Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cuisine - Page 2

  • Peaux de bananes

    Pelures de fruit et légumes

    A ne jamais jeter à la poubelle

    Si vous considérez automatiquement comme déchets alimentaires les parties de fruits et de légumes que vous ne mangez pas, vous vous privez peut-être des puissants nutriments qu’elles renferment.

    Les peaux de bananes ne doivent pas être considérées comme des déchets alimentaires.

    Pour la plupart, nous dégustons nos bananes sans penser une seconde que leur peau lisse et molle peut avoir une quelconque utilité.

    C’est une erreur, et voici pourquoi: La peau de banane contient du tryptophane, qui stimule la production de sérotonine, ‘l’hormone du bonheur’, régulatrice de l’humeur et des influx nerveux.

    Quelques moyens créatifs d’utiliser les peaux: d’abord, laissez-les mûrir. Les peaux de bananes mûres sont plus molles, plus fines et plus goûteuses.

    Faites les tremper dix minutes dans l'eau bicarbonatée.

    Ensuite, faites-les cuire ou bouillir 10 minutes pour finir de les ramollir. Ecrasez en purée; à rajouter dans une purée ou gelée de fruits.

    A rajouter aussi dans une pâte à crèpes ou pancakes comme disent les amerloques

    J'ai remarqué que les desserts à la banane ne semblaient pas sucrés et donc, quand je travaille ce fruit, je rajoute toujours plus de sucre, chose que -nrormalement- j'évite dans tous mes desserts.

    Bien évidemment, vous lavez soigneusement le fruit avant d'utiliser la pelure, avec bicarbonate à raison d'une cuillère à soupe pour deux litres d'eau.

    Un aliment beauté par excellence

    En plus d’être un fruit délicieux et nutritif, la banane est un parfait aliment beauté! Vous pouvez utiliser ce fruit comme masque de beauté entièrement naturel, afin d’hydrater votre peau. Il suffit d’écraser, à l’aide d’une fourchette, une banane mûre et d’en faire une pâte molle, puis de l’appliquer sur le visage et le cou. Laissez reposer 10 à 20 minutes, puis rincez à l’eau froide.

    A suivre: pelure de pommes

  • Le café glacé

    Enfant, je passais des heures devant la cafetière pour faire le café de toute la famille: mon papa en buvait pas loin d'un litre par jour…

    Lui, il le voulait fort, pas ma mère qui, au contraire voulait y mettre de la chicorée. Nous avions une cafetière émail de deux litres… Il me fallait, dès l'âge de 8 ans,moudre les grains avec un petit moulin mécanique, ce qui fait que je devais le remplir au moins trois fois pour qu'il soit suffisamment en quantité pour un café un peu fort. J'étais un shadock déjà!

    Je déteste le café bouillant. Je le préfère tiède et en été, je le bois froid. Pas glacé, froid. Et  il me tarde qu'il fasse suffisamment chaud pour m'éviter de salir une casserole!

    Je vous ai déjà indiqué que je n'utilise plus, depuis 8 ans, de machine électrique. Depuis que j'ai appris que la chaleur fait relarguer des trucs improbables dans le café. Déjà que l'eau du robinet est pleine de molécules pharmaceutiques diverses et avariées!

    Donc, je fais désormais, bouillir de l'eau en bouteille et je passe l'eau (à 88°) sur mon café, disposé dans deux filtres à café.

    Pourquoi deux? parce que certains matins, je suis trop pressée, je verse un peu trop fort mon eau et, devinez quoi? le filtre n'y résiste pas. Avec deux, au moins, pas de soucis! Je ne veux pas lire l'avenir dans le marc de café… Non mais, quelqu'un comme moi!

    Pour réaliser un café glacé il y a plusieurs méthodes:

    Infusion à froid (très long)

    Pour ce café glacé il faut mettre entre 2 et 4 cuillères à soupe de café dans le fond d’une carafe, selon la force désirée. Ensuite, ajouter l’eau froide dans la carafe et laisser infuser environ 12 h.

    Quand l'eau est froide, le café à du mal à macérer… c'est pourquoi, votre café ne passera pas très vite sur le filtre, si l'eau est un peu froide.

    Mélanger la boisson puis filtrer à l’aide d’un tamis et d’un filtre posé à l’intérieur. Vous pouvez ajouter des glaçons si vous le souhaitez.

