Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2016

La France avant tout!

france_gif_blason.gif

Pour l'été, des visites bleu pastel dans la ville rose

Du 27/07/2016 au 28/09/2016

Jusqu'à fin septembre, l'office de tourisme de Toulouse organise tous les mercredis des visites guidées "Bleu pastel" sur la célèbre plante tinctoriale, son histoire et ses usages actuels. Satis tinctoria, herbe du Lauragais, herbe de saint Philippe, varède, guède, waide ou encore wedde: autant de noms pour désigner la petite plante aux fleurs jaunes à l'origine de l'âge d'or du pays de Cocagne pendant la Renaissance. Pendant l'été, l'office de tourisme de Toulouse invite les toulousains et les touristes à partir à la découverte du pastel des teinturiers tous les mercredis à 15 heures. Durant ces deux heures et demie de visite guidée, vous partirez notamment sur les traces des marchands pasteliers toulousains à travers leurs nombreux hôtels particuliers, bâtis au XVIe siècle alors que le triangle Toulouse-Albi-Castelnaudary formait le plus grand grenier à pastel de tout le continent européen. “La première partie de la visite est consacrée au patrimoine architectural toulousain lié au pastel, explique l'une des guides de la visite. Nous emmenons ainsi les visiteurs dans les cours intérieures des deux plus beaux hôtels particuliers toulousains construits par des pasteliers: l'hôtel d'Assézat et l'hôtel de Bernuy“.

A partir d'ici, je dis que c'est du copinage!

La visite se poursuit ensuite à la boutique Fleurée de Pastel, située dans un autre hôtel particulier, l'hôtel Delfau. Vous pourrez y assister à une démonstration de teinture réalisée à partir de feuilles de pastel, et découvrir toutes les soieries, vêtements, cotons, bijoux, aquarelles, encres et autres produits à base de pastel proposés par la boutique. Enfin, les visiteurs pourront comprendre les usages contemporains du pastel dans une boutique Graine de Pastel. Cette franchise, créée par deux Toulousaines, propose toute une ligne de produits pour le corps à base de pigments et d'huile de pastel. “Les visiteurs pourront découvrir toute la gamme à la boutique de la place Saint-Etienne, et tester parfums, crèmes, savons“, détaille la guide.

Créée l'année dernière, “Bleu Pastel“ est proposée tous les mercredis de l'été à 15 heures jusqu'au 28 septembre.

Informations utiles

“La visite est notamment consacrée au patrimoine du pastel à Toulouse“

Visite guidée “Bleu pastel“ organisée par l'office de tourisme de Toulouse tous les mercredis de l'été jusqu'au 28 septembre.

"Début de la visite à 15 heures à l'office de tourisme au donjon du Capitole. Durée: 2heures 30.

Tarifs: 11 euros / 6 euros pour les 7 - 16 ans / gratuit avant 6 ans.

Nombre limité de places, réservations conseillées sur www.toulouse-tourisme.com ou au 0 892 180 180 (0,45 € TTC/min).

 

1024px-Hôtel_d'Assézat,_toulouse_(single_shot).jpg

 

 

 

 

 

Hôtel d'Assézat                

 

26/07/2016

Poivrons grillés marinés

10 poivrons verts, 2 têtes d’ail

Vinaigre de vin blanc; 1 oignon en morceaux

Herbes et condiments (facultatif)

1 feuille de laurier, 1/2 c. à café d’origan séché

1/2 c. à café) de marjolaine séchée

1 c. à café de câpres en saumure à dessaler la nuit dans de l'eau

Détachez les gousses d’ail. Déposez les gousses et les poivrons sur une plaque à cuisson et faire rôtir les poivrons et l’ail sous le gril du four. Les laisser bien cuire et retirez la peau. Les faire ensuite tiédir.

Pelez. Évidez. Tranchez en morceaux.

Déposez les poivrons dans un récipient. Les couvrir de vinaigre avec l’ail. Laissez macérer 48 heures.

Mettre en pots en alternant avec des herbes et des condiments au choix. Versez l’huile jusqu’à 5 mm du bord. Stérilisez 15 minutes.

Donne environ 5 pots de 125 ml. Attendre 1 mois avant de consommer.

Nota: On peut aussi profiter de la chaleur du BBQ pour griller à l’avance les poivrons. Les conserver alors au réfrigérateur dans un contenant hermétique si on ne fait pas la recette le même jour.

