Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog

  • Les rues de Toulouse

    Maison lauragaise: un peu comme celle des Trois-Cocus

    Avez-vous déjà remarqué la rue Ernest Roschach? Elle se cache entre le donjon et le Capitole. Tout aussi méconnue, la rue Pierre Baudis, seule rue entièrement piétonne de la ville, autour du théâtre national. Autre curiosité et non des moindres, la "rue sans nom", entre la rue des Tourneurs et la rue du Languedoc, près de la place Esquirol. Heureusement pas de casse-tête pour le facteur, personne n'y habite!

    La plupart des Toulousains connaissent la rue de la Verge d'or, qui a le privilège d'être la plaque la plus volée de la ville, et le chemin de Lanusse, qui évoque tout simplement François de Lanusse, un Capitoul qui possédait des terres à Croix-Daurade au XVIIe siècle.

    Un petit tour des rues amusantes? Chemin de la Levrette: Ceux qui fréquentent la place Saint-Pierre empruntent cette rue pour rejoindre le canal de Brienne. En Langue d’oc, le chemin de la Levrette fait uniquement référence au petit du lièvre. Ce chemin est situé près du lac de Sesquières. La rue de la Boule est baptisée ainsi depuis le XVIIIe siècle, apprend-on dans le Dictionnaire des rues de Toulouse. En revanche, difficile d’obtenir une explication sur l’origine du nom, à moins de perdre la boule…

    La rue du Fourtou, la rue Monplaisir, ou encore l’allée des Soupirs pour finir rue de la Verge d’Or, non loin de la Basilique Saint-Sernin, histoire de se laver de ses pêchés. La rue au nom fleuri.

    Le cas de la Verge-d’Or est plus énigmatique. Selon le Dictionnaire des rues de Toulouse, rédigé par Pierre Salies, historien décédé en 2002, Verge d’Or serait un ancien nom de terroir, connu dès le XVe siècle. Autre piste, d’ordre botanique cette fois, la verge d’or serait le nom familier d’une plante aux nombreuses vertus médicales, le solidago, qui auraient poussé dans les cours d’immeubles de la rue ou dans le jardin d’Embarthe à proximité. Plusieurs tentatives ont échoué pour se débarrasser de ce nom…  En 1869, une tentative de lui donner le nom de rue de la Merci n’aboutit pas. Le 13 août 1883, on proposa de l’appeler rue Delescluse. Toujours sans succès. La Verge d’or est un "ancien nom de terroir, connu dès le XVe siècle", explique l’historien Pierre Salies dans son Dictionnaire des rues de Toulouse. "Est-ce un nom d’enseigne, à l’entrée de Toulouse, près de la porte Arnaud-Bernard?".

     Quant au quartier des Trois Cocus, l’histoire est plus connue. À l’époque napoléonienne, le quartier était surnommé "Tres Cocuts" en occitan, ("Trois Coucou " en français) en raison d’une bâtisse seigneuriale qui était ornée d’une sculpture de trois coucous. Des soldats de Napoléon qui y étaient logés demandèrent aux habitants le nom du quartier. Ne comprenant pas l’occitan ils marquèrent sur leur carte "trois cocus".

    Personnellement, j'ai connu une dame qui habitait de l'autre côté de la ferme en question et qui m'a raconté que c'est un très riche fermier qui a installé sur la façade de sa maison lauragaise un pigeon d'argile à la naissance de chacune de ses trois filles. Le pauvre, il n'eut point de gaçon! les fillettes grandirent et devinrent de beaux partis, bien dotées. Les jeunes gens qui voulaient l'argent et la fille discutaient entre eux de leurs mérites respectifs. Comme la ferme était alors, très isolée dans la campagne et qu'il n'y avait pas de nom de lieu, ils parlaient de la maison en tant que celle qui avait "Tres Cocuts" qui se prononce en occitan: trèssss scoucuts ce qui devint le quartier des Trois-Cocus… donc, pas d'histoire de maris trompés! Si le nom semble atypique, pas question de le supprimer ou même de le modifier. Les Toulousains "y tiennent". Au début du XXe siècle, il a été question de supprimer le nombre "Trois". Ce chiffre semblait désobligeant pour certains habitants de cette rue… J'ai vécu dans le quartier des Trois-Cocus de 1958 à fin 1979.

