aux dangers qui les menacent. C'est pourquoi elles ont davantage de gènes que les animaux.

Les arbres ne poussent pas seulement. ils se meuvent en s'adaptant à leur environnement. Le tronc s'allonge et se ramasse pour corriger sa posture se servant de la pression qui règne en leur sein comme d'un moteur.

Les arbres possèdent des capteurs de courbure qui leur permettent de pousser droit, et pas seulement des cellules qui contiennent des grains d'amidon qui se déplacent en fonction de la gravité et qui les informent de leur inclinaison (fait découvert en 1990).

Les feuilles de tabac ingérées par les chenilles émettent des trichromes (sucre), un piège. Après ingestion, les chenilles émettent une odeur attirant la punaise et des fourmis qui remontent la piste odorante laissée par leurs déjections.

Le tremble mémorise la pression à laquelle il est soumis.

Le tabac génère également plus de 950 composés au rôle inconnu.

Des plants de maïs ont le sens de l'ouie. Leurs racines s'inclinent vers un son d'une fréquence de 200Hz.

On peut parler de neurobiologie végétale et de langage végétal.

Darwin 1880, la puissance du mouvement chez les plantes:

"C'est à peine une exagération de dire que la pointe de la radicelle ayant le pouvoir de diriger les mouvements des parties adjacentes agit comme le cerveau des animaux inférieurs."

Six raisons de chercher le cerveau des plantes dans leurs racines:

1 Les racines sont toutes interconnectées. Elles forment un réseau où circulent sans cesse information et nutriments.

2 Elles intègrent les nombreux signaux reçus.

3 Elles ont un pic d'activité électricité aux extrémités.

4 Elles échangent des signaux électriques et chimiques.

5 Elles adaptent leur croissance. Si la pointe de la racine est coupée, la croissance est uniforme.

6 Elles sont très riches en capteurs de toute sorte. Elles distinguent le haut du bas, fuient la lumière et réagissent à certains sons.

Une réponse nous est donnée par le grand Léonard de Vinci (1452-1519).

"La nature a ordonné que les êtres vivants doués de mouvements connaissent la douleur pour préserver leurs membres que le mouvement pourrait entamer ou blessé. Les êtres vivants privés de mouvement ne risquent pas de heurter d'objets susceptibles de leur nuire, la douleur n'est donc pas nécessaire aux plantes; et, par conséquent, quand on les coupe elles ne souffrent pas comme les animaux".

Ce n'est parce que les plantes ne bougent pas, qu'elles ne ressentent pas la douleur.

Informations issues d'un article de Science et Vie.

Bon, maintenant, vous pouvez commander un cassoulet toulousain ou un magret de canard, non mais!

Et faites passer à tous les bobos de pacotille!

 

 

03/04/2017

 Je viens au secours du Stade afin qu'il reprenne sa place de meilleur!

Toute la note se trouve dans le blog de mon site

http://www.josyanejoyce.com/blog/index.html

Chez nous,  à Toulouse, c'est le Stade Toulousain qui compte. N'en déplaise au Téfécé (….)

….. Les quatre ou cinq années suivantes, le Stade perdait sans cesse en finale. Un jour, j'ai eu une colère blanche. J'ai osé envoyer un fax à la fédération pour leur dire le pourquoi et le comment: “vous perdez parce que vous avez changé les couleurs du maillot de l'Equipe, il faut rester avec le noir et le rouge (qui ont toujours été les couleurs de l'équipe“).

Le Stade Toulousain: c'est Noir et Rouge, point barre.

C'est pour cela qu'il gagnait. Avec son maillot à barres longitudinales, rouge et noir de même largeur, short noir, chaussettes rouge.

Explications:

Le rouge est la couleur de la vie, la couleur du sang. Tout le monde le sait. Il est, de plus, synonyme de vivacité, de dynamisme, d'entraînement à aller de l'avant, de force et de vigueur.

Cette couleur influence celui qui le porte de la façon décrite ci-dessus mais, porter du rouge, c’est posséder une remarquable vitalité, une énergie incroyable associée au goût du risque, la ténacité et l’imagination. C'est la couleur des chefs qui ont la volonté de gagner, le goût du dépassement de soi en toutes circonstances : professionnelles, sportives, sexuelles, familiales... ils sont ceux qui foncent, bousculent tout sur leur passage. Gare à ceux qui se mettent en travers de la route des porteurs de rouge!

