Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

officiel

  • Epidémie d'infections à Parvovirus B19 en France.

    Une épidémie d’infections à Parvovirus B 19 touche actuellement la France, ayant débuté en mai 2023 et affectant toutes les catégories d’âge et en particulier l’enfant. Le pic épidémique de la saison 2023-2024 n’est vraisemblablement pas encore atteint avec des données montrant des incidences 2 à 3 fois supérieures à celles de la dernière saison pré-pandémique. Les raisons de cette épidémie ne sont pas clairement établies, mais comme pour d’autres infections virales ou bactériennes, elle pourrait être liée à la levée des mesures sanitaires (notamment confinement et mesures barrières) qui a suivi la pandémie de COVID-19 durant laquelle une dette immunitaire a pu s’installer. Une augmentation du nombre d'infections par le parvovirus B19 a été récemment signalée par d’autres pays européens dont le Danemark, l'Irlande, les Pays-Bas et la Norvège

    Le 31 juillet 2023, le service de Pédiatrie Générale et Maladies infectieuses du CHU Necker signalait un nombre inhabituel d'hospitalisations pédiatriques graves liées à une infection à Parvovirus B 19 (entre avril et juillet 2023, 37 cas d’infections à Parvovirus B 19 avaient été hospitalisés dont 21 enfants atteints de drépanocytose et 5 ayant nécessité une hospitalisation en service de réanimation).

    Des données virologiques (CHU Cochin) montraient que le nombre de prélèvements positifs à Parvovirus B 19 avait triplé au cours des huit premiers mois de 2023 comparé à l’ensemble de l’année 2022. Dans le liquide amniotique le nombre de prélèvements positifs était dix fois supérieur.

    Au mois d'octobre, des signalements spontanés d’urgentistes ont mis en évidence la persistance de d’hospitalisations pour infections sévères à Parvovirus B 19. Des services de médecine périnatale signalaient des cas chez la femme enceinte.

    DONNÉES DE PASSAGE AUX URGENCES

    Il est noté une augmentation du nombre de passages aux urgences pour suspicion d’infection à Parvovirus B 19 chez l’enfant à partir de début décembre 2023. Le nombre de passage aux urgences chez les adultes de plus de 15 ans ne montrait pas d’augmentation et restait dans des effectifs faibles, y compris chez les femmes de 20-40 ans. Les hospitalisations après un passage pour suspicion d’infection à Parvovirus B 19 sont en légère hausse, mais les effectifs restent très faibles.

    ACTES MÉDICAUX SOS MÉDECIN :

    Dans le réseau SOS Médecins, on observait une augmentation régulière du nombre d’actes pour diagnostic « Maladies Infectieuses diverses » depuis début décembre 2023 chez les enfants de moins de 15 ans

    DONNÉES DE LABORATOIRE :

    La surveillance virologique des infections à Parvovirus B 19 a mis en évidence une augmentation du nombre de diagnostics réalisés dans les trois groupes de la population considérés : enfants de moins de 15 ans, femmes de 20-40 ans et autres personnes âgées de 15 ans ou plus. La forte incidence en particulier pédiatrique est reflétée par le taux de positivité qui était chez l’enfant entre 30 et 40% au mois de mars 2024 alors qu’elle était < 20% au cours des saisons précédentes.

    DONNÉES DE MORTALITE :

    Le nombre de décès liés à une infection à Parvovirus B 19 était en moyenne de 1,8/an en période pré-pandémique et touchait majoritairement les adultes. Même si ce nombre reste faible et cohérent avec la faible sévérité de l’infection, il est à surveiller car il a augmenté de façon notable depuis 2022 en lien avec la circulation plus active du virus et affecte davantage les enfants, qui constituent la totalité des 5 décès déjà enregistrés pour l’année 2024 via la certification électronique des décès. Ces 5 décès surviennent chez des enfants âgés de moins d’un an dont 4 nouveau-nés suite à une infection congénitale. Pour le 5ème décès (âgé de 8 mois), il n’existait pas de comorbidité ni d’immunodépression.

