Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nutrition news

  • Mince alors!

    Une sauce mayonnaise sans œuf!

    Vite fait, en plus!

    Il vous faut un pied-plongeur

    Ingrédients

    1 verre (20 cl) d'huile végétale; ½ verre à moutarde (10 cl) de lait

    1 cuillère à café de moutarde forte; ½ gousse d’ail dégermée (optionnel)

    1 c. à soupe de vinaigre; 1 cuillère à café de jus de citron fraîchement pressé

    Sel et poivre

    Placez la moutarde, le lait et l'huile dans un pichet en verre très épais, profond, adapté pour pied mélangeur. Plongez le pied mélangeur au fond de la tasse et actionnez pour faire une émulsion.

    Ajoutez l'ail dégermé et le sel et mélangez encore.

    Versez la mayonnaise dans un bol, ajoutez le vinaigre et le jus de citron à la cuillère. Assaisonnez au goût avec du sel et du poivre.

     

  • Prenons le melon

    Image: jambon de Bayonne

    Je ne savais pas cela: mais, le melon appartient, comme le concombre, la courge ou la pastèque, à la famille des cucurbitacées. Malgré son goût sucré ce n'est donc pas, à strictement parler, un fruit (mais un légume). Étonnant, non?

    Le catalogue français renferme près de 70 variétés de melons.

    Très riche en eau (il en renferme près de 90%), le melon est un fruit particulièrement rafraîchissant. Sa valeur énergétique moyenne est de l’ordre de 34 kcal. aux 100 g. Elle dépend directement du taux de glucides (ou sucres) du melon. Comme la plupart des fruits, le melon ne renferme que des traces de lipides (ou graisses) et moins de 1% de protides. (Protéines)

    II faut en premier lieu souligner la présence de bêta-carotène (ou provitamine A). Avec la mangue et l’abricot, le melon fait partie des fruits qui en contiennent le plus: environ 2 mg aux 100 g pour les melons à chair orangée (mais seulement 0,1 à 0,3 mg pour ceux à chair jaune ou verte).

    Le carotène se transforme dans l’organisme en vitamine A, vitamine qui joue un rôle important dans la vision, le bon état de la peau et des muqueuses, et qui intervient dans les mécanismes de croissance cellulaire. Et surtout, le carotène possède d'intéressantes propriétés antioxydantes, 100 g de melon permettent de couvrir environ la moitié de l’apport quotidien conseillé en provitamine A.

    Le taux de vitamine C se situe aux alentours de 35 mg aux 100 g (apport quodidien conseillé pour l’adulte : 80 mg). Malgré des variations assez notables (de 10 à 47 mg), le melon peut ainsi être considéré comme un fruit “bon fournisseur“ de vitamine C (sa teneur est supérieure à celle de la pomme, de la poire ou de l’abricot, par exemple).

    Les vitamines du groupe B sont toutes présentes, bien qu’en quantités assez modérées dans l’ensemble.

    L’éventail des minéraux est très large: le potassium domine nettement, avec un taux élevé de 250-300 mg aux 100 g. Cela confère au melon des propriétés diurétiques manifestes (d’autant plus marquées que le taux de sodium y est faible, comme dans tous les fruits). Les oligo-éléments sont nombreux (fer, zinc, cuivre, manganèse, iode, bore, etc.).

    Peu de fibres, surtout d’hémicelluloses et de pectines, ne dépassant pas 1 g aux 100 g. Elles sont particulièrement efficaces pour accélérer le transit intestinal.

    Le melon doit ses propriétés santé essentiellement à sa teneur en bêta-carotène (pro-vitamine A). Mais certaines variétés particulièrement riches en superoxyde dismutase (ou SOD), une enzyme antioxydante, sont aussi utilisées pour réaliser des compléments alimentaires.

    Il est bon pour nous?