Concernant le noir, c'est la couleur de l'introspection, de la réflexion, du calcul du meilleur moyen de parvenir au but: elle est souvent choisie par des leaders, des chefs qui ont de la réflexion, de la force tranquille, de la stabilité, du jugement clair en toutes circonstances. Porter cette couleur “refroidit“ les ardeurs des autres. Cette couleur semble recouvrir d’une carapace de protection contre tous les excès de passion de ceux et celles qui la portent. Cela permet, d’assurer son indépendance, dominer la situation et la contrôler.

Donc: rouge et noir bien proportionnés en couleurs: autant de rouge que de noir permettent de refreiner l'énergie débridée du rouge et fortifier l'action que le noir éteint par trop de réflexion.

Si les bandes étaient horizontales, on verrait une silhouette trapue, tassée, empêchée d'envol, enfoncée dans la terre. Le fait que les bandes soient verticales donnent une silhouette aérienne, allégée: la personne allie la force de la réflexion rapide à mise en action immédiate.

Les couleurs, ont le voit, possèdent un fort effet psychologique sur celui qui les portent et ceux qui les voient, de façon totalement inconscientes. Les couleurs sont des vibrations énergiques et se mettent au diapason ou influencent notre propre vibration. Elles nous aident ou nous éliminent. Comme notre prénom et notre nom de famille ont une résonance dans l'espace, comme notre cerveau émet des ondes électromagnétiques à nulles autres pareilles dans l'espace, comme nos cœurs battent à leur rythme à nul autre pareil dans la masse des 7 milliard d'habitants de la Terre, nous émettons des vibrations individuelles qu'il convient d'harmoniser avec celles qui rayonnent autour de nous… et, il n'en manque pas: wifi, ondes radio, télé, téléphone.

Et oui, on ne s'improvise pas voyant(e), on est fait pour l'être ou ne pas être comme disait Shakespeare … et, c'est toute une histoire!

 

Pour me faire pardonner d'être Stade et pas trop TFC

toulouse,toulousain,actualité,histoire,occitanie

31/03/2017

Réflexions sur: 1968, la grippe de Hong-Kong…

Je viens de lire que les températures de certains jours de mars 2017 ont battu des records depuis 1968… l'année de mes 18 ans.

Oui, mais, je me souviens de tous ces morts de la grippe de Hong-Kong….

Alors, je me dis que la prochaine grippe hivernale, de fin d'année et début 2018 pourrait bien s'avérer aussi dramatique que celle de 1968?

 

 

15/03/2017

Au musée Fenaille de Rodez, voir

La Dame de Saint Sernin, statue en grès ocre, découverte en 1888 à Saint Sernin sur Rance, H : 1,06m

Ce sont bien les origines que racontent ces étranges statues dites à tort menhirs, qui pourtant n’ont rien de commun avec mégalithes de Bretagne, ni la taille, ni la date, ni la signification.

Encore que sur ces deux derniers points, on se perd en conjectures. La pierre n’est par définition pas datable, et comment trouver un sens à ces pierres (autrefois) dressées que l’on trouve au bord des champs ou sur le long des routes ou des cours d’eau ? dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres autour les monts de Lacaune, au sud du Rouergue, aujourd’hui département de l’Aveyron ?

C’est au début des années 1860 qu’on a commencé à s’y intéresser, à les ramasser et à les préserver. En assez grand nombre : d’une trentaine au début du XXe siècle, on est passé à une cinquantaine dans les années 1970, et environ 150 aujourd’hui dont une vingtaine est conservée au musée Fenaille de Rodez. Qui permettent des études comparatives.

Ces stèles sont en réalités des statues de personnages, de face et de dos, les premières du genre sans doute, hautes de 1m à 1,70m.

