Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

toulouse

  • Gâteau à la farine de châtaignes

    J'adore les marrons confits, la crème de marrons et surtout la glace aux marrons... hélas, on ne trouve jamais de glace aux marrons.... très dommage pour moi!

    Ingrédients

    • 350 g de farine de châtaigne
    • 500 ml d’eau
    • 50 g de raisins secs
    • 80 g de pignons de pin
    • 4 noix
    • 1 branche de romarin
    • 15 g de sucre complet
    • 4 cuillère à s. d'huile d'olive vierge extra
    • Une pincée de sel

    Préchauffer le four à 180 °

    Réhydratez les raisins secs dans un bol avec un peu d'eau tiède.

    Tamisez la farine de châtaigne et mélangez-la avec un peu de sel, le sucre et 3 cuillères à soupe d'huile. Puis ajoutez de l’eau petit à petit jusqu’à ce que la pâte ait une consistance homogène.

    Ajoutez un peu d'eau froide un peu à la fois et travaillez au fouet jusqu'à obtenir une pâte pas trop épaisse et homogène. Ajoutez les pignons de pin, les noix écrasées et les raisins secs, égouttés et séchés. Pour qu'ils ne tombent pas au fond, enrobez-les de farine.

    Versez le mélange dans un moule à cake graissé avec le reste de l'huile dans lequel vous avez préalablement placé le brin de romarin, et laissez-le cuire pendant 45 minutes.

    Le gâteau sera prêt lorsqu'il aura séché et qu'une croûte se sera formée à la surface. Saupoudrez d'autres pignons de pin et d’une branche de romarin avant de servir.

  • Chaud, chaud, cacao..

    Plusieurs études ont déjà montré que les flavanols, que l’on trouve notamment dans les fèves de cacao, avaient une action protectrice sur le système cardiovasculaire. Certains résultats ont par ailleurs suggéré que les régimes riches en flavanols limitaient le vieillissement cognitif, bien que l’action exacte de ces composés n’ait jamais été clairement comprise.

    Des chercheurs apportent aujourd’hui de nouveaux éléments: la consommation de flavanols conduirait à une meilleure oxygénation cérébrale et améliorerait nos performances cognitives.

    Une mauvaise alimentation et un manque d’exercice physique, entre autres facteurs, peuvent accélérer le vieillissement cognitif et conduire à la démence. Or, il existe des preuves épidémiologiques suggérant que les flavonoïdes — de petites molécules présentes dans les fruits et légumes, qui leur confèrent de jolies couleurs vives — peuvent protéger contre les maladies vasculaires et la mortalité cardiovasculaire.

    Les flavanols constituent une sous-famille des flavonoïdes. Parmi les plantes les plus riches en flavanols se trouvent le théier — les thés verts en contiennent d’ailleurs bien plus que les thés noirs — la vigne (le vin rouge) et le cacaoyer.

    Le chocolat noir renferme environ 53 mg de flavanols pour 100 g, principalement sous forme de (-)-épicatéchine et de (+)-catéchine. Voilà une bonne raison de ne plus culpabiliser en mangeant du chocolat ! Ça tombe bien, c’est bientôt Noël…

    Il a notamment été démontré par le passé que les flavanols de cacao améliorent la fonction endothéliale assez rapidement (en 1 à 2 heures seulement) en accentuant les propriétés vasodilatatrices des artères périphériques. Les bénéfices observés dans un cadre clinique sont même comparables à ceux induits par la prise de médicaments tels que les statines.

    Ces effets des flavanols de cacao sur la fonction endothéliale ont été associés à l’augmentation de la biodisponibilité de l’oxyde nitrique (NO), ou monoxyde d’azote, un important neurotransmetteur chez les mammifères. Il a également une action vasodilatatrice et bactéricide. Un autre axe de recherche suggère que les flavanols pourraient aussi limiter le déclin cognitif lié au vieillissement. Toutefois, la relation entre les niveaux circulatoires de NO et leurs effets sur le système vasculaire cérébral et sur les performances cognitives était mal comprise.

    Le flux sanguin cérébral est contrôlé par l’activité neuronale, mais aussi par les taux de gaz sanguins artériels, en particulier le dioxyde de carbone (CO2). Or, le NO est connu pour contribuer à l’hypercapnie, qui désigne une élévation du volume de CO2 dans le sang. En outre, la réactivité cérébro-vasculaire au CO2 est considérée comme un biomarqueur clé de la santé cérébro-vasculaire et est étroitement liée à la fonction cognitive. Par conséquent, une équipe de chercheurs américains et britanniques a entrepris d’évaluer les actions physiologiques sous-jacentes des flavanols de cacao sur les fonctions vasculaires et cognitives cérébrales, en situation d’hypercapnie. L’objectif étant de vérifier si l’amélioration de la fonction endothéliale médiée par les flavanols avait, ou non, un lien avec les fonctions cérébro-vasculaires et cognitives.

    Dix-huit hommes en bonne santé, âgés de 18 à 45 ans, ont été recrutés pour cette étude. Ils ne présentaient aucun antécédent de maladie cérébro-vasculaire, cardiovasculaire ou respiratoire ; les femmes ont été exclues de cette étude pour minimiser l’impact des fluctuations hormonales liées au cycle menstruel. Pendant les 24 heures précédant l’expérience, il a été demandé aux participants de s’abstenir de consommer des aliments riches en polyphénols (fruits, légumes, cacao, café, thé, jus de fruits et vin), et en nitrates. Ils ne devaient pas non plus consommer d’alcool, ni pratiquer un exercice physique intense.

    Chacun des volontaires a assisté à deux visites, à deux semaines d’intervalle minimum, lors desquelles ils ont consommé de manière aléatoire et en double-aveugle une boisson à base de cacao à haute (150 mg de (-)-épicatéchine + 35,5 mg de catéchine) ou faible (moins de 4 mg des deux composés) teneur en flavanols. Les chercheurs se sont livrés à leurs analyses 2 heures après l’ingestion des boissons.

     

    Pour mesurer la réactivité cérébro-vasculaire, ils ont soumis les participants à un exercice respiratoire (4 minutes, dans un air composé à 5% de CO2), consistant à augmenter la pression partielle sanguine en CO2 (hypercapnie). Une observation par IRM a permis de suivre l’évolution de la concentration de l’oxyhémoglobine dans le cerveau des participants.

    Résultat: les mêmes régions corticales frontales étaient oxygénées, que la boisson consommée soit riche ou pauvre en flavanols. En revanche, chez les personnes ayant consommé beaucoup de flavanols, il apparaît que l’oxygénation était beaucoup plus rapide: près de 3 minutes ont été nécessaires pour que leur cerveau atteigne 90% de l’oxygénation maximale (contre presque 5 minutes pour l’autre groupe).

    L’équipe a ensuite évalué les performances cognitives des deux groupes, à l’aide de l’expérience de Stroop, qui consiste à évaluer la capacité du cerveau à se concentrer sur un élément particulier en dépit d’informations "parasites". Très concrètement, il s’agit d’identifier la couleur d’un mot désignant le nom d’une couleur ("bleu", "rouge", "vert", etc.), sachant que le mot en question peut être écrit dans une couleur différente de celle qu’il désigne (ce qui complique la tâche du cerveau et nécessite une très grande concentration). Les chercheurs ont mesuré ici le temps mis par les participants pour répondre.

    Ici encore, le groupe ayant consommé la boisson enrichie en flavanols s’est montré plus performant. Les participants de ce groupe ont répondu plus rapidement au test et ont commis moins d’erreurs. À noter que dans le cas de tests cognitifs moins complexes, les chercheurs n’ont noté en revanche aucune influence significative de la consommation de flavanols.

