Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Fauché-es? - Page 2

  • Pour ceux qui n'ont pas de four: la pizza à la poêle

    La préparation de la pâte

    Pour la pizza à la poêle il y a deux manières de procéder. Soit on achète une pâte à pizza toute faite en supermarché mais vérifié qu'elle soit réalisée avec du beurre; méfiez-vous de la mention “avec du beurre frais“ qui ne veut rien dire. Le beurre, s'il n'est pas frais du frigo, cela devient de l'huile! (ou trouvez une pâte en pizzéria ou demandez de la pâte à pain à votre boulanger). On étale manuellement la pate sur une planche.

    Soit on fabrique soit même sa pâte à pizza. Dans ce cas, dans un récipient, on verse de la farine et de la levure de façon à ce que le mélange forme un petit tas au milieu duquel on perce un trou. On y verse des œufs, de l’huile d’olive et du sel.

    Puis on mélange tout cet ensemble à l’aide d’une spatule en bois ou pour une pâte bien homogène, passer le tout au mixer. Attention, la pâte ne doit être ni trop liquide (comme celle de la pâte à crêpe), ni trop sèche. En effet, il faut pouvoir étendre à la main la pâte obtenue. Toutefois, s’il s’avère que l’on a trop forcé sur le liquide, on peut faire l’impasse sur l’étirement de la pâte pour tout de suite la verser dans la poêle.

    La cuisson

    La cuisson de la pâte est une étape primordiale dans la réalisation d’une pizza à la poêle. Cela signifie que les garnitures doivent être déjà cuites au moment de les disposer sur la pâte. D’ailleurs, il en est de même pour la face de la pâte qui reçoit la garniture: elle doit être cuite.

    Pour ce faire, pendant que l’on étale la pâte à pizza, on met à chauffer une poêle en tôle de fer. Si vous l'avez bien “culottée“, elle n'attachera pas la pâte. Si vous utilisez une poële antiadhésive, c'est que vous n'avez pas lu mes dossiers contre les poisons en cuisine sur mon site:

    Vous pouvez préalablement huiler légèrement cette poêle. Une fois la pâte bien étalée, on la dispose sur la poêle et on recouvre celle-ci. On laisse cuire pendant une dizaine de minutes sur un feu doux. Pendant ce temps, la pâte va progressivement prendre du volume et la face contre la poêle va dorer.

    Au bout de 10 minutes, on retourne la pâte pour faire cuire l’autre face. Comme vous avez retourné la pâte comme une crêpe, elle se présente un peu cuite, (pendant que l’autre côté cuit), on étale la sauce tomate puis on place les garnitures. La pizza est définitivement cuite au bout de 10 autres minutes.

    Pour finir, il faut préciser que pizza au four et pizza à la poêle n’ont pas le même goût. Tout comme la pizza au feu de bois est, au niveau gustatif et aromatique, différente de celle cuite au four électrique ou à gaz. On ne peut dire laquelle de ces trois formules est le meilleur, car le goût est surtout une question de subjectivité.

    Cependant, si vous prenez la précaution d'éviter la poêle antiadhésive votre pizza aura le goût le plus rapproché qui soit de votre préférée.

    Pour la retourner, utiliser un plat très plat; ou bien, une autre poêle de même diamètre mais là, je trouve idiot d'avoir deux poêles de même diamètre… prenez une poêle d'un diamètre inférieur: genre 26 celle de la cuisson, 24 celle de retournement. Si vous prenez la taille au-dessus, vous risquez de glisser et faire dis-jointer l'ensemble et de tomber votre pizza.

    J'utilise cette méthode, fin de printemps, été et début automne car, dans ma villa, il fait très chaud durant cette période…. vous savez, ces nouvelles maisons qui doivent retenir la chaleur et ne pas la laisser sortir.

    Ma sauce tomate: je fais revenir des oignons bien bruns, je met une conserve de tomates du jardin, un morceau de sucre, du thym, du laurier, du romarin. Je ne sale pas car nous avons supprimé le sel supplémentaire depuis 28 ans; ma pate à pizza (faite maison) est raisonnablement salée.

