Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

santé

  • Légumes frais du jardin - 2

    Le fenouil

    Récolte de mi-juin à octobre.

    Le plumet des feuilles du fenouil peut être utilisé comme herbe aromatique et apporte ainsi une note anisée à vos préparations. (Voir la catégorie Récup')

    Il se conserve au réfrigérateur mais pas trop longtemps car il perd rapidement de sa saveur.

    "Légume santé" par excellence, le fenouil cumule une richesse en plusieurs vitamines (C, E et B9), minéraux (magnésium, potassium, fer) et fibres qui jouent un rôle important dans la prévention des cancers et des maladies cardiovasculaires et d’autres maladies liées au vieillissement.

    De plus, ses substances aromatiques ont des propriétés digestives bien connues.

    Par sa richesse en sodium, il est contre-indiqué dans les régimes hyposodés stricts, pauvres en potassium ou sans résidus.

    La fève fraîche

    Récolte d’avril à août.

    Grâce à leur richesse en fibres, quelques fèves fraîches croquées en début de repas sont un moyen efficace de lutter contre la constipation.

    La fève fraîche se conserve quelques jours au réfrigérateur dans un papier humide. Séchée, conservez-la au sec dans un contenant fermé.

    La fève, fait partie de la famille des légumineuses tout comme les lentilles, les pois chiches ou les haricots blancs. Si vous la consommez fraîche, après l'avoir ébouillantée pour retirer sa grosse peau qui est indigeste, sa teneur en glucides est basse, la fève est alors considérée comme un légume sucré, contrairement à la fève sèche, beaucoup plus riche en glucides qui fait alors partie de la catégorie des féculents.

    Son index glycémique est bas, ce qui veut dire que le sucre qu'elle contient sera diffusé lentement dans le sang lors de la digestion, ce qui en fait un aliment conseillé pour les diabétiques.

    Par ailleurs, la fève est riche en fibres, protéines, lipides, minéraux (potassium, magnésium, calcium) et vitamines C, B1, B2 et Niacine.

    Elle contient de la glycine en bonne quantités qui est un acide aminé réputé pour conserver sa jeunesse.

    Le haricot

    Récolte de juin à mi-octobre.

    Il existe plusieurs variétés de haricots: haricot vert ou beurre (jaune), haricot filet ou mange-tout, nains ou à rames.

    Ils se conservent dans le bac à légumes de votre réfrigérateur mais idéalement, consommez-les rapidement car ils perdent vite leur humidité. Crus, ils supportent également très bien la congélation. Retirez le sac plastique pour la décongélation.

    La cuisson des haricots verts est très importante pour conserver au mieux ses qualités nutritionnelles (vitamines, minéraux...): il est ainsi préférable de les cuire le moins longtemps possible, à la vapeur de préférence ou à l’étouffée (dans très peu d'eau). Conservez toujours l'eau de cuisson de légumes pour une base de soupe.

    Le haricot vert possède un apport vitaminique intéressant pour un faible apport énergétique. En effet, une ration de 200g d’haricots verts frais apporte, pour 50 kcal seulement, 20% des ANC en provitamine A, 25% des ANC en vitamine C, 27% des ANC en acide folique et 5 à 10% de ceux en vitamines B1, B2, B3 et B6.

    Il est déconseillé aux personnes suivant un régime sans résidus ou pauvre en potassium.

    Pour les haricots frais, si vous souhaitez les congeler pour l'hiver, blanchissez-les 8 mn avant de les mettre dans votre sac plastique et bien, sûr, pensez à les sortir du sac en plastique avant de les décongeler.

    Le petit-pois

    Récolte de mai à août.

    Il existe plusieurs variétés: les petits pois (ronds, à rame, nains, ridés, à fleur blanche, à fleur rouge), les pois mange-tout ou pois gourmand.

    Conservez-les au réfrigérateur quelques jours mais si vous souhaitez les garder plus longtemps, l’idéal serait de les congeler.

