Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cuisine Toulousaine et Occitane

  • Se nourrir pendant les guerres

     

    http://webdoc.rfi.fr/guerres-1914-1918-jardins-victoire-potagers-1939-1945/

  • Mélatonine = danger

    "La mélatonine n’est pas un traitement de choix des troubles du sommeil: d’efficacité incertaine au-delà d’un effet placebo, elle expose à des effets indésirables, en particulier neuropsychiques, cutanés et digestifs". Telle est la conclusion sans appel de la dernière livraison de Prescrire 1, mensuel indépendant de géants de l’industrie pharmaceutique et, corollaire, des pharmaciens d’officine.

    Chacun, ou presque, sait que la mélatonine est  une hormone secrétée principalement par le cerveau et qu’elle a pour fonction principale "d’informer l’organisme de l’alternance jour-nuit, permettant de favoriser l’endormissemen ". Etonnamment, en France, il existe deux mélatonines: selon la dose contenue dans une "unité de prise", elle est considérée comme médicament ou complément alimentaire. Prescrire:

    Quels que soient sa dose et son statut, en cas de mauvais sommeil, la mélatonine n’est pas plus efficace qu’un placebo à court terme. De 2009 à mai 2017, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) a recueilli 90 effets indésirables liés à la consommation de compléments alimentaires contenant de la mélatonine; l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a recueilli plus de 200 effets indésirables liés à la prise de mélatonine quel que soit son statut, entre 1985 et 2016“.

    Placebo et modestie

    Pas plus efficace qu’un placebo? Est-ce si simple? "Des préparations à base de mélatonine sont utilisées en France (sans avoir d’AMM) dans certains troubles du rythme veille-sommeil et sont en vente libre dans de nombreux pays. Circadin® est un médicament sous forme de comprimés à libération prolongée dosés à 2 mg de mélatonine, expliquait la Haute Autorité de Santé il y a près de dix ans.  L’efficacité de Circadin® sur la qualité du sommeil et le comportement au réveil est modeste. C’est pourquoi la commission de la transparence a attribué à Circadin® un Service Médical Rendu suffisant pour une prise en charge par la collectivité, à titre provisoire. Le maintien de ce SMR est lié à l’évaluation de l’impact de Circadin® sur la consommation des hypnotiques de type benzodiazépines et apparentés, qui sera effectuée 18 mois après la date de prise en charge par l’Assurance maladie. Comme pour les autres hypnotiques, la prescription de Circadin® ne doit pas dépasser 3 semaines“.

    Et l’ANSM précisait il y a quelques mois, les indications de Circadin® (traitement court de l’insomnie primaire chez l’adulte de plus de 55 ans) et de la RTU (traitement des troubles du sommeil liés à un syndrome de Rett, un syndrome de Smith-Magenis, un syndrome d’Angelman, une sclérose tubéreuse ou à des troubles du spectre autistique chez l’enfant de 6 à 18 ans). En pratique le Circadin® n’est pris en charge par l’assurance maladie que dans ces cas particuliers pour un montant maximal de prise en charge fixé à 800 € par patient et par an. Dans tous les autres cas le Circadin® n’est pas remboursé et son prix en pharmacie est libre.

    Mais l’ANSM attirait aussi et surtout l’attention des prescripteurs et des pharmaciens sur un récent avis de l’ANSES relatif aux risques liés à la consommation de compléments alimentaires contenant de la mélatonine. Cet avis d’experts, s’appuyant sur les déclarations d’effets indésirables du dispositif de nutrivigilance et une étude bibliographique, conclut à l’existence de populations et de situations à risque ainsi que de nombreuses interactions médicamenteuses possibles entre la mélatonine et certains médicaments, impliquant des précautions en termes de dose et de durée de traitement.

    Et Prescrire aujourd’hui:

    "Les effets indésirables rapportés sont surtout des troubles neuropsychiques (syncopes, somnolences, maux de tête, convulsions, anxiété, troubles dépressifs), des troubles cutanés de type éruptions diverses et des troubles digestifs (vomissements, constipations, atteintes du pancréas). Des troubles du rythme cardiaque, régressant à l’arrêt de la mélatonine, ont été observés.

    "Les risques d’interactions sont à prévoir avec de nombreux médicaments, avec risque de diminution de leur activité et/ou addition de leurs effets indésirables. Des données anormales observées chez l’animal incitent à la plus grande prudence quant à l’utilisation de la mélatonine pendant la grossesse. Dans tous les cas, quel que soit son statut, la mélatonine n’est pas une substance anodine. Son efficacité est incertaine pour favoriser le sommeil et elle expose à des effets indésirables notables“.

