Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

DANGERS

  • Les arènes de Toulouse, la corrida

    Il y a eu des arènes à Toulouse. Et des corridas. Les arènes toulousaines étaient de propriété privée. Les propriétaires n'eurent pas les moyens de les entretenir.

    On laissa mourir la tradition toulousaine.

    Je me souviens d'avoir vu de mes yeux enfantins les arènes lorsque le bus passait à proximité. Leur dernière utilisation fut un match gala des Harlem Globe Troters...

    Sur leur démolition on a construit le Lycée des Arènes. Les jeunes qui s'y pressent savent-ils seulement cela?

    J'avoue que j'aurais aimé assister au moins à une féria... n'en déplaisent aux crétin-es anticorridas. Ce sont les mêmes qui dégustent une entrecôte le dimanche ou un poulet fermier ou du foie gras de chez nous, lors de leurs fêtes familiales...

    Ceux qui ne mangent pas de viande, de volaille, de poisson, d’œufs, ne sont pas bienvenus chez moi!

    Ces abruti-es privent les vers de terre d'un bon repas lorsqu'ils vont claquer et c'est pas gentil, ça!

    La pauvre maman ver de terre ne pourra pas nourrir convenablement ses petits vermisseaux. Méchant-es va!

     

    À cause d’un ministre qui a eu la mauvaise idée d’assister à une corrida, nous avons eu droit à des débats passionnés sur toutes les chaînes de télévision de France et de Navarre.

    De "beaux parleurs" se sont montrés "horrifié " par les tortures infligées à ce noble animal qu’est le taureau de combat.

    Je ne suis pas un fan de la corrida mais le taureau affronte l’homme, il se défend, attaque et succombe certes mais, quelquefois, c’est lui qui encorne le matador.

    J’ai assisté quelquefois à des corridas et il est vrai que le spectacle de ces picadors à cheval, brisant l’échine du taureau avec leur lance, est loin d’être plaisant, notamment quand le cheval est lui-même éventré.

    Mais le reste du spectacle, ce ballet entre le toréador et le taureau, ces passes virevoltantes, à quelques centimètres des cornes puissantes et dangereuses, c’est envoûtant!

    Cet homme à genoux, offrant sa poitrine devant les naseaux fumants de l’animal coléreux, et on le comprend, cela atteint le sublime!

    Et puis arrive l’instant de la mise à mort et c’est à ce moment que le sublime peut devenir "écœurant".

    Ou le matador, du premier coup de son épée sacrifie l’animal, qui succombe aussitôt, avec, mais il s’agit là, sans doute, de mon imagination, un regard reconnaissant vers celui qui l’a vaincu, et que lui n’a pu vaincre.

    Ou, celui que l’on ne peut plus appeler un " matador ", martyrise et torture son noble adversaire sans parvenir à le sublimer dans la mort et l’on assiste à ce spectacle révoltant de ce combattant qui ne paraît pas comprendre qu’on le fasse souffrir autant, après qu’il se soit battu avec fougue et dignité sous un soleil brûlant.

    Voilà pour la corrida!

    Or, je n’ai pas entendu un seul de ces "beaux parleurs", ces défenseurs des animaux, réclamer l’interdiction de l’Aïd el-Kébir parce qu’on égorgeait vivants des millions de moutons de par le monde!

    Ces moutons ne peuvent ni se défendre, ni attaquer. Ils subissent leur massacre en silence, dans l’ombre.

    Les moutons doivent être égorgés "avec dextérité" par le sacrificateur. (Selon la législation française) mais c’est bien loin d’être le cas partout dans le monde musulman où l’on assiste à des tueries sanguinaires, dans la fête et la joie, quand le couteau tranche la gorge de l’animal sans défense.

    N’est-ce pas également "avec dextérité" que le toréador doit mettre à mort le taureau? Avec, en plus, le respect dû à un adversaire qui lui a opposé une brillante résistance?

    A-t-on assisté une seule fois à l’attaque d’un sacrificateur par un mouton?