    Le petit pois est un légume dont on consomme les graines encore immatures. Ainsi, sa composition diffère de la moyenne des légumes: il est moins riche en eau, plus riche en glucides et en protéines donc plus énergétique.

    On notera comme principaux intérêts nutritionnels sa richesse en protéines végétales, fibres efficaces contre la paresse intestinale, vitamines du groupe B et en vitamine C.

    La teneur et la nature des glucides varient en fonction de la maturité du petit pois. Ainsi, les petits pois jeunes sont assimilables à des légumes sucrés car ils sont moins riches en glucides et ont une part d’amidon faible alors que les petits pois matures sont plus proches des féculents car plus riches en glucides et notamment en amidon.

    Ils sont déconseillés aux personnes suivant un régime sans résidus ou dyspeptidique.

    Le poivron

    Récolte de juillet à octobre.

    La peau robuste du poivron le rend difficilement digeste pour les personnes ayant les intestins délicats. Aussi, il peut être aisément pelé après avoir été passé au four ou ébouillanté. On peut le peler également avec un couteau économe.

    Il se conserve très bien dans le bac à légumes du réfrigérateur (environ une semaine).

    Le poivron fait partie des légumes record quant à sa teneur en vitamine C car une simple portion de 50g de poivron cru couvre 75% des ANC et une portion de 200g cuits couvre la totalité. Et tout cela sous un très faible apport calorique (seulement 20 kcal/100g)!

    Le poivron est également une très bonne source de provitamine A, surtout le poivron rouge bien coloré.

    On notera également la grande richesse en fibres du poivron, qui lui confère donc un intérêt dans la lutte contre la paresse intestinale.

    Ils sont déconseillés aux personnes suivant un régime sans résidus, dyspeptidique ou pauvre en potassium.

     

     

  • Les légumes d'été ou du jardin - 1

    N'oubliez pas de les passer sous l'eau, même s'ils sont bio. S'ils viennent d'un autre pays que la France, laissez-les tremper dix minutes dans de l'eau bicarbonaté; pour les écorces dures (conconbre, poivron etc,) il faut prendre un papier absorbant, mouiller un peu ce dernier et le passer dans du bicarbonate de soude avant de frotter l'aliment; rincez ensuite souz l'eau abondemment.

    L’artichaut

    Récolté de mai à août.

    Cru, il se conserve quelques jours dans le bac à légumes de votre réfrigérateur.

    Par contre, l’artichaut cuit doit être consommé très rapidement. En effet, au-delà de 24 h, il peut donner naissance à des composés toxiques.

    Il apporte beaucoup de minéraux (magnésium et calcium en particulier) et de vitamines (notamment les vitamines du groupe B et de la vitamine C).

    De plus, il contient un sucre (l’inuline) favorisant les fonctions d’élimination urinaire et intestinale.

    Mais attention, il est déconseillé aux personnes suivant un régime sans résidus ou pauvre en potassium.

    L'aubergine

    Récolté de juillet à septembre.

    Il existe plusieurs variétés: celle à la robe pourpre est la plus connue mais il existe également une aubergine blanche (ronde ou longue) dont le goût est plus doux.

    L’aubergine doit être conservée au frais (dans le bac à légumes de votre réfrigérateur ou dans un endroit frais et sec) et être consommée rapidement.

    Attention, la chair de l’aubergine est particulièrement "friande" de corps gras. Pour éviter qu’elle n’absorbe trop de gras pendant la cuisson, vous pouvez laisser la peau de l’aubergine ou encore la faire dégorger avant cuisson.

    Mais c'est dommage de perdre de l'eau intrinsèque, contenant de nombreux nutriments. Essayez de l'enrober de blanc d'œuf avant de la cuire. Ou bien, mettez-la dans la Piperade Toulousaine dont elle est un élément important

    Dotée d’une très faible valeur calorique, elle possède une bonne densité en minéraux et en vitamines. D'où son fort pouvoir antioxydant (surtout sa peau) qui avec sa richesse en fibres permettrait de diminuer le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies chroniques. Par ailleurs, selon des études récentes, elle serait capable de limiter l’absorption des lipides et du cholestérol sanguin consommés au cours du même repas. Elle est déconseillée aux personnes suivant un régime sans résidus ou pauvre en potassium.

