Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

actualité

  • Totalement idiot

    L'eau Luchon retirée de la vente à cause de ses étiquettes

    Depuis une semaine, la marque n’est plus distribuée dans les magasins français. En cause : son appellation "eau minérale naturelle".

    L’eau en bouteille Luchon a disparu des rayons des supermarchés français. Le 29 juillet dernier, cette marque a en effet été retirée des rayons des magasins Intermarché, après un contrôle de la répression des fraudes. En cause: des "fluctuations constatées dans sa composition", explique France bleu Occitanie. En clair, ce qui est écrit sur les étiquettes des bouteilles d’eau ne correspond pas au contenu de la bouteille.

    Pas d’inquiétude cependant. Si l’eau n’est plus commercialisée, vous pouvez consommer les bouteilles que vous détenez. La qualité de l’eau n’est pas en cause et aucune alerte sanitaire n’a été lancée par les autorités: tout le monde peut consommer cette eau en bouteille, y compris les nourrissons.

    C’est simplement l’appellation "eau minérale naturelle de Luchon" qui est en cause. En effet, la composition de cette eau fluctue, notamment concernant ses taux de sodium, et elle ne peut plus s’appeler "eau minérale". D’après des interlocuteurs du numéro vert mis en place par Intermarché, et joint par France bleu Occitanie: "S’il y a un contrôle, le fabricant risque gros parce qu’il a donné une appellation qui est fausse".

    Une eau commercialisée depuis 1994

    En réalité, l’eau Luchon pourrait être davantage une eau de source qu’une eau minérale. C’est cette différence qui a conduit au retrait des bouteilles des supermarchés. Pour le moment, impossible de savoir combien de temps cette situation va durer. En effet, le système de captage et les étiquettes du produit doivent être changés pour faire mention du nouveau nom et de la nouvelle composition.

    Sollicitée par France bleue Occitanie, la direction de la Société des Eaux Minérales de Luchon n’a pas souhaité répondre. Cette eau est commercialisée depuis 1994 et chaque année, l’usine Luchon produit 70 millions de bouteilles vendues dans le réseau des Intermarché en France et en Europe.

    Ceci dit, si vous avez du poids en trop ou de l'hypertension artérielle, attention au sel. Vous devez choisir La Salvetat qui n'est pas salée.

    De plus, c'est une des rares eaux qui contient de la silice, un minéral que l'on trouve partout sur la terre et qui aide contre les rhumatismes et autres douleurs articulaires.

    De même, si en 2003 on avait donné de l'eau suffisamment salée aux personnes âgées, l'eau serait restée plus longtemps dans leurs cellules et elles n'auraient pas été déshydratées jusqu'à la mort (le sel fixe l'eau dans les cellules... bon d'accord, en plus de boire une eau suffisamment salée, il faut rafraichir l'organisme: on mouille ses avant-bras et on passe un ventilateur devant les bras jusqu'à ce que l'eau soit sèche... et, alors-là, on est bien refroidi -doit on dire- plus que rafraîchi).

    Bien évidemment, je ne suis pas sponsorisée par Salvetat. Je consomme cette eau depuis.... ad vitam...

    A l'an 1997 ou 98, j'ai envoyé un courriel à la société pour indiquer ce qui précède. Depuis, elle a changé l'étiquette pour dire que c'est la moins salée des eaux....

    Elle n'a pas parlé de la silice... mais, bon, ils auraient pu me donner 0,01 cts sur chaque bouteille vendues pour les avoir avertis de cet excellent argument publicitaire qu'ils utilisent depuis si longtemps! Voilà pourquoi je suis là avec vous, au lieu d'être sous les cocotiers à me faire servir des cocktails!

    Oui, c'est moi qui les ai avertis: je persiste et signe! Josyane JOYCE

    "faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages"....

     

  • Danger pour bébé

    L'Organisation mondiale de la santé alerte sur les aliments trop sucrés qui sont proposés aux bébés. Il y aurait, selon elle, trop d'étiquettes trompeuses.

    Quelques semaines après que l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a publié des recommandations avisant de ne pas introduire trop tôt des "aliments riches en sucres" dans l'alimentation des tout-petits, c'est au tour de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) d'alerter sur l'alimentation trop sucrée des bébés. Le lundi 15 juillet, elle a publié un rapport après avoir étudié près de 8000 produits dans plus de 500 magasins de sa zone Europe, entre novembre 2017 et janvier 2018.

