Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cuisine Toulousaine et Occitane

  • JE M'EN DOUTAIS, C'EST FAIT!

    Depuis que j'ai entendu cette histoire stupide de "sobriété énergétique", j'ai pensé aussitôt "compteur Linky!".

    Je me suis dit: je suis sûre qu'"ils" vont nous faire un coup de Trafalgar avec ce truc qu'"ils" nous ont imposé il y a deux ou trois ans….

    JE VIENS D'ENTENDRE AUX INFOS QU'A PARTIR DU 15 OCTOBRE, LES BALLONS D'EAU CHAUDE NE SE DECLENCHERAIENT PAS DANS LA JOURNEE….

    Et à votre avis, comment peuvent-ils imposer cela?

    Avec le compteur Linky qu'ils VOUS ONT IMPOSE

    Même le génial Orwel (qui a écrit "1984") n'a pu penser à cela… Voilà comment "ils" nous fliquent, nous interdisent, viennent jusque dans nos vies intimes…

    Sardine Ruisseau nous a fait rire avec son histoire de surveiller jusque dans notre chambre à coucher combien de fois le mari pouvait nous bai….

    La mégère non apprivoisée et non apprivoisable savait déjà ce qui nous pendait au nez!

    En plus des francocides, du chômage et autres problèmes gravissimes du quotidien, nous voici attaqués dans notre intimité… un jour, "ils" nous obligeront à penser à leur convenance ou"ils" nous pulvériseront!

    LA PREUVE

    Pour évite des coupures, Enedis prévoit de réduire les plages horaires d’heures creuses, où l’électricité est moins chère, afin d’éviter un surplus de consommation à certains moments de la journée. La filiale d’EDF pourra envoyer des consignes directement aux compteurs Linky installés dans les foyers.

    Ce type d’abonnement incite les consommateurs à décaler certaines de leurs consommations à des heures où l’électricité coûte moins cher. Ce qui leur permet de réaliser des économies, et soulage le réseau lors des pics de consommation.

    […]

    Le Parisien

     

    ATTENTION: info VITALE a connaître

     

     

  • On nous le cache, mais c'est prévu

    Les coupures d’électricité de 2 h commencent, et plus de réseau pour nos téléphones! La crise énergétique impacte déjà les Français au quotidien via la hausse des prix du gaz et de l’électricité, mais les choses pourraient bientôt prendre un tout autre tournant…

    C'est expliqué par les Anglais, mais chez nous, silence radio. La meute journalistique se tait prudemment. Peur de perdre avantages, subventions et soirées à l’Elysée ou Matignon?

    Une rotation serait organisée entre les régions concernées, et les services essentiels tels que les hôpitaux, la police et le gouvernement ne seront pas touchés, ont précisé les sources de Reuters (agence anglaise pour les médias)

    Ce plan interviendrait suite aux discussions menées au cours de l’été entre le gouvernement français, les opérateurs de télécommunications et Enedis.

    La Fédération française des télécoms (FFT), qui regroupe Orange SA (EPA:ORAN), Bouygues (EPA:BOUY) Telecom et SFR (EPA:SFRGR) d’Altice (AS:ATCA), aurait critiqué Enedis pour son incapacité à exempter les antennes des coupures de courant.

    En fait, ce que j’évoque dans cet article ne nous pend pas au nez, pas du tout. C’EST DEJA DECIDE: des coupures d’électricité régulières de 2 heures, coupures qui n’épargneront ni la plaque à induction, ni le chauffe-eau, ni la lumière dans la cave ou les toilettes, ni… le téléphone. Impossible d’appeler pompiers, urgence, police. Qu’on se le dise!