    Mais ces joyeusetés cachent d'autres noms de rues, victimes des turpitudes de l'Histoire. L'ancienne rue Mal Clabel ("mal pavée" en occitan) est ainsi devenue le chemin du Maréchal Clabel, sous les coups de poinçons d'un ouvrier peu regardant, qui a ainsi donné naissance à un officier inconnu au bataillon. D'autres changent d'identité comme de chemise, au gré des régimes: avant d'être les allées Jean Jaurès, elles ont entre autres été celles de l'empereur Napoléon et du général Lafayette. Pas pire que les allées François Verdier, un temps celles dédiées au Maréchal Pétain, avant la Libération...

    Le tracé romain de la rue de l'Homme armé a été dévié pour permettre la construction du moulin du Château narbonnais. Plus haut, l'avenue de la Garonnette est un ancien bras de la Garonne, asséché en 1964. Seul subsiste un filet d'eau le long du trottoir, pour le souvenir.

    Depuis le pavé "Histoire des rues de Toulouse" de Jules Chalande paru en 1919, le visage de la ville s'est métamorphosé. Malgré une évolution propre à toute cité moderne, les recoins de Toulouse continuent de passionner. Parmi ces curieux qui arpentent inlassablement les rues, Gérard Villet, auteur d'un guide paru en juin dernier qui lui a valu 6 000 heures de travail*. Toulousain d'origine, il nous livre son regard sur la ville qui l'a vu grandir.

    Autre passionné, Jérôme Kerambloch, assistant du conservateur du musée du vieux Toulouse, qui nous a mis sur la voie de ces rues au tracé, au nom ou à l'histoire incongrue. Les Toulousains de toujours, (comme moi, par exemple) parlent de leur rue comme si elle faisait partie de la famille.

    Toulouse centre, ce sont des rues très étroites! Vélo, voiture, vadrouille: la cohabitation n'est pas facile au centre-ville de Toulouse, surtout quand on s'aventure dans ses passages les plus sinueux. La rue Neuve, une des plus étroites et des plus anciennes de la ville, est large de 1,70 mètre: on peut presque en toucher les deux côtés avec les bouts des doigts. Le coin de la rue Saint-Rome regorge également de ces petites rues, comme la rue Bédelières, qu'on atteint en passant sous un porche. Même entrée pour la rue de l'Ouest, qui débouche sur le quai de la Daurade. Dernière de cette famille, la rue Etroite, bien évidemment...

    La rue Gramat, dans le quartier Arnaud Bernard est une bombe urbaine: des gouttières aux boîtes aux lettres, rien n'a été épargné par le graff. La rue est une explosion de couleurs, de visages, de figures. Cette œuvre est le résultat d'un projet collectif initié au printemps 2000 en concertation avec les habitants, les propriétaires de la rue et la mairie. Actuellement, c'est le travail de Snake Graffiti, artiste toulousain qui orne la façade du n°5.

    À Toulouse, un grand nombre de rues portent le nom d’animaux : rue des Abeilles, rue des 3 Renards, rue des Biches, rue des Daims, rue des Oiseaux, rue des Pelicans, rue du Poisson, rue des Cigales, rue des Flamants, rue des Mouettes, rue de l’Hirondelle, rue de la Fourmi, rue des 3 Pigeons, rue des Bouquetins, rue du Colibri, rue des Moutons, rue des Libellules, rue des Canaris, rue de l’Écureuil, Patte-d’Oie, rue du Canard…

    La place de la Baïse est située à proximité du parc de la Maourine, entre le chemin Raynal et la rue de l’Allier. Il s’agit d’une rivière qui coule dans les départements des Hautes-Pyrénées, du Gers et de Lot-et-Garonne. Mais, facile de supprimer les deux points sur le i!

    Un peu dans le même registre, bien que plus solitaire, la rue Monplaisir se trouve en amont du port Saint-Sauveur, entre l’allée des Soupirs et le musée Labit. Tout un programme…

    Pour la station de métro La Vache, il existait vraisemblablement une métairie dans le quartier. De son côté, le nom de la rue des Chamois a été donné en 1969 à une voie nouvelle en bordure de la cité des Izards. Ce qui a probablement suggéré le nom.