    DANS CE CONTEXTE, IL EST IMPORTANT :

        de poursuivre la sensibilisation des professionnels de santé sur la persistance d'une incidence élevée et d'une saison épidémique qui se prolonge de manière inhabituelle.

        d'informer sur les risques particuliers chez l'enfant immunodéprimé/drépanocytaire et chez la femme enceinte et sur la nécessité d'éviter tout contact avec une personne atteinte ou suspectée d'être atteinte par une infection à Parvovirus B 19. Dans le contexte épidémique actuel, une diminution des mouvements actifs fœtaux doit conduire à rapidement consulter un service spécialisé.

        de rappeler qu'une infection par le Parvovirus B 19 devra être évoquée devant un cas de rougeole non confirmé par les examens biologiques.

        de rappeler qu’en cas de cas groupé on évitera l'exposition des sujets à risque (femmes enceintes, personnes immunodéprimées).

    RAPPEL SUR LES INFECTIONS A PARVOVIRUS B 19

    Le Parvovirus humain B 19 est à l'origine d’une infection le plus souvent asymptomatique, mais aussi d’un érythème infectieux, le mégalérythème épidémique ou cinquième maladie, une infection infantile bénigne. Il s’agit d’un virus strictement humain dont le principal mode de transmission est la voie respiratoire. Les signes cliniques apparaissent après une incubation de 4 à 21 jours. La primo-infection peut entraîner des manifestations sévères chez les personnes atteints d’anémie hémolytique chronique, chez des personnes immunodéprimées et chez les femmes enceintes chez qui elle peut être responsable de fausses couches et d’anasarque fœto-placentaire.

    Une myocardite ou une encéphalite peuvent parfois être observées. Cette maladie ne fait l’objet d’aucune mesure de prévention spécifique, en particulier l’éviction scolaire n’est pas préconisée. Il est néanmoins recommandé d’informer les sujets à risque et les femmes enceintes lors de la survenue de cas groupés ou de cas en collectivité afin d’éviter les contacts. L’infection par le Parvovirus B 19 ne fait pas l’objet d’une surveillance spécifique en France.

    Source : Santé publique France

  • NON… MAIS….. QUOI?  QUOI?

    Un couple convoqué devant la justice pour avoir prénommé leur fils Fañch avec un " ~ " (diminutif de Frañsez, équivalent breton de François)

    Le prénom de leur fils avait déjà posé problème à d’autres parents. Mais à chaque fois la justice avait validé l’utilisation du tilde et les petits garçons avaient pu garder leurs prénoms.

    Un couple du Maine-et-Loire est convoqué en février devant un juge des affaires familiales pour avoir prénommé, l’été dernier, leur fils Fañch avec un tilde (~), un signe qui reste officiellement interdit à l’état-civil en France, selon un courrier consulté ce dimanche.

    Le Code civil prévoit que "les prénoms de l’enfant sont choisis librement par ses père et mère" mais cette liberté a pour limite l’intérêt de l’enfant, rappelle le parquet d’Angers dans sa décision.

    "On nous dit que nous ne prenons pas en compte l’intérêt de notre enfant. C’est violent. On sous-entend qu’on est de mauvais parents, juste pour un tilde", a déclaré la maman au Courrier de l’Ouest, qui a révélé l’existence de ces poursuites.

    Le couple avait été prévenu à la maternité par l’officier d’état-civil que l’orthographe de ce prénom pouvait poser problème aux termes de la loi mais "nous avons fait le choix de le garder et de nous battre si nécessaire", a expliqué la mère au journal. (…) Le Parisien

    Sur Wikipédia

    François: Frañsez en breton (diminutifs Fañch, Fañchig, Saig, Soaig).

  • HONNEUR  ET  GLOIRE  A  NOS  POILUS  DE  14-18

    VIVE  LA  FRANCE  ÉTERNELLE!

    Ceux qui pieusement sont morts pour la Patrie,

    On droit qu'à leur cercueil, la foule vienne et prie.

    Entre les plus beaux noms, leur nom est le plus beau:

    Toute gloire auprès d'eux passe et tombe, éphémère.