    En avril dernier nous rappelions que l’on vendait chaque année en France environ 1,4 million de boîtes de mélatonine, présente dans diverses formes de compléments alimentaires. Et nous demandions si Agnès Buzyn oserait en finir avec la vente libre. La question, à la lecture de Prescrire, n’a rien perdu de son actualité.

     

    1 "Mélatonine: bilan des notifications d’effets indésirables en France" Rev Prescrire 2018 ; 38 (421): 835-836. (pdf, réservé aux abonnés) ©Prescrire 1er novembre 2018

  • Devoir de Mémoire

    Mon grand’oncle Léon Mellard, frère de ma grand’mère Rosa, a laissé un journal de campagne, commencé le 28 août 1914, date de son départ de chez ses parents à Lievin (Pas de Calais) et terminé le 03 mars 1916. Il est décédé trois jours plus tard.

    Ce journal a été rendu à sa famille; dans ce journal sont évoqués à maintes reprises, sa mère Élisabeth,  ses sœurs Élise, Marie, Rosa, son frère Pierre (décédé lui aussi, en juillet 1915, il l’apprend par sa mère à cette date), la femme de Pierre, Suzanne.

    De sa position il montre un souci constant pour sa famille, mais surtout pour sa fiancée Hélène dont il ne reçut, pendant ces 19 mois,  qu’une unique lettre le 08 octobre 1914, datée du 24 septembre,  Le questionnement est de plus en plus pressant, angoissé la concernant, au fur et à mesure que le temps passe ; il sait que le nord a été envahi par les allemands, il apprend les évacuations, les retours de populations, etc., les vrais et faux bruits qui ne le rassurent pas ; « vite, vite que Liévin soit délivré et que j’ai des nouvelles d’Hélène, Vite, Vite, Vite » il n’a pour lui que le recours à la religion, il est très croyant et pratiquant ; messes, vêpres et salut font partie de son quotidien; il communie; il invoque la protection de Dieu et de la vierge Marie.

    Ce récit va de la narration de ses déplacements, essentiellement en train, parfois en ambulance, à ses activités liées à sa condition de soldat (Caporal) sur le terrain c’est-à-dire les corvées, les manœuvres et les marches, le front en première ou deuxième ligne, le repos, les permissions –il en aura deux-, le quotidien sans confort, couchage, nourriture. Il se plaint très rarement; le ton  semble parfois monotone, mais plus souvent coloré, et des expressions reviennent: quelle misère, quelle guigne, je m’ennuie, je m’ennuie, vivement la paix.

    Il apprend la manière de transmettre la pensée avec les cartes qu’il recopie (une page et demi), la veille de son départ pour les tranchées,  il apprécie certains paysages, quand la nourriture s’améliore, le confort d’un lit d’hôpital. Reviennent aussi souvent ses démarches auprès de la sous-préfecture pour savoir où est sa famille, les listes d’évacués, auprès de l’autorité militaire pour savoir où sont affectés ses amis.

    Son dernier écrit, c’est une courte lettre datée  du 03 mars 1916; il l’a écrite assis sur mon sac dans la tranchée sous une toile de tente car il n’y a pas d’abri, et il pleut, quelle misère; le canon gronde bien fort et il y a fusillade au bois où était Pierre...... C'est bombardé chaque jour...... Priez bien je compte sur vous...

    Martine D. - Octobre 2018

    https://mellard1916.blogspot.com/

  • La preuve que les vegans sont des crétins confirmes

    Une pub dans le métro de Paris contre le massacre des rats".Ils ne sont pas une menace, ils ont le droit de vivre".

    "Les rats ne sont pas nos ennemis". C’est le message de l’association Paris Animaux Zoopolis, qui a lancé une campagne d’affichage dans le métro, à Paris. Une opération "destinée à remettre en cause l’image négative des rats, issue de préjugés, et à contester l’empoisonnement des rats à Paris". Devant la présence accrue des rongeurs dans ses rues et dans ses espaces verts, la Ville de Paris a mis en place en 2017 un plan d’action pour les éradiquer, "dans l’intérêt de l’hygiène et de la santé publique.

    Une opération de dératisation que l’association dénonce comme un "massacre". Les rats ne sont pas une menace, ils ne sont pas sales ni dangereux. Ils ont le droit de vivre", explique Philippe Reigné, le cofondateur de l’association, qui pointe du doigt "l’hypocrisie institutionnelle de la Ville de Paris et de la préfecture de police".