    Il faut un courage certain pour se placer debout face à un taureau de 600 kilos qui pénètre dans l’arène et fonce sur son adversaire.

    Est-ce que le sacrificateur du mouton aurait ce courage d’affronter un taureau?

    Il aurait fallu aussi un certain courage pour oser s’opposer publiquement à ces rites religieux qui imposent leur bestialité, leur violence et leur goût pour le sang répandu, dans ses lois et même dans ses "fêtes"!

    Il ne s’agit pas de criminaliser uniquement cette religion, bon nombre d’entre nous, quelle que soit leur religion, et même s’ils n’en ont pas, font preuve d’autant de sauvagerie.

    Ce courage, pas l’un d’entre vous, messieurs les "beaux-parleurs", ne l’avez présenté.

    On ne peut que s’en désoler!

    Il est vrai que vous préféreriez tous affronter un mouton bêlant qu’un taureau de combat!

    Manuel Gomez

    https://ripostelaique.com/les-militants-anti-corridas-sont-bien-silencieux-quand-il-sagit-de-laid-el-kebir.html

  • Produits trafiqués

    Un produit qu’il ne faut jamais acheter tout prêt.

    A ne jamais acheter au supermarché car trop souvent source d'épaississants, d'émulsifiants, d'arômes, et autres agents cosmétiques et économiques (ACE).

    Les crèmes allégées

    On pourrait penser que la crème fraîche est un produit simple, que l'on peut acheter les yeux fermés. Erreur! Même dans la crème, on trouve des additifs.

    La seule crème fraîche que l'on peut acheter sans se poser de questions est la crème entière épaisse. En revanche, c'est du côté des crèmes allégées (ou légères) que l'on retrouve le plus d'ACE, destinés à stabiliser, homogénéiser et donner de la texture.

    Pour les crèmes liquides ouvrez l'œil et lisez les étiquettes. il y a très peu de crèmes fraîches liquides qui contiennent des additifs.

    D'ailleurs, vous verrez qu'au réfrigérateur, plus la date se rapproche de la fin de consommation, plus votre crème liquide semble…. épaisse!

    Pour la crème fouettée, il n’existe aucune marque correcte au supermarché: elles renferment trop de sucre et d’ACE,  mais des recettes simples de chantilly maison existent.

     

    Les crèmes végétales pour les tordu-es de l'allégé végétalisme

    Avec le développement du végétalisme, de nouveaux produits ont fait leur apparition: les crèmes végétales.

    Présentées comme saines (végétal oblige), elles entrent pourtant presque toutes dans la catégorie des aliments ultra-transformés avec leur longue liste d’ACE (additifs, matière grasse et sucre ajoutés, épaississants, émulsifiants, arômes). À éviter donc.

    Dirigez-vous vers des alternatives réellement saines: les crèmes à base de coco (non allégées), les yaourts Sojade (magasin bio), les purées d’oléagineux (mélangées avec du lait de soja et de l’huile), le tofu soyeux ou encore la crème épaisse de soja lacto-fermentée de la marque Sojami.

    Se nourrir de ces dernières conn.. c'est se préparer à des lendemains qui déchantent. Les produits cultivés par nos ancêtres font que, 50 000 après, les humains sont toujours là.

    Ne tombez pas dans les délires d'abruti-es écervelé-es!

     

     

  • Totalement idiot

    L'eau Luchon retirée de la vente à cause de ses étiquettes

    Depuis une semaine, la marque n’est plus distribuée dans les magasins français. En cause : son appellation "eau minérale naturelle".

    L’eau en bouteille Luchon a disparu des rayons des supermarchés français. Le 29 juillet dernier, cette marque a en effet été retirée des rayons des magasins Intermarché, après un contrôle de la répression des fraudes. En cause: des "fluctuations constatées dans sa composition", explique France bleu Occitanie. En clair, ce qui est écrit sur les étiquettes des bouteilles d’eau ne correspond pas au contenu de la bouteille.