    Quand j'étais enfant, l'été, pour nous rafraîchir un peu, les soirs d'été caniculaire, nous partions tous en famille le long de la route de Launaguet, pour rejoindre le Pont de la Vache, près du chemin de fer, du côté de Lalande... une sacrée ballade, croyez-moi… nous regardions les étoiles, passer les trains (oui, comme le ferait une vache) nous comptions les wagons des trains de marchandises et nous cherchions des lucioles… c'était avant. Avant la télé. Que nous avons acheté en début 1960.

    Le Marché aux cochons: Inutile d’interpréter ce nom qui vante directement sa marchandise, souligne d’emblée l’historien Pierre Salies dans son Dictionnaire des rues de Toulouse. Du milieu du XIXe siècle à 1914, il fut vendu beaucoup de ces animaux. Le marché aux cochons demeure un point de rendez-vous pour les fins gourmets qui habitent les Minimes.

    Quartier Bonnefoy, la rue Dieu est une voie créée vers 1880. Son nom a curieusement varié entre Dedieu, de Dieu et Dieu. En 1914, on voulut y mettre fin en l’appelant rue Parant. Mais Dieu l’emporta…

    Dans la même veine, on peut citer la rue des prêtres, dans le quartier des Carmes, dont le nom vient d’une maison appartenant au clergé de la Dalbade. À proximité du faubourg Bonnefoy, la rue de la Vierge a été baptisée ainsi car une statue de la Vierge était située au fond de l’allée.

    Toulouse compte aussi la rue de la Providence, la rue de la Sainte Famille, la rue de Sainte Mère Église, la rue des Anges, la rue de l’Espérance, la rue du Crucifix…

    Considérée comme une voie privée, un habitant en fit condamner l’accès en 1632 par une porte à l’angle de la rue du Castel dont on voit encore les fonds des deux côtés. N’ayant pas d’issue, elle fut longtemps négligée, et vers 1920 encore, nul éclairage n’y était prévu, rappelle Pierre Salies, dans son Dictionnaire des rues de Toulouse. À la Révolution, elle devient la rue de la Hache. On ne veut pas savoir pourquoi! D’autant que la rue de l’Homme Armé, également dans le quartier des Carmes, n’est pas loin…

    Elle permet de rejoindre le quai Lucien-Lombard depuis la rue des Blanchers.

    Et aussi…

    Rue des Muses

    Rue de la Brasserie

    Rue des Scouts

    Rue du Bon Voisin

    Rue de la Jalousie

    Rue des Braves

    Rue de Rapas

    Rue des Pavots

    Rue Courte

    Chemin de Neigreneys (mare noire)….

    Quand à la rue Gutemberg, elle a été proposée par un patron... d'imprimerie car son atelier se trouvait dans un coin où il y avait des maisons bourgeoises en débandes, au hasard...

    il était pour lui impossible d'indiquer à ses clients où se trouvait son imprimerie et ne cessait de réclamer un nom de rue à la mairie... le responsable du cadastre ne sachant quel nom donner demanda à l'imprimeur: proposez un nom?!! et l'imprimeur dit alors: vous n'avez pas de rue Gutenberg? Non? alors, prenez ce nom. Ce qui fut fait...

    Je tiens cette histoire de cet imprimeur, décédé aujourd'hui, chez qui j'ai été photograveur offsset quelques temps... En effet, je riais en lui disant: vous avez fait exprès d'habiter ici? toujours est-il que c'est bien trouvé! Et c'est alors qu'il me conta cette histoire. Qui est totalement et entièrement vrai, je vous assure! La rue Gutenberg découche sur la rue Neigreneys...

    Certes, il est parfois difficile de retrouver les premières traces de ces rues singulières. Bien loin de nos pensées contemporaines mal placées, ces noms sont souvent le fruit de mélanges linguistiques et de jolies déformations à travers le temps.

  • Eclairage leds, danger

    Depuis le 1er septembre 2018, les ampoules halogènes sont interdites à la vente dans l’Union européenne et les consommateurs sont invités à se tourner vers les LED. Voici les différents moyens de s'éclairer :

    • les éclairages avec un filament qui chauffe: ce sont les lampes à incandescence (interdites depuis 2013), dont font partie les halogènes,
    • les lampes fluorescentes, qui s’allument grâce à une décharge électrique dans un gaz : ce sont les ampoules fluocompactes et les tubes néons par exemple.
    • les LED qui utilisent le passage d’électrons dans un semiconducteur. Ces ampoules à bas voltage permettent de faire des économies d’énergie.