    Un ami de la vésicule biliaire

    Serait-ce parce que c’est un fruit de la famille des cucurbitacées que le melon, comme la citrouille ou la courge, stimule le fonctionnement de la vésicule biliaire? Toujours est-il, selon une étude indienne, que manger régulièrement du melon permettrait de réduire de 70% le risque de calculs biliaires et de cancer de la vésicule biliaire. Cette forme de cancer est rare mais son issue est souvent fatale.

    Un fluidifiant du sang

    Le melon contient une substance particulière capable d’empêcher les plaquettes sanguines de s’agréger entre elles, donc la formation de caillots. Des chercheurs américains ont réussi à identifier la nature de cette substance : elle serait semblable à l’adénosine, un acide aminé qui joue un rôle important dans l’agrégation plaquettaire.

    Un allié contre la cataracte

    Un certain nombre de maladies de l’œil peuvent être prévenues grâce à la vitamine A et aux caroténoïdes. La richesse du melon en vitamine A et bêta-carotène fait qu’il a été testé pour voir s’il pouvait aider à prévenir la cataracte. Et, d’après une étude italienne, manger du melon permettrait de diviser par deux le risque de souffrir plus tard d’une cataracte.

    Une aide possible contre le syndrome métabolique?

    Des chercheurs de l’université de Montpellier ont étudié sur des rongeurs les effets d’un extrait de melon riche en superoxyde dismutase (SOD), notamment sur leur courbe de poids et les dysfonctionnements vasculaires induits par une mauvaise alimentation.

    Résultats: quand des hamsters sont nourris avec une diète riche en graisse et complémentés avec l’extrait de melon, ils grossissent trois fois moins que leurs congénères non supplémentés. Les scientifiques ont également observé qu’ils avaient des taux de triglycérides sanguins 68% plus bas que les autres groupes.

    Lorsque les hamsters sont soumis à un régime de type cafétéria pendant 15 semaines puis reçoivent un extrait de melon pendant 4 semaines, les problèmes vasculaires liés à l’obésité sont partiellement voire complètement résolus par la complémentation. Les chercheurs pensent donc que l’extrait de melon “pourrait être une aide utile contre les troubles vasculaires induits par un syndrome métabolique“.

    Un protecteur de la peau

    Certaines variétés de melon possèdent des teneurs importantes de superoxyde dismutase (SOD), une enzyme aux propriétés antioxydantes fortes. Des chercheurs du CHU de Besançon (Franche-Comté) ont testé les effets d’un complément alimentaire de SOD issue de la chair du melon sur les coups de soleil.

    50 volontaires ont pris ce supplément ou un placebo avant de placer leur avant-bras sous une lampe à UV. Résultat: le supplément a retardé très significativement l’apparition d’un coup de soleil. Même les peaux claires ont vu ce délai multiplié par 8 par rapport au placebo. De plus, le coup de soleil était moins important. Les compléments de SOD pourraient donc s’avérer très utiles aux personnes à la peau claire ou sensible au soleil. En 2016, des chercheurs japonais sont arrivés à des conclusions similaires (3). Malheureusement, il y a peu de chances d'observer ces effets en mangeant du melon car la SOD, déjà en faible quantité, est détruite par la digestion. Pour contourner la difficulté, les compléments à base de SOD la protègent de la digestion par une protéine du gluten (non digérée donc).

    Le melon se conserve au frais (cave, cellier) entre 8 et 12°C. Il peut aussi être mis dans le bac à légumes du réfrigérateur (ne pas dépasser 6 jours).  Dans ce cas, emballez-le de manière hermétique afin que son parfum ne se propage pas aux autres aliments.

    En cuisine:

    En soupe glacée: mixer la chair avec le jus d'un citron. Déguster bien frais.

    En sorbet à partir d’une purée et d’un sirop de sucre parfumé. C'est une manière idéale de le déguster hors saison.

    En salade de fruits: avec des bananes, des fraises, des pêches, des abricots… et des herbes fraîches (menthe, basilic, verveine...) et, si vous n'avez pas d'enfants, une lichette d'Armagnac.