    Café brassé (plus rapide)

    Réaliser un café comme d’habitude, puis le verser dans un mixeur avec ¼ ou ½ verre de lait, et de la glace pilée. Mixer le tout jusqu’à l’obtention d’une boisson onctueuse.

    Ce café peut être aromatisé avec de la cannelle, du miel ou d’autres épices.

    Liqueur de café

    J'ai déjà mis la recette déjà mais bon, je suis brave; bis-répétitas

    En premier, vous faites un café épais; vous utilisez la moitié d'un paquet de café en poudre et vous le faites passer avec très peau d'eau. (chaude bien sûr)

    Vous faites une cafetière normale et versez à travers le filtre déjà utilisé précédemment. Si vous voulez que votre café soit fort, pour une petite cafetière, on rajoute une cuillère de poudre en sus, et bien plus si la cafetière est plus... "litrée"...

    A conserver au frigo pas loin de 3 à 4 semaines. A verser dans des pâtes à gâteaux, des yaourts, des crèmes, glaces, etc.

    Pour la vraie liqueur, dans le café normal, avant de rajouter au café épais, faites fondre du sucre en poudre, plus ou moins selon votre désir. Vous conservez dans les même conditions au frigo mais vous le garderez quelques semaines de mieux.

  • Croque-monsieur au chorizo

    4 tranches pain de mie (ou pain de campagne -trouvez du pain fait avec la farine dont les grains ensilés n'ont pas été saupoudrés d'insecticides (Saveurs d'ailleurs chez Casino sans leur faire de la pub); perso, je préfère le vrai pain à cet ersatz industriel de faux pain dit de mie.

    ½ camembert, 8 fines tranches de cansalade au poivre

    2 c. à café de moutarde à l’ancienne (faite maison)

    Un peu de  beurre et quelques tomates cerise ou des tranches de tomates bio (genre tomates sans jus)

    Retirez les croûtes des tranches de pain de mie si vous avez choisi ce pain

    Lavez les tomates cerise, essuyez-les avec un torchon propre, puis découpez-les en tranches.

    Faites chauffer une poêle et faites-y griller les tranches de cansalade sans ajouter de matière grasse.

    Tartinez ensuite deux tranches de pain (de mie) de moutarde à l’ancienne.

    Déposez-y les tranches de cansalade grillées, quelques rondelles de tomate, puis du camembert préalablement coupé en tranches.

    Refermez les croque-monsieur avec les deux autres tranches de pain de mie.

    Mettez à fondre une petite quantité de beurre dans une poêle. Dorez-y ensuite les croque-monsieur au camembert et cansalade grillée quelques minutes en retournant pour grillez les deux côtés.

  • Eliminez les plastiques alimentaires et les conservateurs

    Des conservateurs alimentaires répandus pourraient nuire au système immunitaire

    Au cours des dernières décennies, l’utilisation d’additifs et produits de conservation a connu un véritable boom dans l’industrie alimentaire. Aujourd’hui, des milliers d’aliments transformés sont stabilisés grâce à des conservateurs et améliorés via des exhausteurs de goût. Des données récentes recueillies à grande échelle ont toutefois montré que certains de ces produits, en plus de leurs effets nocifs précédemment connus peuvent également, impacter négativement le système immunitaire. Alors que la modification des réglementations alimentaires se montre extrêmement lente, les chercheurs tirent un véritable signal d’alarme sur le danger de ces substances.

    Un conservateur alimentaire utilisé pour prolonger la durée de conservation d’environ 1250 aliments transformés répandus peut nuire au système immunitaire, selon une nouvelle étude de l’Environmental Working Group (EWG).

    Les chercheurs de l’EWG ont utilisé les données de l’Agence de protection de l’environnement sur la toxicité (ToxCast), pour évaluer les risques pour la santé des produits chimiques les plus couramment ajoutés aux aliments, ainsi que les produits chimiques permanents connus sous le nom de PFAS, qui peuvent migrer vers les aliments à partir de l’emballage.

    L’analyse des données ToxCast par l’EWG a montré que le conservateur tert-butylhydroquinone, ou TBHQ, s’est avéré nocif pour le système immunitaire à la fois dans les tests sur animaux et dans les tests non animaux, connus sous le nom de tests de toxicologie in vitro à haut débit. Cette découverte est particulièrement préoccupante pendant la pandémie de coronavirus.