    Ces mesures sont prises sous couvert d’arguments sanitaires totalement infondés. […] Nous devons apprendre à cohabiter avec les animaux. Ils sont aussi légitimes que nous à vivre en ville".

    Source magazine Closer, BFM TV et RTL

     

  • Vraiment insolite

    Cuire un riz pour qu'il soit moins calorique?

    oui, c'est possible

    Le riz est un aliment consommé à travers le monde entier, mais bien qu’il soit nourrissant, bon marché et facile à préparer, il y a un problème à prendre en considération : il n’est pas si bon pour vous. Il faut savoir qu’une tasse de riz cuit contient environ 240 calories (à cause de l’amidon), qui peuvent rapidement être transformées en matières grasses si elles ne sont pas brûlées. À présent, des scientifiques ont découvert une manière simple de cuire du riz qui pourrait réduire de moitié les calories qu’il contient une fois préparé.

    Des chercheurs du Sri Lanka ont découvert une nouvelle manière simple de cuire le grain de riz, réduisant considérablement ses calories (jusqu’à 50% en moins). La technique offre également d’autres avantages importants concernant la santé.

    Comme l’a expliqué Sudhair James, un étudiant en chimie au Collège des Sciences Chimiques du Sri Lanka, voici ce qu’il faut faire: faire bouillir de l’eau dans une casserole comme d’habitude, mais avant d’y mettre votre riz brut, il faut ajouter de l’huile de noix de coco (environ 3% du poids du riz que vous souhaitez préparer), l’équivalent d’environ une cuillère à café pour une demi-tasse de riz. L’étudiant a dirigé l’étude de recherche avec son superviseur et ces derniers ont présenté leur travail lors du National Meeting and Exposition of the American Chemical Society.

    " Après l’avoir préparé, nous l’avons laissé refroidir au réfrigérateur pendant environ 12 heures. C’est tout", a expliqué James. Pour le manger, il suffit ensuite simplement de le réchauffer. Cela vous paraît étrangement simple? Il faut savoir que ce processus mets en œuvre une chimie alimentaire fascinante. En effet, tous les amidons ne sont pas créés de la même manière.

    Il en existe deux principaux types: les amidons digestibles, que nous transformons rapidement en glucose, stocké sous forme de graisse si nous ne le brûlons pas, et les amidons résistants, qui ne sont pas décomposés en glucose dans l’estomac, et ont une teneur en calories inférieure. Ces derniers passent plutôt par l’intestin grêle, où ils agissent plus comme une fibre alimentaire et peuvent donc fournir toutes sortes de bénéfices intestinaux.

    Bien que de nombreux féculents (tels que les pommes de terre et le riz) contiennent beaucoup d’amidons résistants dans un premier temps, la manière dont ils sont préparés finit par les transformer chimiquement et ces aliments deviennent ensuite principalement des amidons digestibles.

    Les chercheurs ont déjà constaté que, de manière relativement étrange, le riz frit et le riz pilaf semblent contenir plus d’amidon résistant que le riz cuit à la vapeur, celui qui est le plus communément préparé. Une autre étude suggère également que laisser les pâtes refroidir avant de les réchauffer et de les manger, augmente considérablement la teneur en amidon résistant. C’est pour cette raison que James et son superviseur, Pushparajah Thavarajah, ont souhaité enquêter sur le sujet.

    Pour leur étude, les chercheurs ont testé huit manières différentes de cuire du riz sur 38 types différents de grains disponibles au Sri Lanka. Ils ont découvert qu’en ajoutant une graisse telle que de l’huile de noix de coco avant de le cuisiner et le refroidir immédiatement ensuite, leur permettait de changer la composition d’amidon du riz final, de sorte à ce qu’il contienne plus d’amidon résistant.

    L’huile de noix de coco fonctionne en interagissant avec les molécules d’amidon et en changeant son architecture:  Refroidir le riz pendant 12 heures conduira à la formation de liaisons d’hydrogène entre les molécules d’amylose à l’extérieur des grains de riz, qui le transforment également en un amidon résistant", explique James.

    Il a ajouté que réchauffer le riz ensuite, ne modifiait plus les niveaux d’amidon résistants. Jusqu’à présent, les chercheurs ont constaté que grâce à leur technique, ils pouvaient réduire la quantité d’amidon digestible de 15 fois. Cela a également été associé à une réduction de 10 à 15% de la teneur en calories.