    J'étale dans sur la pâte qui est retournée dans ma poêle et par-dessus, j'émiette une buchette de fromage de chèvre qui est l'un des fromages préférés de ma fille. Parfois, je saupoudre d'un peu d'origan bleu. Laisser cuire à feu doux au moins 10 minutes et servir chaud.

  • Boulettes (ou palets) de pois chiches

    Une nuit pour le trempage des pois chiches

    Pour 4 personnes

    300 g de pois chiches secs (ou un bocal de pois chiches en conserve); 2 jœuf; 4 à 5 cuillère à soupe de chapelure (ou biscottes écrasées)

    3 à 4 cuillère soupe de persil haché; 120 g de fromage râpé

    1 oignon haché, de la farine (pour paner)

    Huile d'olive; sel; poivre

    Faites tremper les pois chiches la veille puis les rincer et les égoutter.

    Les faire cuire dans un grand volume d'eau non salée jusqu'à ce qu'ils soient tendres. Passez-les et conservez de l'eau de cuisson.

    Réduire en purée en ajoutant un peu d'eau de cuisson puis incorporez l'oignon haché, le persil, la chapelure, le fromage et les œufs battus. Salez et poivrez.

    Façonnez des croquettes longues, des boulettes ou des palets et les passer à la farine pour les frire dans de l'huile d'olive en quantité suffisante pour qu'elles dorent et croustillent.

    Vous pouvez déguster ainsi ou avec une sauce tomate maison, bien sûr.

     

  • L’Alicuit, spécialité gasconne, sacré rata!

    Macaniche, mon ami, le vent d'autan -que buffo biau-, ne t'emportera pas avec ce rata-là!

    Pour cuisiner les morceaux moins nobles? tu parles! c'est devenu une spécialité assez fine des chefs toulousains… enfin, de ceux qui respectent la recette traditionnelle.

    Pour 4 personnes

    4 Cous de canard; 8 Ailerons de canard; 4 Croupions (le tchoul, mon ami!) de canard

    4 Gésiers de canard; 4 Foies de canard (ou 4 cœurs)

    1 Carcasse; (les initiés, nés à Toulouse, disent “la demoiselle“) du canard.

    1 Oignon jaune, bien sûr; 5 Carottes; 2 Navets

    Quelques champignons frais ou secs ou 100 g de champignons de Paris (pour moi, le champignon de Paris, c'est du vent d'autan, question saveur…).

    Quelques olives vertes dé-saumurées; 2 tomates (facultatif)

    5 Pommes de terre BF15 ou Bintje; 1 cuillère à soupe de farine

    75 cl de bouillon de viande, fait avec un os à moelle; 15 cl de vin blanc sec

    1 Bouquet garni; 2 cuillères à soupe de graisse de canard ou d’oie

    Réhydratez les champignons s'ils sont secs, dans de l’eau tiède ou parez les champignons frais.

    Épluchez tous les légumes et détaillez-les carottes, navets, en morceaux

    Hachez l’ail et les oignons; Pelez et épépinez les tomates (si on en met) et les couper en dés

    Dans une cocote non anti-adhésive, faire revenir les abattis de volaille dans la graisse, tournez bien, à feu moyen. Ajoutez les légumes et continuez à tourner la cuillère en bois.

    Quand tout est bien doré, saupoudrez de farine et mélangez trois minutes tout en remuant; Incorporer les champignons, ainsi que les olives (sans le jus et bien dé-saumurées).

    Arrosez de vin blanc (environ un verre), et le bouillon

    Ajoutez aussi les tomates et le bouquet garni (thym, laurier, persil, poireau…)

    Salez et poivrez

    Couvrir et laisser mijoter doucement pendant environ 1 heure (réduire si cuisson en autocuiseur)

    Rajoutez les pommes de terre coupées en gros morceaux ou des pâtes et finir de cuire jusqu’à ce que les viandes soient bien tendres et la sauce épaisse.

    On peut aussi mettre des haricots blancs, coco must have du Lauragais…

    ou des lentilles.