Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog

  • N'achetez plus de la bouffe cuisinée!!!

    Origine de la viande: la fin très discrète de l’étiquetage obligatoire

    Les éleveurs français s’inquiètent de la place prise par les importations, souvent de pays dont les standards de qualité ou de bien-être animal sont moins élevés.

    Un voile d’opacité est-il en train de s’abattre sur les rayons de nos supermarchés? Les cordons-bleus, jambons crus, cassoulets en conserve, pizzas, sandwichs au jambon préemballés… Bref, tous les produits transformés sont débarrassés d’une contrainte depuis le début de l’année : celle d’indiquer l’origine de la viande qu’ils contiennent.

    Cette obligation de transparence aura duré cinq ans. Elle avait été instaurée début 2017, peu de temps après la fameuse affaire des lasagnes à la viande de cheval. À l’époque, cette fraude d’ampleur avait révélé les zones d’ombre de certains circuits d’approvisionnement de l’industrie agroalimentaire : après être passé dans les mains d’un trader néerlandais, du cheval roumain avait été revendu comme du bœuf… La falsification avait touché des lasagnes de marque Findus mais aussi, on s’en souvient moins, des dizaines d’autres références de produits (couscous, moussaka, hachis parmentier, raviolis…) de grandes marques comme de celles de distributeurs.

    Consommateurs et éleveurs déplorent ce recul réglementaire

    La mention de l’origine fait aujourd’hui les frais d’une réglementation européenne défavorable. Elle n’était en vigueur en France qu’à titre “expérimental”. Et c’est l’expérimentation autorisée par Bruxelles qui a pris fin en catimini le 31 décembre dernier.

    Elle bénéficiait pourtant du soutien des associations de consommateurs comme des éleveurs. “Les consommateurs ont soif de transparence sur la manière dont sont fabriqués les aliments transformés, autant sur leur recette que sur l’origine des ingrédients”, assure Olivier Andrault, chargé de mission alimentation à l’UFC-Que Choisir. Les représentants des différentes filières (boeuf, porc, volaille) contactés par L’Express déplorent aussi ce recul réglementaire.

     

    (…)

    lexpansion.lexpress.fr

  • Comment préparer les fèves ?

    Crues ou cuites, les fèves sont simples à préparer et à déguster!

    Avant de les cuisiner, il faut enlever les écosser et retirer la peau manuellement.

    Comment les cuisiner?

    Les fèves fraîches peuvent être consommées crues telles quelles ou encore avec un filet d’huile d’olive et de l’ail.

    Vous pouvez les faire cuire à la casserole dans un bouillon pendant 15 minutes environ à feu doux.

    Dans une poêle ou un wok, elles se cuisent avec d’autres légumes et de l’huile d’olive à feu vif pendant 4 à 5 minutes.

    Et, pour une cuisson plus douce, essayez la vapeur pendant 5 à 8 minutes.

    Les fèves peuvent accompagner vos salades mais aussi les poissons, les crevettes ou encore les langoustines.

    Mais vous pouvez aussi, accompagner vos œufs cocotte avec des fèves.

    HOUMOUS DE FEVES

    Pour 4 personnes :

    450 g de fèves pelées surgelées

    2 c. à s. persil haché; 25 g de noix de Cajou et de pignons

    6 c. à s. d’huile d’olive; 1 c. à s. d’ail coupé

    Le jus d’1 citron

    Faire cuire les fèves 4 min dans l’eau bouillante salée. Égouttez.

    Concassez les noix de Cajou et les pignons au couteau. Mixez les fèves avec l’ail, l’huile d’olive et le jus de citron.

    Salez, poivrez. Ajoutez les graines concassées et le persil.

    Servir avec des tranches de pain aux céréales toastées.