Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cassoulet

  • Cassoulet toujours: La légende de Dame Carcas

    Buste de la Dame Carcas devant la porte narbonnaise. Symbole de résistance, il est érigé au XVIe siècle par le consul de la ville dont les doléances ne sont pas prises en compte par le roi de France.

     

    Centre du pouvoir des comtes de Carcassonne puis de la célèbre famille Trencavel au XIIe siècle, elle devient, suite à la croisade des Albigeois (1209-1229) -où les forces royales s'emparent de Carcassonne, accusée de complicité avec les Cathares,- une place forte royale gouvernée par un sénéchal.

     Elle garantit la frontière entre la France et l'Aragon jusqu'au traité des Pyrénées en 1659.

    Sur vikipédia

    Dame Carcas est un personnage légendaire de la ville de Carcassonne. Elle est selon la légende la femme de Ballak, prince musulman de Carcassonne, qui est tué au combat contre Charlemagne. À la suite du décès de son mari elle aurait pris en main la défense de la ville face à l'armée franque et l'aurait repoussée.

    Le récit légendaire apparu au XVIe siècle affirme que Charlemagne et son armée étaient aux portes de la ville de Carcassonne afin de la prendre, cette dernière était alors aux mains des Arabes. La cité de Carcassonne avait pour roi un musulman du nom de Ballak. Ce dernier apprenant l'arrivée des troupes franques de Charlemagne, part à sa rencontre avec son armée mais est défait par l'empereur: lui et tous ses hommes périssent durant la bataille. Dame Carcas, l'épouse de Ballak, apprenant la mort de son mari organise la défense de la cité.

    La Princesse Carcas aurait d'abord utilisé une ruse consistant en la réalisation d'hommes de paille, chacun avec son arbalète, qu'elle fait fabriquer et placer dans chaque tour de l'enceinte. Faisant le tour des murailles, elle ne cesse de décocher des traits sur les ennemis en faisant croire qu'ils sont tirés par ces faux soldats, afin de décourager les assiegeurs.

    Le siège mené par les Francs s'éternise et il dure depuis déjà cinq ans. Au début de la sixième année la nourriture et l'eau se font de plus en plus rares et la plupart des soldats de la cité sont morts. Dame Carcas aurait eu alors l'idée de faire l'inventaire de toutes les réserves qui lui restent. La ville étant sarrasine, une part de la population, musulmane, ne consomme pas de porc. Les villageois amènent ainsi à Dame Carcas un pourceau et un sac de blé. Elle fait engraisser le porc avec le sac de blé puis le précipite depuis la plus haute tour de la Cité au pied des remparts extérieurs.

    Charlemagne et ses hommes, croyant que la Cité déborde encore de vivres au point de gaspiller un porc nourri au blé, lève le siège. Voyant l'armée de Charlemagne quitter la plaine devant la Cité, Dame Carcas remplie de joie par la victoire de son stratagème décide de faire sonner toutes les cloches de la ville. Un des hommes de Charlemagne se serait alors écrié “Carcas sonne!", d'où le nom de la Cité.

    Ben, pourquoi pas, tant qu'on y est!

    Selon l'historiographie, Dame Carcas est un personnage qui relève de l'ordre du légendaire. La légende peut selon certains dériver de chansons de gestes médiévales disparues. Elle fut recueille d'après la tradition orale par divers auteurs notamment au XVIe par Jean Dupré et au XVIIe siècle par Guillaume Besse et Guillaume Catel. Charlemagne n'a probablement pas fait le siège de Carcassonne, son père Pépin le Bref l'ayant déjà prise aux Sarrasins vers 759, alors que Charlemagne avait 17 ans.

    MA VERSION

    Cela, c'est une histoire comme une autre; moi, j'en ai une autre, racontée par une Audoise…

    Pour le nom de la dame, faudrait connaître la langue Arabe pour savoir s'il est proche de celle-ci. Perso, à part quelques mots d'occitan (entendu dans la bouche de ma mère) et quelques mots d'espagnol, (entendus dans celle de my abuela), je ne connais que la françoy, apprise sur les bancs de l'école de Colomiers puis des Trois-Cocus. (ben, c'est un quartier toulousain que les édiles veulent faire disparaître en indiquant que son nom c'est Grande Borde); Non, je ne veux rien savoir de l'angliche, c'était pas à la mode, de mon temps….