    Le brocoli

    Récolté de mi-juillet à mi-novembre.

    Le brocoli doit être conservé non lavé au réfrigérateur ou tête en bas et pied au sec dans un endroit frais. Ou pied dans l'eau comme un bouquet de fleurs.

    Le brocoli, variété de chou-fleur, est un véritable "aliment santé". En effet, une portion de 200g de brocolis cuits apporte: plus de 100% des Apports nutritionnels conseillés (ANC) en vitamine C et K, 50% des ANC en vitamine B9, environ 20% des ANC en vitamines B2, B5, B6 et en calcium, 15% des ANC en vitamine E et 10% de ceux en magnésium et fer.

    Par ailleurs, le brocoli est une source précieuse de fibres, qui jouent un rôle efficace contre la paresse intestinale. Il est par conséquent déconseillé aux personnes suivant un régime sans résidus.

    Récup': Vous pouvez utiliser la tige des brocolis, la tailler en bâtonnets et la servir cuite comme des asperges. L'utiliser dans une soupe de légumes.

    Le concombre

    Récolte de juillet à octobre.

    Il se conserve très bien dans le bac à légume de votre réfrigérateur. Par contre, une fois entamé, protégez-le avec du film alimentaire et consommez-le rapidement avant qu’il ne devienne mou.

    Le concombre peut parfois être mal toléré par les intestins sensibles. Pour limiter ces inconvénients, vous pouvez retirer les graines centrales et le faire dégorger avec du sel. Une fois de plus, pour perdrez des nombreuses qualités nutritionnelles en le faisant dégorger.

    Le concombre est le légume minceur par excellence. En effet, sa teneur en eau en fait un des légumes le moins calorique qui existe (10 kcal /100g). Par ailleurs, son intéressante teneur en minéraux et oligo-éléments, ramenée à sa faible teneur calorique, lui confère une densité minérale très importante.

    Enfin, sa forte teneur en potassium et son très faible taux de sodium en font un aliment diurétique qui favorise le drainage de l’organisme.

    Il est déconseillé aux personnes suivant un régime sans résidus, dypeptidique ou pauvre en potassium.

    Perso, chez nous, on mange le concombre, coupé en cubes, et sans autres ingrédients: pas de vinaigrette. On sent bien, alors, le goût affirmé du concombre.

    La courgette

    Récolte de juillet à octobre.

    La courgette est en fait une courge d’été consommée avant sa complète maturation. Il en existe plusieurs variétés: les longues et vertes sont les plus connues, les jaunes à la chair tendre et douce, les rondes et celles en forme de poire.

    Elles se consomment cuites mais également crues en salade, à condition de les choisir jeunes afin qu’elles ne contiennent que très peu d’amidon (indigeste sans cuisson). Parfois, au jardin, la courgette ne grandit pas: je la récupère et je la consomme crue, comme on consomme une carotte crue!

    Vous pouvez les conserver quelques jours au réfrigérateur dans un sachet plastique perforé. Mais, bon, le plastique, c'est du chimique, n'oubliez jamais.

    Lavez-les au dernier moment, juste avant de les consommer. La courgette est un légume particulièrement riche en eau, et donc très peu calorique.

    Son principal atout est une grande densité minérale, avec notamment une teneur intéressante en potassium et dans une moindre mesure en phosphore, calcium et magnésium.

    Par ailleurs, elle possède une excellente digestibilité grâce à ses fibres tendres.

    Elle est cependant déconseillée aux personnes suivant un régime sans résidus ou pauvre en potassium.

