Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nutrition news

  • Plein de caféine?

    Ce n’est pas parce que votre café est amer qu’il est "plus fort"

    Le café – un grain aux multiples possibilités…. Le mode d’infusion constitue un choix important: espresso, filtre, piston, percolateur, préparation instantanée, etc. Chaque technique nécessite un équipement, une durée, une température, une pression et une mouture de café, ainsi que des besoins en eau qui lui sont propres.

    Notre préférence quant à la méthode d’infusion peut provenir de notre culture, de notre société ou de considérations plus pratiques.

    Mais dans quelle mesure ces facteurs influencent-ils réellement le contenu de votre tasse?

    Quelle infusion est la plus forte?

    Ça dépend. Si nous nous intéressons à la concentration de caféine, sur une base de milligramme par millilitre (mg/ml), la méthode espresso produit généralement la concentration la plus élevée, pouvant atteindre 4,2 mg/ml. C’est approximativement trois fois plus que d’autres techniques, comme celle de la cafetière italienne (un type de percolateur à ébullition) et l’infusion à froid, avec à peu près 1,25 mg/ml. La cafetière à filtre et la cafetière à piston (y compris le procédé AeroPress) fournissent environ la moitié de cette concentration.

    Plusieurs raisons expliquent l’extraction maximale de caféine par la méthode espresso. En utilisant une mouture la plus fine, il y a plus de contact entre le café et l’eau. L’espresso fait également appel à la pression, expulsant davantage de composés dans l’eau. L’infusion plus prolongée de certains autres procédés n’a pas d’incidence sur la caféine. En effet, cette substance est soluble dans l’eau et facile à extraire; elle est donc libérée au début de l’infusion.

    Mais ces comparaisons sont effectuées sur la base de conditions d’extraction typiques, et non de situations de consommation normales.

    Ainsi, alors que l’espresso vous procure le produit le plus concentré, celui-ci est livré dans un plus petit volume (seulement de 18 à 30 ml), par rapport à des quantités beaucoup plus importantes pour la plupart des autres méthodes. Ces volumes varient bien sûr en fonction du fabricant, mais une récente étude de chercheurs italiens a défini un volume final typique de 120 ml pour les cafés à filtre, les cafés au percolateur et les cafés infusés à froid.

    D’après ces calculs, l’infusion à froid représente en fait la plus grande dose de caféine par portion, avec près de 150 mg, ce qui est encore plus élevé que les 42 à 122 mg que l’on trouve dans l’espresso. Bien que cette technique nécessite de l’eau froide et une mouture plus grosse, elle est préparée avec un rapport café/eau élevé, ce qui requiert des grains supplémentaires. Bien sûr, les "portions standard" sont un concept et non une réalité – vous pouvez multiplier les portions et surdimensionner n’importe quelle boisson à base de café!

    Avec l’augmentation du prix du café, l’efficacité de l’extraction, c’est-à-dire la quantité de caféine obtenue pour chaque gramme de café, peut également susciter votre attention.

    Il est intéressant de noter que la plupart des techniques sont en fait assez comparables sur ce point. Bien que les méthodes d’espresso varient, elles donnent une moyenne de 10,5 milligrammes par gramme (mg/g), contre 9,7 à 10,2 mg/g pour la plupart des autres procédés. L’unique exception est la cafetière à piston, avec seulement 6,9 mg/g de caféine.

    La cafetière à piston, ou "French press", comme on dit en anglais, a en fait été inventée en Italie, malgré sa connotation actuelle. Rachel Brenner/Unsplash

    La force, c’est plus que de la caféine

    La teneur en caféine n’explique qu’une petite partie de la force du café. Des milliers de composés sont extraits, contribuant à l’arôme, à la saveur et à la fonction. Chacun d’entre eux présente son propre schéma d’extraction, et ils peuvent interagir pour inhiber ou renforcer les effets.

    Les huiles responsables de la créma – la riche " mousse " brune qui recouvre l’infusion – sont également extraites plus facilement avec des températures et des pressions élevées, ainsi que des moutures fines (un autre argument potentiel en faveur de l’espresso et de la cafetière italienne). Ces méthodes génèrent aussi des taux plus élevés de solides dissous, ce qui se traduit par une consistance moins aqueuse; mais, là encore, tout dépend de la façon dont le produit final est servi et dilué.

    Pour compliquer encore les choses, les récepteurs qui détectent la caféine et les autres composés amers sont très variables d’un individu à l’autre en raison de la génétique et de la répétition de nos habituelles expositions. Cela signifie que l’amertume et la force d’un même échantillon de café peuvent être perçues différemment selon les personnes.

    Il existe également des variations dans notre sensibilité aux effets stimulants de la caféine. Ainsi, ce que nous recherchons dans un café, et ce que nous en retirons, dépend de notre propre biologie unique.