    En entrée ou en apéritif, en petites brochettes décoratives composées aussi de tomates- cerise, dés de fromage (de brebis conservés à l'huile, idéal), de jambon… Son alliance avec le jambon cru, genre de Bayonne, en fait l’une des entrées les plus appréciées en été. Info plus: Demander un “cul“ de jambon cru à votre charcutier et rajoutez-le dans les haricots, le cassoulet, le rata (patates et carottes).

    Dans des salades salées, il s’accompagnera de légumes frais: concombre, laitue, carottes râpées, etc.

    Pour le choisir, il existe des tas de trucs.

    Perso, je le prends je regarde côté “fleur“: si l'aérole est très large, c'est un melon “femelle“ et donc, très bon. Si l'aérole est petite, c'est un “mâle“, donc pas très sucré.

    Puis, je regarde côté tégument que j'essaie de casser, si cela se réalise rapidement, il sera bon à consommer.

    A vous de voir

  • La créatinine, késako mon coco?

    La créatine est un acide aminé que l’on trouve dans le cerveau et dans le corps qui est essentiellement produite par ce dernier. Pour les sportifs, elle a la vertu d’améliorer leurs capacités physiques lors d’exercices intenses de courte durée.

    Ce dérivé d’acide aminé participe à l’acheminement de l’énergie au niveau des muscles. Elle joue un rôle dans le stockage et la libération de l’énergie lors d’une contraction musculaire. L’organisme en produit en moyenne 1 à 2 g par jour. On observe toutefois une variation selon votre régime alimentaire et vos besoins spécifiques. Lorsque l’apport n’est pas suffisant, le corps va alors procéder à la synthèse de sa propre créatine en sollicitant les acides aminés.

    Il est aussi possible d’augmenter son taux grâce à des compléments alimentaires tels que proposés sur bodyandfit.fr. Ou encore, il faut consommer les aliments les plus riches en cat acide aminé pour en avoir plus dans le corps.

    Les aliments les plus riches

    D’après les études réalisées par le scientifique Walker, cette molécule est présente uniquement chez les vertébrés et l’on en remarque une forte concentration au niveau des muscles. On la retrouve essentiellement dans les viandes et les poissons comme cela est indiqué sur le blog Mon dandy.

    Donc, si vous voulez consommer des aliments riches en créatine, vous devrez les privilégier mais surtout:

        Le hareng qui en contient de 6,5 à 10 g par kg

        Le porc qui en contient 5 g par kg

        Le bœuf qui en contient 4,5 g par kg

        Le saumon qui en contient 4,5 g par kg

        Le thon qui en contient 4 g par kg

        Le cod qui en contient 3 g par kg

        Le lait qui en contient 0,1 g par kg

        Les cerises (bios de préférence) qui en contiennent 0,02g par kg

    L’agneau, le gibier sauvage, le poisson sauvage, la poitrine de poulet, la poitrine de dinde, le veau, sont aussi riches en cet acide aminé.

    Il faut savoir que ce sont les chairs des animaux qui contiennent le plus de créatine. Il y en a ainsi 3 à 5 g dans les poissons non cuisinés comme le saumon et le thon. De plus, la teneur de cet acide aminé peut être grandement réduite en fonction de votre façon de cuire les aliments.

    Pour les végétariens et les végétaliens, l’apport est donc nul puisqu’ils ne mangent ni viande ni poisson. Cependant, des études menées par Balsom et al en 1994 ont démontré que l’on retrouve des traces de cette molécule dans certaines plantes.

    Pour qu’ils puissent booster leur apport en cet acide aminé, il leur est recommandé de consommer des aliments qui contiennent beaucoup d’acides aminés arginine, glycine et méthionine car ils sont utilisés par notre corps pour produire de la créatine. Cela permettra donc d’augmenter le taux.

    Enfin, il est bon à savoir que si la consommation de ces aliments riches en cet acide aminé vous permettra d’en avoir plus, il vous sera difficile d’en obtenir plus de 4 g par jour car cela engendrerait de manger une trop grande quantité de viande ou de poisson. En effet, vous devriez consommer un kilo de bœuf, de hareng ou de porc chaque jour ce qui serait nocif pour votre santé

    Vous avez donc la possibilité de doubler votre apport en créatine mais pas plus sans ce que cela ne devienne problématique.

    Tous les acides aminés essentiels sont dans la gélatine de porc ou dans l'os à moelle; donc, demandez sans cesse au boucher un os à moelle et, comme moi, mettez-en un dans tous les plats mijotés.

    Toutes les vitamines B et acides aminés sont dans la levure de bière.  A saupoudrer sur vos plats, une fois cuits: ne pas la faire cuire, elle perd toutes ses propriétés. Ou avaler en gélules aux capsules faites de... gélatine, justement.

    Vous pouvez aussi, comme à l'ancienne, du temps où les machines étaient dures à manier et les trucs à soulever, quand il n'y avait pas de robots, qu'on "se tapaient" plus de 44 heures par semaine, les ouvriers achetaient un os long, demandaient au boucher de le scier en deux.

    Puis, ils disposaient sur un plat long, saupoudraient de gros sel et mettaient à cuire dans le four de la cuisinière à charbon, durant au minimum une bonne demi-heure.

    Ils sortaient l'os, dégustaient la moelle avec une tartine de gros pain de campagne et faisaient passer le tout avec un bon gros vin rouge.

    J'ai mis au masculin, mais bon, c'était souvent madame qui se collait dans la cuisine... dans ce temps-là, le plus souvent, elle restait à la maison, s'occuper des 4 ou 5 enfants (parfois, une bonne dizaine)... c'était au temps de la Douce France...

     

  • Fruits rouges : Comment faire le plein d’antioxydants?

    Les polyphénols constituent une importante famille d’antioxydants dans les plantes, les fruits et les légumes puisqu’elle comprend plus de six mille molécules. On estime que l’alimentation en fournit environ 1 g par jour. Les polyphénols permettent aux végétaux de se défendre contre les ultraviolets.

    Pour ces raisons, les teneurs en polyphénols sont plus élevées dans les fruits mûrs que dans ceux qui sont cueillis trop tôt. Les polyphénols défendent la plante contre les pathogènes et leur concentration augmente après une infection.

    Ceci explique que les fruits bio, en particulier les fraises et les mûres renferment plus de polyphénols antioxydants que les fruits élevés sans stress comme c’est le cas dans l’agriculture classique. Enfin, le stockage au froid pendant quelques jours ne semble pas affecter la teneur de ces fruits en antioxydants.

    GRATIN DE FRAISES

    Par personne: 1 bol en terre qui passe au four

    Des fraises bio ou du jardin: lavez-les d'abord, puis, ôtez le pédoncule (si vous le faites avant, dès que vous laverez vos fraises, de l'eau va entrer dans le fruit par le trou du pédoncule)

    Une pincée de cannelle

    Un œuf battu en omelette avec de la crème fraîche liquide puis la cannelle (par bol).

    Coupez les fraises en petits morceaux, arrosez de l'omelette à la crème fraîche

    Mettre au four à cuire, 10 mn à 170°: plus c'est cuit, plus vous perdez des vitamines, alors, mollo sur la molette du four! J

    Date limite de dégustation: avant les autres!

    (hi, hi, j'adore ce slogan!)

    Vous ferez cette recette avec des mûres, des myrtilles ou un mélange de fruits rouges.

    BIS REPETITAS

    Si vous utilisez des fruits congelés, n'oubliez jamais de les décongeler en les sortants du plastique si vous ne voulez pas que la chimie du plastique passe dans vos fruits (ouvrez le sachet et disposez les fruits sur une assiette en verre. Les fruits sont toujours congelés à l'unité, vous ne devriez pas avoir de problèmes pour les sortir de la poche (on est toulousaine ou on ne l'est pas!).