Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cuisine

  • Gâteau de camembert, lardons et noix

    Bien sûr, c'est d'un gâteau salé que je vous parle!

    Pour accompagner des viandes grillées ou pour un repas léger du soir ou réalisé comme des petits gâteaux salés, genre muffins, pour l'apéritif....

    Ingrédients:

    2 œufs; 4 cuillères à soupe de crème; 2 cuillères à soupe d’huile d’olive

    100 g de farine ou maïzena

    Thym frais, Sel & poivre

    125 g de camembert, 100 g de lardons de cansalade cuits dans la graisse de canard

    20 g de noix (une bonne vingtaine)

    Mélangez dans un saladier, en verre, les œufs, la crème, l’huile d’olive et les feuilles de thym. Salez, poivrez et fouettez vigoureusement.

    Faites incorporer la farine petit à petit.

    Ajoutez les lardons, le camembert coupé en dés fins et les noix. Mélangez jusqu’à obtenir un appareil homogène.

     Versez le mélange (l’appareil) dans un moule en verre, forme à votre convenance ou des moules à muffin et enfournez 15 minutes à 180 °C.

    Laissez tiédir et servez (si ce sont des muffins, servez à l'apéritif) sinon, peut accompagner des viandes de porc grillées.

     

  • Poêlée de salsifis à la crème de moutarde

    Ou frais ou en bocal de verre…

    Avant, j'en achetais surgelés mais, je n'en trouve plus! où sont-ils passés?

    Ingrédients pour 2 personnes:

    300 g de salsifis; 2 cuillères à soupe de moutarde forte maison (recette? boîte à outil Rechercher).

    5 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse

    10 g de beurre ; 1 cuillère à café de muscade, Persil; Poivre

    Pour les frais: Lavez et épluchez les salsifis, les couper en rondelle rapidement car ils noircissent, donc à faire juste au moment de les préparer.

    Faites fondre le beurre, puis ajoutez les salsifis, faites cuire 10 min.

    Pour les conserves, les égoutter, les passer sous l'eau et mettre dans la sauteuse à réchauffer avec le beurre, feu moyen.

    Ajoutez la crème et la moutarde, bien mélanger, laissez cuire 5 min environ. Assaisonnez la poêlée à l’aide de la muscade, du poivre et du persil.

    Servir chaud. Ce plat se sert très bien pour accompagner des viandes grillées ou  la saucisse de Toulouse grillée. Bien sûr!

     

  • Des patates!

    Gratin de pommes de terre aux oignons

    Pour 5 ou 6 gourmands

    2 kg de pommes de terre; 4 oignons

    1 pot de crème fraîche, 30 cl de lait

    du gruyère râpé et une pointe de noix de muscade

    De la graisse d'oie ou de canard (ou du beurre si vous êtes nordiste!).

    Persil; sel, poivre du moulin (plus de saveur quand le poivre est mouliné de frais, cela se comprends bien).

    Épluchez les pommes de terre et coupez-les en rondelles le plus fines possible. Réservez dans un saladier plein d'eau.

    Émincez les oignons en cubes. Faites les brunir dans la graisse de canard.

    Videz l'eau du saladier et séchez vos pommes de terre avec un torchon propre: re-déposez-les dans le saladier avec les oignons en cubes bien brunis.

    Dans un autre saladier, mélangez le lait, la crème fraîche, le persil et la noix de muscade. Salez, poivrez. Versez sur l'autre saladier et mélangez bien le tout.

    Beurrez un plat en verre et placez-y le mélange, répartissez bien.

    Parsemez de gruyère râpé et enfournez environ 30 minutes à 180 °C.

    Vous pouvez saupoudrer le dessus de chapelure pour avoir un gratin plus craquant.

     

     

  • Il n’y a pas de mal à manger de la viande.

    N'en déplaise aux végans, spécistes et autres débiles mentaux...

    Bon sang! il y a des gens qui sont trop heureux -avec la peau du ventre bien tendue- sur cette terre pour s'inventer des croisades anti-ceci ou anti-cela.... bientôt, ils seront trop heureux-ses de se trouver un bout de viande à se mettre sous la dent... et, plus vite qu'il ne le croient encore!....

     

    Vous n’avez pas à vous sentir coupable, vous les carnivores!

    Si vous voulez être végétarien, pas de problème. Si vous voulez aller encore plus loin et être végan, alors je vous dis: allez-y et bonne chance! Votre vieillesse risque d'être pas triste avec des tas de soucis de santé. La sécu devrait ne pas prendre en charge ceux qui rendent leur corps malade parce qu'ils cèdent à des modes mortifères….