    Existe-t-il une infusion plus bénéfique pour la santé?

    Selon les tendances ou les jours, le café peut être présenté comme un choix sain ou malsain. Cela s’explique en partie par notre biais d’optimisme (bien sûr, nous voulons que le café soit bon pour nous !), mais peut également être dû à la difficulté d’analyser des produits comme le café, où il n’est pas évident de saisir la complexité des méthodes d’infusion et d’autres variables.

    Certaines études ont suggéré que les effets du café sur la santé sont propres au type d’infusion. Par exemple, le café filtre a été lié à des résultats cardiovasculaires plus positifs chez les personnes âgées.

    Cette relation pourrait être une coïncidence, compte tenu d’autres habitudes concomitantes, mais il semble que le café filtre soit plus sain parce que davantage de diterpènes (un produit chimique présent dans le café qui pourrait être associé à l’augmentation du taux de mauvais cholestérol) restent dans le marc et le filtre, ce qui signifie qu’une moindre quantité se retrouve dans la tasse.

    Chaque méthode d’infusion possède ses propres caractéristiques et apports. Toutes présentent ainsi un profil unique de saveur, de texture, d’apparence et de composés bioactifs. Bien que la complexité soit réelle et intéressante, en définitive, le mode d’infusion est une décision personnelle.

    Différentes informations et des circonstances entraîneront différents choix chez différentes personnes et à des jours différents.

    Emma Beckett, Senior Lecturer (Food Science and Human Nutrition), School of Environmental and Life Sciences, University of Newcastle

    The Conversation

    Pour faire une infusion à froid: il vous faut un café moulu gros.

    Mettez la quantité souhaitée de café dans votre contenant puis arrosez de bonne eau (pas celle du robinet qui est pleine de chlore) et laissez infuser environ10mn. Inutile de couvrir puisque l'eau est froide.

    Passez finement votre café et buvez-le. On s'habitue facilement à le consommer froid, même en hiver. Pour un café plus fort, il suffit d'ajouter une cuillère à soupe supplémentaire. Le mieux est de le boire sans sucre et sans lait, bien sûr.

  • Les atouts santé de la figue

    SVP achetez des figues françaises!

    Une bonne qualité nutritionnelle

    Fruit méditerranéen par excellence, la figue peut jouer un rôle équilibrant dans l'alimentation, grâce en particulier à sa densité élevée en minéraux. Elle assure également un complément non négligeable en vitamines du groupe B (souvent déficitaires dans l'alimentation), ainsi qu'en substances anthocya­niques ayant des propriétés "vitamine P" (précieuses pour la santé des petits vaisseaux sanguins).

    Son apport énergétique se révèle finalement raisonnable, puisqu'une figue (pesant environ 45 g en moyenne) représente moins de 25 kcalories... Indulgente pour la ligne, elle peut constituer un dessert gourmand et raffiné, parfaitement adapté à une alimentation - minceur. De quoi inciter, en saison, à placer des figues aussi souvent que possible dans la corbeille à fruits !

    Des fibres abondantes

    Ses fibres se montrent très efficaces pour stimuler les intestins. De ce fait, la figue est particulièrement indiquée en cas de tendance à la constipation. Pour une meilleure digestibilité, il est conseillée de la choisir bien mûre : elle est alors moelleuse et tendre. Cependant, les personnes souffrant de diverticulose colique doivent impérativement écarter la figue de leurs menus : ses petits "grains" risqueraient de s'accumuler dans les diverticules de l'intestin, et de provoquer des troubles.

    Pour consommer la figue, il est préférable de la peler au voisinage de la queue. En effet, dans cette zone du fruit, la peau est assez épaisse. Et surtout, il peut s'y trouver des traces du "latex" présent dans les feuilles et les rameaux de la plante. Ce suc d'apparence laiteuse renferme des enzymes (des lipases, et surtout des protéases, capables notamment de faire cailler les protéines du lait). Son contact avec les lèvres ou la muqueuse de la bouche pourrait provoquer des irritations.puis la plus haute antiquité, on connaissait les vertus laxatives de la figue : elle était conseillée pour "libérer le ventre". On en faisait aussi des cataplasmes, notamment pour soigner les ulcères des membres. Enfin, on utilisait son suc (ou "latex") pour la préparation des caillés destinés à confectionner le fromage, ainsi que pour attendrir les viandes.

     

    Certaines personnes utilisent ce lastex pour faire partir des verrues

     

     

  • L’intérêt de l'huile d’avocat

    Assez similaire à l’huile d’olive dans sa composition, l’huile d’avocat peut être utilisée pour l’assaisonnement et la cuisson. Elle présente des atouts pour la santé cardiovasculaire, pour les yeux et même, sous forme d'extrait, pour les articulations. 

    L’avocat est un fruit qui est bon pour la santé. Riche en acides gras essentiels, en vitamines (notamment vitamine E) et en minéraux (potassium et magnésium), il contribue à une bonne santé cardiovasculaire.

    Peut-être moins connue, l’huile d’avocat est obtenue en pressant la pulpe charnue entourant le noyau d’avocat. L’huile d’avocat contient environ 70 % d’acide oléique (un acide gras monoinsaturé), 13% d’acides gras polyinsaturés (essentiellement de l’acide linoléique) et 12% de graisses saturées. Elle contient également de la vitamine E et des caroténoïdes qui lui confèrent des propriétés antioxydantes. Voici comment elle peut contribuer à rester en bonne santé.

    Pour la santé cardiovasculaire

    Grâce à sa teneur élevée en acides gras monoinsaturés et notamment en acide oléique, l’huile d’avocat peut contribuer à réduire le risque cardiovasculaire. En effet, l’acide oléique qui est également présent en grande quantité dans l’huile d’olive a fait l’objet d’études évaluant, par exemple, son effet bénéfique sur la pression artérielle.

    Chez des rats hypertendus, l’administration quotidienne d’huile d’avocat permet de réduire significativement la pression artérielle. Une autre étude menée également sur des rats (nourris avec du sucre en vue de modifier leur profil métabolique) indique qu’une supplémentation en huile d’avocat aide à limiter le processus inflammatoire associé au risque cardiovasculaire induit par le sucre, et d’améliorer le profil lipidique.

    Une autre étude menée cette fois chez 13 adultes en bonne santé montre qu’en remplaçant le beurre de leur alimentation par de l’huile d’avocat, ils obtiennent en seulement 6 jours une amélioration de leur profil métabolique (glycémie, insulinémie, triglycérides, cholestérol) ainsi qu’une diminution des marqueurs inflammatoires.  

    Pour les articulations

    Plusieurs études, et notamment des essais contrôlés randomisés, indiquent que des extraits d’huiles d’avocat et de soja (insaponifiables avocat-soja) contribuent à réduire la douleur et la raideur associées à l’arthrose et ainsi améliorer la fonction articulaire. Ces extraits permettent également de diminuer le recours aux médicaments anti-douleur. En France, on trouve les insaponifiables avocat-soja dans un médicament destiné au traitement de l’arthrose de la hanche et du genou.

    Pour les yeux

    L’huile d’avocat constitue une bonne source de lutéine, un antioxydant de la famille des caroténoïdes, qui présente un intérêt dans la prévention de maladies telles que la DMLA et la cataracte. La lutéine permettrait également de supprimer l’inflammation chez des personnes souffrant de maladie coronarienne.

    Selon les résultats d’une étude, ajouter de l’huile d’avocat à un plat permet également d’améliorer l’absorption des caroténoïdes (α-carotène, β-carotène, lutéine) présents. Ainsi, ajouter 24 g d’huile d’avocat à une salade contenant des carottes, de la laitue et des épinards permet d’augmenter entre 5 et 15 fois l’absorption des caroténoïdes présents dans ces aliments.

    Contre le stress oxydant

    La teneur en antioxydants de l’huile d’avocat (vitamine E, caroténoïdes) lui permet de lutter contre les dégâts dus aux espèces réactives de l’oxygène. Le stress oxydant est impliqué dans la genèse de nombreuses maladies dont le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires. Une étude menée sur des rats diabétiques montrent qu’une supplémentation en huile d’avocat permet d’améliorer la fonction mitochondriale (altérée en cas de diabète ce qui augmente la production d’espèces réactives de l’oxygène) et ainsi de lutter contre le stress oxydant cérébral.

    Pour la peau

     

    L’huile d’avocat peut également être utilisée sur la peau grâce à ses propriétés antioxydantes et protectrices. Associée à la vitamine B12 dans une crème, elle aurait des effets bénéfiques pour soulager le psoriasis selon les résultats d’un petit essai clinique qui a duré 12 semaines.  Utilisée localement, l’huile d’avocat favorise la cicatrisation des plaies et exerce des effets anti-inflammatoires au niveau de la peau.

    Mieux vaut choisir une huile d’avocat vierge, obtenue par pression à froid. L’huile d’avocat peut être utilisée en assaisonnement dans les salades mais également pour la cuisson. Elle est stable à haute température, jusqu’à environ 250°C. Sa stabilité à la chaleur est supérieure à celle de l’huile d’olive. N’oubliez pas que l’important est de varier les huiles pour profiter au mieux de leurs bienfaits.

    J'en achète que j'en trouve et son goût n'est pas vraiment celui de l'avocat, donc, si vous n'aimez pas consommer un avocat, vous pouvez en acheter.

    En ce qui concerne les avocats, je n'achète QUE les avocats du Pérou ou au pire, des avocats d'Israël, qui sont ceux qui mûrissent sans noircir dans la majorité des cas.

     

    Références

        Terés S, Barceló-Coblijn G, Benet M, Alvarez R, Bressani R, Halver JE, Escribá PV. Oleic acid content is responsible for the reduction in blood pressure induced by olive oil. Proc Natl Acad Sci U S A. 2008 Sep 16;105(37):13811-6.

             Carvajal-Zarrabal O, Nolasco-Hipolito C, Aguilar-Uscanga MG, Melo-Santiesteban G, Hayward-Jones PM, Barradas-Dermitz DM. Avocado oil supplementation modifies cardiovascular risk profile markers in a rat model of sucrose-induced metabolic changes. Dis Markers. 2014;2014:386425.

        Christiansen BA, Bhatti S, Goudarzi R, Emami S. Management of Osteoarthritis with Avocado/Soybean Unsaponifiables. Cartilage. 2015 Jan;6(1):30-44.

        Blotman F, Maheu E, Wulwik A, Caspard H, Lopez A. Efficacy and safety of avocado/soybean unsaponifiables in the treatment of symptomatic osteoarthritis of the knee and hip. A prospective, multicenter, three-month, randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Rev Rhum Engl Ed. 1997 Dec;64(12):825-34.

        Christensen R, Bartels EM, Astrup A, Bliddal H. Symptomatic efficacy of avocado-soybean unsaponifiables (ASU) in osteoarthritis (OA) patients: a meta-analysis of randomized controlled trials. Osteoarthritis Cartilage. 2008 Apr;16(4):399-408.

        Unlu NZ, Bohn T, Clinton SK, Schwartz SJ. Carotenoid absorption from salad and salsa by humans is enhanced by the addition of avocado or avocado oil. J Nutr. 2005 Mar;135(3):431-6.

        Stücker M, Memmel U, Hoffmann M, Hartung J, Altmeyer P. Vitamin B(12) cream containing avocado oil in the therapy of plaque psoriasis. Dermatology. 2001;203(2):141-7.

        Furlan C.P.B., Valle S.C., Östman E., Maróstica M.R., Tovar J. Inclusion of Hass avocado-oil improves postprandial metabolic responses to a hypercaloric-hyperlipidic meal in overweight subjects. J. Funct. Foods. 2017;38:349–354.

        Márquez-Ramírez CA, Hernández de la Paz JL, Ortiz-Avila O, Raya-Farias A, González-Hernández JC, Rodríguez-Orozco AR, Salgado-Garciglia R, Saavedra-Molina A, Godínez-Hernández D, Cortés-Rojo C. Comparative effects of avocado oil and losartan on blood pressure, renal vascular function, and mitochondrial oxidative stress in hypertensive rats. Nutrition. 2018 Oct;54:60-67.

        Ortiz-Avila O, Esquivel-Martínez M, Olmos-Orizaba BE, Saavedra-Molina A, Rodriguez-Orozco AR, Cortés-Rojo C. Avocado Oil Improves Mitochondrial Function and Decreases Oxidative Stress in Brain of Diabetic Rats. J Diabetes Res. 2015;2015:485759

  • Riches en protéines, les œufs aident à maigrir.

    Incroyable non?

    Mangez des œufs sans réserve

    Les œufs sont " fabulœufs " pour l’alimentation, ce qui les qualifie à juste titre au rang de super-aliment. Faible en calories, un seul œuf contient plus de 6 g de protéines de haute qualité et 12 différentes sortes de vitamines et minéraux dont le sélénium antioxydant, les vitamines B2 et B12 ainsi que les caroténoïdes (lutéine et zéaxanthine) qui contribuent à abaisser le risque de dégénérescence maculaire.

    Le lien entre la consommation d’œufs et les pathologies cardiaques ne semble pas justifié. Et à moins d’un avis contraire du médecin, il n’y a aucune restriction en ce qui touche aux œufs, car les spécialistes s’accordent aujourd’hui pour admettre que l’impact que l’on attribuait aux œufs sur le taux de cholestérol a été grandement exagéré.

    Impossible de vous lasser des œufs avec les nombreuses recettes qui existent pour les cuisiner!

     

    Tartine d'œufs brouillés

    Pour 4 personnes

    4 tranches de pain de campagne, 8 œufs entiers

    Sel et poivre; 40 g de beurre

    1 C A S de crème épaisse; 2 poignées de pousses d’épinard

    Fairtes giller les tranches de pain de campagne.

    Battre les œufs en omelette, salez et poivrez

    Faire fondre 40 g de beurre dans une sauteuse puis ajoutez les œufs. Remuez sans cesse avec une spatule.

    Lorsque les œufs ont une consistance crémeuse, arrêtez la cuisson en ajoutant la crème et une poignée d’épinards.

    Déposez sur chaque tranche de pain les œufs brouillés aux épinards, et dégustez aussitôt