    Pour les plus vieux d’entre nous (heu… comme moi)…

    , ce sera un retour aux années 1950. En pire. Parce que, à l’époque, même si on n’avait pas partout l’eau courante et pas du tout le téléphone, on avait au moins l’électricité à tous les étages (heu… sauf des tas de coupures à cause des vestiges de 39-45), suffisamment de médecins et d’hôpitaux proches, même à la campagne, pour vivre à peu près normalement. Et il y avait alors des cheminées ou des cuisinières à bois ou à charbon…

    Et comme Internet n’existait pas on avait près de chez soi les commerces et services indispensables… qui ont disparu depuis longtemps, délocalisés aux sorties des grandes villes ou accessibles via le net…

    Or, Chéri-Bibi a décidé de nous punir, dresser, soumettre…  en faisant semblant de punir Poutine qui s’en bat l’œil. Chéri-Bibi hilare  nous imagine le midi avec un steak cru dans l’assiette et des épinards glacés.

    Bien fait pour nous, on n’a qu’à se nourrir de graines crues, c’est dans l’air du temps. Et il se marre encore plus de nous imaginer, fébriles, l’Iphone à la main, déconnectés… plus d’électricité. Plus d’antennes relais. C’est mathématique. Parce que, même s’ils jurent qu’ils vont essayer de trouver des solutions.

    Enedis a déclaré à Reuters (agence anglaise pour les infos) que tous les clients étaient traités sur un pied d’égalité en cas de coupures exceptionnelles, et qu’il appartient au gouvernement de lui demander de travailler à exempter les antennes mobiles.

    Un fonctionnaire du ministère français des Finances ayant connaissance des discussions aurait par ailleurs déclaré à ce propos:

    " Peut-être aurons-nous amélioré nos connaissances en la matière d’ici à cet hiver, mais il n’est pas facile d’isoler une antenne mobile (du reste du réseau) ".

    https://fr.investing.com/news/economy/france–le-gouvernement-envisagerait-des-coupures-de-courant–rationnement-imminent-2120348

    Question de Béotienne: comment se fait-il que les Ruisseau et autres tarées qui défilent sur les plateaux pour nous parler des malheurs de la femme ne dénoncent  pas ce qui se trame?

    Question 2 de Béotienne: comment se fait-il que nos journaleux qui dissertent à longueur d’antenne sur  le vilain Poutine et le génie Zelensky ne se penchent pas un peu, rien qu’un peu, sur les Français et la vie de merde que Chéri-Bibi et ses pareils sont en train de nous faire?

    L’article d’investing en entier ici:

    https://fr.investing.com/news/economy/france–le-gouvernement-envisagerait-des-coupures-de-courant–rationnement-imminent-2120348

     

  • Notre agriculture va mal, l'avenir de notre portemonnaie

    Les sénateurs " somment " le gouvernement de redresser l’agriculture France

    Une agriculture en déprise abandonnée par l’état et la quasi-totalité des hommes politiques.

    L’agriculture française va très mal depuis 20 ans à cause des gouvernements successifs. Pour les sénateurs, l’agriculture continue de s’effondrer! Et "la France est devenue une puissance agricole qui décline de plus en plus" pour les rapporteurs de la commission des affaires économiques réunie ce 28 septembre 2022 au palais du Luxembourg.

    À l’heure où le commerce international de produits agro-alimentaires n’a jamais été aussi dynamique, la France est l’un des seuls grands pays agricoles dont les parts de marché reculent: elle est passée de deuxième à cinquième exportateur mondial en vingt ans. Son excédent commercial, en retrait, n’est plus tiré que par l’effet prix des exportations, surtout des vins et spiritueux, et non par les volumes.

    En parallèle, les importations alimentaires en France explosent: elles ont doublé depuis 2000 et représentent parfois plus de la moitié des denrées consommées en France dans certaines familles. LA FRANCE, "GRENIER DE L’EUROPE", EST DESORMAIS DEFICITAIRE avec l’Union européenne en matière alimentaire depuis 2015. Hors les vins, elle est même déficitaire avec le monde entier. Constat très accablant!

    Parce qu’il refuse de prendre à bras le corps le sujet de la compétitivité de la Ferme France, l’État fait fausse route en matière agricole depuis une vingtaine d’années, selon un rapport de la commission des affaires économiques du Sénat adopté ce mercredi 28 septembre 2022.

    Pour les rapporteurs Laurent Duplomb (Les Républicains – Haute‑Loire), Serge Mérillou (Socialiste, Écologiste et Républicain – Dordogne) et Pierre Louault (Union Centriste – Indre‑et‑Loire), en suivant cette unique stratégie du "tout montée en gamme", le risque est réel de voir un affaissement du potentiel productif agricole français, au détriment de notre souveraineté alimentaire.

