Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

loisirs

  • Hé, hé, hé!

    Nous parlons le meilleur Français!

    Ces cartes exceptionnelles sont l’œuvre colossale du linguiste Mathieu Avanzi, chargé de recherche à l’Université catholique de Louvain (Belgique), et ont été créées dans le cadre du projet-blog de crowdsourcing Français de nos régions, qui se consacre à la variation du français à travers le monde. Et comme l’explique l’auteur dans son article original, ces cartes " ont été réalisées à partir des résultats d’enquêtes conduites sur le web, auxquelles près d’une dizaine de milliers d’internautes ont pris part ".

    Bien que ces cartes soulignent avec brio la richesse linguistique qui subsiste en France, certains sites populaires ont saisi cette occasion pour condamner les régions où le français est "mal" parlé. En choisissant un titre sensationnaliste à caractère prescriptif, et sans aucun doute pour attirer les clics des internautes, le journaliste de BuzzFeed, par exemple, a préféré raviver un débat qui n’a pas lieu d’être, celui de savoir qui, dans l’Hexagone, parle le meilleur français.

    Pour les linguistes, qui ne voient pas les langues comme immuables et unifiées mais plutôt comme des systèmes variables en changement constant, il est insensé qu’un locuteur puisse prononcer sa langue maternelle "mal" ou "correctement " : toutes ces variantes sont légitimes par le fait même qu’elles existent (contrairement à ce qu’insinuent les dictionnaires ou les grammaires normatives). L’attitude privilégiée par cet article va donc complètement à l’encontre de la raison d’être de la plate-forme linguistique Français de nos régions, qui ne cherche qu’à décrire et expliquer la variation linguistique et non à prescrire comment les gens devraient parler. Et, au final, ce type de propos aura des répercussions désastreuses : il ne fera que décourager l’usage de français régionaux.

    Pourquoi? Parce qu’à un stade avancé l’insécurité linguistique – le sentiment que ressent un locuteur lorsqu’il n’a pas confiance en la façon dont il maîtrise sa langue maternelle puisqu’il considère qu’il ne la parle (ou ne l’écrit) pas "correctement" – peut mener une langue à devenir en voie de disparition: des locuteurs qui se font constamment juger sur leur façon de parler auront tendance, à la longue, à vouloir modifier leur langue.

    Pour en revenir à la prononciation de rose (et de jaune, drôle ou saute), il faut noter que BuzzFeed cherche en fait, malgré son titre contradictoire, à légitimer le français parlé au sud de la France. En effet, il faut lire l’article jusqu’à la toute fin pour découvrir que les gens qui prononcent rose avec le O ouvert de dormir respectent en fait " la loi de position " du système des sons du français qui détermine ses règles de prononciation.

    Ce qui est problématique c’est lorsque le journaliste de BuzzFeed explique que les gens qui prononcent rose avec le O fermé de beau sont donc " dans l’erreur " puisque dans ces contextes c’est la prononciation avec le O ouvert qui serait la plus " naturelle ". Le journaliste confond ici règle de prononciation et règle de grammaire : quand Mathieu Avanzi parle de règle ou de loi, il fait référence à la façon cognitive dont la langue française tend à structurer ses syllabes et non à une règle prescrite par le Bon Usage de Grevisse.

    Le journaliste de BuzzFeed a cru bon de modifier la carte géographique de Mathieu Avanzi.

    Voir la 1ere carte

    Par ailleurs, ces mêmes mots (rose, jaune, etc.) sont prononcés en français québécois d’une troisième façon : avec une diphtongue (une succession de deux voyelles qui appartiennent à la même syllabe), un peu comme rau-ouse ou jau-oune. Il suffit d’y penser quelques secondes pour se rendre compte qu’il serait ridicule de demander à des Français du nord de la France ou à des Québécois francophones si leur propre prononciation de rose leur paraît " contre nature ".

    Enfin, voici comment BuzzFeed termine son article :

        " Merci à Mathieu Avanzi, dont les travaux permettent enfin d'affirmer que les gens du Sud prononcent mieux le français que les Parisiens. "

    Il y a fort à parier que Mathieu Avanzi n’est pas particulièrement ravi que ses travaux soient interprétés ainsi…

    Brain Magazine a également repris ces cartes dans un article qui va, en guise de conclusion, jusqu’à souhaiter la sécession du Sud-Ouest pour que ses locuteurs puissent "tranquillement bouffer leurs chocolatines et prononcer les S à la fin des mots". Bien que Brain soit un blog ouvertement satirique et provocateur, ce genre d’attitude ne peut qu’avoir des conséquences néfastes.

    On doit bien sûr se réjouir que des travaux linguistiques d’une telle portée soient diffusés dans les médias grand public, cependant il est déplorable qu’un site comme BuzzFeed, qui jouit d’une immense popularité, ait utilisé sa tribune pour propager le mythe que certains locuteurs parlent leur langue "mieux que d’autres". Pourrait-on pour une fois prendre plaisir à découvrir la richesse des français régionaux plutôt qu’aliéner ceux qui ne parlent pas exactement comme nous?

