Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Loisirs

  • Humour belge

    DÉCLARATION d’impôts d’un citoyen Belge :

    On pourrait croire que c’est une blague mais non.

    Voici ce qu’a répondu un citoyen belge sur sa déclaration d’impôts à la question :

    Avez-vous des personnes à votre charge?

    Réponse:

    2,1 millions d’immigrés illégaux,

    4,4 millions de chômeurs,

    900 000 criminels répartis dans 85 prisons,

    650 crétins au parlement,

    + la totalité de la Commission Européenne.

    L’administration lui a renvoyé sa déclaration en disant que sa réponse était inacceptable.

    Le citoyen ne s’est pas dégonflé, il a répondu par écrit:

    “Pourquoi, j’ai oublié quelqu’un?".

     

  • Plaidoyer pour le droit au plaisir

    Je dirais que nous sommes parfois dans un monde absurde. En effet on voudrait que les gens ne boivent plus, ne mangent plus trop, ne se fatiguent pas trop et donc globalement essaient de vivre plus vieux. Mais vivre plus vieux, ça va faire des centenaires à ne plus savoir qu’en faire !

    Et des centenaires à ne plus savoir qu’en faire, ça va augmenter la masse des retraites d’une manière phénoménale. Qui va payer?

    Je ne suis pas en train de dire qu’il faut éliminer les vieux mais qu’entre les deux extrêmes, on peut fixer un juste milieu.

    Entre:

        se lâcher totalement et manger sucré, gras , alcoolisé à outrance et  forniquer comme des bêtes et aller développer tout un tas de maladies et de pathologies pour creuser le trou de la Sécu et mal vieillir, mal fichu, avec une gamelle de médicaments par jour et finir en épave ;

        ou ne rien manger, ne plus rien faire et vieillir jusqu’à pas d’âge et donc alléger la Sécu mais alourdir copieusement les retraites et donc risquer à terme de développer des "chasses aux vieux" initiées par les plus jeunes lassés de payer des retraites à des gens avec une santé insolente.

    Tout ça pour dire que finalement, on joue contreproductif. On devrait en réalité surtout encourager les gens à vivre heureux, à vivre bien, et effectivement sans trop d’excès. Ce qui pose problème, c’est l’excès. Mais avec les végans, les végétariens, les ligues de tempérance, les culs coincés de toutes natures, les anti-foie gras, les anti-drague, on n’est pas dans la mesure mais plutôt dans l’arrêt total de tout ce qui fait le sel de la vie.

    Au train où on va, manger un " mon chéri " vous vaudra bientôt un retrait de permis.

    Donc l’anecdote suivante résume, à mon sens le fond du problème.

    Un mec va voir son toubib et pose un billet de 200 euros sur la table et lui dit : "Toubib, voilà un billet de 200 euros… C’est en paiement de la consultation spéciale que vous allez me faire maintenant. Je n’ai qu’une seule question: que dois-je faire pour être sûr de vivre très vieux? Je ne sors pas de ce cabinet sans avoir la réponse à cette question".

    Le toubib le regarde un peu amusé et lui dit: "Inutile de payer 200 euros pour ça. Une consultation, ce n’est pas ce prix, mais bon… je prends.

    Concernant votre question, voilà ce que vous allez faire: plus de sucre, plus de cuisine avec des graisses, que des légumes, plus de bonbons, plus de cigarettes ni de cigares, et bien sûr plus d’alcool… côté sport rien, le strict minimum, un peu de marche, plus de télé car ça vous énerve, idem pour le cinéma et la lecture, plus de jeux de toutes sortes, ça vous fait des émotions fortes, côté femmes, c’est pareil… vous arrêtez, c’est crevant, les femmes. Plus d’émotions, plus de trucs qui fatiguent… ".

    Le gars est un peu interloqué, accuse le coup et passé son étonnement, dit au toubib: "Et avec ça, vous me garantissez que je vais vivre très vieux?".