 

25/07/2016

Les 350 ans du Canal du Midi en quelques dates

16riquet.jpg

 

 

 

 

 

Riquet

Le Canal du Midi fête cette année ses 350 ans. Retour en quelques dates sur l'ouvrage de Pierre-Paul Riquet et sur une longue histoire de navigation entre Atlantique et

Sans Pierre-Paul Riquet, son inventeur, il n'y aurait pas de Canal du Midi. Plusieurs avant lui avaient eu l'idée de créer un canal reliant l'Atlantique à la Méditerranée mais tous se sont heurtés au problème de son approvisionnement en eau. Lui va persévérer et convaincre Colbert puis le roi Louis XIV de construire cet ouvrage de 240 kilomètres à travers la province du Languedoc pour faciliter la circulation des marchandises et éviter le détroit de Gibraltar alors contrôlé par les Espagnols et les pirates.

Octobre 1666, un édit royal donne le feu vert à l'ouvrage

Le 7 octobre 1666, Louis XIV signe "L'édit de construction pour le canal des mers Océane et Méditerranée". Pierre-Paul Riquet devient adjudicataire des travaux de construction du canal, de Toulouse à Trèbes, pour la modique somme de 3,630 millions de livres. Deux ans plus tard, il achète aux enchères  le fief et les péages du canal, devenant alors le "Seigneur du canal du Languedoc". A ce titre, il pourra percevoir à son compte les taxes instituées sur les marchandises et les personnes transportées.

Il meurt en 1680, peu avant la toute première mise en eau du Canal.

1694, le canal des deux mers est enfin totalement achevé

Du 15 au 25 mai 1681, le Canal est mis en eau complètement et voit la première navigation solennelle entre Toulouse et Sète. Il sera ensuite complètement vidé pour parfaire ses ouvrages. Il est considéré comme achevé en 1684 mais s'ensable rapidement. Le roi envoie alors Vauban pour l'inspecter. Sur les préconisations de ce dernier, 48 acqueducs et ponts-canal sont construits pour limiter l'ensablement. Le Canal des deux Mers est considéré comme terminé en 1694. Il aura mobilisé jusqu’à 12000 hommes et femmes au plus fort des travaux. Le coût total de sa construction s’élève à plus de 17 millions de livres. Pour payer les dettes, les héritiers Riquet devront vendre une partie des parts de la propriété du canal.

1765, grande phase de plantation sur le canal

En 1765 s'ouvre une grande phase de plantation sur le canal. L'essence choisie ? Le peuplier. Cette même année, un recensement de la batellerie compte 224 barques marchandes qui commercent quotidiennement entre Agde et Toulouse.

1850 - 1880, arrivée de l'emblématique platane sur les berges du Canal

Entre 1850 et 1880, une grande phase de renouvellement des plantations est engagée. Le platane devient l'essence dominante sur les rives du Canal du Midi et lui donne cette empreinte qu'on retrouve désormais sur toutes les cartes postales de l'ouvrage.

Novembre 1897, l'Etat devient propriétaire de l'ouvrage

Une loi autorise l’État à racheter le canal du Midi pour près de 40 millions de francs. C'est désormais le Service des Canaux du Midi qui assure la gestion du réseau compris entre l’étang de Thau et Castets-en-Dorthe. Le transport de marchandises retrouve alors un régime de croissance grâce notamment à la suppression des droits de navigation.

1996, classement à l'Unesco

L'UNESCO classe le canal du Midi sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité le 7 décembre 1996. Pour le Comité, "le site est de valeur universelle exceptionnelle en tant qu'une des réalisations les plus extraordinaires du génie civil de l'ère moderne. Il est représentatif de l'éclosion technologique qui a ouvert la voie à la Révolution industrielle et à la technologie contemporaine. En outre, il associe à l'innovation technologique un grand souci esthétique sur le plan architectural et sur le plan des paysages créés, approche que l'on retrouve rarement ailleurs".

2006, un champignon microscopique vient gâcher la carte postale

En 2006, le premier foyer de chancre coloré est découvert sur le Canal du Midi à Villedubert, à l’est de Carcassonne. Ce champignon microscopique s'attaque exclusivement au platane et le tue en 2 à 5 ans. En une décennie, la maladie n'a cessé de progresser sur les rives du Canal malgré les mesures prises par Voies Navigables de France (VNF) qui gère l'ouvrage pour l'endiguer. 14 000 platanes ont déjà été abattus sur les 42 000 existants. Un programme de sauvegarde a été engagé en 2012 pour sauver la voûte arborée du Canal et son image.

Diapositive2.JPG