Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ocitanie

  • Demoiselle de canard aux haricots

    Recette réalisée à la cocotte-minute.

    Plat très roboratif pour les costauds et "Forts" des halles

    Pour 4: 250 g de haricots secs (coco ou lingots), 4 andouillettes, 2 carottes, 1,5 litre de bouillon maison, 6 pommes de terre Bintje ou BF15, 1 belle demoiselle (carcasse du canard, c'est-à-dire les restes d'un canard dépecé), 200 g de cansalade coupée en cubes, 2 oignons, thym, 2 clous de girofle, 2 feuilles de laurier sec, une petite boîte de concentré de tomate

    Faites blanchir les haricots blancs pendant dix minutes à la cocotte-minute (cela évite de devoir les faire tremper toute la nuit).

    Après cette pré-cuisson, changer d'eau et remettre avec le bouillon maison, dans la cocotte sur le gaz et ne fermez pas la cocotte. Rajoutez-y: thym, laurier, clous de girofle, carottes coupées en rondelles.

    Ouvrez la boîte de purée de tomate, versez dans un bol, délayez avec du bouillon de la cocotte et reversez dans cette dernière.

    Récupérez la viande de canard sur la demoiselle et intégrez dans la cocotte avec les deux andouillettes. Bien nettoyée de sa viande, la demoiselle peut passer au four, dix minutes à 200°, disposée sur un lit de gros sel puis sera servie, craquante et en petits bouts, à l'apéritif.

    Laissez cuire à feu vif pendant que vous préparez soigneusement la suite de la recette.

    Dans une poêle noire, versez la cansalade à sec; faites rissoler une dizaine de minutes, versez dans la cocotte-minute; pelez et coupez en gros cubes les oignons et faites les rissoler afin qu'ils deviennent bien bruns dans la graisse de la cansalade (la vraie, rend de la graisse, les lardons sous plastiques rendent de l'eau ragougnasse).

    Si vous n'avez pas assez de graisse pour cuire les oignons, rajoutez une cuillère à soupe de graisse de canard. Les oignons doivent absolument être bien bruns et pas du tout translucides à la “toqué de la toque“… les oignons bruns donnent un bon goût caramélisé.

    Quand ils sont bruns, ajoutez à la cocotte qui bouille. Vérifiez s'il ne faut pas écumer le bouillon et faites-le si nécessaire.

    Goûtez et salez éventuellement.

    Fermez le couvercle, ajoutez la soupape et mettez à cuire une heure à feu baissé pour éviter que la soupape ne tourne violemment.

    Pelez les pommes de terre, coupez-les en gros cubes, laissez-les dans l'eau le temps que les haricots fassent la cuisson d'une heure.

    Ouvrez la cocotte, rajoutez les pommes de terre et remettre à cuire 20 mn à gros bouillons, sans avoir mis le couvercle et soupape.

    Quand les “patates“ sont cuites, laissez frémir sur le gaz pour que les haricots restent chauds jusqu'au moment du repas.

    Vous pouvez remplacer les haricots secs par des pois chiches ou des lentilles.

     

  • Pas de pavot en cuisine!

    Alerte dans les boulangeries de Paris: il y a trop de morphine dans les pains au pavot

    C’est le célèbre  Centre Antipoison et de Toxicovigilance de Paris (hôpital Fernand Widal) qui a lancé l’alerte: les experts en empoisonnements venaient de découvrir dans des urines qui leur avaient été adressées des taux anormalement élevés de deux alcaloïdes: la morphine et la codéine.

    Rien d’exceptionnel pour ces experts, si ce n’est qu’après enquête il fut établi que toutes les personnes concernées avaient "consommé au préalable des pains aux graines de pavot". Mensonge de toxicomanes? Nullement. " Les graines de pavot présentes sur les produits consommés ont été analysées et présentaient ‘’effectivement’’ des teneurs ‘’particulièrement élevées ’’en alcaloïde" nous expliquent aujourd’hui Bercy et la Santé.

    Comment une telle contamination a-t-elle été possible? "Des investigations sont actuellement en cours pour identifier l’origine de cette contamination et déterminer si des produits actuellement commercialisés sont concernés, précisent les autorités“.

    Somnolence, confusion, fatigue, rougeur du visage, démangeaisons …

    Dans ces conditions et dans l’attente des résultats des investigations en cours, " il est vivement recommandé d’éviter la consommation de produits de boulangerie contenant des quantités significatives de graines de pavot ". C’est tout particulièrement vrai " avant d’exercer une activité nécessitant une attention particulière (la conduite d’un véicule par exemple)". Ou encore pour les populations les plus à risque (femmes enceintes ou allaitantes, enfants, personnes ayant un risque de rétention urinaire et personnes à risque respiratoire).

    Que faut-il encore savoir quand on n’est pas un spécialiste de la codéine et de la morphine? Que l’exposition à de "telles teneurs en alcaloïdes" est susceptible de conduire "rapidement et pendant plusieurs heures" à des symptômes inquiétants: somnolence, confusion, fatigue, rougeur du visage, démangeaisons, bouche sèche, nausées, vomissements, constipation, rétention d’urine.

    Aussi les personnes qui viennent de consommer ces produits et qui présentent les symptômes précités sont invitées à contacter un Centre Antipoison en mentionnant cette consommation (coordonnées des Centres Antipoison et de toxicovigilance: http://www.centres-antipoison.net/). Et que faire en l’absence de symptômes dans les heures qui suivent la consommation de pains aux graines de pavot? Rien: il est inutile de s’inquiéter et de consulter un médecin.

    https://jeanyvesnau.com

    Ben, faut pas s'inquiéter? et, à la longue, au bout de plusieurs années de pain au pavot, il se passe quoi dans l'organisme?