    Les LED sont souvent scintillantes: l’émission de lumière par la LED ne se fait pas en continu. Les Angliches utilisent le terme de "flicker" pour parler de cette "lumière papillonnante". Ce scintillement n’est pas forcément perçu par l’utilisateur. Or, le "flicker" peut être nocif à la santé : il favorise les migraines et la fatigue oculaire.

    En effet, une recherche à prouvé que le ballast magnétique -qui contrôle l’éclairage fluorescent- produit un flicker avec une fréquence de 100 par seconde. Des ballasts électroniques plus efficaces et meilleurs pour la santé sont ensuite arrivés sur le marché. Pour les LED, certains circuits électriques sont mieux conçus que d’autres, et les lampes plus ou moins scintillantes. Mais les consommateurs, quand ils achètent leurs ampoules, n’ont aucun moyen de savoir si elles seront très scintillantes. Or, d’après le chercheur, le flicker des LED est parfois plus important que celui des pires éclairages fluorescents.

    Le flicker n’est pas le seul problème avec les LED.  En janvier 2017, l’Inserm a dévoilé une étude sur les effets de la lumière bleue sur la rétine, suggérant qu’elle favorise la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). Pour ce travail, les chercheurs ont travaillé sur des rats dont la pupille était dilatée. Ils ont d’abord montré que toutes les ampoules sont nocives à la rétine à une intensité élevée : en 24 h d’exposition à 6000 lux, les photorécepteurs sont sujets à l’apoptose (mort cellulaire). Mais en utilisant des intensités correspondant à un usage habituel (500 lux), il est apparu que seul l’éclairage LED était nocif à la rétine, même si les dégâts étaient moins importants qu’avec une intensité élevée. Il reste à savoir si ces résultats sont transposables à l’Homme.

    Cette toxicité des LED serait due à la lumière bleue qu'elles émettent. Pour faire une lumière blanche, les LED combinent en effet une lumière bleue et une lumière jaune. Or la lumière bleue est plus énergétique et plus dangereuse que la jaune, à intensité équivalente. En août 2018, une autre étude, venant de l’université de Toledo, a confirmé que la lumière bleue faisait courir un risque pour la vision. Pour Ajith Karunarathne, chercheur à l’université de Toledo, " Ce n’est un secret pour personne que la lumière bleue nuit à notre vision en endommageant la rétine de l’œil ". Son laboratoire a trouvé que l’exposition à la lumière bleue favorise des réactions qui génèrent des molécules toxiques pour les cellules photoréceptrices. Or ces cellules de la rétine ne sont pas capables de se régénérer; si elles meurent, elles sont définitivement perdues. Les lumières verte, jaune ou rouge ne sont pas nocives comme la lumière bleue.

    Les chercheurs ont aussi trouvé que l’alpha-tocophérol, une forme de vitamine E,  permet d'arrêter la mort des cellules grâce à ses propriétés antioxydantes. On trouve de l'alpha-tocophérol dans des huiles (tournesol, pépins de raisins, colza, olive...), les noisettes, l'avocat, l'œuf...

    Quoi qu'il en soit, pour réduire votre exposition à la lumière bleue, vous pouvez équiper votre écran d'ordinateur d'un filtre spécial. Ou utiliser sur votre ordinateur, votre tablette et votre smartphone des applications comme f.lux ou Twilight qui filtrent la lumière bleue. Evitez de regarder votre smartphone ou votre tablette dans le noir. En été, portez des lunettes de soleil avec un filtre contre les UV et la lumière bleue, car le soleil en émet aussi.

    Pensez à protéger votre rétine avec une alimentation riche en vitamine E et en lutéine et zéaxanthine, des antioxydants connus pour réduire le risque de DMLA, présents comme la vitamine E dans le jaune d'œuf mais aussi dans les légumes verts à feuilles comme l'épinard.

    Voir aussi mon site: www.on2nocives.com

     

  • La mûre en pratique

    Comment choisir, conserver et cuisiner la mûre ?

    La mûre est un fruit fragile conditionné le plus souvent en barquette. Bien vérifier la barquette en regardant aussi dessous, pour s’assurer qu’elles sont intactes et sans moisissure.