    Pas d’inquiétude cependant. Si l’eau n’est plus commercialisée, vous pouvez consommer les bouteilles que vous détenez. La qualité de l’eau n’est pas en cause et aucune alerte sanitaire n’a été lancée par les autorités: tout le monde peut consommer cette eau en bouteille, y compris les nourrissons.

    C’est simplement l’appellation "eau minérale naturelle de Luchon" qui est en cause. En effet, la composition de cette eau fluctue, notamment concernant ses taux de sodium, et elle ne peut plus s’appeler "eau minérale". D’après des interlocuteurs du numéro vert mis en place par Intermarché, et joint par France bleu Occitanie: "S’il y a un contrôle, le fabricant risque gros parce qu’il a donné une appellation qui est fausse".

    Une eau commercialisée depuis 1994

    En réalité, l’eau Luchon pourrait être davantage une eau de source qu’une eau minérale. C’est cette différence qui a conduit au retrait des bouteilles des supermarchés. Pour le moment, impossible de savoir combien de temps cette situation va durer. En effet, le système de captage et les étiquettes du produit doivent être changés pour faire mention du nouveau nom et de la nouvelle composition.

    Sollicitée par France bleue Occitanie, la direction de la Société des Eaux Minérales de Luchon n’a pas souhaité répondre. Cette eau est commercialisée depuis 1994 et chaque année, l’usine Luchon produit 70 millions de bouteilles vendues dans le réseau des Intermarché en France et en Europe.

    Ceci dit, si vous avez du poids en trop ou de l'hypertension artérielle, attention au sel. Vous devez choisir La Salvetat qui n'est pas salée.

    De plus, c'est une des rares eaux qui contient de la silice, un minéral que l'on trouve partout sur la terre et qui aide contre les rhumatismes et autres douleurs articulaires.

    De même, si en 2003 on avait donné de l'eau suffisamment salée aux personnes âgées, l'eau serait restée plus longtemps dans leurs cellules et elles n'auraient pas été déshydratées jusqu'à la mort (le sel fixe l'eau dans les cellules... bon d'accord, en plus de boire une eau suffisamment salée, il faut rafraichir l'organisme: on mouille ses avant-bras et on passe un ventilateur devant les bras jusqu'à ce que l'eau soit sèche... et, alors-là, on est bien refroidi -doit on dire- plus que rafraîchi).

    Bien évidemment, je ne suis pas sponsorisée par Salvetat. Je consomme cette eau depuis.... ad vitam...

    A l'an 1997 ou 98, j'ai envoyé un courriel à la société pour indiquer ce qui précède. Depuis, elle a changé l'étiquette pour dire que c'est la moins salée des eaux....

    Elle n'a pas parlé de la silice... mais, bon, ils auraient pu me donner 0,01 cts sur chaque bouteille vendues pour les avoir avertis de cet excellent argument publicitaire qu'ils utilisent depuis si longtemps! Voilà pourquoi je suis là avec vous, au lieu d'être sous les cocotiers à me faire servir des cocktails!

    Oui, c'est moi qui les ai avertis: je persiste et signe! Josyane JOYCE

    "faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages"....

     

  • Bisphénol A et les autres: moi non plus

    Les remplaçants du bisphénol A seraient aussi néfastes que lui

    Le bisphénol A est interdit dans les emballages alimentaires, mais ses remplaçants auraient les mêmes effets néfastes, notamment sur le système endocrinien.

    Depuis le 1er janvier 2015, l’utilisation du bisphénol A dans les emballages est interdite en France. A la place, les industriels utilisent des cousins, des substances analogues, comme le bisphénol S ou le bisphénol F. Mais ces substituts auraient les mêmes effets.

    Le bisphénol A (BPA) est un perturbateur endocrinien. Il a été synthétisé pour la première fois en 1891 et son activité œstrogénique a été découverte en 1936. Dans les années 1950, on a découvert que le bisphénol A pouvait se polymériser pour former des plastiques de polycarbonate, un produit bon marché, léger, transparent et résistant. 70 % de la production de BPA sert à la production de plastiques de polycarbonate ayant de nombreuses applications (emballages, optique, médecine… ) et 20 % sont utilisés pour les résines epoxy utilisées par exemple comme revêtement des canettes métalliques.