    “La pandémie a attiré l’attention du public et des scientifiques sur les facteurs environnementaux qui peuvent avoir un impact sur le système immunitaire. Avant la pandémie, les produits chimiques susceptibles de nuire à la défense du système immunitaire contre les infections ou le cancer ne recevaient pas suffisamment d’attention de la part des agences de santé publique. Pour protéger les populations, cela doit changer“ déclare Olga Naidenko, auteur principale de la nouvelle étude.

    TBHQ et PFAS : des produits particulièrement pointés du doigt

    Le TBHQ est un conservateur omniprésent dans les aliments transformés. Il est utilisé dans les aliments depuis de nombreuses décennies et ne sert à rien d’autre que d’augmenter la durée de conservation d’un produit. En utilisant de nouveaux résultats de tests non animaux de ToxCast, l’EWG a découvert que le TBHQ affectait les protéines des cellules immunitaires à des doses similaires à celles qui causent des dommages dans les études traditionnelles. Des études antérieures ont montré que le TBHQ pourrait influencer le bon fonctionnement des vaccins contre la grippe et pourrait être lié à une augmentation des allergies alimentaires.

    À l’aide de ToxCast, l’EWG a analysé toutes les études accessibles au public qui montrent comment les PFAS migrent vers les aliments à partir des matériaux d’emballage ou des équipements de transformation. Il s’agit de la première compilation connue de recherches disponibles sur la migration des PFAS des emballages vers les aliments. En 2017, des tests à l’échelle nationale ont montré que de nombreuses chaînes de restauration rapide utilisaient des emballages alimentaires, des sacs et des boîtes enduits de produits chimiques hautement fluorés.

    Des études épidémiologiques humaines montrent que le PFAS supprime la fonction immunitaire et diminue l’efficacité des vaccins. Des recherches récemment publiées ont également trouvé un lien entre des niveaux élevés de PFAS dans le sang et la gravité de la COVID. Étonnamment, pour la plupart des PFAS, les résultats de ToxCast ne correspondaient pas aux données de tests sur les animaux et les humains précédents. Cela illustre les limites de cette nouvelle méthode de test chimique. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre comment les PFAS nuisent au système immunitaire.

    La nécessité de mettre à jour les réglementations

     

    L’approche de la Food and Drug Administration en matière de réglementation des additifs alimentaires ne tient pas compte des dernières données scientifiques sur les méfaits pour la santé des additifs qui peuvent être légalement ajoutés aux aliments transformés fabriqués aux États-Unis.

    L’année dernière, le GTE a publié le Food Additives State of the Science ; une liste des additifs connus pour augmenter le risque de cancer, nuire au système nerveux et perturber l’équilibre hormonal de l’organisme.

    Les produits chimiques liés à des dommages pour la santé peuvent être légalement ajoutés aux aliments emballés car la FDA permet souvent aux fabricants de produits alimentaires de déterminer quels produits chimiques sont sûrs. Des additifs -comme le TBHQ- ont été approuvés par la FDA il y a des décennies, et l’agence ne considère pas les apports récents de la science pour réévaluer la sécurité des produits chimiques alimentaires.

    Les aliments transformés peuvent être préparés sans ces ingrédients potentiellement nocifs, les acheteurs doivent donc lire attentivement les étiquettes. Le TBHQ est souvent, mais pas toujours, inscrit sur l’étiquette des ingrédients. Il sera répertorié s’il a été ajouté au produit lors de la fabrication. Mais il peut également être utilisé dans les emballages alimentaires, notamment les emballages plastiques, auquel cas il peut migrer vers les aliments.

    La base de données Food Scores de l’EWG aide les consommateurs à trouver des produits fabriqués avec des alternatives plus saines. L’EWG recommande que les tests d’immunotoxicité soient prioritaires pour les produits chimiques dans les aliments et les matériaux en contact avec les aliments afin de protéger la santé publique de leurs effets néfastes potentiels sur le système immunitaire. L’EWG appelle également la FDA à combler le vide réglementaire qui permet aux additifs alimentaires potentiellement dangereux de rester sur le marché.

    Sources: IJERPH