     Si vous les cueillez, faites-le à maturité: elles doivent être tendres, presque molles, et venir toutes seules dans la main quand on tire dessus.

    Comment conserver les mûres ?

     

    Lorsque vous les achetez ou cueillez, il est préférable de les consommer très rapidement. Sinon vous pouvez les conserver 2 à 3 jours maximum dans le bac à légume du réfrigérateur.

     Vous voulez les conserver pour l’hiver ? Vous pouvez les congeler !

     Pour cela, les laver et les sécher délicatement avec un tissu ou un papier absorbant. Les étaler sur une plaque, puis les mettre au congélateur pendant 6 heures environ (ne pas les laisser plus longtemps, elles risquent de mal le supporter). Ensuite les mettre dans un sac de congélation ou une boîte hermétique et les remettre au congélateur. Vous pouvez les garder environ 6 mois.

    Comment les préparer ?

    La mûre est un fruit facile à préparer, cependant, par sa fragilité, il faut faire attention à sa manipulation. De plus elle n’adhère pas à toutes les cuissons.

     Il est fortement conseillé de les rincer délicatement avant de les préparer ou de les manger, surtout les sauvages.

    Côté cuisson, il faut éviter les longues cuissons, comme pour toutes les baies.

    • Pour une confiture, 5 à 10 minutes à feu doux dans un confiturier
    • Pour une purée, 3 minutes maximum au four à micro-ondes
    • Sautées : 3 minutes dans une poêle avec un peu de beurre et de sucre

    Les mûres peuvent très bien en mode sucré-salé avec, par exemple :

    • Magret de canard,
    • Volaille
    • Fromage frais

    Mais aussi en poêlée, tarte (les fruits ne sont pas cuits), crumble.

    Gélifié de mûres

    400 g de mûres (que vous écrasez au mixer); 100 g de sucre ou plus si vous aimez le goût: 50 cl de crème fraîche liquide, 1 verre de lait entier; 6 feuilles de gélatine

    Faire fondre la gélatine dans un saladier d'eau température de la pièce. Mettre les feuilles une à une pour qu'elles se ramollissent bien.

    Dans une casserole EN INOX, ajoutez le coulis de mûre (ou une bouteille de yaourt liquide aux mûres, le sucre, le lait. Mélangez bien à feu moyen.

    Ajoutez les feuilles de gélatine; mélangez bien

    Versez aussitôt dans des pots à yaourt. Quand le mélange est refroidi, mettre aussitôt au réfrigérateur pour la "prise".

    Le lendemain, c'est parfait à déguster. Date limite de conservation? avant les autres!

    (oui, j'abuse mais j'adore cette expression!)

     

     

     

     

     

     

  • Une peau sans rides?

    Que mettre dans son assiette pour garder un teint éclatant et une peau élastique?

    Pour avoir une jolie peau, il est important de bien boire de l'eau pour favoriser son hydratation. Une peau déshydratée de l'intérieur, ce sont des tas de rides!

    Les aliments les plus bénéfiques à la santé de la peau contiennent souvent des oméga-3, de la vitamine E, des antioxydants…

    Des fruits et légumes contenant des bêta-carotènes

    Les carotènes sont des antioxydants qui protègent la peau des dommages des radicaux libres et de l’exposition au soleil. De nombreux fruits et légumes orange, jaunes ou rouges sont riches en bêta-carotènes (abricot, mangue, carotte, papaye, courge, patate douce…) mais aussi des légumes verts à feuille (épinards, blettes, choux verts…).

    De l’huile d’olive

    L’huile d’olive est riche en acides gras mono-insaturés qui réduisent l’inflammation et le stress oxydatif. Dans le cadre de l’étude SUVIMAX, des chercheurs ont étudié près de 3000 hommes et femmes âgés de 45 à 60 ans. Chez les personnes qui consommaient le plus d’acides gras mono-insaturés, la peau du visage vieillissait moins au soleil.

    L’huile d’olive est une source de lipides privilégiée dans le cadre du régime méditerranéen; elle peut aussi bien servir à l’assaisonnement qu’à la cuisson.

    Elle peut également s'utiliser en application externe sur la peau lorsque vous n'avez plus de protection solaire!