    Et le toubib de répondre : " à vrai dire, en faisant ça, je ne sais pas si vous allez vivre très vieux, mais une chose est sûre: le temps va vous paraître nettement plus long".

    Pierre Bleven

    https://ripostelaique.com

     

    P.S. c'est une très vieille blague qu'on se racontait -déjà- dans les années 70!

    ... enfin, chez les phyto-nutritionnistes comme, déjà, j'étais!

    On parlait d'un billet de 500 francs, en ce temps-là!

  • Vous prendrez bien une tasse de café?

    L’odeur du café nous ravit et nous stimule. Qui plus est, rien ne peut être aussi réconfortant que de se laisser envelopper par son arôme quand nous nous levons le matin. C’est un plaisir pour les sens, le palais et le cerveau. En fait, une étude récente nous révèle que son parfum est capable de nous motiver, de renforcer nos processus cognitifs et également d’améliorer notre humeur.

    Nous en avons tous déjà fait l’expérience, et plus d’une fois. Il suffit d’ouvrir l’emballage du café, que ce soit la boîte où s’empilent les capsules classiques ou ces paquets de café moulu pour ressentir un plaisir indéfinissable au niveau olfactif. Nous adorons son odeur, ses nuances et cette profondeur veloutée qui nous transporte vers des endroits plus chaleureux et agréables.

    "Parmi les luxes de la table, le café peut être considéré comme l’un des plus précieux. Il excite la gaieté sans ivresse, et ouvre agréablement l’esprit sans jamais être suivi de tristesse ni de langueur ".

    -Benjamin Franklin-

    Ces expériences si prometteuses sont favorisées par notre sage et habile cerveau, qui est à son tour guidé par l’un des sens les plus puissants chez la majorité des êtres humains: l’odorat. L’odeur du café voyage du cortex cérébral au système limbique, jusqu’à ces fabuleuses régions où les émotions et la mémoire partagent les mêmes circuits, les mêmes routes.

    Si ce parfum de café améliore notre rendement, ce n’est pas parce qu’il nous donne un pouvoir ou une capacité subite. Nous parlons seulement d’émotions et de bien-être, d’un simple effet placebo. Il s’agit sans aucun doute d’une donnée très intéressante qui vaut la peine d’être approfondie…

    Notre cerveau adore le café

    Nous entendons souvent dire qu’il n’y a aucun endroit aussi riche en idées que l’intérieur d’une tasse de café. Les écrivains le savent, tout comme les étudiants, les philosophes et n’importe qui qui en boit le matin pour se réveiller ou le soir pour mieux affronter de longues heures d’études ou de travail. Ce n’est pas un hasard si cette boisson était la préférée de Napoléon avant d’entamer chaque bataille (même si son estomac ne pensait pas la même chose).

    La caféine est l’un des alcaloïdes que notre cerveau apprécie le plus. Il s’agit d’un stimulant naturel du système nerveux. Ses effets se font ressentir 15 minutes après l’avoir ingéré et peuvent durer jusqu’à 6 heures. C’est une chose sensationnelle, cela n’en fait aucun doute, et tout est dû à sa structure moléculaire. La caféine est capable de bloquer les récepteurs d’adénosine, ces molécules qui nous font nous sentir fatigués.

    Mais ce n’est pas tout. Le café ne fait pas que nous aider à nous réveiller le matin ou à être plus efficace au niveau de notre travail. Il nous produit aussi une grande sensation de plaisir et la responsable de ce fait n’est autre que la dopamine. Ce neurotransmetteur nous plonge dans un état d’activation, de bien-être et de motivation très caractéristique; et il est aussi responsable, parfois, de notre véritable addiction au café…

    L’odeur du café, une ressource très puissante mais méconnue

    Une étude publiée en juin dans le Journal of Environmental Psychology nous révèle une chose très intéressante. L’odeur du café améliore nos capacités cognitives, c’est-à-dire qu’elle optimise notre attention, notre capacité d’analyse, de résolution de problèmes ainsi que notre rendement professionnel et académique en général. Cela paraît relever de la magie mais l’auteure du travail, Adriana Madzharov, nous explique quelque chose d’aussi passionnant que curieux: il s’agit d’un simple effet placebo.

