Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

histoire

  • Parlons histoire de notre région

    L’Occitanie n’a jamais figuré sur une carte du monde mais sa langue est parlée dans 3 pays: le 1/3 sud de la France, les 12 vallées alpines d’Italie et le Val d’Aran en Espagne.

    Sa culture a rayonné sur toute l’Europe à la période des troubadours, de la fin du Xe siècle jusqu’au XVIe.

    La civilisation occitane porteuse d’amor, de convivéncia, d’ouverture et de partage, ne bénéficie pas toujours des mêmes vertus à son encontre. Tour d’horizon des différentes embûches pour qu’Occitanie soit le futur nom de la nouvelle région LRMP.

    La participation a été faible (204 000 personnes tout de même, vu les difficultés pour voter ce n’est pas si mal), Occitanie c’est encore et toujours ringard, passé, pas fédérateur...

    C’est un beau nom de baptême, un nom qui porte les valeurs de l’Occitanie, le partage, la tolérance, la convivialité, la fraternité, l’égalité entre les hommes et les femmes de ce midi de la France.

    Mais, cependant, il faut savoir que la langue occitane n'a jamais existé, ce mot est une invention du XXe siècle, les universitaires parlaient de langue romanes dites de langues d'Oc et désignaient les divers dialectes qui se distinguaient suivant les provinces, de Provence, Languedoc, Gascogne, Limousin, Auvergne.

    "Occitania" est certainement la déformation d'Aquitania au Ve siècle sous le royaume wisigoth, nom qui n'a jamais désigné aucun territoire, est resté inusité. Languedoc est aussi certainement le dérivé à la création de cette province faisant suite au comté de Toulouse au XIIIe siècle.

    Occitanie est un néologisme des militants régionalistes occitans de la 2e moitié du XXe siècle, pour designer le territoire de ce qu'ils nomment “langues occitanes“.

    Fréderic Mistral a obtenu le prix Nobel de littérature en 1904 pour son œuvre en "provençal".

    Mais, il faut remonter plus loin: Occitanie, apparu en français en 1556. Occitan et Provençal sont synonymes, c'est la langue du Midi, comme la Provence désigne le Midi (premiers statuts du Félibrige, 1862: "Entendèn pèr Prouvènço lou Miejour de la Franço tout entié.")

    Ce qui est vrai, c'est l'invention de "langues d'oc" à la fin des années 1970 par Jean-Claude Rivière, universitaire d'extrême-droite, membre du jury de la thèse révisionniste d'Henri Roques.

     

  • VIVE NOUS! et que la bête crève!

    Baguette.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Bientôt les figues! mais, vite alors!!!

    Je les gobe d'un coup, après les avoir bien lavées… il m'en faut deux pour apprécier le goût parfumé et sucré: j'adooooore!

    Les figues fraîches se consomment crues ou cuites.

    Crues et telles qu’elles : il est préférable de la peler au voisinage de la queue, car il peut s’y trouver des traces du “ latex“ (présent dans les feuilles et rameaux du figuier) dont le contact avec les lèvres ou la muqueuse de la bouche peut provoquer des irritations. Autrefois on disait que l'on pouvait tuer une verrue avec ce lait de figue.

    Crues, émincées, arrosées d’huile d’olive et de citron: rajoutez-les dans vos salades estivales.

    Elles accompagnent aussi fort bien les charcuteries, plus exactement le jambon cru. Essayez avec une belle tranche de jambon de Bayonne: miam!

    Personnellement, je trouve navrant de les faire accompagner ou de les insérer dans le foie gras au prétexte les oies depuis l'Egyptien et l'Italie se gavaient avec des figues pour changer d'air l'hiver.

    Par contre, macérées dans du Banyuls, du Maury, du Rivesaltes, les figues farcissent très goûteuse ment une pintade fermière bien élevée.

    On peut aussi les traiter comme les pruneaux en garniture (avec du porc, en particulier de la volaille).

    En dessert: on peut les pocher dans un vin liquoreux régional, un vin doux (Banyuls, Maury, Rivesaltes), un Floc de Gascogne... et les farcir d’une boule de vanille ou les servir en gratin (sabayon ou crème fraîche vanillée).

    Pour les farcir, inciser en croix le dessus de la figue, écrasez délicatement la peau et retirez la pulpe qui sera remplacée par la glace à la vanille ou de la crème pâtissière.