    L'huile de foie de morue: bon d'accord, cela vous fait sentir le poisson… mais c'est absolument extra comme anti-rides: ouvrez une boite de foie de morue, consommez le foie par exemple dans une salade de tomates, de betteraves, de pâtes ou de riz. Filtrez très, très finement l'huile et la ranger dans un flacon de verre qui se bouche. Tous les jours, passer de l'huile sur votre visage. Vous sentez le poisson? peut-être, mais pas une seule ride! à faire aux alentours de la trentaine, juste avant la première ride.

    Du thé vert

    Le thé vert, en plus de vous hydrater, favorise une jolie peau grâce à ses polyphénols. Ceux-ci protègent la peau de la lumière du soleil et stimulent la circulation. Dans un essai clinique de 12 semaines, 60 femmes ont été séparées en deux groupes au hasard: certaines ont bu une solution avec des polyphénols du thé vert, contenant l’équivalent de 1402 mg par jour de catéchines et les autres un placebo. La peau de celles qui avaient bu des catéchines était mieux protégée des radiations du soleil et mieux irriguée, d'où un meilleur apport en oxygène et nutriments. L’absorption des catéchines favorisait aussi l’hydratation et l’élasticité de la peau. Les doses de catéchines testées correspondaient à l'équivalent de 2,5 L de thé vert environ par jour. Heu, pas facile à boire…. sinon, prenez des gélules de thé vert… les miennes sont totalement bio et contiennent, UNIQUEMENT, de la poudre de thé vert.. contrairement à ceux qui vendent moins cher mais du thé mélangé à du fructose!

    www.biotine-sep.com

    Le chocolat noir

    Le chocolat noir, riche en cacao, peut aussi vous aider à garder une jolie peau, grâce à ses molécules  anti-oxydantes, aux effets anti-inflammatoires, qui favorisent la protection de la peau. A condition d'en prendre 1 carré tous les jours, du choco à plus de 80% et de le laisser doucement fondre en bouche. Aide à lutter contre Alzheimer et la fatigue mentale.

    Les poissons gras

    Les poissons gras comme les sardines, le hareng, le saumon ou encore le maquereau sont riches en acides gras oméga-3 qui protègent des radiations UV et limitent l’inflammation de la peau. Les poissons contiennent aussi de la vitamine E, un antioxydant bon pour la peau.

    L’huile de lin

    Une petite étude allemande de 2011 a trouvé qu’une complémentation en huile de lin est bénéfique à la santé de la peau. 13 femmes ont été complémentées en huile de lin pendant 12 semaines, ce qui a eu comme effet de réduire la sensibilité et la rugosité de la peau. En parallèle, son hydratation et sa souplesse étaient améliorées. L’huile de lin peut servir à assaisonner les salades. Attention cependant, elle est très sensible à l'oxydation. Achetez toujours de petites bouteilles, à conserver impérativement au frais.

    Le soja

    Le soja contient des isoflavones qui sont intéressantes pour la peau des femmes. Au cours du vieillissement, les taux d’œstrogènes diminuent chez les femmes, ce qui a des conséquences sur la peau. Ainsi, après la ménopause, la peau a tendance à s’amincir, à perdre du collagène. Le déficit d’œstrogènes favorise les rides et la sécheresse de la peau. Une isoflavone, la génistéine, se lie aux récepteurs bêta des œstrogènes et améliore la santé de la peau. Dans une revue de 2017 parue dans Nutrients, les chercheurs de l’université de Messine en Italie décrivent un essai clinique qui montre que des isoflavones en compléments limitent les rides et améliorent l’élasticité de la peau.

    Si certaines femmes doivent éviter, par précaution, les compléments à base d'isoflavones de soja, elles peuvent néanmoins inviter le soja, sous toutes ses formes, dans leur cuisine. Achetez, sur mon site de produits bio de très haute qualité de la lécithine de soja:

    www.biotine-sep.com

    J'avale de la lécithine tous les jours depuis mes 50 ans! et j'en suis fort aise, mes seigneurs!

  • Comment macrouille attaque la dignité des personnes handicapées

     

     

    "On nous parle d’inclusion mais ils réduisent tout ce qui nous permet de vivre en autonomie"…  partage Odile Maurin. Dans une capsule vidéo, la présidente de l’association Handi-social argumente en quelques minutes sa critique de la loi Elan. Comme beaucoup, Odile Maurin accuse des effets d’annonces et un décalage entre un discours et des actes.