    " Le café est un baume pour le cœur et l’esprit. "

    -Giuseppe Verdi-

    Les responsables de cette recherche ont pu démontrer qu’il suffit d’une salle ou d’une pièce qui dégage une odeur de café pour que 90% des personnes ressentent du bien-être. En outre, nous savons déjà que le cerveau adore le café. La caféine le stimule, l’active et lui donne une sensation de plaisir. Par conséquent, ce simple arôme peut aussi activer tous ces processus grâce au parcours neuronal qui se fait entre le cortex cérébral et le système limbique: nous nous sentons motivés en songeant à ses bénéfices.

    L’effet placebo a sans aucun doute un grand pouvoir sur l’être humain. Qui plus est, les experts en neuromarketing nous suggèrent que nous négligeons souvent le grand effet de notre odorat. Cette ressource cérébrale est pratiquement sous-utilisée alors qu’en réalité, il s’agit d’un lien direct vers nos émotions et notre mémoire, d’un canal exceptionnel qui est capable de nous offrir de l’inspiration, du calme, une activation, d’améliorer notre attention et introspection, de nous rendre plus créatifs et réceptifs à notre environnement…

    Le pouvoir de l’odorat

    Helen Keller, la célèbre écrivaine et activiste politique, a perdu les sens de la vue et de l’ouïe à seulement 19 mois. À partir de cet épisode, Helen a appris de façon très précoce à être en syntonie avec les odeurs. Son monde a acquis des formes et des nuances en fixant son attention sur chaque parfum, chaque changement, chaque nuance du vent, de la terre, des personnes qui l’entouraient…

    L’odeur du café était aussi l’une de ses préférées. Ainsi, dans un monde d’obscurité et sans le moindre son, son univers est devenu infiniment et immensément riche grâce au pouvoir de l’odorat. C’est une chose que connaît parfaitement l’industrie du marketing et que le monde du travail, ainsi que les organisations, vont probablement commencer à prendre en compte. Il suffit souvent d’une odeur de vanille, de cannelle, de café ou de chocolat pour améliorer le bien-être et la productivité des travailleurs… Ce sujet est plein de possibilités.

    https://youtu.be/8C2W6X_vmF8

     

  • Chocolat, ça alors!

    Selon le professeur Alyn Morice, responsable des études cardiovasculaires et respiratoires à la University of Hull le chocolat est un moyen plus efficace de soulager les chatouillements de la gorge ou la toux irritante que les médicaments en vente libre.

    L’expert en matière de toux fait référence à une étude récente dans laquelle les patients prenant un nouveau médicament contenant du cacao (par rapport au sirop pour la toux) ont constaté une amélioration significative de leur toux en deux jours.

    Une autre étude réalisée à l’Imperial College of London explique aussi qu’il existe dans le cacao un alcaloïde qui est plus efficace que la codéine pour supprimer l’envie de tousser.

    C’est logique: la texture du chocolat est plus collante que celle des médicaments contre la toux ordinaire, ce qui signifie que cet aliment est mieux équipé pour enduire votre gorge et protéger les terminaisons nerveuses qui déclenchent la sensation de toux.

    Un sirop au cacao serait déjà disponible depuis un moment dans les pharmacies du Royaume-Uni.

    L'histoire ne dit pas si un remède en pharmacie fait à base de cacao aurait un aussi bon goût que le chocolat! Mais c'est toujours plus naturel que de la codéïne, qui est un opioïde et envers laquelle il est plus dangereux de développer une dépendance qu'en ce qui concerne le chocolat!