Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Loisirs - Page 4

  • Faire la cuisine à la maison est-il le secret de la longévité ?

    Pour ceux d'entre vous qui utilisent leur four pour le stockage de chaussures, notez bien tout le temps que vous perdez en laissant votre cuisine inactive, et cela pourrait raccourcir votre durée de vie. En fait, une nouvelle étude a constaté que les gens qui cuisinent jusqu'à cinq fois par semaine étaient 47 pour cent plus susceptibles d'être encore en vie 10 ans après.

    Selon une étude, " Faire la cuisine à la maison augmente la longévité", source US Food Safety, d’après Huffington Post.

    "Il est devenu clair que faire la cuisine est un comportement sain", a déclaré le professeur Mark Wahlqvist, principal auteur de l’étude, dans un communiqué. " Cela mérite une place dans l'éducation tout au long de la vie, la réglementation en santé publique, l’agenda des citadins et l'économie des ménages“.

    L'équipe de recherche, composée de chercheurs taïwanais et australiens, ont publié leurs travaux dans Public Health Nutrition, un journal de l'Université de Cambridge, après avoir observé un groupe de 1 888 hommes et femmes de plus de 65 ans qui vivaient à Taïwan. Au début de l'étude, ils ont interviewé chaque participant sur leur style de vie, dont les habitudes de cuisine, les circonstances familiales, les habitudes d'achat, l'alimentation, l'éducation, le transport et le tabagisme.

    Au cours de la surveillance initiale, les chercheurs ont constaté que 43 pour cent des participants n'ont jamais fait la cuisine, tandis que 17 pour cent la faisait une à deux fois par semaine, 9 pour cent, de trois à cinq fois par semaine et 31 pour cent, cinq fois ou plus par semaine.

    Au bout de 10 ans, ils ont vu combien de participants étaient décédés. Ils ont ensuite mis en relation les réponses liées au mode de vie des 1 193 participants restés en vie. Les chercheurs ont découvert que faire fréquemment la cuisine à la maison a été souvent associé à la survie. Sont aussi associés, faire des courses, prendre les transports en commun, ne pas fumer, et d'être une femme. Cuisiner fréquemment, et la survie, était plus commun chez les femmes et plus profondément chez les femmes non mariées, mais aussi chez les femmes avec une famille.

    Il y a des limites à l'étude : les femmes vivent généralement plus longtemps que les hommes et, pour des raisons culturelles, les femmes font plus la cuisine que les hommes. En outre, celles qui sont restées en bonne santé étaient plus aptes à accomplir des courses liées à la cuisine, comme acheter des aliments, marcher et prendre les transports en commun. Celui qui est vraiment malade ne serait pas capable de faire la cuisine en raison de son état de santé, et pas l'inverse.

    Mais, même après que les chercheurs aient maîtrisés ces autres facteurs, ils ont trouvé une association entre faire fréquemment la cuisine à la maison et la longévité. "L’état à la santé que les aliments fournissent ne sont pas limités à ses éléments nutritifs ou ses composants, mais s'étendent à chaque étape de la chaîne alimentaire, de sa production, l'achat, la préparation et la consommation, en particulier avec les autres", a ajouté Wahlqvist.

    NB : l'étude ne dit pas si les gens ont mangé bio, mais je ne crois que cela n'aurait rien changé …

    Source Cooking frequency may enhance survival in Taiwanese elderly

    Rosalind Chia-Yu Chen, Meei-Shyuan Lee, Yu-Hung Chang and Mark L Wahlqvist

  • Rue des 7-Troubadours, Toulouse

    A l'origine de l'Académie Jeux Floraux de Toulouse, 7 troubadours

    A la Toussaint 1323, sept personnages, que l'on nomme depuis "les sept troubadours", mais qui étaient un damoiseau, Bernard de Panassac, un habitant du Bourg de Toulouse, deux changeurs, deux marchands, et un notaire, se réunirent avec les capitouls pour créer un concours de poésie, doté d'une violette d'or que les capitouls s'engagèrent à payer. Ce prix fut donné pour la première fois le 3 mai 1324.

    Les suites de ce premier concours ne sont connues que trente ans après. Le caractère ludique n'a pas disparu, mais les Sept ont transformé ce qui n'était guère qu'un patronage en un véritable magistère, sous la forme gaiment simulée d'une institution universitaire, avec un chancelier, un bedeau-notaire et un massier.

    Deux nouvelles fleurs sont au concours, l' "églantine" (probablement une ancolie) et le souci. On charge le chancelier, Guillaume Molinier, de fixer par écrit les règles de la rhétorique et de l'art poétique. Il s'en acquitta en rédigeant un copieux ouvrage, précieux par les exemples qu'il donne, qui fournissent parfois des allusions aux préoccupations de l'époque (1356). Le siècle s'achève sur les derniers lauréats de langue d'oc.

     

     

  • Fiesta?

     

     

     

    Se déguiser? Cliquez sur l'image

     

  • Soyez vigilent-e si vous êtes abonné-es à Canal satellite!

    J'ai reçu, il y a deux jours un courrier me disant que, puisque j'étais une ancienne cliente, ils m'offraient gentiment, pour 5 euros par mois Canal plus pendant 24 mois et après ce serait 19,90 par mois. Ils comptaient, tranquillement, me prélever à partir du mois de mars.

    Sauf que le bouquet Canal plus ne m'intéresse pas du tout: je ne suis pas un bobo parisienne, une hipster, une gauchiasse. J'ai le Grand Cinéma, à 42,00 euros par mois et cela suffit pour mon grand bonheur.

    J'ai appelé un numéro non-surtaxé, (ouf, ils ont finit pas comprendre qu'on en avait assez de payer plus pour les appeler)… la boîte vocale demande de taper son numéro de client. J'ai fais. Puis, il faut attendre. Soi-disant: deux minutes. Et devinez?!

    Finalement, j'ai eu une fille à qui, en tout premier j'ai demandé de bien vouloir appuyer sur l'enregistrement. (en effet, pendant qu'on attends d'être en contact, on vous avertis que l'on peut être enregistré). Et donc, j'ai demandé d'être enregistrée pour être sûre que j'avais bien dis: “je refuse que vous me colliez Canal plus et que vous préleviez 5 euros par mois“. J'ai articulé, j'ai répété la phrase deux fois après avoir, une seconde fois dis: “appuyez sur le bouton d'enregistrement“.

    La fille me disait: “madame, c'est bien compris“. “Non, ais-je dis, il y a quelques années, j'ai dû faire écrire pas mon avocat parce que malgré mes appels, on ne m'a pas écoutée. D'ailleurs, je vais faire une photocopie de vos envois et je vais l'adresser à la DGCCRF et à des associations de consommateurs“.

    La fille a compris que je ne rigolais pas. Elle m'a dit: je vais appeler le service commercial. J'ai, encore dû attendre trois minutes et quand elle est revenue, elle m'a assurée que le nécessaire était fait.

    J'espère que cette fois-ci, ils vont se “tenir à carreaux“. Je fais cette note pour que vous ouvriez bien votre courrier et vérifiez que l'on ne vous escroque pas. Cette société commence à se comporter comme les vendeurs d'électricité qui veulent à tout prix nous vendre leur direct énergie ou comme, il y a quelques années, les abonnements téléphoniques.

    C'est honteux de devoir se battre et ne pas se laisser faire. Société de consommation de merde! Quand on m'énerve, j'appelle Chat, un chat.