     

    IDEES

    Evitez les mixer: cela fait “bouillir“ le contenu; utilisez les bons vieux moulins à légumes d'autre fois. (moulinette inox, bien sûr)

    LEGUMES

    Faire bouillir dans une casserole une pomme de terre petite coupée en cubes et une carotte pelée. Les écraser avec un peu de beurre et une goutte de sel

    Dans la purée, rajoutez un peu de fromage râpé. Attention, cela sale la purée. N'habituez pas votre enfant au goût salé.

    Ouvrir un pot en verre de haricots blancs cuits à la tomate ou pois chiches ou petits pois-carottes; rincez trois cuillères à soupe sous l'eau courante, mettre dans une casserole avec un verre d'eau minérale (bouchon rose) faites chauffer doucement, retirez, écrasez. Pas la peine de trop saler, les légumes mis en pots de verre sont cuits en saumure (eau salée). N'habituez pas votre enfant au goût salé.

    VIANDE:

    Achetez de la viande hachée en vrac, faites la revenir 10 minutes dans la poêle avec un peu de beurre; salez et défaites-là bien à la fourchette pour faire manger à bébé

    Passez à la moulinette du poulet cuit pour la famille: un poulet label rouge, ou fermier… un que vous avez cuit vous-même.

    Pomme de terre écrasée en purée avec un œuf dur passé à la moulinette-râpe à fromage (un vieil objet que vous pouvez encore trouver dans des quincailleries de village

    Pomme de terre écrasée en purée avec jambon d'York passé à la moulinette-râpe à fromage…

    Les légumes du repas de la famille dont vous avez mis de côté une petite quantité avant de mettre des sauces bizarroïdes, vendues sous platique

    POISSON

    Faites cuire un filet de poisson blanc au court-bouillon, défaites-le à la fourchette, servez avec les légumes écrasés ci-dessus.

    DESSERTS

    Pomme cuite au four avec une toute petite pointe de cannelle en poudre

    Marmelades maison: pelez un fruit, coupez-le en petits cubes, rajouter un demi-verre d'eau, une pointe de vanille ou cannelle en poudre selon le fruit, faites cuire jusqu'à ce que les morceaux soit transparents, feu moyen, en remuant souvent, fouet inox, dans les 6 à 8 mn de cuisson; mixez.

    Rajoutez une ou deux cuillères de votre compote maison dans du yaourt NATURE, du fromage blanc NATURE, de la faisselle NATURE, des petits suisses NATURE, du caillé de brebis NATURE et sans sucrer bien sûr: n'habituez pas votre enfant au goût du sucre.

    Une banane écrasée avec une fourchette dans un bol EN VERRE, avec du fromage blanc NATURE, des petits suisses NATURE, etc…

    Cela ne va pas demander des heures et des heures de préparation…

    Je n'ai JAMAIS nourri ma fille avec des petits pots … merdiques. Oui, les petits pots existent depuis les années 68-69… j'aurais pu en acheter si je voulais. Mais, c'est de la m… et c'est trop cher. Si vous vous soignez le “corgnolon“, pourquoi ne pas soigner celui de vos enfants?

     

  • Intoxication à la salmonelle dans des lots de coppa

    Photo: cansalade plate

     

    Deux nouveaux cas en Haute-Garonne, 15 dans le Gers

    Dans le Gers, une quinzaine de personnes ont été victimes d'une intoxication alimentaire liée à la salmonelle, après avoir mangé de la coppa. Deux personnes ont été hospitalisées à Bouloc en Haute-Garonne.

    Dans le Gers, les personnes intoxiquées sont adhérentes de la fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (FNACA). Après un repas collectif, elles ont été prises de diarrhées et de vomissements, elles ont passé la semaine au lit, certaines ont dû être hospitalisées. Une personne est toujours sous surveillance à l'hôpital.

    Selon les derniers éléments de l'enquête, les convives avaient mangé de la coppa contaminée par des salmonelles.

    Selon France Bleu Occitanie, deux autres personnes, originaires de Bouloc en haute-Garonne, auraient été hospitalisées. Elles ont participé à un repas dans une école où deux autres personnes ont eut les mêmes symptômes sans pour autant être hospitalisées.

    Les lots retirés de la vente

     

    Et oui: la coppa, c'est pas de chez nous…. et en plus, c'est plus cher!

    Chez nous, on fait nos lardons avec la cansalade…. et, en plus, c'est moins cher!