    La principale source de contamination pour le BPA est l’alimentation, mais la présence de bisphénol dans l’environnement peut aussi permettre une contamination. Le BPA affecte le développement du testicule du fœtus. Chez les rongeurs, l’exposition au BPA pendant la vie intra-utérine a des conséquences sur les testicules adultes : diminution du nombre de spermatozoïdes, dommages à l’ADN et mobilité spermatique réduite.

    Le BPA a été associé avec de nombreuses maladies humaines, comme le diabète, l’obésité, les maladies cardiovasculaires, respiratoires chroniques, rénales, le cancer du sein, des troubles du comportement et des désordres reproductifs.

    Une étude française...

    Le professeur René Habert, toxicologue de la reproduction au CEA, et professeur à l’université Paris Diderot a présenté en janvier 2016, à l'Institut Pasteur de Paris, une synthèse des travaux sur les effets du Bisphénol A et de ses substituts, dans le cadre d'un colloque dédié aux perturbateurs endocriniens et organisé par l'Anses et le ministère de l'Ecologie. "Ces bisphénols devraient être réglementés comme des perturbateurs endocriniens", assure le toxicologue.  "Nous ne disposons que de 89 articles scientifiques sur les effets du bisphénol S par exemple, contre 9663 pour le BPA",  dit René Habert. Et 90% des données laissent penser qu'il se comporte comme le BPA".

    Le BPA diminue la testostérone sécrétée par les testicules de fœtus humains ou de souris, mais les bisphénols S et F semblent avoir des effets anti-androgéniques similaires. De son côté, le BPS favorise l'obésité chez les souris mâles.

    "Dans la mesure où tous ces bisphénols ont une structure moléculaire proche, il n'y a aucune raison d'en réglementer certains et pas d'autres", explique René Habert. Selon lui, tous les bisphénols devraient être classés comme des perturbateurs endocriniens potentiels, étudiés comme tels, et l’exposition de la population devrait être mesurée. "Pour le moment, les industriels n’ont aucune obligation de les déclarer. Nous ne savons même pas exactement dans quoi ils en mettent. Nous sommes face à une montagne. Il n’est plus temps de travailler par molécules. Il faut raisonner par classes".

    ... Confirmée et renforcée par une étude fédérale américaine

    Une étude du Programme national de toxicologie des Etats-Unis dont les résultats ont été publiés en novembre 2017 montre que 16 des 24 remplaçants du bisphénol A dans les objets en plastique ou les emballages alimentaires possèdent des structures similaires à celle du BPA et fonctionnent de la même façon... donc perturbent de manière équivalente le système endocrinien. Et il s'agit des 16 molécules pour lesquelles il existe des études scientifiques, les autres n'ayant pas été testés. Le seul effet sur la santé humaine qui a été reporté est une dermatite de contact (allergie cutanée) pour les bisphénols F et S. La plupart des autres études ont été conduites in vitro mais elles permettent de conclure que les remplaçants du BPA ont des activités biologiques analogues à celles du BPA. "Etant donné que ces molécules chimiques sont utilisées partout, il est important de continuer à tester ces remplaçants et de reconsidérer comment remplacer le BPA" concluent les auteurs de l'étude fédérale.

    Les preuves s’accumulent

    Une nouvelle étude publiée en juillet 2019 dans la revue Environmental Health Perspectives par des chercheurs de l’École nationale vétérinaire de Toulouse et le laboratoire Toxalim (Institut national de recherche agronomique), en collaboration avec les universités de Montréal et de Londres, conclut, elle aussi, que le BPS ne serait pas moins dangereux que le BPA.