    Et comme le ferait une mère,

    La voix d'un peuple entier les berce en leur tombeau.

     

    C'est pour ces morts, dont l'ombre est ici bienvenue,

    Que le haut Panthéon élève dans la nue,

    Au-dessus de Paris, la ville aux mille tours,

    La reine de nos Tyrs et de nos Babylones,

    Cette couronne de colonnes

    Que le soleil levant redore tous les jours!

     

    Gloire en notre France éternelle,

    Gloire à ceux qui sont mort pour elle,

    Aux martyrs! aux vaillants! aux forts!

    A ceux qu'en flamme leur exemple

    Qui veulent place dans le Temple

    Et qui mourront, comme ils sont morts…

    Victor HUGO

    Les chants du crépuscule (1836).

  • Attention, les jeunes!

    Sensibilisation des jeunes européens aux maladies transmises par les migrations dans le cadre de la santé des jeunes.

    Date de début : 01/07/2023 – Date de fin : 31/12/2023

    Subvention de l’UE : 47 962 €

    Programme : Erasmus+

    Objectifs

    Le thème principal du projet MIGTRAN est : Les maladies transmises par la migration.

    Les sous-thèmes de ce projet sont :

    1. i) La protection contre les maladies infectieuses,
    2. ii) la prise de précautions

        iii) et l’importance des contrôles pour un diagnostic précoce.

    Dans ce contexte, la migration a non seulement contribué à la propagation de maladies vers d’autres zones géographiques, mais a également entraîné des modifications du système immunitaire des habitants locaux. Ces dernières années, le nombre de réfugiés arrivant en Europe, notamment en provenance des pays du Moyen-Orient et d’Afrique, a augmenté. Cette augmentation entraîne des changements dans le schéma épidémiologique des maladies infectieuses observés en Europe. 1,5 million de réfugiés ou migrants de moins de 29 ans se sont installés dans différents pays de l’UE. Une enquête approfondie de l’UE montre que la population de l’UE a des connaissances insuffisantes sur la migration et les maladies infectieuses. Cela souligne l’importance de notre projet. L’importance des maladies infectieuses est proportionnelle aux dommages qu’elles peuvent causer à la société. Une façon de minimiser ces dégâts est de sensibiliser le public. Le développement et le progrès de l’Europe dépendent de la productivité des personnes et donc de leur santé. À cet égard, il est particulièrement important que nos jeunes, qui constituent la main-d’œuvre de demain, soient sensibilisés aux maladies infectieuses.

    En raison de l’importance du sujet, le projet MIGTRAN a été préparé sous la coordination de la France en partenariat avec la Croatie, la Hongrie, l’Italie, la Turquie et l’Espagne. Les groupes cibles de ce projet sont principalement les jeunes qui sont l’avenir de l’Europe. La santé est le début de tout, dans ce projet l’accent sera mis sur les maladies infectieuses, l’un des cauchemars de notre époque. Des informations sur ces maladies et leur lien avec la migration, les moyens de prévention et la psychologie des personnes atteintes de ces maladies seront abordées dans ce projet. Les personnes ayant des antécédents de maladie, les migrants, les patients, les personnes sous traitement, les proches des patients font partie du groupe cible de ce projet. En outre, les ONG, les centres de jeunesse, les municipalités, les universités,

    48 jeunes de 6 pays, 12 animateurs et 2 animateurs participeront à cet événement à Paris, France. Dans le cadre du projet, les jeunes participants recevront des informations sur la façon dont les maladies infectieuses, dont on se souvient à nouveau en période de pandémie, se propagent, comment elles surviennent, quels sont les symptômes de ces maladies infectieuses et comment s’en protéger, et ils partageront leurs expériences avec d’autres jeunes. En outre, des activités seront menées pour sensibiliser et sensibiliser les jeunes afin de prévenir les dommages physiques et psychologiques pouvant survenir à la suite de maladies transmissibles.