     

  • Maquillage: gare aux infections

    Amreen Bashir -  Lecturer in Biomedical Science, Aston University

    Interviewé: Peter Lambert - Professor of Microbial Chemistry, Aston University

    The Conversation - C BY ND

    Afin de détecter d’éventuelles contaminations bactériennes et fongiques, nous avons testé 467 produits de maquillage qui nous ont été fournis par des habitants du Royaume-Uni. Nos travaux ont démontré que 90% de ces cosmétiques, dont des rouges à lèvres et des mascaras, contenaient des germes potentiellement mortels. Ce qui signifie qu’ils pourraient constituer une menace pour la santé de leurs utilisatrices…

    Nous avons notamment mis en évidence la présence, dans de l’eyeliner et du mascara entamés, de bactéries Escherichia coli et Staphylococcus. Celles-ci peuvent causer irritations et conjonctivites. Si les symptômes de cette dernière affection sont généralement relativement bénins – démangeaisons et larmoiements – dans certains cas extrêmes, elle peut entraîner une perte de la vue. Par ailleurs, les germes responsables de la conjonctivite sont capables de se propager à d’autres parties du corps et de déclencher une infection secondaire plus grave.

    Les rouges à lèvres et le gloss de notre échantillon contenaient également des staphylocoques et diverses bactéries habituellement associées aux matières fécales. Ces micro-organismes peuvent causer des rougeurs, des gonflements et des inflammations des lèvres. Les antibiotiques ou les crèmes antibactériennes en viennent généralement à bout, cependant si ces germes se propagent dans le sang ou atteignent des tissus plus profonds de l’organisme, l’infection peut, là encore, devenir mortelle.

    En outre, certaines souches de staphylocoque, comme le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus), sont devenues résistantes aux antibiotiques. Or S. aureus est particulièrement contagieux, et peut causer des infections de la peau telle que l’impetigo.

    Nous avons examiné divers produits et accessoires de maquillage: rouge à lèvres, gloss, eyeliners, mascaras et beauty blenders (éponges à maquillage). Si la plupart d’entre eux étaient contaminés par 100 à 1000 bactéries, le nombre de ces dernières explosait sur les beauty blenders: nous en avons dénombré un million en moyenne! Or, on sait qu’une centaine de bactéries suffisent à provoquer une infection…

    Méfiez-vous des beauty blenders

    Des études antérieures portant sur la contamination microbienne du maquillage avaient déjà été menées dans d’autres pays, tels que Iran, l’Arabie saoudite et l’Italie. Ces travaux avaient également mis en évidence des niveaux élevés de bactéries pathogènes, dont E. coli, Salmonella, Klebsiella et Citrobacter. En revanche, peu de recherches avaient jusqu’à présent été menées au Royaume-Uni.

    Notre étude est la première à s’intéresser aux beauty blenders, ces populaires éponges à fond de teint utilisées pour le contouring. Depuis 2007, Rea.deeming Beauty, qui commercialise la marque Beauty blender, en a vendu plus de 6,5 millions dans le monde. Nous avons constaté que ces produits sont particulièrement sensibles à la contamination, car ils restent souvent humides après utilisation, ce qui crée un terrain propice à la prolifération des bactéries nocives. En outre, la plupart (93%) des beauty blenders que nous avons testés n’avaient jamais été nettoyés, malgré le fait que les deux tiers (64%) des personnes interrogées ont reconnu les avoir laissé tomber sur le sol à un moment ou un autre de leur utilisation.

    Il est pourtant facile d’éviter les risques d’infection microbienne lorsqu’on utilise des cosmétiques. Il suffit par exemple de nettoyer les beauty blenders avec de l’eau chaude et du savon. En ce qui concerne le rouge à lèvres, il faut simplement en faire sortir une petite partie du tube, l’essuyer avec un mouchoir en papier puis verser dessus une petite quantité d’alcool avant de la tremper pendant 30 secondes dans un volume d’alcool plus important. Pour finir, il faut essuyer l’alcool délicatement et laisser sécher le rouge à lèvres. Ceci n’affectera pas sa qualité, mais améliorera sa propreté.