    L’expérience a été menée sur des porcelets dont les fonctions digestives sont semblables à celle des humains. L’objectif des chercheurs était d’évaluer la capacité de l’organisme à éliminer le bisphénol S ingéré par voie orale et d’observer le devenir de cette substance dans le corps.

    Résultats : presque la totalité de la dose de BPS ingérée par voie orale a été absorbée dans le système digestif. Plus de la moitié de cette dose n’a pu être éliminée par le foie. La concentration de BPS retrouvée dans la circulation générale est, in fine, 250 fois supérieure à celle du BPA.

    Les 16 analogues et ce qu'ils polluent

    L'étude américaine permet de mieux connaître les noms des remplaçants du BPA qui ont été évalués par les toxicologues pour l'instant, elle donne aussi le nombre d'études existant pour chacun d'entre eux. Prenez connaissance de ces molécules dont on risque de parler beaucoup à l'avenir et dans quoi on les retrouve.

    Molécule       Nombre d'études chez l'homme   Nombre d'études chez l'animal         Nombre d'études in vitro    Où elle a été détectée

    Bisphénol F (4,4 BPF)       3        15      61      La nourriture, l'urine, la poussière, les sédiments, les reçus (tickets de caisse, de carte bleue), les eaux usées

    Bisphénol F (2,2 BPF)       0        2        1        Résines

    Bisphénol S (BPS)  1        9        52      La nourriture, le sang, l'urine, la poussière, les sédiments, les reçus (tickets de caisse, de carte bleue)

    Bisphénol S (2,4-BPS)       0        1        1        Les reçus (tickets de caisse, de carte bleue)

    Bisphénol AF (BPAF)        0        10      41      La nourriture, la poussière, les sédiments, les reçus (tickets de caisse, de carte bleue), les eaux usées

    Bisphénol B (BPB)  0        9        35      La nourriture, le sang, l'urine, la poussière, les sédiments

    Bisphénol C (BPC)  0        5        22      Les reçus (tickets de caisse, de carte bleue)

    Bisphénol E (BPE)  0        2        23      Les eaux usées

    Bisphénol Z (BPZ)   0        3        15      La nourriture, la poussière

    Tétrabromobisphénol A (TMBPA) 0        1        14     

    Tétrabromobisphénol A (TMBPA) 0        1        14      Les résines de polycarbonate

    Bisphénol AP (BPAP)        0        2        9        La nourriture, la poussière, les sédiments, les reçus (tickets de caisse, de carte bleue)

    Bisphénol P (BPP)  0        0        6        La nourriture, la poussière

    Bisphenol-A bis(diphenyl phosphate) (ou BDP) 0        1        2          Retardateur de flamme

    BPPH 0        0        2        Les reçus (tickets de caisse, de carte bleue)

    D-8     0        0        2        Le sang, les reçus (tickets de caisse, de carte bleue)

    Pergafast 201         0        0        1        Les reçus (tickets de caisse, de carte bleue)

    Pour éviter ce type de plastique, on ne se lasse pas de le dire, il faut bannir les produits transformés de l’alimentation. En plus d’être mauvais pour la santé, d’augmenter les déchets plastiques, ils sont composés de molécules hormonalement actives qui perturbent le système endocrinien (c’est-à-dire qu’elles sont capables d’imiter l’effets des hormones notamment l’œstrogène) qui une fois retrouvées dans la nature ou dans le corps provoquent des dégâts considérables. Voici quelques conseils à suivre :

    • Consommer des produits bruts non transformés et non emballés
    • Acheter des produits en vrac
    • Utiliser des contenants réutilisables en verre ou en papier
    • Préférer le ticket de caisse électronique

    Sources

    Eladak S, Grisin T, Moison D, Guerquin M, N'Tumba-Byn T, Pozzi-Gaudin S, Benachi A, Livera G, Rouiller-Fabre V, Habert R. A new chapter in the bisphenol A story: bisphenol S and bisphenol F are not safe alternatives to this compound. Fertil Steril. 2015 Jan;103(1):11-21. doi: 10.1016/j.fertnstert.2014.11.005. Epub 2014 Dec 2.