    De plus, vous avez le choix: cansalade roulée (en forme de très gros saucissons) cansalade plate (dont on peu se servir de garnissage de cassole… mais bon, je n'ai jamais fais cela… chez nous, tout est cuit ensemble… l'entoilage à la cansalade, c'est un truc des toqués de la toque!

    La cansalade me sert de... sel pour mes plats... en effet, ayant été piquouzée durant des années à doses importantes de cortisone (ma fille aussi, a du l'avaler en quantité importantes en 91) nous avions -peine perdue pour le tour de taille- été obligée de supprimer le sel... ce qui fait que je ne sale pratiquement pas mes plats et donc, la cansalade me rend ce bon service.

    Si vous êtes comme nous, parfois, offrez-vous des œufs au plat avec du bacon (c'est britich) et c'est presque pareil que la cansalade, en moins salé!

     

  • Attention, danger!

    Photo: ail des ours

    Après la mort d'un sexagénaire, l'Anses alerte sur les risques d'intoxication aux plantes

    L'Anses met en garde contre les dangers, potentiellement mortels, de la cueillette. Avec les beaux jours, attention à ce que vous cueillez dans la nature et mangez, recommande l'agence sanitaire.

    Au mois de mai, les centres antipoison du Grand Est ont recensé vingt cas d’intoxication par du colchique, que des promeneurs avaient pris pour de l’ail des ours ou du poireau sauvage.

    Au mois de mai, les centres antipoison du Grand Est ont recensé vingt cas d’intoxication par du colchique, que des promeneurs avaient pris pour de l’ail des ours ou du poireau sauvage.

    L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) a recensé plusieurs cas d'intoxication grave ces dernières semaines en France. L'agence alerte donc, lundi 1er juillet sur les risques de cueillir et de manger des plantes non comestibles. Récemment encore, un homme est mort à cause d'une erreur de jugement : un sexagénaire qui croyait ramasser du persil tubéreux dans son jardin, l'a mangé. Il s'agissait en fait d'une plante toxique, l'oenanthe safrané, qui ressemble beaucoup au persil tubéreux. La confusion est courante.

    Plus de 250 cas d'intoxication par an

    Se tromper de plante provoque souvent des douleurs bénignes, abdominales, des vomissements, des diarrhées. Mais des symptômes plus graves peuvent également être constatés. Au mois de mai 2019, les centres antipoison du Grand-Est ont recensé vingt cas d’intoxication par du colchique, que des promeneurs avaient pris pour de l’ail des ours ou du poireau sauvage. Là le risque est plus grand : vertiges, perte de cheveux, arrêt cardiaque ou même coma.

    Au total, les pouvoirs publics recensent plus de 250 cas d'intoxication par an à cause de telles méprises. Les confusions les plus fréquentes sont les suivantes : manger des bulbes de narcisses que l'on a pris pour un oignon, des feuilles d'arum confondues avec de l'oseille ou des épinards, de la vérâtre consommée à la place de gentiane, ou de la belladone au lieu de raisin.

    L'Anses conseille donc de ne surtout pas ramasser et consommer une plante, une fleur ou un bulbe si vous n'êtes pas sûr de vous.

    Le mieux encore est d'aller sur mon site de plantes bio

     

     

    par exemple: acheter des fleurs de plantes, ici "fleurs de sureau"

     

  • Glace de framboises, rapide

    Pour 6 personnes :

    500 g de framboises surgelées ou du jardin à surgeler la veille (Vous pouvez garder fraîches quelques framboises pour la déco)

    80 g de sucre en poudre ou moins

    1 verre d’eau, 1 blanc d’œuf; Jus de 1 citron

    Mixer les framboises surgelées jusqu’à ce qu’elles soient bien réduites. Dans un bol, dissoudre le sucre dans l’eau, puis ajouter ce sirop aux framboises, mélanger avec le mixeur.

    Ajouter le jus de citron et le blanc d’œuf, mixer 3 minutes. Placer la préparation au congélateur pendant 1 heure minimum.

    Si vous en avez gardé, mettre des framboises fraîche en déco.

    Faites pareil avec des myrtilles.

    Vous pouvez arroser le mélange, avant re-congélation, d'une lichette d'Armagnac.

    Si vous voulez du croquant, rajoutez -dans le mélange et avant congélation- des fruits secs: amandes, noix de cajou, de macadamia, pistaches, etc.