    Les résultats de cette étude ont ainsi mis en évidence le fait que, pendant l’hypercapnie, les flavanols contenus dans le cacao amélioraient non seulement l’oxygénation du cerveau (qui se fait plus importante et plus rapide), mais augmentent également les capacités cognitives lorsqu’il s’agit de réaliser une tâche complexe. Les chercheurs suggèrent ainsi que les mécanismes sous-jacents en jeu peuvent être similaires à ceux identifiés dans le système vasculaire périphérique et donc, que l’augmentation de NO au niveau des artères cérébrales, induite par hypercapnie, influe sur les fonctions cognitives.

    Vous savez maintenant qu’il peut être utile de croquer quelques carreaux de chocolat environ deux heures avant de vous livrer à d’intenses réflexions!

    Les auteurs précisent par ailleurs que ces effets bénéfiques pourraient également être observés après l’ingestion d’autres aliments riches en flavanols, comme les fèves, les mûres, le raisin, les pommes, etc. Ils ajoutent que leurs résultats constituent également une piste potentielle de traitement et de récupération des lésions cérébrales.

    Source: Scientific Reports, G. Gratton et al.

     

    On a remarqué que le cacao était anti-fatigue... parfait pour les SEP!

    Personnellement, je me fais souvent du cacao en diluant une bien grosse cuillère à café dans la valeur d'un mug de lait que je fais chauffer à bonne chaleur pour le boire.

    On peut rajouter de la cannelle, de la poudre d'amandes ou de noisettes, du pralin, etc. pour un chocolat encore plus merveilleux à déguster.

    Bien évidemment, je prends du cacao amer ou cacao sans sucre. On s'habitue facilement à supprimer le sucre... vous diminuez chaque fois la ration indiqué dans une recette puis, le goût sucré ayant disparu, vous n'avez plus besoin de rajouter du sucre, même dans le café!

    Mon kilo de sucre dure plus de deux ans: en fait, je ne m'en sert que pour rajouter du sucre dans une sauce tomate maison.

  • La conservation du pain maison

    Le pain fait maison se conserve jusqu’à une semaine. Techniques à adopter et erreurs à éviter pour le conserver le plus longtemps possible:

    • Ne jamais le laisser à l’air libre,
    • L’envelopper dans un torchon légèrement humide pour qu'il garde tout son moelleux,
    • Ne jamais le trancher à l’avance,
    • Éviter à tout prix le sachet en plastique qui facilite le développement des moisissures,
    • Investir dans une boîte à pain, en bois ou en fer, idéale pour le conserver.

    Que faire quand le pain est dur comme la pierre? On l’humidifie légèrement avant de l’enfourner quelques minutes à basse température au four.

    On fait du pouding, du pain perdu, de la chapelure, des croûtons aillés pour la salade…

    Pour avoir toujours du pain croustillant sous la main

    Tranchez des tartines, en long ou large, pas très épaisses. Mettre au congélateur en espaçant pour ne pas qu'elles collent entre elles. (une fois congelées, vous pouvez les poser l'une sur l'autre. Bien entendu, le tiroir du congélateur doit être parfaitement propre)

    Selon les besoins, décongelez avec votre grille pain au moment de consommer.

  • Salade sarladaise

    Pour 1 personne:

    1 poignée de salade frisée, 12 tranches de magret de canard fumé; deux ou trois cœurs de volailles confits

    80 g de roquefort; des cerneaux de noix concassés, sel et poivre

    Faites revenir à feu vif les coeurs de canard pour retirer la graisse (vous pouvez utiliser des gésiers confits).

    Dresse la salade en plaçant la salade frisée au fond, puis le roquefort émietté, les tranches de magret, les coeurs et les noix.

    Salez, poivrez et arrosez avec l’huile de noix ou noisettes.

    Vous pouvez saupoudrer d'un hachis de persil.