Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Remplacer

  • Pour ceux qui n'ont pas de four: la pizza à la poêle

    La préparation de la pâte

    Pour la pizza à la poêle il y a deux manières de procéder. Soit on achète une pâte à pizza toute faite en supermarché mais vérifié qu'elle soit réalisée avec du beurre; méfiez-vous de la mention “avec du beurre frais“ qui ne veut rien dire. Le beurre, s'il n'est pas frais du frigo, cela devient de l'huile! (ou trouvez une pâte en pizzéria ou demandez de la pâte à pain à votre boulanger). On étale manuellement la pate sur une planche.

    Soit on fabrique soit même sa pâte à pizza. Dans ce cas, dans un récipient, on verse de la farine et de la levure de façon à ce que le mélange forme un petit tas au milieu duquel on perce un trou. On y verse des œufs, de l’huile d’olive et du sel.

    Puis on mélange tout cet ensemble à l’aide d’une spatule en bois ou pour une pâte bien homogène, passer le tout au mixer. Attention, la pâte ne doit être ni trop liquide (comme celle de la pâte à crêpe), ni trop sèche. En effet, il faut pouvoir étendre à la main la pâte obtenue. Toutefois, s’il s’avère que l’on a trop forcé sur le liquide, on peut faire l’impasse sur l’étirement de la pâte pour tout de suite la verser dans la poêle.

    La cuisson

    La cuisson de la pâte est une étape primordiale dans la réalisation d’une pizza à la poêle. Cela signifie que les garnitures doivent être déjà cuites au moment de les disposer sur la pâte. D’ailleurs, il en est de même pour la face de la pâte qui reçoit la garniture: elle doit être cuite.

    Pour ce faire, pendant que l’on étale la pâte à pizza, on met à chauffer une poêle en tôle de fer. Si vous l'avez bien “culottée“, elle n'attachera pas la pâte. Si vous utilisez une poële antiadhésive, c'est que vous n'avez pas lu mes dossiers contre les poisons en cuisine sur mon site:

    Vous pouvez préalablement huiler légèrement cette poêle. Une fois la pâte bien étalée, on la dispose sur la poêle et on recouvre celle-ci. On laisse cuire pendant une dizaine de minutes sur un feu doux. Pendant ce temps, la pâte va progressivement prendre du volume et la face contre la poêle va dorer.

    Au bout de 10 minutes, on retourne la pâte pour faire cuire l’autre face. Comme vous avez retourné la pâte comme une crêpe, elle se présente un peu cuite, (pendant que l’autre côté cuit), on étale la sauce tomate puis on place les garnitures. La pizza est définitivement cuite au bout de 10 autres minutes.

    Pour finir, il faut préciser que pizza au four et pizza à la poêle n’ont pas le même goût. Tout comme la pizza au feu de bois est, au niveau gustatif et aromatique, différente de celle cuite au four électrique ou à gaz. On ne peut dire laquelle de ces trois formules est le meilleur, car le goût est surtout une question de subjectivité.

    Cependant, si vous prenez la précaution d'éviter la poêle antiadhésive votre pizza aura le goût le plus rapproché qui soit de votre préférée.

    Pour la retourner, utiliser un plat très plat; ou bien, une autre poêle de même diamètre mais là, je trouve idiot d'avoir deux poêles de même diamètre… prenez une poêle d'un diamètre inférieur: genre 26 celle de la cuisson, 24 celle de retournement. Si vous prenez la taille au-dessus, vous risquez de glisser et faire dis-jointer l'ensemble et de tomber votre pizza.

    J'utilise cette méthode, fin de printemps, été et début automne car, dans ma villa, il fait très chaud durant cette période…. vous savez, ces nouvelles maisons qui doivent retenir la chaleur et ne pas la laisser sortir.

    Ma sauce tomate: je fais revenir des oignons bien bruns, je met une conserve de tomates du jardin, un morceau de sucre, du thym, du laurier, du romarin. Je ne sale pas car nous avons supprimé le sel supplémentaire depuis 28 ans; ma pate à pizza (faite maison) est raisonnablement salée.

    J'étale dans sur la pâte qui est retournée dans ma poêle et par-dessus, j'émiette une buchette de fromage de chèvre qui est l'un des fromages préférés de ma fille. Parfois, je saupoudre d'un peu d'origan bleu. Laisser cuire à feu doux au moins 10 minutes et servir chaud.

  • Crème de marrons (soupe)

    Récupération de restes.

    L'autre jour, ma fille m'a ramené des marrons grillés achetés dans le centre de Toulouse. Mais, ne sachant pas trop, elle en a acheté 500 g ce qui fait un peu trop. Car, les marrons grillés, c'est assez bourratifs.

    Nous en avons dégustés une bonne poignée mais il en restait pas mal!

    Que faire?

    Les mettre dans une grande casserole d'eau. Je les ai fait cuire une vingtaine de minutes à l'eau bouillante, je les ai égoutté, j'ai retiré la coque, pelés et coupés en deux.

    Mis dans le bol du mixer avec de la crème fraîche liquide et du lait; une fois bien moulinés, j'ai poivré, salé et fait chauffer dans une casserole sur feu moyen en tournant.