    La ville est assiégée… on commence à manquer de nourriture… ça c'est bon comme scénario mais, je n'ai pas la date où cette histoire est survenue….

    (je pense que c'est une autre légende…. car, le cassoulet existe depuis très, très longtemps en Languedoc, Gascogne. Chez nous, quoi!

    En ce moment là, les habitants mangent du porc, non mais! zétaient pas tous musulmans…. et puis, selon l'article de wiki, ils engraissent le pourceau avec des haricots… qui arrivent en France du temps de Catherine de Médicis, à peu près… En ce temps là, il y avait des pois secs, des fèves sèches, du lupin blanc, des pois chiches mais pas des zaricots!

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:L%C3%A9gume_sec

    Même que le cassoulet de Carcassonne est, normalement, fait avec une perdrix rouge (abondante autrefois, pratiquement disparue aujourd'hui!). Pour cela que mon cassoulet n'en contient pas. N'oubliez pas, la ville était plus isolée que de nos jours, entourée de bois et autres champs et broussailles…. et, de ce temps, y'avait pas des écolos casse-pieds!

    Dame Carcas (pas sûr qu'elle était princesse mais une notable, selon l'époque, c'est sûr) fait jeter tout un tas de victuailles depuis les remparts…

    Idée de génie… quand je pense ce qu'ils ont fait subir aux femmes dans les siècles passés…. bof, de nos jours encore....

    Les assiégeants (heu, qui étaient-ils?)  -eux aussi- manquaient de nourriture, (ils n'avaient plus rien à piller dans le voisinage) étaient fatigués de ce long siège, (ils n'avaient que de l'aïgo boulido à se mettre dans la carie!) voyant cela se dirent “ils leur reste encore tout cela à manger! et ben, nous, on se casse, y'en a marre“.. à peu près ce qu'ils se sont dit…

    Quant les gens de la cité voient cela, ils font une sacrée fiesta: tout de même, ils n'allaient pas jeter cette bonne nourriture: ils mettent tout en commun dans un pot immense.

    Du porc, du canard (confit dans de la graisse) des fèves ou des pois chiches, du vrai lard, de la cansalade, des oignons, etc… Les gens de ce temps-là, avaient toujours de quoi manger d'avance… on ne sait jamais ce qu'il pouvait advenir: la preuve, ils n'ont pas eu beaucoup à croquer pendant 5 ans! (mais, 5 ans, c'est long… devaient avoir un tunnel planqué dans la cité pour aller se ravitailler… ou alors, pas de siège de plusieurs années…).

    Faut pas exagérer, on n'est pas des Marseillais, nous, les Gascons! (mais oui, c'est une galéjade... te mets pas en colère, Gus!).....

    Ils firent cuire et dégustèrent cela, en bas des remparts, tout en dansant la carmagnole… heu, non, les danses de l'époque! avec les flutiaux et les violes…. puisque tout le monde sait qu'en France, tout finit par des chansons!...

    la preuve, la Carmagnole en 1789: les Français sont des guerriers coupeurs de têtes, certains ne le savent pas mais, ils finiront par le comprendre dans pas longtemps....

    D'après la conteuse en question, c'est comme cela que serait né le cassoulet… rien à voir avec la cassole. Mais non, madame, le  “ragoût“ gascon-languedocien, cela fait très, très longtemps qu'il existe! on mangeait ainsi vers 350 (au minimum)!

    En fait, le cassoulet existait avant la cassole. Il a bien changé au fil des siècles. Mais comme le canard et le porc étaient les viandes que les moins pauvres pouvaient confire ou garder en saumure, ce “rata“ a perduré, s'est amélioré et vient nous titiller les papilles encore de nos jours. Je suis sûre qu'il ne date pas de Pépin le Bref ou Charlemagne. Les Français ont toujours été “fine gueule“…. demandez à Astérix!!!

    Comme déjà indiqué, le cassoulet, dans le Moyen Age, il ne cuisait pas dans le four du boulanger…

    Les fermes étaient très isolées: on faisait soi même son pain, on cuisait la marmite sur la crémaillère dans l'âtre… donc, ne vous laissez pas enfumer par les uns et les autres, surtout les toqués de la toque du coin, qui se prennent pour Loiseau ou Bocuse!...