    Les pots de mascara peuvent eux aussi contenir des bactéries, mais ils ne sont pas nettoyables. Il est donc préférable de, ou d’utiliser des bâtonnets jetables.

    Vérifiez les dates de péremption

    Les cosmétiques sont fabriqués selon des normes strictes, pour éviter que les microbes ne les contaminent et ne s’y développent. Ils contiennent notamment des conservateurs à cet effet. Cependant, leur durée de conservation est limitée. Tous les cosmétiques ont des dates de péremption, qui sont calculées en fonction de la durée pendant laquelle les agents de conservation présents dans le produit sont capables de maintenir sous contrôle les contaminations.

    Si la date de péremption est imprimée sur l’emballage, elle est affichée sous la forme d’un symbole ressemblant à un pot ouvert comportant la mention 3m, 6m, 12m, 18m, 24m, ou 36m, qui correspond au nombre de mois pendant lesquels le produit peut être utilisé. La plupart des cosmétiques ont une date de péremption comprise entre trois et 12 mois (à condition que la personne qui les utilise n’ait pas eu d’infection, comme une conjonctivite, durant cette période). Mais notre étude montre que les gens emploient des produits dont la date de péremption est dépassée, ce qui favorise la progression des contaminations microbiennes.

    Pour éviter les problèmes, assurez-vous de jeter tout maquillage dont la date de péremption est dépassée. Ne vous maquillez pas si vous avez une infection ou une peau abîmée, ne partagez jamais vos cosmétiques avec vos ami(e)s, et évitez définitivement d’utiliser les échantillons de maquillage mis à disposition en magasin.

  • Pomme de terre encore

    La pomme de terre: dernières recherches de la nutrition

    Les pommes de terre contiennent des composés toxiques nommés alcaloïdes (solanine et chaconine), qui leur procurent une protection contre différents pathogènes que l’on retrouve dans la nature.

    Chez l’humain, la consommation d’alcaloïdes peut être liée à différents symptômes (malaises gastro-intestinaux, sudation, bronchospasme, etc.). Lorsqu'ils sont consommés en grande quantité, les alcaloïdes peuvent entraîner de graves intoxications pouvant affecter le système nerveux central.

    La concentration en alcaloïdes de la pomme de terre s’accroît lorsque celle-ci est entreposée à température élevée ou à la lumière. Lorsque leur teneur en alcaloïdes est élevée, les pommes de terre peuvent avoir une teinte verte ou présenter des taches vertes. Amères ou pas, elles peuvent aussi provoquer une sensation de picotement dans la bouche.

    Sachez, de plus que, la cuisson de la pomme de terre ne détruit pas les alcaloïdes. Il est donc important de conserver les pommes de terre à l’abri de l’humidité et de la lumière, de bien retirer les taches vertes ou encore de jeter la pomme de terre complète s’il y a trop de ces taches.

    Les pommes de terre nouvelles à conserver au réfrigérateur? Les pommes de terre nouvelles se conservent au réfrigérateur dans un sac en papier brun qui absorbera l'excès d'humidité. La température d'entreposage idéale est entre 4 et 8°C, par exemple dans le bac à légumes du réfrigérateur.

    Savoir encore: Contrairement à l’idée répandue selon laquelle la pomme de terre est un "glucide complexe" cette dernière à un index glycémique (IG) élevé c’est pourquoi il est toujours recommandé de consommer des pommes de terre de manière occasionnelle et non pas aussi régulièrement que le conseillent les autorités de santé. L’IG des frites, des chips, des pommes de terre cuites au four ou bouillies est élevé. Seule la pomme de terre en robe des champs a un IG modéré.

    Tout n'est certes pas noir: un composé de la pomme de terre pourrait s’avérer intéressant: l’amidon résistant; c'est une fraction de l’amidon des pommes de terre avec une structure particulière.

    Il peut se retrouver naturellement dans la pomme de terre ou encore résulter d’une exposition à la chaleur (cuisson) ou au froid. Ce changement de structure est essentiellement dû à l'amidon qui a perdu sa texture cristalline pendant la cuisson, mais qui en trouve une nouvelle au cours de la conservation.

    L'amidon impliqué dans ces structures cristallines n'est que faiblement digéré par les enzymes intestinaux et n’est pas absorbé par l'intestin grêle; il parvient dans le côlon où il est fermenté, comme le sont la plupart des fibres alimentaires. Cette fraction est "l’amidon résistant".

    La pomme de terre crue contient davantage d’amidon résistant que celle ayant subi une transformation et cette quantité varie selon les différents procédés utilisés[1]. Par exemple, la friture ainsi que l’entreposage au réfrigérateur peuvent influencer la formation d’amidon résistant de la pomme de terre [2]. Les pommes de terre bouillies contiennent environ 2% d’amidon résistant, les pommes de terre frites 5% et la salade de pommes de terre 6%.

    Parce que l'amidon résistant est presque deux fois moins énergétique que l'amidon digestible; il est bon pour les adultes qui surveillent leur ligne.

    Des chercheurs de l’Inra de Nantes ont découvert que les aliments contenant de l'amidon résistant sont moins hyperglycémiants et hyperinsulinémiants que d'autres aliments amylacés plus digestibles (comme le pain); ils sont donc probablement bons pour les diabétiques. Ils pourraient, en raison de leur faible pouvoir hyperinsulinémiant, être bénéfiques dans la prévention du diabète de type II, de l'obésité ou des maladies cardiovasculaires.

    L’amidon résistant aurait des effets bénéfiques sur les lipides sanguins. Le remplacement d’une partie de l’amidon de l’alimentation de rats par de l’amidon résistant de pomme de terre crue a engendré une augmentation de la fermentation intestinale, une amélioration de l’absorption de certains minéraux et une diminution du cholestérol-LDL ("mauvais" cholestérol).

    Une diminution du cholestérol et des triglycérides sanguins a aussi été observée dans d’autres études[3] menées chez des animaux auxquels on avait administré de l’amidon résistant provenant en partie de la pomme de terre [4]. Des études cliniques permettront d’évaluer si l’effet est le même chez l’humain (qui ne mange pas de pomme de terre crue!).

    D'autres éléments permettent de penser que ces amidons pourraient servir à la prévention de certaines maladies, telles que le cancer ou certaines maladies inflammatoires du côlon [5]. Ceci est lié à l'un des acides gras à chaîne courte produit au cours de la fermentation colique, l'acide butyrique, qui est reconnu comme essentiel à la santé du côlon. Des études plus poussées restent cependant à être effectuées pour pouvoir conclure en un effet protecteur de l’amidon résistant sur la formation de tumeurs du côlon.

    Un peu de fibres et des antioxydants (surtout pour les variétés colorées)

    Avec 1 à 2 g de fibres solubles pour 100 g, la pomme de terre est plutôt une bonne source de fibres. Ces dernières freinent l’absorption des graisses et réduisent les taux de graisses dans le sang.

    Les composés contribuant à l’activité antioxydante de la pomme de terre sont principalement des acides phénoliques (acide chlorogénique) et des flavonoïdes (catéchines) [6], ainsi que la vitamine C [7]. Les variétés de pommes de terre à la chair bleue ou violacée possèdent logiquement un contenu en flavonoïdes plus élevé que les pommes de terre " traditionnelles "[8].

    Cependant, la pomme de terre reste un aliment à IG élevé comme vu précédemment, c’est pour cela qu’il est préférable de limiter sa consommation !

    De plus, il faut faire attention à la manière dont on la prépare : il est préférable de limiter la friture et de manger des pommes de terre cuites à l'eau avec la peau puis refroidies avant consommation (en salade par exemple).