     

    file-20170713-10278-aqbr77.jpg

    file-20170713-13222-1mngs32.jpg

    file-20170713-32666-cpbs5h.jpg

     

  • Illuminations de Noël

    illuminations-toulouse-Patrice-Nin-630x0.jpg

     

     

     

     

     

    Esquirol réenchantée et cône lumineux géant à Toulouse

    Les cercles colorés rues Saint-Antoine-du-T et Boulbonne font partie d'une déambulation illuminée créée par la Ville de Toulouse pour les fêtes. (Photo : Patrice Nin/Ville de Toulouse)

    Les fêtes de fin d’années approchent et, avec elles, la traditionnelle période des illuminations des rues de Toulouse. Le top départ sera donné le samedi 3 décembre 2016, pour une période d’illuminations qui s’étalera jusqu’à mi-janvier 2017.

    La Ville a présenté lundi 21 novembre les nouveautés en la matière, avec des surprises réservées pour les places Esquirol, Saint-Étienne et Arnaud Bernard…

    Esquirol, nouvelle place illuminée cette année

    Comme annoncé au début de la mandature de Jean-Luc Moudenc à la tête du Capitole, une nouvelle place emblématique de Toulouse est illuminée chaque hiver. Cela avait commencé avec la place Wilson et sa fontaine lumineuse en 2014, suivie en 2015 par la place Saint-Georges et son TreeLight.

    Cette année, la marie va donc poursuivre cette stratégie en se concentrant sur la place Esquirol. " L’ambiance générale sera un esprit de grâce et de féerie pour un Noël lié à l’imaginaire ", décrit Émilion Esnault, conseiller municipal en charge de l’éclairage public.

    Si l’élu souhaite pour l’heure " garder un peu de mystère sur cette nouveauté afin de surprendre les Toulousains ", il concède malgré tout quelques détails de mise en scène :

    “Notre volonté est d’utiliser tout l’espace de la place, comme un seul environnement global. Dans la continuité de ce qui avait été fait place Wilson, il y aura aussi un mélange de couleurs modernes et du blanc classique dans les éclairages. ”

    C’est le concepteur et scénographe toulousain Lionel Bessières qui a été chargé de concevoir les illuminations pour la place Esquirol. Les Toulousains auront donc un aperçu de son travail dès lundi 21 novembre, puisqu’il s’est occupé de la nouvelle mise en lumière des Jacobins, inaugurée à 20 h.

     

    sapin-boule-Russeil-630x0.jpg

     

     

     

     

     

    Un cône lumineux de onze mètres place Saint-Étienne

    Entre ces trois places emblématiques – Wilson, Saint-Georges, Esquirol – se dessine donc au fil des années une sorte de " parcours des illuminations de Noël dans la ville ", comme le définit Émilion Esnault. C’est ainsi que des cercles colorés rues Saint-Antoine-du-T et Boulbonne ont ainsi marqué cette déambulation lumineuse, qui va être poursuivie cet hiver.

    Le réenchantement de la place Esquirol, auquel ont été associés les commerçants, ne sera pas la seule surprise cette année. Parmi les investissements prévus, figure également un cône lumineux de onze mètres de haut, sorte de sapin géant stylisé, qui sera installé sur la place Saint-Étienne.

    Les illuminations densifiées dans les faubourgs

     

    Une dizaine d’autres de ces cônes lumineux, plus petits cependant (trois à cinq mètres de haut), seront de plus répartis dans différents quartiers de la ville, tandis que les dix sapins boules utilisés les années précédentes sont aussi maintenus.

    Une façon de poursuivre la densification des illuminations dans les faubourgs toulousains. Avec un accent particulier accordé au quartier Arnaud-Bernard: l’un des deux sapins contemporains TreeLight mis en place à Saint-Georges l’an passé va en effet être transféré place Arnaud-Bernard.

    “Cela fait partie d’un plan plus large mené avec  la maire de quartier Julie Escudier afin de mettre en valeur le secteur. L’éclairage de Noël sera ainsi renforcé à Arnaud Bernard avec ce sapin, mais aussi davantage de motifs sur les candélabres, indique Émilion Esnault, mu par l’objectif de " faire toujours plus avec moins".

    Le conseiller municipal s’efforce en effet depuis trois ans de serrer les cordons de la bourse, stabilisant cet hiver le budget des illuminations à 700 000 euros, contre 850 000 euros à son arrivée au Capitole.

    Inauguration des animations de Noël le 3 décembre

    L’inauguration des différentes animations aura lieu le samedi 3 décembre 2016, à 18 h au square Charles-de-Gaulle, et sera suivie de l’inauguration des illuminations à 19 h à Esquirol. Celle-ci sera marquée par " une mise en lumière particulière, dynamique ", souligne-t-on du côté de la mairie.

    À cette occasion, les Toulousains pourront voir les membres de la compagnie de théâtre de rue les Plasticiens Volants déambuler en lumière dans les rues de Toulouse tout au long du parcours reliant le square à Esquirol.

    Les illuminations de Toulouse en chiffres

    • 800 mètres : c’est la longueur du plafond lumineux au-dessus de la rue d’Alsace-Lorraine. " Les plus grand de France ", selon Émilion Esnault.
    • 20 kilomètres de guirlandes lumineuses, dont dix en centre-ville
    • 700 motifs lumineux, dont 110 dans le centre-ville
    • 50 Pères Noël colorés dans les écoles
    • 600 heures d’allumage des guirlandes
    • 5 000 euros, c’est le coût en consommation électrique des illuminations, équipée en Led, pour les deux mois