    Ha, ha! faudrait réfléchir avant de dire n'importe quoi!

  • Honte aux cuisiniers toulousains qui servent des faux-cassoulet!

    Ci-dessus, les cocos blancs

    Hier soir, soirée anniversaire, nous allons au restaurant comme d'habitude. J'ai cherché très longtemps sur le net un restaurant spécialités locales, fait maison. J'ai trouvé sur un site la “perle rare“ et j'ai regardé le menu… fort alléchant. Que des produits du terroir occitan, enfin plutôt, midi-pyrénéen: confit, cassoulet, vins du coin (Buzet etc.).

    Je ne vous parlerai pas du décor, très moche de mon point de vue mais, je ne suis pas décoratrice, je ne m'intéresse qu'à ce qu'il y a dans l'assiette. L'accès est difficile car la rue des Jacobins est située en plein centre de Toulouse. J'y vais en transport spécialisé -qui a eu des difficultés pour s'insérer dans cette petite rue- mais les conducteurs “normaux“ doivent avoir du souci pour se garer. Ce samedi soir était une magnifique soirée automnale, chaude, dont Toulouse a le secret et les rues étaient noires de passants, déambulant nonchalamment, comme le font si bien les Toulousains. C'est un spectacle à lui tout seul, ce marivaudage, joyeux et bon enfant, des nuits toulousaines.

    La rue des Jacobins est, sans nul doute, proche du plus beau cloître de France (j'assume!) que les touristes visitent, ébahis par tant de majesté, de sérénité (vi, les Jacobins étaient des moines) et de grâce dans la taille des pierres. A noter impérativement sur votre agenda de visite toulousaine!

    Nous avons été bien accueillies par un serveur d'une amabilité et d'une gentillesse incroyable qui s'est mit, tout de suite, à notre service, bienveillant et attentif. 3 serveurs dans la salle, tout de noir vêtus et une femme à la caisse, n'hésitant pas à prêter la main au service si nécessaire. La patronne s'en aucun doute.

    Je prends le menu qui, très pompeusement, s'appelle “un sacré coup de fourchette“ car j'y décèle ce qui fait toujours mon bonheur dans les restos de Toulouse: foie gras mi cuit et cassoulet maison. 25 euros sans le dessert, tout de même! Ma fille, reine de la soirée, se décide pour un menu “Marciac“ (le chef doit aimer le Jazz) a 17,00 € qui contient la salade de chèvre chaud, de l'onglet servi avec des pommes de terre en tranches, et un dessert (nous prenons toujours une glace au café) mais, ce sera seulement 2 boules de glace café (glace un peu minable) et de la chantilly en bombe (vous avez dit: fait maison?).

    L'assiette de foie gras est arrivée trois tranchettes translucide comme les os d'une grand-mère ménopausée, sur trois pains toastés qui avaient du être coupés pour le menu de midi, du pain de campagne au levain, froid et dur comme du bois. Servi sur une assiette d'ardoise avec, dans un coin quelques feuilles de laitue et deux ou trois tranchettes de tomate.

    Ha oui, j'ai oublié de mentionner, dans un autre coin, une dizaine de morceaux de noix. Bon point, ce foie gras famélique n'est pas servi avec de la confiture d'oignons ou de figues… non mais, quelle horreur. J'ai déjà raconté, ce me semble, comme les restaurateurs se sont mis à servir le foie gras avec des trucs sucrés: mea culpa, c'est de ma faute pour avoir écrit un article sur le Journal des Chasseurs (en 1984, je crois) que les oies romaines, avant de partir dans les pays chauds se gavaient de figues dont les arbres étaient nombreux autour de Rome.

    Un premier toqué de la toque s'est emparé de mon texte pour proposer un foie gras “truffée de figues“, l'horreur gastronomique absolue! J'avais écris ce texte car dans ces années-là, une association voulait faire disparaître le gavage des canards ou des oies dans la communauté européenne. Heureusement pour nous, elle n'y est jamais arrivée: tant pis pour ces sectaires écolos et tant mieux pour notre patrimoine gascon.

    Ensuite arrive le cassoulet et là, j'ai compris “le sacré coup de fourchette“ provient du fait qu'il y a 3 louches de haricots (lingots, bien sûr) dans un plat en terre et, posé par-dessus, une cuisse de canard confite (une vraie pourtant: un jour, j'ai vu dans un cassoulet, des manchons; suis morte de rire en y repensant!). Ouf, il n'y avait pas de chapelure. IL N'Y A JAMAIS DE CHAPELURE DANS UN CASSOULET VRAI!

    Zut, il n'y avait pas de couennes, de porc, de cansalade… il manquait la tomate concentrée qui donne une petite couleur au Cassoulet Toulousain (j'ai raconté l'histoire de ce rajout dans le bouillon) et re-zut, malgré ce qu'avait dit le serveur, il n'y avait pas de carottes (dont la couleur met de la gaîté dans les haricots “lingots“ (re-sic).

    Un second serveur nous a proposé les desserts et a demandé “ça allait?“. Unanimement, nous avons dit “non“. Cris du cœur. Ma fille montre que son onglet (d'un poids environ de 120 g a vu son poids amputé d'au moins 40 gr qui sont restés dans l'assiette: des nerfs, des nerfs, des nerfs!

    De mon côté, je dis: où sont les carottes? il soulève une cuillère de haricots et me dit: ça, c'est pas de la carotte? et j'aperçois une minuscule miette rouge: carottes en brunoise! Je n'ai même pas parlé des haricots qui n'étaient pas cuisinés mais servis avec la saumure dans laquelle ils avaient été mis en boîte…. dégoûtée.

    Non mais, vous imaginez? une brunoise de carotte… les ancêtres paysans du Lauragais ou de la Gascogne ont eu, un jour, cette idée folle de passer du temps pour couper finement les carottes! La cuisine ménagère n'a rien à voir avec les délicatesses des cuisiniers d'aujourd'hui, croyez-moi! Aussi fous que Charlemagne qui inventa l'école!!!

    J'ai pris en sus, 4,00 € une coupe de glace au café. J'ai bu du Buzet, bouteille de 37,5 cl, qui m'a laissé une impression bizarre (j'ai souvent bu du Baron d'Ardeuil et toujours apprécié ce vin (le bon vin qui tâche, comme on disait autrefois)… sur la bouteille une étiquette: cuvée 2008, à consommer jusqu'en 2022… n'importe quoi, l'étiquetage!

    Total pour deux personnes (avec une San Pellegrino de 50 cl) 58,00 €. Pas cher du tout. Mais, chez moi, quand je fais du cassoulet, mes amis ou autres disent toujours: “pour trouver des haricots, il faut regarder sur toutes les viandes que tu y met!".

    Là, l'inverse: trop de haricots non cuisinés et un morceau de Saucisse de Toulouse, très grillée sur un côté et une cuisse confite (dans son jus, c'est-à-dire, la graisse retirée et cuite, au micro-ondes? mais rajoutée au dernier moment; la saucisse semblait avoir été posée aussi sur le plat en terre et rajoutée au dernier moment afin de réchauffer tout au micro-ondes.

    Chez moi, toujours, les viandes cuites à part et rajoutées dans la marmite pleine de bouillon et de haricots, et cuites durant 35 mn, minimum. Là oui, le cassoulet prend tout son sens!

    Comme m'a dit le second serveur, peu aimable: “la prochaine fois, ne prenez pas du cassoulet si celui-là vous déplait“….

    Ouais, t'a raison, mon coco!

  • Graisse de canard piquante (inventée par moi)

    C'est une idée à moi: donc, si vous l'utilisez pour votre blog ou site, vous devez mentionner la provenance (adresse de mon blog) obligatoire.

    Si vous êtes chef, demandez-moi la permission.

    Merci de respecter mon droit d'auteur

    Je précise cela car j'ai trouvé un blog qui m'a piqué le nom "chichoulet"...

    Le pauvre! il a remplacé le mot pois chiches des haricots lingots de la recette (frauduleuse) du site internet de la Confrérie du Cassoulet de Castelnaudary...quand on y connaît rien, il vaut mieux passer au large, non???

    devraient lire ce blog, ces gens-là.. ou m'appeler!!!! :-)

     

    Sert à cuisiner beaucoup de choses, notamment des champignons, des pommes de terre en cubes ou tranches épaisses, etc… Je l'utilise toujours dans mon Chichoulet à l'Espagnole (un autre de mes recettes inventées par moi) dont je vous mets la recette ici, bientôt

     

    Méthode

    100 à plus de graisse de canard

     (je vous ai déjà dis comment la récupérer: conservez celle qui entoure les cuisses confites lors de la préparation du cassoulet: vous posez un entonnoir inox à confiture avec, à l'intérieur de celui-ci, une passoire à très fines mailles, qui retiendra les impuretés -dans un pot en verre avec couvercle à visser et conservé au réfrigérateur).

    Environ 250g à 300g de chorizo PIQUANT

    Retirez la peau de votre chorizo piquant, coupez-le en tronçons ou rondelles épaisses. Mettre ces dernières dans un sautoir (fond plat) et faites revenir à feu moyen le temps qu'elles rendent leur graisse.

    Ajoutez la graisse de canard (ou d'oie) et faites confire le chorizo piquant, à feu moyen, sans couvercle bien sûr!, durant ½ heure.

    Passez pour conserver le chorizo et filtrez pour la conservation (voir plus haut).

    Bon, d'accord, votre graisse est un peu rouge… si vous ne la trouvez pas assez piquante, poivrez-là avant de la laisser se figer ou rajoutez du piment d'Espelette au moment de la fabrication du chorizo confit.

     

    graisse crue canard.jpg

    Découpe de la graisse

  • La joie de vivre vous abandonne.

    Il existe quatre substances naturelles, dans notre corps, qui sont définies comme le “quatuor du bonheur”: l’endorphine, la sérotonine, la dopamine et l’ocytocine.

    Ces aliments qui, en raison de leurs composants nutritionnels, favorisent et renforcent cette chimie cérébrale capable de soulager la symptomatologie associée à la dépression et d’améliorer notre humeur. Cependant, de nombreuses études nous indiquent qu’il n’existe aucun aliment capable de traiter complètement un trouble dépressif.

    Il est recommandé de consommer ces éléments nutritionnels en raison des bénéfices qu’on leur associe.

    Aliments qui augmentent la sérotonine et la dopamine

    Les niveaux de sérotonine et de dopamine oscillent dans notre organisme pour diverses raisons. La dépression est l’une de ces explications, mais il y en a beaucoup d’autres:

    Les grandes périodes de stress.

    Un régime riche en graisses saturées, en sucres, en aliments d’origine industrielle, etc.

    Les maladies thyroïdiennes.

    La consommation de médicaments qui réduisent la production de sérotonine et de dopamine.

    Voyons donc quels aliments qui se trouvent à notre portée peuvent favoriser la production de deux des neurotransmetteurs les plus précieux: la sérotonine et la dopamine.

    1. L’avoine

    L’avoine fait partie de ce que l’on appelle les hydrates de carbone “intelligents”. Mais que signifie cela? Tout simplement qu’il existe des éléments qui ont un effet tranquillisant pour le cerveau. Parmi eux, on retrouve les hydrates de carbone (aliments d’origine intégrale dans leur majorité), qui ont en plus une autre propriété merveilleuse: ils favorisent la production de tryptophane, un aminoacide essentiel à partir duquel on synthétise la sérotonine.

    1. La banane

    Parmi les aliments qui font augmenter la sérotonine et la dopamine, la banane est sans aucun doute l’un des plus importants. Elle ne permet pas de combattre la dépression mais elle nous donne une injection naturelle d’énergie, d’optimisme et de santé. Elle réussit à faire cela car l’effet de la banane sur notre cerveau est tout simplement sensationnel:

    Elle favorise la production de tryptophane.

    Elle nous apporte de grandes doses de vitamines A, C, K et B6, qui sont les composants basiques pour favoriser la synthèse et le métabolisme de multiples neurotransmetteurs comme la sérotonine et la dopamine.

    La banane est riche en sucres naturels qui, combinés à ses fibres naturelles, nous offrent un apport incroyable de force et d’énergie pour vaincre les états de négativité.

    1. Les œufs (vu précédemment: le tourin toulousain est bon pour le cerveau!)

    Il est possible qu’aujourd’hui, beaucoup de personnes évitent de consommer des œufs parce qu’elles ont peur de voir leur niveau de cholestérol augmenter. Cependant, la science a confirmé que les œufs sont bons pour notre santé parce qu’ils apportent du bon cholestérol ou HDL. Il faut juste les consommer de façon équilibrée. Le mauvais, c'est le laid: LDL

    Par ailleurs, les œufs, tout comme les produits laitiers, nous aident à produire du tryptophane et de la vitamine B6, des substances nécessaires à la production de sérotonine et de dopamine.

    1. Le chocolat

    Vous attendiez certainement avec impatience l’apparition du chocolat dans cette liste! Effectivement, il en fait bien partie et nous pouvons nous en “offrir” au quotidien, surtout le matin. Même s’il ne faut pas manger plus d’un carré de chocolat noir par jour, le plus pur et sans sucre.

    Le chocolat, en plus d’être l’un des aliments les plus connus pour favoriser l’augmentation de sérotonine et de dopamine, nous fournit de l’exorphine, un analgésique naturel qui réduit la douleur et de la théobromine, une substance similaire au café qui nous offre de l’énergie.

    1. L’ananas

    Parfois, nous oublions les bénéfices que nous apportent de nombreux fruits se trouvant à notre portée. L’ananas est sans aucun doute l’un de ces aliments qui ne devrait jamais manquer dans notre régime. Quelle en est la raison? En voici plusieurs:

    L’ananas soulage l’anxiété et est anti-inflammatoire.

    Il est riche en vitamine C, favorise la circulation, la concentration et la motivation.

    Il est recommandé au cours du dîner car il nous aide à produire de la mélatonine, l’hormone du sommeil.

    1. Le saumon

    Des poissons comme le saumon ou le maquereau sont riches en vitamines du complexe B. Ce type de nutriments essentiels est nécessaire pour favoriser la production de sérotonine et de dopamine. Par ailleurs, comme nous l’avons indiqué dans d’autres articles, notre cerveau a besoin d’un apport d’oméga-3 régulier et celui-ci est présent dans le saumon. Cela permet d’améliorer des processus comme l’attention, la mémoire ou l’humeur.

    Bien sûr, le saumon est un peu cher. Mais vous ferez grand profit -pour pas trop cher- d'une boîte de maquereaux à la tomate, appelée Pilchard… c'est vraiment économique. Pour deux à trois personnes. A consommer tiède ou froid en période de canicule; en hiver, réchauffez la boîte en la posant dans une casserole, couverte d'eau entièrement et en faisant bouillir au moins 10 mn cette eau. Attention de ne pas vous brûler en ouvrant la boîte!

    Les pois chiches

    On dit des pois chiches qu’ils sont l’ingrédient de base de la vie. C’est surement très juste car, parmi les aliments qui augmentent la sérotonine et la dopamine, ce type de légume sec est l’un des plus appréciés depuis de nombreux siècles.

    En fait, beaucoup de pays connaissent leurs vertus depuis l’Antiquité: ils permettent d’améliorer l’humeur et de conférer de l’énergie.

    C’est pour cela qu’une bonne assiette d’humus accompagné d’huile d’olive, d’ail et de piment est l’un des repas les plus communs et appréciés au Proche-Orient.

    Mais, (lisez la rubrique “cassoulet“) avant que les haricots blancs ne soient cultivés en France, contrairement à ce que racontent des tas de toqués cuisiniers (sic) d'Occitanie, il n'y a aucune raison de croire que le cassoulet était réalisé avec des fèves plutôt qu'avec des lentilles ou des pois chiches!

     

     

  • Mon chichoulet

    Je me marre très, très fort:

    pour rire, j'ai indiqué Chicoulet dans le moteur de recherche qvant et j'ai trouvé un blog qui a piqué ma recette de chichoulet (le cassoulet aux pois chiches) que j'ai imaginé en remplacement des haricots de Tarbes (voir catégorie Cassoulet)....

    l'imitateur à simplement mis une recette de cassoulet de Castelnaudary (cuisson et montage dans la cassolette) avec des pois chiches...

    Copieur va!

    Perso, au moins, moi, j'explique le pourquoi et le comment de mon remplacement des haricots avec des pois chiches à la place... c'est plus instructif!

    Mauvais copieur!