    Véronique Gayrard , Marlène Z. Lacroix , Flore C. Grandin , Séverine H. Collet , Hanna Mila , Catherine Viguié , Clémence A. Gély , Blandine Rabozzi , Michèle Bouchard , Roger Léandri , Pierre-Louis Toutain , and Nicole Picard-Hagen. Oral Systemic Bioavailability of Bisphenol A and Bisphenol S in Pigs. Environmental Health Perspectives, July 2019. https://doi.org/10.1289/EHP4599

     

  • Le miel

    Un peu de miel bio chaque jour pour neutraliser la toxicité des pesticides

    Le miel bio permet de protéger efficacement les cellules exposées aux pesticides comme le Roundup (glyphosate).

    Des chercheurs italiens viennent de montrer que les polyphénols présents dans le miel bio peuvent nous protéger des dommages provoqués par les pesticides.

    Le glyphosate présent dans le Roundup et les insecticides organophosphorés tels que le chlorpyrifos peuvent causer des dommages à l'ADN cellulaire (support du code génétique) via une altération des mitochondries (centrales énergétiques des cellules), ce qui peut conduire à un cancer chez les personnes exposées, soit parce qu’elles vivent dans des zones agricoles, soit parce qu’elles consomment des aliments fortement traités.

    Or les polyphénols, une grande famille de composés présents dans les fleurs, les fruits et légumes, peuvent protéger nos cellules de multiples manières : en diminuant les radicaux libres et les espèces réactives de l’oxygène ou en activant les mécanismes de réparation du code génétique.

    Ici, le miel contenant des composés polyphénoliques a été évalué pour son effet protecteur potentiel sur la génotoxicité induite par les pesticides.

    Les chercheurs ont évalué la protection offerte par des extraits de miel provenant de quatre produits bio. Ils ont recherché leur teneur en polyphénols, leur activité antioxydante, et leurs effets sur des cellules épithéliales, bronchiques et nerveuses humaines. L'effet protecteur du miel a été, ensuite évalué dans une population chroniquement exposée aux pesticides.

    Les quatre types de miel ont montré un profil différent de polyphénols associé à un pouvoir antioxydant différent.

    La dysfonction mitochondriale induite par les pesticides est liée à la quantité de particules agressives induites par ces substances (espèces réactives de l’oxygène) et à l’étendue des dommages infligés à l’ADN.

    Les extraits de miel ont réduit efficacement la formation d’espèces réactives de l’oxygène et diminué les dommages supportés par l'ADN des cellules testées, en favorisant des processus de réparation cellulaire. Dans la population chroniquement exposée aux pesticides, les lésions reçues par l'ADN du fait des pesticides ont fortement diminué.

     

    Non mais, je vous jure: on trouve du miel bio… et pourquoi? normalement le miel est un produit bio… mais si les abeilles butinent des fleurs polluées aux pesticides, leur miel n'est pas celui d'autrefois…. il est pollué. Mais, les abeilles en meurent le plus souvent. Les pesticides, les grosses pluies qui détruisent les plantes et les arbres lors des inondations, la canicule qui crament les fleurs et donc, pas de pollen de fleurs à butiner, sans compter que la chaleur est trop forte dans la ruche et les abeilles sont obligées de climatiser la ruche pour ne pas que meurent les bébés et la reine. Elles meurent épuisées. On a perdu la moitié de la récolte annuelle en dix ans.

    Einstein a dit que le jour où les abeilles disparaîtraient, les humains n'auraient que quelques années à survivre.

    Et le gouvernement sans fout, comme d'habitude…. on est inondé de miel étranger, chinois par exemple qui contient des trucs bizarroïdes innommables… et aussi beaucoup d'eau.

    Déjà que le miel en tube plastique c'est bisphénol et compagnie…

    Bon ceci dit, pour avaler des huiles essentielles, vous pouvez diluer dans du miel....

    Vous trouverez des huiles essentielles BIO sur mon site: