Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Occitan

  • La pledge un 10 Août: j'ai jamais vue!

    Je vous certifie qu'il n'a jamais fait aussi mauvais et frisquet à Toulouse un 10 Août!

    Ben, comme c'est mon anniv' je me souviens de tous... les 10 août (vi, ça fait un bon paquet!).

    On dit que s'il fait pas trop beau à la Saint Laurent (bonne fête à tous les Laurent et Laurence) la Marie du 15 août arrange tout ou aggrave tout. Macarel! non mais, de quoi elle se mêle!

    Du coup, comme je vais chaque année au resto fêter cela (en suisse puisque tout le monde est en congés), ce soir, je vais prendre un cassoulet...

    Où ça? à L'Escarbille, route nationale 113, pas loin de Montgiscard. Ce n'est pas le pire que j'ai mangé, croyez-moi. Mais au moins, c'est le patron qui le réalise de ses blanches mains....

    Bon, c'est pas tout ça, faut que je me fasse belle!

    Adicias e touti!

     

     

  • Un petit coup de rappel?

    O Moun Païs! O Toulouso!

    Poésie Languedocienne de Lucien MENGAUD (1844)

    Musique de  Louis Deffès (1845)

     

    Ô moun pays! ô moun pays! ô Toulouso, Toulouso!

    Qu'aymi tas flous, qu'aymi tas flous, toun cel, tôun soulel d'or!

    Al prep de tu, al prep de tu l'âmo sé sent hurouso,

    E tout ayssi é tout ayssi ayssi réjouis le cor

    E tout ayssi , é tout ayssi me réjouis le cor.

    Ô moun pays! ô moun pays! ô Toulouso, Toulouso!

    Qu 'aymi tas flous, toun cél, toun soulel d'or!

    Que you soun fiér de tas académios,

    Des mounumens qu'ornon nostro citat!

    Detoun renoum é dé tas pouésios

    E de toun cant despey loutens citat!

    Aymi tabès nostro lengo gascouno

    Que tant nous douno, que tant nous douno de gayetat!

    Oh! qu'aymi pla da tas brunos grisettos

    Lé tin flourit, lé souriré malin,

    Lour pel lusén, lours poulidos manétos

    Lours poulits pès é lour regard taquin!

    En las bésén moun cor se rebiscolo

    Etpey s'enbolo, Etpey s'enbolo tout moun chagrin.

    A tous entours l'herbo semblo pus fresquo

    Le parpaillol a maytos de coulous,

     

    Tous fruits y soun douces coumo la bresquo

    E tous pradèls soun claoufidis de flous ;

    Dé tous bousquéts you récerqui l'oumbratgé

    E lé ramatgé é lé ramatgé des aouselous

    De tous guerriés doun la noblo benjenco

    Fasquec courber plega le froun des argousis

     

    argousis" est une variante proposée à la place du texte obsolète de Lucien Mengaud => "sarrasis":
    en effet Toulouse souffrit bien plus de Simon de Montfort et des Croisés venus du Nord
    que des arabes venus d'Espagne

     

    De ta fiértat e de l'independenço

    Que de tout tens regnet dins le pays.

    Oh! soun pla fier de ma bilo tant belo

    Que tant rappélo que tant rappélo de soubenis

    Ô mon pays! ô mon pays! ô Toulouse, Toulouse!

    ------------------------------------------------------------

    J'aime tes fleurs, j'aime tes fleurs, ton climat enchanteur!

    Auprès de toi, auprès de toi l'âme se sent ravie,

    Tout en ces lieux, tout en ces lieux, nous réjouit le cœur,

    Tout en ces lieux, tout en ces lieux, nous réjouit le cœur.

    Ô mon pays! ô mon pays! ô Toulouse, Toulouse!

    J'aime tes fleurs, ton climat enchanteur

    Que je suis fier de tes académies,

    Des monuments ornant notre cité!

    De ton renom et de tes poésies,

    Et de ton chant depuis longtemps cité!

    Oh j'aime aussi notre langue gasconne

    Qui toujours donne qui toujours donne franche gaîté!

    J'aime surtout de tes brunes grisettes

    Le teint fleuri, le sourire malin

    Leurs beaux cheveux, leurs mains gentillettes

    Leurs pieds mignons, puis leur‑ regard

    Quand je les vois, mon âme se console

    Alors s'envoh alors s'envole tout mon chagrin.

    Sous ton beau ciel tes fleurs sont plus vermeilles

    Les papillons ont plus belles couleurs,

    Les fruits plus doux que le miel dès abeilles

    Et tous tes près sont émaillés de fleurs ;

    Dans tes bosquets on entend sous l'ombrage

    Tendre ramage, tendre ramage sons enchanteurs

    Gloire aux guerriers dont la noble vaillance

    Faisait courber le front des argousins

    Soyons jaloux de cette indépendance

    Que de tous temps aima le Toulousain

    Oui, je suis fier de ma ville si belle

    Qui me rappelle Qui me rappelle nos grands destins.

     

  • Le canard, le canard, le canard!!!!!!

    En Occitanie, le plat préféré n'est pas celui du reste des Français

    Un sondage récent s'est penché sur les habitudes culinaires des Français. Et en Occitanie, il y a un plat qu'on affectionne tout particulièrement.

    Les habitants de la région Occitanie ont des préférences locales

    Tropisme local ou véritable savoir-vivre ? En Occitanie, on ne badine en effet pas avec les spécialités locales. En témoigne ce sondage, réalisé par BVA pour La Presse Régionale.

    Interrogés sur leurs habitudes culinaires à l’occasion de la semaine du goût, les sondés, censés être représentatifs de la population française, devaient se prononcer sur leur plat préféré.

    Si la majorité des interrogés dit ne pas résister à l’appel du plateau de fruits de mer, en Occitanie, c’est le magret de canard qui emporte les suffrages gustatifs haut la main, avec 43% aficionados de cette spécialité du Sud-Ouest.

    Une autre région ne résiste pas au morceau de canard et c’est (étrangement) la Bourgogne-France-Comté qui emporte la bouche de 25% des personnes interrogées.

    Le vin devant la bière

    Côté boisson, le vin domine outrageusement les débats sur l’ensemble du territoire y compris en Occitanie où il est préféré par 71% des sondés. Seule la région des Hauts-de-France résiste encore et toujours à l’envahisseur en continuant de préférer la bière.

    Autre curiosité, les gourmets de la région Occitanie préféreraient le beurre doux au beurre salé.

    Et c'est bien sûr, quoi!!!!

     

  • Où trouver la langue Occitane?

    Hebdomadaire La Setmana et .fr

    Actualités nationales et internationales

     

    Lo Jornalet et jornalet.com

    Gazette d'informations occitanes.

     

    Le Diari

    Bi-mensuel d'actualité de l'

    Institut d'études occitanes

     

    fabrica.occitanica.eu

     

    Le Centre interrégional de développement de l'Occitan ouvre sa bibliothèque: livres et autres sources

    locirdoc.fr

     

    Organisme de régulation de l'occitan

    locongres.org

     

    Télévisions

    octele.com

     

    Le magazine Viure al païs

    sur France 3, le dimanche à 11 h 30

    son blog: france3-regions.blog.francetvinfo/le-blog-de-viure-al-pais-france3/

    Edition locale des informations en occitan: tous les samedis à 19 h 18 sur France 3

     

    Radio

    radio-occitania.com (98.3 à Toulouse -j'y suis passée deux fois!) 89.4 à Saint Gaudens)

    106.1 à Cintegabelle

     

    radiomonpais.fr – 90.1 à Toulouse)

     

    radio-planeta-occitania.blogspot.fr

     

  • Oup's, le lait!

    Supervache

    Des vaches énormes au Salon de l'agriculture. Faut-il les admirer ou s'en inquiéter ?

    C'était lundi 29 février. Comme chaque année, dans le cadre du salon international de l’agriculture, se tenait le concours Prim’Holstein. Les Parisiens sont venus s’ébaubir devant des vaches de 600 à 700 kilos. A la réflexion, il y aurait plutôt matière à s’inquiéter.

    Les Prim’Holstein sont génétiquement sélectionnées pour produire des quantités astronomiques de lait: vitesse de croissance ultra-rapide, vêlage précoce (deux ans) donc temps "improductif" réduit, 600 à 700 kilos sur la balance et chaque année 8500 litres de lait au compteur. Des animaux programmés pour la rentabilité.

    Au début du XXe siècle, une vache donnait 3 à 4 litres de lait par jour. Dans les années 1950, les éleveurs et les producteurs avaient déjà trouvé le moyen de leur faire rendre 6 à 7 litres. Entre 1961 et 1998, une Holstein a augmenté sa production quotidienne de lait de près de 16 litres. Aujourd’hui, une vache donne en moyenne plus de 20 litres.

    Ce résultat est dû à une combinaison de sélection génétique et d’optimisation de l’alimentation et de la traite. L’insémination artificielle, mise au point en 1938, puis la congélation du sperme, maîtrisée dans les années 1950 y ont largement contribué.

    Grâce aux Prim’Holstein et aux autres races programmées pour produire toujours plus, l’Europe croule sous le lait. La faute à l’industrie laitière qui a poussé les éleveurs à s’équiper en Supervaches pour se garantir un approvisionnement en lait à bas coût. Selon l’INRA, "même s'il en est peu conscient, le bénéficiaire final en est le consommateur, qui a vu, en termes de pouvoir d'achat, le prix du litre de lait régresser de façon spectaculaire depuis la dernière guerre".

    Mais l’INRA fait mine d’oublier que ce lait pas cher a un coût pour le consommateur. Celui, d’abord, des subventions, qui sont payées avec ses impôts: 500 millions d’euros en novembre 2015 pour l’élevage, auquel on peut ajouter les aides publiques octroyées aux céréaliers qui produisent pour nourrir Supervache (230 euros l’hectare).

    Le coût possible aussi, pour la santé humaine, d’un lait produit par des animaux qui, par leur croissance phénoménale, expriment à un niveau record facteurs de croissance et hormones. Un lait qui n'a plus grand-chose à voir avec celui des paysans d'autrefois.

    ...et son lait ensorcelé

    On sait qu’une consommation soutenue de lait (3 portions par jour et plus) se traduit par une augmentation sensible d'un facteur de croissance, l'IGF-1, mais on ne sait pas dans quelle mesure cette augmentation est due à l’IGF-1 du lait de vache (en tous points semblable au nôtre et dont une partie passe dans la circulation) ou aux effets stimulants bien connus des protéines laitières sur les facteurs de croissance.

    Quoi qu’il en soit, des taux élevés d’IGF-1 ont été associés à un risque plus élevé de certains cancers.

    Le lait ensorcelé de Supervache contient aussi de l’insuline bovine, soupçonnée de favoriser le diabète de type-1 chez certains enfants, et des hormones dont une partie est absorbée et peut exercer des effets biologiques. Les données sur la prolactine sont contradictoires, mais des études ont trouvé que 60 à 80% des estrogènes alimentaires sont apportés par le lait et les produits laitiers. Ces estrogènes, très présents dans les fromages du fait de leur affinité pour les graisses, ont été récemment mis en cause dans une étude de Harvard ayant relevé une baisse de la fertilité chez les gros consommateurs de ces aliments..

    Cette course à la consommation et à la production, ridicule, coûteuse, injustifiée, se fait au détriment des éleveurs, des animaux, de l’environnement et du consommateur. La question est celle-ci: pouvons-nous accepter en tant que pays, de produire un lait de qualité, en moindre quantité, dans le respect du bien-être et de la physiologie de l’animal?

    Pouvons-nous accepter, si nous consommons des produits laitiers, d’en manger moins, pour le plaisir et la qualité, et non de fallacieux bénéfices pour la santé, en les payant à leur juste prix, c’est-à-dire plus cher, afin d’assurer aux éleveurs responsables un revenu décent?

     

    Lundi, au salon de l’agriculture, c’est la Prim’Holstein Bellissima, 10 ans, qui a été sacrée Supervache de l'année. Avec six lactations et 81503 kg de lait au compteur elle a reçu en prime le titre de meilleure laitière et meilleure mamelle. Qui dit mieux?