Elles sont en grès ou en granit, dans les tons blanc à ocre

La Prade, statue menhir en grès, 3ème Millénaire avant notre ère, Rodez

Le décor plus gravé que sculpté, est à la limite de l’abstraction, comme toujours ces figures très primitives dont le rôle n’est pas tant de représenter que d’évoquer. Cheveux, yeux, nez, mains, seins, pas de bouche, mais des vêtements et des accessoires : colliers, ceintures, baudriers, poignards… la découverte de quelques uns de ces objets permet de les dater approximativement de la fin du néolithique (3500/2300 av. JC.)

Qui représentent-elles? On ne sait: sans doute des divinités protectrices, ou des personnages importants de ces premiers groupes humains de la région?

 

19/02/2017

Les crêpes: toute l'année, mon chéri... trop bon!

ATTENTION: notre tradition toulousaine

Pour avoir de l'argent toute l'année, il faut faire sauter la première crèpe de l'année avec une pièce d'or. Mais, si vous n'en avez pas, prenez tous les billets que vous avez dans le porte-monnaie et faites IMPÉRATIVEMENT sauter cette crêpe!

Tous les gens de la maison peuvent faire sauter leur crêpe de chance avec les billets.

Recette de base de la pâte de chez nous

Pour environ 24 crêpes de 18 cm de diamètre

300 g de farine; 1/2 cuillerée à café de sel; 1 cuillerée à soupe de sucre en poudre

2 ou 3 œufs; 50 cl de lait entier; 1 cuillerée à soupe d’huile

Facultatif (au choix ou en mélange) :

1 cuillerée à soupe d’eau de fleur d’oranger; 1 cuillerée à soupe d’eau-de-vie au choix (rhum, cognac, armagnac); mais comme le bonheur est dans le pré, on prend de l'Armagnac

Pour la cuisson, il vaut mieux graisser la poêle, même si elle est anti-adhérente. (ce qui veut dire que vous ne m'écoutez pas: l'anti-adhérente des poêle, c'est cancérigène à la longe. Si vous ne pouvez pas vous faciliter cette facilité d'action, CHANGEZ DE POÊLE TOUS LES ANS!).

1 petit cube de lard gras frais piqué sur une fourchette (le vrai, le lard blanc).

(ou 1/2 pomme de terre piquée elle aussi sur une fourchette face plate vers le bas et trempée dans un bol d’huile, ou une poupée de tissu, enroulée autour de la fourchette et attachée avec du fil ou un bout déchiré, trempé dans de l'huile de pépin de raisin au goût neutre).

Sucre en poudre à volonté

Dans une terrine, mélangez la farine, le sel et le sucre. Mélangez bien.

Creusez en puits. Cassez-y les œufs battus en omelette, mélangez bien.

Délayez peu à peu en incorporant le lait en mince filet (pour ne pas faire de grumeaux) jusqu’à ce que la pâte soit lisse et fluide.

Quand elle est bien homogène, ajoutez l’huile. On peut aussi la préparer au robot (mais cela chauffe trop la préparation et dénature le goût). Laissez reposer 1 heure à température ambiante.

Faites cuire les crêpes comme à l’accoutumée, dans une poêle parfaitement chaude et graissée selon la méthode choisie: versez une petite louchée de pâte dans la poêle, en inclinant aussitôt celle-ci dans tous les sens pour que la pâte puisse bien se répartir sur toute la surface.

Laissez cuire 1 minute environ sur la première face (feu moyen) puis, dès que des cloques se forment, retournez-la à l’aide d’une spatule (ou faites-la sauter) et faites dorer 30 secondes à peine sur la deuxième face.

Procédez ainsi jusqu’à épuisement de la pâte, sans oublier de graisser la poêle à chaque fois. Disposez-les au fur et à mesure sur un plat tenu au chaud, en poudrant chacune d’elles d’un léger voile de sucre en poudre. Servez tiède.

La dernière crêpe est souvent un peu biscornue car il manque presque toujours quelques gouttes de pâte pour recouvrir complètement le fond de la poêle. Mais ce serait un crime de lèse-majesté que de ne pas la servir.

Un gag? glissez du fil à coudre blanc assez long pour embêter, planqué dans la louchée de pâte avant de faire cuire normalement. Vous rajoutez le sucre normalement et vous piégez un gourmand.