    […]

    Erasmus

  • le fromage qui a été élu le meilleur du monde

    Gastronomie:

    Le jury de la 6e édition du Mondial du fromage et des produits laitiers qui s'est tenu à Tours (Indre-et-Loire) a décerné le prix de "meilleur fromage du monde" à l’époisses "Perrière" de la fromagerie Berthaut.

    AVIS AUX AMATEURS DE FROMAGES!

    Lors de la 6e édition du Mondial du fromage et des produits laitiers, qui s’est tenu à Tours du dimanche 10 au mardi 12 septembre 2023, le prix de "meilleur fromage du monde" du Concours international produits 2023, a été décerné à l’époisses "Perrière" de la fromagerie Berthaut, située à Époisses, en Côte-d’Or. Nichée au cœur du village depuis 1956, cette célèbre fromagerie est une véritable institution dans la région.

    "Il y avait 1550 fromages sélectionnés dimanche matin, puis ils ont pré-selectionné les 12 fromages qui avaient les meilleurs notes. Nous ne savions pas trop qui avait été sorti de cette sélection et puis un jury international, en présence du Président des Marchés de Rungis, Stéphane Layani, a voté", a expliqué le Directeur Général de la fromagerie Berthaut, Christophe Prouvost, auprès de France3 Régions.

    "On a eu le bonheur d'abord de voir qu'on était présélectionnés et ensuite de se voir attribuer la meilleure note devant les autres fromages, notamment devant les divas suisses. On est très contents et très fiers au niveau de la fromagerie", a-t-il ajouté. Ce salon, qui se tient tous les deux ans, réunit près de 3.000 visiteurs et environ 200 exposants venus de plus de 48 pays.

    QUELS SONT LES MEILLEURS FROMAGES DU MONDE ?

    Si 1 600 fromages et produits laitiers étaient en lice, c'est l’Etivaz AOP de la coopérative des producteurs de fromage d’alpage de l’Etivaz, qui est arrivé en seconde position derrière l’époisses "Perrière" de la fromagerie Berthaut.

    En 3e position du classement, on retrouve la Couronne de Touraine des Fromages du Moulin Rodolphe le Meunier, un fromage au lait cru de chèvre troué au centre.

    Enfin, la quatrième place a été remportée par le Fromager d’Affinois de la fromagerie Guilloteau, et la cinquième position par le camembert au lait cru d’Isigny Sainte-Mère.

  • Neuf symptômes d’Alzheimer qui ne trompent pas

    La maladie d’Alzheimer est une maladie neuro-dégénérative touchant le cerveau, à l’origine de nombreux symptômes. Certains sont d’ailleurs particulièrement repérables par la famille d’un malade. Dès lors, si vous constatez que vous ou l’un de vos proches présente plusieurs des signes suivants, nous vous recommandons de consulter un médecin pour un examen approfondi.

    Les neuf signes de la maladie d’Alzheimer sont :

        troubles du langage;

        pertes de mémoire;

        perte de la faculté de jugement;

        difficultés dans la planification ou la résolution de problèmes;

        retrait dans le travail ou les activités sociales;

        désorientation;

        changements d’humeur;

        difficultés à accomplir des tâches du quotidien et

        impossibilité de reconnaître des objets ou des personnes familières.

    Symptomes Alzheimer

    Les troubles du langage

    La personne atteinte de la maladie a du mal à trouver ses mots. Elle présente en effet depuis peu des problèmes pour s’exprimer. Cette aphasie peut ainsi entraîner une perte progressive de la parole. Il faut donc bien la surveiller car c’est souvent l’un des premiers symptômes de la maladie.

    Les pertes de mémoire

    Ces oublis perturbent la vie quotidienne. La personne malade est en effet incapable d’acquérir de nouvelles informations. Elle a donc de plus en plus de difficultés à se souvenir des faits récents.

    Ces troubles de la mémoire s’accompagnent parfois de ce que l’on appelle l’anosognosie. C’est à dire que la personne malade ne se rend pas compte de la sévérité de ses problèmes de mémoire. Elle a effectivement tendance à les attribuer simplement à son âge. N’ayant pas conscience du caractère pathologique de ses difficultés, la personne accepte mal l’aide et les mises en garde de ses proches contre certaines situations à risques, telles que la cuisine au gaz ou la conduite automobile.

    La perte de la faculté de jugement

    Évaluer justement les situations devient difficile pour une personne malade. Cette capacité est ainsi fortement diminuée dans la maladie d’Alzheimer. Elle souffre en effet de troubles du raisonnement.

    Les difficultés dans la planification ou la résolution de problèmes

    La personne malade peine beaucoup à planifier un simple rendez-vous ou à résoudre les petits problèmes du quotidien.

    Le retrait dans le travail ou les activités sociales

    La personne malade a l’air de perdre tout intérêt à la vie en société. Elle a ainsi tendance à s’isoler et à ne plus participer aux activités qu’elle aime habituellement. Généralement, cette mise en retrait est due à une conscience par la personne malade que son état de santé s’est détériorée. Elle ne sera pas forcément en capacité d’identifier ses difficultés mais aura remarqué un changement dans ses capacités à effectuer certaines tâches.

    La désorientation

    Le malade a des difficultés à comprendre les relations spatiales et temporelles. Il souffre d’une réelle ainsi d’une confusion de temps et de lieux. De ce fait, il est incapable de se rappeler de la date ou de la saison à laquelle nous sommes. De même, il sera également incapable de se souvenir comment rentrer chez lui.

    Les changements d’humeur

    La personne malade peut devenir agressive alors qu’elle a toujours été très calme. Inversement, elle peut également devenir apathique alors que c’était une personne active.

    Les difficultés à accomplir des tâches du quotidien

    L’apraxie peut survenir. C’est effectivement d’un symptôme de la maladie d’Alzheimer. Il s’agit de troubles dans la réalisation de certains gestes habituels.

    L’impossibilité de reconnaître des objets ou des personnes familières

    Cette perte de reconnaissance est aussi appelée agnosie.

    En cas de doute et si vous constatez qu’une personne de votre entourage présente plusieurs de ces symptômes, n’hésitez pas à prendre rendez-vous chez un médecin spécialiste.

  • Nutri-score

    le Nutri-score évolue régulièrement pour améliorer ses performances et prendre en compte les évolutions les plus récentes en matière de nutrition, comme le montre sa dernière mise à jour.

    Un Nutri-score mis à jour pour être plus performant

    La récente mise à jour de l’algorithme du Nutri-score par un comité scientifique composé d’experts européens indépendants a permis de corriger certaines des « limites » identifiées depuis sa mise en place et d’améliorer encore sa cohérence avec les recommandations nutritionnelles actuelles de santé publique.

        Modifications pour les aliments solides:

        les produits riches en sel ou en sucre sont finalement classés moins favorablement;

        les céréales de petit déjeuner à teneur relativement élevée en sucre ne peuvent plus être classées A et passent en C;

        les produits laitiers sucrés sont moins favorablement classés;

        les pains complets sont principalement classés A alors que les pains raffinés se répartissent entre B et C (selon leur teneur en sel);

        L’huile d’olive passe en B ainsi que les huiles végétales à faible teneur en acides gras saturés (colza, noix, tournesol oléique). L’huile de tournesol passe en C. Les autres produits de la catégorie demeurent inchangés;

        Les noix et graines sans sel ni sucre ajoutés, sont classées en A ou B, alors que les versions salées et/ou sucrées sont en moyenne en C ou même D;

        Les plats composés (plats prêts-à-manger, pizzas, etc.) passent en moyenne des classes A/B aux classes B/C ou même D pour certaines catégories de produits notamment les pizzas;

        Les fromages à pâte dure à faible teneur en sel (type Emmental) sont maintenant classés C; les autres fromages restent D ou E en fonction de leur contenu en sel et en acides gras saturés;

        La viande rouge est moins bien classée et se retrouve globalement dans des classes de notes inférieures à celles de la volaille et du poisson.

        Modifications pour les boissons :

        Les laits de vache écrémés et partiellement écrémés sont en majorité classés B et le lait entier C;

        Les boissons lactées sucrées (laits aromatisés), ne peuvent plus être A ou B et se retrouvent principalement en D et E (certains à faible teneur en sucre en C);

        Les boissons fermentées à base de lait (incluant les yogourts à boire sucrés et aromatisés) ne peuvent plus être A et sont différenciées en fonction de la teneur en sucre entre C et E;

        Les cacaos et cafés en poudre sont inclus comme boissons pour le calcul de leur Nutri-score si leur déclaration nutritionnelle est indiquée comme consommée (c’est-à-dire après reconstitution avec du lait ou de l’eau) plutôt que comme vendue et se retrouvent moins bien classées;

        Les boissons à base de plantes (soja, amande, avoine, riz…) ne sont plus classées en A comme actuellement mais se distribuent entre B e E;

        Les boissons sucrées avec des quantités très limitées de sucre (<2 g/100mL) passent en B, tandis que celles avec des quantités élevées de sucre sont maintenues en D/E;

        Les boissons contenant des édulcorants sont pénalisées et se trouvent classées au moins en C (voire D ou E si elles contiennent des édulcorants et du sucre).

    Récemment, 320 scientifiques et professionnels de santé ont publié un rapport reprenant l’ensemble des arguments scientifiques robustes en faveur du Nutri-score. Ils y pointent également la forte demande sociétale justifiant le choix du Nutri-score au niveau européen.

    Un intense lobbying anti-Nutri-Score

     

    Dès la naissance du Nutri-score et sa proposition, en 2014, par les scientifiques, de puissants lobbys qui ont tenté de bloquer sa mise en place. A l’issue d’une bataille qui a duré près de 4 ans, ce logo a finalement été adopté en France et dans six autres pays européens, mais sur une base volontaire. La réglementation européenne empêche en effet les états-membres de rendre obligatoire un logo d’information nutritionnelle.

    Si aujourd’hui plus de 900 marques en France l’ont adopté (ce qui correspond à 60 % du marché alimentaire), il n’est que facultatif et certaines grandes firmes refusent toujours de l’afficher sur leurs produits.

    A l’origine des pressions anti-Nutri-Score, on retrouve plusieurs grandes entreprises alimentaires qui s’opposent depuis toujours à son implémentation (Ferrero, Lactalis, Coca-Cola, Mars, Mondelez, Kraft…) ainsi que certains secteurs agricoles, notamment ceux du fromage et des charcuteries et leur puissante représentation européenne (COPA-COGECA).

     

    Leurs actions de lobbying sont relayées au niveau des structures européennes par divers partis politiques et des politiciens, et surtout par le gouvernement italien (particulièrement depuis les dernières élections italiennes) instrumentalisant Nutri-score comme un complot de l’Europe contre les produits "made in Italy".

    Bien que ce lobbying s’appuie sur des arguments non scientifiques, il semble avoir été suffisamment efficace pour amener la Commission européenne à ne pas tenir ses engagements concernant le calendrier de l’évolution de la réglementation européenne concernant l’étiquetage nutritionnel des aliments.

    En outre, les déclarations de certains de ses représentants laissent entendre que la Commission pourrait finalement ne pas retenir le Nutri-score comme logo nutritionnel obligatoire pour l’Europe, considérant qu’il serait trop "polarisant".

    Il est pourtant clair que le Nutri-score dans sa version mise à jour est un moyen simple et efficace d’aider les consommateurs à tendre vers des choix alimentaires plus favorables sur le plan nutritionnel. Ce faisant, ils réduisent leur risque de développer bon nombre de maladies chroniques liées à la nutrition (obésité, maladies cardiovasculaires, diabète, certains cancers…), lesquelles constituent des problèmes de santé publique don le coût humain, social et économique majeur n’est plus à démontrer.

    Espérons donc que la Commission européenne prendra en considération les données issues de la science pour motiver une décision en faveur de la santé publique plutôt que de la défense d’intérêts économiques ou politiques.

    Commission européenne: maintenant tu sais pourquoi les Français votent NON