    Surtout, à terme, cette dynamique conduira à réserver l’alimentation française à ceux qui peuvent se le permettre, condamnant les plus modestes à se nourrir de produits importés des quatre coins du monde. Ce phénomène est déjà visible aujourd’hui.

    Ces deux risques, les sénateurs entendent les conjurer en proposant de rectifier le cap.

    Les rapporteurs proposent de corriger le tir en mettant en œuvre un plan "Compétitivité de la Ferme France" à horizon 2028, détaillé dans le rapport autour de 5 axes et 24 recommandations précises.

    Au regard du contexte actuel, marqué par la concomitance d’une crise du pouvoir d’achat et d’une hausse des charges historique des agriculteurs et des industries agro-alimentaires, les sénateurs rappellent, de manière transpartisane, l’urgent impératif d’une politique de compétitivité en agriculture.

    Mener une politique de maîtrise des charges des agriculteurs tout en dopant l’attractivité des produits français à l’extérieur: tels sont les remèdes prescrits contre les maux agricoles français. Parmi les propositions, une série de mesures fiscales, des dispositions en soutien de l’innovation dans le domaine environnemental, une révision de la politique d’accompagnement à l’exportation et un renforcement des protections contre la concurrence déloyale.

    Ces propositions s’appuient sur un constat résultant d’une enquête de plusieurs mois ayant permis de recueillir l’avis de près de 200 experts et professionnels sur la stratégie promue par les pouvoirs publics: depuis plusieurs années, la politique agricole en France promeut uniquement la montée en gamme pour toutes les filières comme solution aux difficultés rencontrées sur les marchés internationaux.

     

    En s’appuyant sur l’exemple de cinq denrées alimentaires parmi les plus consommées par les Français (pomme, tomate, blé, lait, poulet), le rapport dresse un constat sans appel des lacunes de notre politique agricole: sans prêter une attention suffisante aux charges des agriculteurs, sans améliorer la productivité de notre amont agricole par l’innovation et l’investissement, sans défendre suffisamment nos producteurs dans les accords de libre‑échange, la stratégie des pouvoirs publics pousse les agriculteurs dans une impasse.

    Les sénateurs tirent la sonnette d’alarme et craignent que sans changement de cap, la France agricole ne cesse de reculer, car ce qui est perdu aujourd’hui ne sera jamais récupéré. Les problèmes de compétitivité aboutissent depuis quelques années à une baisse très rapide des parts de marché à l’exportation alors que le marché mondial est en forte croissance, à un repli de la production agricole française dans de nombreuses filières et à une explosion des importations sur le marché "cœur de gamme".

    La France traverse une crise majeure en matière de souveraineté alimentaire, à l’heure où la guerre russo-ukrainienne rappelle toute l’importance géostratégique de l’arme agricole. La tendance à la réduction du potentiel productif agricole est préoccupante. Renommer le ministère de l’Agriculture est une chose, corriger le tir en est une autre à l’heure de la paupérisation agricole de notre pays. Que dire des augmentations d’importations des tomates- cerise marocaines multipliées par 233 depuis 1995?

    Au moment où un poulet sur deux consommé en France est importé! Et où le cheptel de vaches laitières a diminué de 25%.

    Francis GRUZELLE

    Journaliste et écrivain - Carte de Presse 55411

  • Pour les fauchés!

    GRATIN DE PÂTES AU THON

    Pour 6 personnes

    300g de coquillettes; 2 boîtes de thon au naturel

    30cl de béchame; 50g de fromage rapé

    20g de chapelure

    Commencez par faire bouillir les coquillettes selon les indications du paquet, et égouttez-les. Puis mettez-les dans un moule huilé légèrement

    Réunissez le thon, la béchamel et la chapelure, puis versez sur les pâtes pour les recouvrir.

    Enfin, parsemez de fromage rapé; Faites cuire 20 minutes à 180°C. Vérifiez que la surface est bien gratinée.