    Conservatoire régional des variétés de figuiers, à Gimont dans le Gers: site web du Conservatoire régional des Ressources biologiques de Midi-Pyrénées (Conseil Régional) : www.patrimoine-biologique.midipyrenees

     

  •  Je viens au secours du Stade afin qu'il reprenne sa place de meilleur!

    Toute la note se trouve dans le blog de mon site

    http://www.josyanejoyce.com/blog/index.html

    Chez nous,  à Toulouse, c'est le Stade Toulousain qui compte. N'en déplaise au Téfécé (….)

    ….. Les quatre ou cinq années suivantes, le Stade perdait sans cesse en finale. Un jour, j'ai eu une colère blanche. J'ai osé envoyer un fax à la fédération pour leur dire le pourquoi et le comment: “vous perdez parce que vous avez changé les couleurs du maillot de l'Equipe, il faut rester avec le noir et le rouge (qui ont toujours été les couleurs de l'équipe“).

    Le Stade Toulousain: c'est Noir et Rouge, point barre.

    C'est pour cela qu'il gagnait. Avec son maillot à barres longitudinales, rouge et noir de même largeur, short noir, chaussettes rouge.

    Explications:

    Le rouge est la couleur de la vie, la couleur du sang. Tout le monde le sait. Il est, de plus, synonyme de vivacité, de dynamisme, d'entraînement à aller de l'avant, de force et de vigueur.

    Cette couleur influence celui qui le porte de la façon décrite ci-dessus mais, porter du rouge, c’est posséder une remarquable vitalité, une énergie incroyable associée au goût du risque, la ténacité et l’imagination. C'est la couleur des chefs qui ont la volonté de gagner, le goût du dépassement de soi en toutes circonstances : professionnelles, sportives, sexuelles, familiales... ils sont ceux qui foncent, bousculent tout sur leur passage. Gare à ceux qui se mettent en travers de la route des porteurs de rouge!

    Concernant le noir, c'est la couleur de l'introspection, de la réflexion, du calcul du meilleur moyen de parvenir au but: elle est souvent choisie par des leaders, des chefs qui ont de la réflexion, de la force tranquille, de la stabilité, du jugement clair en toutes circonstances. Porter cette couleur “refroidit“ les ardeurs des autres. Cette couleur semble recouvrir d’une carapace de protection contre tous les excès de passion de ceux et celles qui la portent. Cela permet, d’assurer son indépendance, dominer la situation et la contrôler.

    Donc: rouge et noir bien proportionnés en couleurs: autant de rouge que de noir permettent de refreiner l'énergie débridée du rouge et fortifier l'action que le noir éteint par trop de réflexion.

    Si les bandes étaient horizontales, on verrait une silhouette trapue, tassée, empêchée d'envol, enfoncée dans la terre. Le fait que les bandes soient verticales donnent une silhouette aérienne, allégée: la personne allie la force de la réflexion rapide à mise en action immédiate.

    Les couleurs, ont le voit, possèdent un fort effet psychologique sur celui qui les portent et ceux qui les voient, de façon totalement inconscientes. Les couleurs sont des vibrations énergiques et se mettent au diapason ou influencent notre propre vibration. Elles nous aident ou nous éliminent. Comme notre prénom et notre nom de famille ont une résonance dans l'espace, comme notre cerveau émet des ondes électromagnétiques à nulles autres pareilles dans l'espace, comme nos cœurs battent à leur rythme à nul autre pareil dans la masse des 7 milliard d'habitants de la Terre, nous émettons des vibrations individuelles qu'il convient d'harmoniser avec celles qui rayonnent autour de nous… et, il n'en manque pas: wifi, ondes radio, télé, téléphone.

    Et oui, on ne s'improvise pas voyant(e), on est fait pour l'être ou ne pas être comme disait Shakespeare … et, c'est toute une histoire!

     

    Pour me faire pardonner d'être Stade et pas trop TFC

    toulouse,toulousain,actualité,histoire,occitanie

  • C'est encore l'heure du millas

    Le Milhàs ou Millas (occitan milhàs, de milh, désignant aussi bien le millet que le maïs) est une spécialité culinaire du sud-ouest de la France (Gascogne, Pyrénées, Midi toulousain, Lauragais, Aquitaine et Charente), également connue ailleurs sous des noms différents.

     C’est un parent proche de la polenta, faîte, elle, avec de la semoule de maïs.

     Il est, à l'origine, à base de farine de millet, d’où son nom, puis ultérieurement de farine de maïs (souvent mélangée ou remplacée par la farine de froment).

    Terroirs et productions

    A l'origine, le Millas est fait de farine de maïs cuite dans l'eau.

     La bouillie épaisse ainsi obtenue est étalée, mise à refroidir et coupée en carrés. Elle peut ensuite être frite à la poêle, salée ou sucrée et éventuellement préparée comme une galette ou crêpe épaisse.

     Cette recette est en fait répandue dans toutes les zones de production traditionnelle de maïs (les variétés de maïs doux propres à l'alimentation humaine, et non les variétés  réservées à l'alimentation du bétail et aux usages industriels).

    La consommation du Millas est étroitement liée à la fabrication du confit de porc, d'oie ou de canard, qui se situe à la fin de l'hiver et au début du printemps. Traditionnellement, sa fabrication était réalisée dans les chaudrons ayant servis à la cuisson des confits, en raison de leur dimension. En effet, on ne peut faire du Millas en petite quantité, et un récipient d'une dizaine de litres a la taille idéale, pour ensuite tourner un long moment sans faire de grumeaux.

    Le Millas peut être préparé de manière plus élaborée en ajoutant d'autres ingrédients (œufs, lait, parfums variés), notamment dans les versions

    “dessert“ qui sont aujourd'hui plus pratiquées.

    Mais de façon générale,c'est une préparation essentiellement familiale.

    Savoir-faire

     

    Dans la pratique traditionnelle, après avoir fait le confit, on laisse un fond de graisse et de grattons dans la marmite, on ajoute de l'eau et un peu de sel. Lorsque l'eau bout, on ajoute la farine de maïs en pluie en remuant constamment, afin d'éviter la formation de grumeaux.

     Le Millas cuit environ 1 heure 30 à 2 heures, et doit être constamment remué. Puis on le verse sur une grande table recouverte d'une nappe farinée et bordée d'osier, où on le laisse refroidir avant découpage.

    Usages

    Une fois refroidi, le Millas est découpé en carrés d’une dizaine de centimètres de côté. On le servira grillé ou poêlé pour accompagner un plat.

     On peut aussi le saupoudrer de sucre et le manger en dessert.

     Si le sucre est ajouté avant de griller, le Millas se caramélise.

     Il peut être consommé nature, parfumé aux cèpes, au Rhum, à la vanille, comme le Millas jaune ariègeois ou au citron, comme le Millas blanc toulousain. Autrefois plat de pauvres, le Millas est aujourd’hui consommé le plus souvent en dessert.

     Il se conserve une semaine au frais.

    Recette du Millas

    Ingrédients

    2 litres d’eau salée, 1 cuillère à soupe de graisse de canard

    500 grammes de farine de maïs

    500 grammes de farine de blé

    Mettre l'eau dans une marmite (le récipient a une grande importance car il va falloir pétrir cette préparation pendant un bon moment).

    Quand l’eau est frémissante, y jeter les farines doucement. Remuez sans cesse avec un fouet jusqu'à ébullition.

    Baissez le feu, et continuer à remuer, (le but étant d'éviter au maximum les grumeaux, et que la pâte n'attache pas). Cuire environ une trentaine de minutes en remuant sans arrêt avec une grande cuillère en bois.

    En fin de cuisson rajoutez un peu d’eau de vie (ou du sucre ou encore de la vanille ou fleur d'oranger...)

    Le millas est cuit quand la cuillère en bois tient droite dans la préparation

    Videz ensuite le Millas cuit dans un grand plat (traditionnellement une sorte de cadre assez grand sur lequel on a posé une étoffe recouverte de farine de maïs), de façon à ce qu’il soit bien étalé, et se solidifie en une couche de quelques centimètres.

    Laisser refroidir.

    Découper en carrés que vous faîtes cuire, comme moi, dans une poêle en inox largement beurrée. Saupoudrez de sucre semoule et de cannelle. Laissez deux minutes à feu moyen, retournez les morceaux et cuire encore deux minutes; arrosez de 10 à 15 cl de crème fraîche liquide; quand la crème fraîche commence à bouillir, arrêtez le feu. Mangez aussitôt bien chaud.