     

    En cuisine

    Cuite en robe des champs

    C’est le seul mode de cuisson qui confère à la pomme de terre un index glycémique modérée. La pomme de terre en purée à un IG particulièrement élevé et les frites et chips apportent beaucoup de matières grasses et des produits de glycation avancée à éviter.

    Avec la peau pour faire le plein de fibres

    À poids équivalent, la pelure contient de deux à trois fois plus de fibres que la chair de la pomme de terre. Après l’avoir bien nettoyée, dans plusieurs eaux, il est donc avantageux de conserver la pelure de la pomme de terre pour la cuisson. Si cela vous gêne, pelez la pomme de terre avec un économe et trempez les pelures dans votre bain d'huile pour frites, une fois salée et/ou poivrée, à croquer à l'apéritif.

    A la vapeur avec la peau puis au beurre et persil

    On conserve au maximum la vitamine C de la pomme de terre primeur en la cuisant à la vapeur dans sa peau. La vitamine C est un antioxydant et favorise l'absorption du fer. La pomme de terre est l’un des légumes les plus riches en vitamine C (antifatigue, stimulant des défenses immunitaires). Sa teneur est de l'ordre de 10 à 15 mg pour 100 g de pommes de terre de conservation.

    Une noix de beurre frais apportera un peu de vitamine A, une persillade un peu plus de vitamines C, B9 et carotène.

    Ou bien utilisez, l'aillade toulousaine: ail, huile et cerneaux de noix dans le pilon avec les feuilles et tiges fines du persil.

    La pomme de terre est à considérer comme un plat de "féculents" que l'on pourra régulièrement servir avec le vert d'un autre légume différent à chaque fois: salade, fondue d'épinards, blancs de poireaux….

    La cuisson à l'eau, au début de la cuisson à l'eau sera faite dans de l'eau froide salée.

    Pour une cuisson homogène, choisir bien sûr, des pommes de terre de même calibre.

    La pomme de terre doit être conservée à l’abri de la lumière, de la chaleur et de l’humidité

     

    Références :

     [1] Garcia-Alonso A, Goni I. Effect of processing on potato starch: in vitro availability and glycaemic index. Nahrung 2000 February;44(1):19-22.

    [2] Liljeberg EH. Resistant starch content in a selection of starchy foods on the Swedish market. Eur J Clin Nutr 2002 June;56(6):500-5.

    [3] Levrat MA, Moundras C, et al. Effectiveness of resistant starch, compared to guar gum, in depressing plasma cholesterol and enhancing fecal steroid excretion. Lipids 1996 October;31(10):1069-75.

    [4] Younes H, Levrat MA, et al. Resistant starch is more effective than cholestyramine as a lipid-lowering agent in the rat. Lipids 1995 September;30(9):847-53.

     [5] Englyst KN, Englyst HN. Carbohydrate bioavailability. Br J Nutr 2005 July;94(1):1-11.

    [6] Verde Mendez CM, Rodriguez Delgado MA, et al. Content of free phenolic compounds in cultivars of potatoes harvested in Tenerife (Canary Islands). J Agric Food Chem 2004 March 10;52(5):1323-7.

    [7] Chu YF, Sun J, Wu X, Liu RH. Antioxidant and antiproliferative activities of common vegetables. J Agric Food Chem 2002 November 6;50(23):6910-6.

     [8] Han KH, Sekikawa M, et al. Anthocyanin-rich purple potato flake extract has antioxidant capacity and improves antioxidant potential in rats. Br J Nutr 2006 December;96(6):1125-33.

    [9] Mensinga TT, Sips AJ, et al. Potato glycoalkaloids and adverse effects in humans: an ascending dose study. Regul Toxicol Pharmacol 2005 February;41(1):66-72.

    [10] Korpan YI, Nazarenko EA, Skryshevskaya IV, Martelet C, Jaffrezic-Renault N, El'skaya AV. Potato glycoalkaloids: true safety or false sense of security?Trends Biotechnol 2004 March;22(3):147-51.