Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fauché-es?

  • Des yaourts et des glaces plus chers

    Deux mesures qui vont jeter un froid sur l’emploi dans les régions!

    Le projet de loi de finances 2019 contient deux mesures "cachées" qui risquent de mettre en péril toute la filière du transport frigorifique et de la logistique frigorifique! Rien que cela!

    C’est le message que fait passer Jean-Eudes Tesson, président de " la chaîne logistique du froid ", association regroupant les professionnels du transport sous température dirigée? Transfrigoroute France, l’UNTF et l’USNEF.

    Le projet de loi de finances 2019 prévoit, en effet, la suppression du taux réduit sur la TICPE (la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) et sur le gazole non routier (le GNR).

    Or, chaque professionnel du transport sous température dirigée sait qu’il faut alimenter en permanence le moyen de transport en énergie, que ce soit un conteneur ou une semi-remorque frigorifique, quand le tracteur est à l’arrêt. Cette énergie est fournie par des groupes frigorifiques fonctionnant au GNR. Il n’est pourtant pas difficile de comprendre, même pour un député LREM, que si on débranche son réfrigérateur, les denrées périssables qu’il contient seront vite perdues! La profession estime que cette suppression des taux réduits entraînera une augmentation des taxes de 350%! Augmentation qui sera, naturellement, répercutée sur le prix des prestations, donc finalement sur le prix du yaourt ou de l’esquimau Gervais, si cela existe encore.

    Au surplus, il est envisagé, au nom de la protection de l’environnement, de mettre en place une "taxe additionnelle" sur les fluides frigorigènes HFC (hydrofluorocarbone) pour inciter les entreprises à accélérer le remplacement de ces fluides dangereux!

    Or, la logistique et le transport sont des secteurs d’activité très porteurs en termes d’emplois et d’investissements et il y a un cruel manque de main-d’œuvre. Pour 2018, 109.805 embauches sont prévues par l’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans les transports et la logistique (OPTL). Et il s’agit essentiellement d’emplois régionaux susceptibles de redynamiser les territoires. Malheureusement, un emploi sur deux ne peut être pourvu, faute de candidats.

    Cette "péripétie" illustre bien, si besoin en était encore, l’incroyable incompétence des " gens qui nous gouvernent " et la mainmise totale des fonctionnaires de Bercy sur le pouvoir. Ces fonctionnaires sont des experts pour aller "gratter le fric" partout où c’est possible et se fichent " comme de l’an quarante " des conséquences pratiques de leurs décisions.

     

  • Recette maison de la ricotta

    A la maison, je me fabrique: du vinaigre (et attention, ce n'est pas la ragoûgnasse que la plupart se fabrique, mon vinaigre à moi est clair et parfumé, je vous re-donnerais ma recette un de ces quatre)

    mon lait fermenté et yaourt liquide

    mes desserts lactés, genre “Danette“

    ma moutarde

    mes olives noires à l'huile d'olive

    mes croûtons

    mon sirop de café

    ma limonade (non sucrée)

    et des tas d'autres bonnes recettes maison qui donne du goût à la vie et dont j'oublie la liste…

     

    Ricotta maison

    Ingrédients: 2 litres de lait entier, 250 ml de crème épaisse

    1 demi-cuillère à café de sel; 2 cuillères à soupe de jus de citron

    1 cuillère à soupe de vinaigre blanc

    1 filtre à fromage et du tissu blanc propre, genre gaze ou drap élimé

    Dans une casserole, faites bouillir à feu moyen le lait, la crème et le sel en remuant pour que rien ne colle.

    Réduisez le feu et ajoutez le citron et le vinaigre. Retirez du feu et laissez le lait cailler.

    Versez le lait dans un tamis, de la gaze ou du bandage. Réservez le liquide et laissez le fromage essorer pendant 1 heure.

    Déposez le fromage dans du tissu, un moule ou un récipient pour lui donner une forme particulière. Consommez-le sous deux jours.

    Pour lui donner du pep's et selon la façon de déguster, rajoutez: poivre moulu, curcuma, piment d'Espelette, cannelle et toutes les épices qu'il vous plaira…

    Ne jetez pas l'eau de caillage, rajoutez dans une sauce, une soupe froide... mieux vaut ne pas la faire dans le chaud ou cuire.

    Si vous l'osez, buvez-là... ça dégage bien les intestins!

    Pour aider "à passer", rajoutez du sucre, du miel, du sucré, quoi!

     

  • Votre sac en coton

    Allez-vous vraiment réutiliser votre sac en coton bio 20 000 fois?

    L’interdiction des sacs en plastique pourrait bien déboucher sur l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre: car un sac en coton bio doit être utilisé 20 000 fois pour laisser une empreinte inférieure à celle des sacs en plastique à usage unique.

    Un article de Being Libertarian

    Récemment, la Nouvelle-Zélande a suivi le mouvement général dans la croisade contre les déchets en plastique. Le ministère de l’Environnement a publié les termes de sa consultation publique sur l’interdiction progressive des sacs plastiques à usage unique.

    De son côté, le Premier ministre britannique Theresa May affirmait avant le sommet sur le changement climatique qui s’est tenu à Paris l’an dernier qu’il y avait un "impératif moral" à s’attaquer au changement climatique et à ses effets sur les pays pauvres. Depuis, elle a annoncé une interdiction de tous les sacs en plastique à usage unique, mesure qui permet au parti conservateur de se donner un petit coup bienvenu de greenwashing.

    Néanmoins, l’interdiction des sacs en plastique pourrait bien déboucher sur l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre et produire des effets globalement indésirables sur l’environnement au sens large. Si vous devez acheter un sac en coton bio, vous devrez l’utiliser 20 000 fois pour laisser une empreinte inférieure à celle des sacs en plastique à usage unique.

    Dans un paragraphe particulièrement déprimant des nouvelles dispositions, on pouvait lire que:

    Les commerçants trouveront profit à ne plus être obligés de fournir des sacs gratuits et à vendre des emballages alternatifs. Ils sont de plus en excellente situation pour aider leurs clients à franchir le pas de cette transition écologique.

    On ne voit guère de réflexion économique dans ces propos. Si le ministère a raison, les clients choisiront leurs fournisseurs en fonction de la possibilité d’obtenir des sacs ou non. Si cela est vrai, le préjudice causé aux commerçants par l’interdiction sera substantiel.

    Cette mesure constitue manifestement encore un exemple d’une politique publique poussée par les Conservateurs britanniques pour se donner bonne conscience bien qu’elle rende finalement les choses pires qu’elles ne sont.

    Traduction pour Contrepoints par Nathalie MP de: "Plastic Bag Alternatives, Will You Reuse Them 20,000 Times?"

     

    Blablabla... incompétente!

    Le mieux encore est de le fabriquer soi-même avec de la récupération de drap usagé. Si vous souhaitez un sac “isotherme“, cousez le tissu avec un morceau de plastique d'une vieille nappe ou un rideau de douche. Demandez autour de vous, il y a beaucoup de ménagères qui possèdent une machine  coudre et vous réaliserez en réunion entre copines.

    Té: si vous faites un sac “isotherme“ peu large, vous pourrez y mettre votre pain quotidien. Il faut que le plastique soit à l'extérieur, bien sûr.

    D'autres astuces couture?

     

     

     

     

     

     

  • Une pitié Française...

     

    L'écriture inclusive est à bannir! arrêtez de jouer les bobos incultes avec cela!

     

     

  • La soupe au chorizo

    Un vieux morceau de chorizo qui traîne?...

    Cette soupe peut être consommée en hiver comme en été et présente l'avantage d'être très facile à préparer. Vous pourrez adapter son goût en fonction de votre tolérance au piment du chorizo...

    Ingrédients pour 4 personnes

    400 g de chou vert; 200 g de pommes de terre

    100 g de carottes (deux ou trois); 2 gousses d'ail

    1 l d'eau, Sel; 1/2 chorizo ou 250 g (piquant ou non)

    Commencez par effeuiller le chou et ôter son trognon. Détaillez vos légumes en petits morceaux. Faites de même pour l'ail.

    Dans un grand faitout, versez l'eau, l'ail, les carottes et les pommes de terre. Salez le tout puis portez à ébullition.

    Laissez frémir le feu pendant 20 minutes puis ajoutez le chou. Laissez cuire 10 minutes de plus.

    Faites poêler le chorizo coupé en rondelles environ 3 minutes sans huile, il va dégager du gras. Ajoutez le chorizo à la soupe et versez une louche de bouillon pour dégager les sucs et reversez. Servez bien chaud. Vous pouvez lier le bouillon avec un œuf battu en omelette pour donner encore plus de protéine si vous souhaitez une bonne soupe du soir dans un repas léger.