Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Recettes

  • Bienfaits santé des pois chiches

    Surce blog au moins trois recettes du Chichoulet (n'oubliez pas que c'est moi qui ai inventé ce terme!). Certains toqués de la toque remplacent le coco du cassoulet par des fèves: ben non!

    Les pois chiches existent chez nous depuis plus de 2000 ans et il n'y a aucune raison que les Gascons et Toulousains ont fait leur cassoulet avec des fèves -puisque les haricots ne sont venus ici que vers 1650. Voici d'autres infos santé sur les pois chiches.

    Le pois chiche appartient à la grande famille des légumineuses (ou fabacée), une famille de plantes que l’homme a appris tôt à cultiver, aux valeurs nutritives élevées et peu coûteuses. Parmi ses cousins, on trouve le soja, l’arachide, le haricot, la lentille ou encore la fève et la réglisse. 

    Il tient une place de choix dans la cuisine végétarienne: Parce que le pois chiche est un aliment riche en fibres et pauvre en lipide, il constitue un excellent substitut à la viande dans un régime végétarien. Associé à des produits à haute teneur en protéine comme des céréales ou des noix, il fournit au corps tout ce dont il a besoin pour résister à une journée d’activités.

    Une portion quotidienne pour réduire le mauvais cholestérol

    Une étude réalisée par le Dr John Sievenpiper du St. Michael’s Hospital à Toronto auprès de 1037 personnes stipule que le taux de "mauvais" cholestérol (LDL) avait baissé de 5% chez ceux dont le régime alimentaire incluait une portion quotidienne de fèves, pois chiches, lentilles ou petits pois.

    Des pois chiches pour une belle peau

    La cosmétologie traditionnelle plébiscite la farine de pois chiches pour une peau douce et belle. En gommage, en masque ou en soin antiride, le pois chiche a des propriétés anti-oxydantes qui agissent entre autres contre les taches du visage.

    Une santé intestinale en santé grâce aux pois chiches

    Les pois chiches sont riches en minéraux et aident au bon fonctionnement de la flore intestinale. Consommer une assiette de pois chiches si vous êtes sujets aux diarrhées stabilisera et renforcera vos intestins. Il en est de même pour aider à prévenir et traiter les hémorroïdes.

    Le pois chiche, l’allié minceur

    Dans le cadre d’une alimentation variée, le pois chiche sera un excellent allié pour les personnes qui suivent un régime alimentaire. Un faible apport calorique, une grande valeur nutritive et une teneur en protéines riche en font l’aliment clé pour se sentir rassasié et limiter la fonte de la masse musculaire.

    Lutter contre l’impuissance

    Vi, c'est plus étonnant mais c'est vrai!

    Dans la diététique sexuelle, le pois chiche a traditionnellement un rôle vertueux contre l’impuissance tandis que les Romains lui accordaient un rôle aphrodisiaque. Si la science ne confirme pas ces postulats, on se dit pourquoi pas?

    Selon le cancérologue Henri Joyeux auteur de “Changez d’alimentation“, une portion de pois chiches cuits al dente, par exemple à la vapeur, libère des phytohormones agissant comme un aphrodisiaque naturel. De plus, ce type de cuisson aide à une meilleure digestion.

    Pour une salade de pois-chiches, ultra-rapide

    Ayez toujours sous la main un bocal en verre de pois chiche cuits. Vinaigrette maison avec votre propre vinaigre, (recette ici) huile de noix ou noisettes, germes de blé, hachis d'ail et de persil.

    Rincez bien sous l'eau courante vos pois chiches, égouttez et mettre dans un saladier en verre contenant un papier absorbant. Absorbez bien l'eau.

    Dans une petite bouteille de verre avec bouchon, ayez toujours votre vinaigrette; secouez-là bouteille et versez une cuillère à soupe et demi sur vos pois chiches, ajoutez les germes de blé (environ une à deux cuillères à soupe), sel, poivre, hachis d'ail et persil et remuez le tout suffisamment.

    Si vous avez l'habitude du sel, ajoutez en: chez nous, cela fait plus de 45 ans que nous ne rajoutons pas du sel dans nos aliments. L'eau de saumure des légumes en bocaux nous salent suffisamment les légumes ce qui fait qu'on n'en rajoute pas. Non plus dans le Chichoulet car les viandes sont très salées (confit).

    Par contre, lorsque je prépare mes légumineuses sèches, je rajoute un petit peu de sel dans l'assiette (riz, lentilles, pois chiches, haricots, etc.).

    Vous pouvez, comme la photo, rajouter des tomates cerises (ou une brunoise de poivrons rouges ou verts)

  • Utilisez un reste de riz cuit

    Riz rissolé aux petits pois

    Quand on est une bonne ménagère, la lutte contre les gaspillages c'est impératif. Il me restait environ 200 g de riz blanc cuit (et conservé dans une boîte en verre hermétique au rérigérateur comme il se doit); le lendemain, je lui ai “fait son affaire“. Ce riz était un reste de blanquette, du riz simplement cuit au bouillon de viande.

    Vous utilisez les petits pois que vous avez: en pot de verre, rincez-les bien sous le robinet; en surgelé: ouvrez le paquet, récupérez la quantité nécessaire à mettre dans un plat; ils se décongèlent à vitesse astronomique. (On ne décongèle JAMAIS des surgelés dans leur paquet plastique). Comme on est en janvier, je n'ai pas de petits pois frais.

    J'ai mis le riz à frire dans ma poêle en tôle noire avec de l'huile d'olive, j'ai rajouté des petits pois à peine décongelés, je les ai versés dans la poêle et je n'ai eu de cesse de remurer à feu moyen pour bien réchauffer le tout. Tant que j'y étais, j'ai rajouté 50 g de rapé de chèvre. Une demi-cuillère de curcuma et autant de coriandre moulue, parce que cela le vaut bien… Remuage, remuage (ou touillage, touillage) sont les deux mamelles de la ménagère!

    J'ai goûté le tout pour l'assaisonnement: sel, poivre, rajouté au début.

    J'ai saupoudré de persil finement haché et nous l'avons consommé avec une carbonnade de porc grillée de mon boucher préféré, Pilou, qui habite à Gagnac sur Garonne.

    La viande est de très grande qualité et ses prix sont tellement abordables (au moins 5 € de moins au kg) que les nord-Toulousains se battent pour y aller; On peut aussi commander par téléphone à l'avance afin de retirer son paquet (en réglant, bien sûr). On peut bien sûr, aller directement au magasin.

    De temps en temps, je fais faire un petit coucou à Pilou et ses deux employés, Corentin et Jérôme, mais, le plus souvent, ils ont l'extrême gentillesse de me livrer à domicile (service, réservé aux personnes âgées ou qui ont des difficultés à se déplacer).

    Perso, j'ai droit à un traitement de faveur et, c'est pour cela que je les remercie ici!

    Vive le gentil Pilou!

  • Chaussons feuilletés aux pommes

    Pour 6 personnes

    2 rouleaux de pâte feuilletée rectangulaires; 8 pommes golden, 1 œuf

    30 g de miel; 50 g de sucre

    Préchauffez le four à 200 °.

    Lavez les pommes au bicarbonate, épluchez et épépinez puis les couper en dès.

    Faites chauffer le miel dans une cocotte, et lorsqu'il mousse ajoutez les pommes et le sucre. Laissez "compoter" à feu moyen pendant 15 minutes. Écrasez grossièrement, puis laissez refroidir.

    Sur un plan de travail fariné dérouler la pâte feuilletée. Découpez des rectangles à l'aide d'un couteau. Battre l'œuf à la fourchette pour obtenir la dorure, puis en badigeonnez les bords de chaque rectangle.

    Garnir la moitié de la pâte de compote de pommes bien refroidie, puis rabattre l'autre moitié par-dessus et bien souder les bords en appuyant avec les doigts pour bien fermer les chaussons. Laissez reposer au frais pendant une heure sur une plaque allant au four saupoudrée de sucre.

    Remettre un peu de dorure et décorez les chaussons en les rayant avec un couteau.

    Enfournez ensuite à 200 °C pendant 20 à 25 minutes. Laissez refroidir avant de déguster.

    Si vous souhaitez économiser un œuf, utilisez du lait pour la dorure.

  • Les meilleurs aliments pour le cerveau

    La sardine

    La sardine est un poisson gras riche en oméga-3, plus précisément en DHA (acide docosahexaénoïque). Cet acide gras polyinsaturé est très important pour le bon fonctionnement du cerveau car il est très présent dans la structure des membranes des cellules… dont les neurones.

    Rillettes de sardines

    Du fromage frais (genre Boursin ou autres), 1 boîte de sardines (prenez-les au piment si vous aimez), des herbes aromatiques…

    Ecrasez les sardines dans leur huile (elle contient beaucoup d'oméga-3), mélangez avec le fromage frais. Aromatisez à votre goût: herbes, poivre, etc.

    Proposez des petits pains grillés maison pour la tartinade.

    L’ail

    Souvent considéré comme un "super aliment", l’ail contient de nombreux composés chimiques naturels qui ont des effets protecteurs sur la santé. En ce qui concerne le cerveau, l’ail aiderait à prévenir son vieillissement ainsi que certaines maladies neurodégénératives comme les maladies d’Alzheimer ou de Parkinson.

    Aîgo boulido (recette toulousaine)

    Faites bouillir une tête d'ail dans de l'eau. Versez sur des croutons de pain rassis;

    Ajoutez un ou deux jaunes d'œufs, du fromage râpé, un peu de crème fraîche ou de lait entier, etc.

    L’épinard

    Les épinards sont riches en de nombreux composés bénéfiques comme les vitamines A, B9, C et K mais aussi en pigments antioxydants comme la lutéine et la zéaxanthine. Des études ont montré que ce légume pouvait limiter le déclin cognitif. Vous n’aimez par les épinards? Pas de problème, ce sont tous les légumes verts à feuilles comme les salades, les choux ou encore les blettes qui ont cette propriété.

    Je les lave, les fait cuire 10 mn dans une cocotte et j'ajoute de la crème fraîche, du sel, du poivre, de la coriandre, du curcuma, des croûtons de pain aillés…

    Les noix

    La noix de Grenoble présente un grand intérêt pour le bon fonctionnement du cerveau. Riche en oméga-3, vitamine E, antioxydants, elle permettrait de prévenir le déclin cognitif. J'en consomme au moins une fois par jour, une bonne dizaine.

    Coupez une noix en deux: il semble un cerveau!

    L’œuf

    L’œuf, et plus précisément son jaune, contient une vitamine souvent oubliée, la choline. Cette vitamine est essentielle pour la synthèse d’acétylcholine, un neurotransmetteur associé à la mémoire.

    Un plat complet, rapide, préparé en un rien de temps, j'en fais d'une à trois mois/mois.

    Omelette au fromage de chèvre et croûtons

    Pour deux: battre 5 œufs en omelette; rajoutez 200 gr de fromage râpé de chèvre ou brisez une buche achetée la moins chère dans les œufs et battre à nouveau.

    Coupez le pain en petits cubes (je prends des petits pains grillés au froment), mettre dans la poêle noire avec un peu d'huile. Faites-les bien roussir. Ciselez du persil frais.

    Versez le mélange œuf-fromage et faites cuire l'omelette. Ne pas la retourner (d'abord, elle est trop lourde pour cela, elle doit rester assez baveuse).

    Le thé vert

    Le thé vert fait partie des " super-aliments ". Riche en antioxydants très puissants, il permet de neutraliser les radicaux libres qui sont à l’origine du vieillissement cellulaire. Il aide ainsi à protéger le cerveau des lésions et améliore le flux sanguin cérébral.

    Boisson d'hiver

    Faites bouillir deux cuillères ou petites poignées de cannelle brisée durant dix mn; au moment d'éteindre, versez une bonne poignée de thé vert et couvrez pour laisser infuser. Versez une fois refroidi à travers une passoire à confiture associée à une passette dans une bouteille qui se referme. Versez la moitié d'un pot de miel d'agriculteur bio et mélangez soigneusement. Secouez avant de vous servir un demi-verre par jour de cette boisson protectrice des frimas de l'hiver.

    Choisir de préférence un miel de thym ou de lavande.

    Références:

    M.F. Muldoon, CUILLÈREM. Ryan, L. Sheu, J.K. Yao, S.M. Conklin, S.B. Manuck ; “Serum Phospholipid Docosahexaenonic Acid Is Associated with Cognitive Functioning during Middle Adulthood”. Journal of Nutrition

    2Z.S. Tan et al. Red blood cell omega-3 fatty acid levels and markers of accelerated brain aging Neurology February 28, 2012 78:658-664.

    Lauritzen L, Brambilla P Mazzocchi A, Harsløf LB, Ciappolino V, Agostoni CUILLÈRE DHA Effects in Brain Development and Function. Nutrients. 2016 Jan 4;8(1). pii: E6. doi: 10.3390/nu8010006.

    Mukherjee D, Banerjee S. Learning and memory promoting effects of crude garlic extract. Indian J Exp Biol. 2013 Dec;51(12):1094-100.

    Zhou H, Qu Z, Mossine VV, Nknolise DL, Li J, Chen Z, Cheng J, Greenlief CM, Mawhinney TP, Brown PN, Fritsche KL, Hannink M, Lubahn DB, Sun GY, Gu Z. Proteomic analysis of the effects of aged garlic extract and its FruArg component on lipopolysaccharide-induced neuroinflammatory response in microglial cells. PLoS One. 2014 Nov 24;9(11):e113531. doi: 10.1371/journal.pone.0113531.

    http://www.cocoapro.com/cnhy/choc_health/cyh315.jsp

    O'Brien J, Okereke O, Devore E, Rosner B, Breteler M, Grodstein F. Long-term intake of nuts in relation to cognitive function in older women. J Nutr Health Aging. 2014 May;18(5):496-502. doi: 10.1007/s12603-014-0014-6.

    Pribis P, Bailey RN, Russell AA, Kilsby MA, Hernandez M, Craig WJ, Grajales T, Shavlik DJ, Sabatè J. Effects of walnut consumption on cognitive performance in young adults. Br J Nutr. 2012 May;107(9):1393-401. doi: 10.1017/S0007114511004302.

    Knott V, de la Salle S, Choueiry J, Impey D, Smith D, Smith M, Beaudry E, Saghir S, Ilivitsky V, Labelle A. Neurocognitive effects of acute choline supplementation in low, medium and high performer healthy volunteers. Pharmacol Biochem Behav. 2015 Apr;131:119-29. doi: 10.1016/j.pbb.2015.02.004. Epub 2015 Feb 12.

    Poly C, Massaro JM, Seshadri S, Wolf PA, Cho E, Krall E, Jacques PF, Au R. The relation of dietary choline to cognitive performance and white-matter hyperintensity in the Framingham Offspring Cohort. Am J Clin Nutr. 2011 Dec;94(6):1584-91. doi: 10.3945/ajcn.110.008938. Epub 2011 Nov 9.

    Kang JH, Ascherio A, Grodstein F. Fruit and vegetable consumption and cognitive decline in aging women. Ann Neurol 2005;57:713–720.

    Morris MC, Evans DA, Tangney CC, Bienias JL, Wilson RS. Associations of vegetable and fruit consumption with age-related cognitive change. Neurology 2006;67: 1370–1376.