    Et les végans! n'oubliez pas de vous munir d'un casque anti-bruit pour ne pas entendre crier la salade qui pleure quand on la coupe!

    La nourriture est un choix personnel et je ne veux changer les préférences de personne. Je suis heureuse que notre industrie agroalimentaire diversifiée puisse satisfaire autant de besoins et de désirs différents.

    Mais personne ne devrait arrêter de manger de la viande pour les raisons énumérées par tous les écolo-bobos terroristes verts et l’insinuation désinvolte que les éleveurs, traitent le bétail avec cruauté… totalement inepte!

    La production de viande ne nuit pas à l’environnement, sa consommation est bonne pour la santé, et personne ne se soucie autant du bien-être des animaux que les éleveurs et les agriculteurs qui les soignent quotidiennement.

    Les éleveurs sont souvent critiqués parce qu’ils travaillent avec du bétail, car les animaux -parait-il- émettent des gaz à effet de serre et contribuent au changement climatique. Cependant, selon l’Agence de Protection de l’Environnement, la grande majorité des gaz à effet de serre provient des transports (29%), de l’électricité (28 %) et de l’industrie (22%). L’ensemble de l’agriculture ne représente que 9% – et le bétail n’en représente qu’une fraction.

    Non mais, il a fallu mettre des tas d'appareils au cul des vaches pour savoir cela! Grotesques, vous êtes… pour parler comme dans La Guerre des Etoiles.

    La viande est -on le sait bien- une excellente source de protéines et fait partie d’un régime alimentaire sain. Elle fournit un bon équilibre avec des légumes, des fruits et d’autres types d’aliments. C’est nutritif et délicieux.

    Dire que les animaux sont maltraités, rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. D’une part, les animaux en mauvais état ne sont pas rentables. Les animaux en bonne santé apportent les meilleurs prix à la vente puisque on voit une viande de très bonne qualité.

    Les éleveurs veulent, aussi, qu’ils soient heureux.

    Cela signifie créer un environnement sans stress. Ils veillent à ce que chaque animal ait suffisamment d’espace pour brouter. Lorsqu'il est auprès d’eux, il tente de parler d’une voix monotone pour ne pas les effrayer. Lorsqu'on doit le déplacer, on ne le force pas à aller là où il ne le veut pas, mais l'éleveur le persuade de se diriger dans la bonne direction.

    Les animaux ne tombent pas souvent malades, en partie parce que l'éleveur les fait vacciner, tout comme on vaccine des enfants. Bien sûr, rien n’est infaillible et parfois, ils souffrent de maladies. Lorsque cela se produit, ils sont confiés à des vétérinaires pour le remettre en forme.

    Et quand vient le temps de les abattre, leurs derniers moments sont rapides et sans douleur. Les éleveurs prennent soin d’eux de la naissance à la mort.

     

  • Notre foie gras en Chine!!!

    Bonne nouvelle pour les fabricants français de foie gras qui vont pouvoir exporter en Chine. Sous embargo depuis décembre 2015 à cause de la grippe aviaire, la volaille française a retrouvé droit de cité en mars 2015. Mais ce  n’était pas encore le cas des palmipèdes à foie gras. Dans un communiqué du Cifog, le comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras, Michel Fruchet se réjouit de cette mesure qui, à court terme, permettrait de réaliser des ventes de foies gras en Chine  pour un montant de 10 M€ et, à plus long terme de valoriser les autres produits de la filière pour un  montant de 38 M€. Pour la filière, l’enjeu est de taille. Après deux épisodes successifs de grippe aviaire, les producteurs français peinent à retrouver leurs positions à l’international, notamment au Japon où le foie gras hongrois est désormais privilégié par les restaurateurs japonais.

    Au total, la France  a obtenu 20 agréments à l’exportation pour des entreprises des filières volaille, bœuf, porc et charcuterie.

    Dans le cadre d’une crise sanitaire mondiale, la filière porcine française reste inquiète de l’arrivée possible d’un cas de peste porcine africaine en France. A ce sujet, Pékin et Paris se sont engagés à coopérer en vue de la reconnaissance par la Chine du principe de régionalisation, autrement dit la possibilité, si la France était touchée, de continuer à exporter de la viande porcine à partir des zones indemnes.

    Andros, le spécialiste de la confiture et de la compote, va pouvoir ouvrir 2 usines en Chine pour un montant de 35 M€.