    Dans le bol à soupe, avec deux, trois croûtons grillés, un vrai régal…. bien roboratif.

    Avec un fruit, c'est passé comme une lettre à la poste (envoyer dans la BAL, c'est vite fait….mais le temps qu'elle arrive, ça, c'est la faute à certains).

     

  • Gardez tout!

    Image: boulettes maison, reste de poulet

    Les dates limites de consommation (chez moi, c'est avant les autres!) et autres

    DLC et DLUO: une distinction à connaître

    DL : Date Limite de Consommation pour les produits périssables. Sachez que certains produits comme les yaourts sont encore consommables après la DLC.

    Faites confiance à votre vue et odorat

    DLU : Date limite d’utilisation optimale. Elle est donnée à titre indicatif et indique qu’après cette date les qualités organoleptiques (odeur, goût, toucher, vue) du produit ne sont plus garanties mais qu’il reste consommable.

    Tout d’abord veillez à bien les laver.

    • Les fanes de carottes: des soupes et des galettes.
    • Les fanes de radis: sauce pesto (remplacez le basilic par les fanes), soupe (avec des pois cassés par exemple), houmous (à la place d’herbes aromatiques ou d’épice)
    • Les fanes de betterave : smoothies aux fruits (banane, ananas, amandes)
    • Les épluchures: délicieuse chips maison au four ou à l’huile.
    • Les écorces d’agrumes: à intégrer dans vos produits d’entretien maison

    Les restes comme le surplus de riz ou de pâtes, de salade, quelques tomates qui traînent : essayez de les combiner pour réaliser des plats très simples comme une salade “vide-ordures“, une quiche “mézytout“ ou des gratins, des légumes farcis. On peut aussi faire des boulettes, des galettes, rajouter dans des soupes.

    L’eau de cuisson

    Cette eau peut être réutilisée de diverses manières:

    • pour dégraisser les plats huileux
    • pour faire tremper la vaisselle trop grasse
    • pour arroser les plantes, une fois refroidie.

    Voir aussi mon site: www.tradi-cuisine.com

     

  • Haro sur les boîtes de soupe!

    Les soupes au potiron: Que valent-elles au point nutritionnel?

    Rédigé par 8 diététiciens et journalistes scientifiques qui ont analysé 800 aliments du supermarché: ceux qu'on peut acheter, et les faux aliments qu'il vaut mieux éviter de consommer régulièrement car ultra-transformés. Aujourd'hui, l'équipe se penche sur les soupes au potiron

    Le potiron, c'est de saison, et mieux vaut bien sûr l'acheter frais sur un marché ou auprès des producteurs, et le cuisiner à la maison. Mais si vous n'avez pas le temps, et qu'elle figure dans votre liste de courses, quel produit acheter ?

    2 faux aliments

    Chez Royco, on trouve un "Velouté potiron" avec 8,7% de légumes (dont potiron 3,1%), dont la composition fait peur, avec pas moins de 11 ACE* : amidon de pomme de terre, sirop de glucose, arômes, amidon de maïs, beurre en poudre, émulsifiant : E472e, graisse de poule (antioxydant : E310), stabilisants : E340 et E451, acidifiant : acide citrique, protéines de lait.

    C'est à peine mieux chez l'une des stars du rayon, le "Doux plaisir potiron et kiri" de Liebig n'est pas vraiment fréquentable. Parmi les ingrédients, 36% de légumes dont 18% de potiron, le reste étant constitué de carotte, oignon, pomme de terre, purée de tomates à base de concentré. La présence de pomme de terre est toujours un signal d'alerte car c'est un ingrédient pas cher, pas idéal sur le plan diététique, mais qui donne le change en apportant de la consistance.

    Les choses se gâtent un peu plus avec le kiri, un fromage industriel avec des ACE: protéines de lait, polyphosphates, phosphates et citrates de sodium, acide citrique. La soupe elle-même est enrichie en amidon transformé, arômes, glutamate de sodium. Le sucre, présent dans cette formule n'a rien à faire dans une soupe. A noter que cette soupe que nous déconseillons bénéficie d'une bonne note dans le Nutriscore adopté récemment en France! On croit rêver!

    Qu'est-ce qu'on mange alors?

    Le bon choix, c'est par exemple la soupe "Potiron lait de coco et citronnelle" de Green Shot: un peu moins de 42% de légumes (potiron-carotte), avec huile d'olive, lait de coco, citronnelle et gingembre. Ni ACE, ni additif, ni sel.

    ACE

    Aliments ultra-transformés

    C'est l'acronyme créé par LaNutrition pour désigner des “agents cosmétiques et économiques“.

    Il s'agit d'ingrédients qu'on ne trouve pas dans nos placards et que les industriels utilisent pour améliorer artificiellement la texture, l’aspect, la couleur, l’odeur, la saveur, la durée de conservation des aliments fabriqués, tout en réduisant le coût de leur fabrication. Parmi ces « agents cosmétiques », on trouve les 338 additifs autorisés en Europe mais aussi des arômes, du gluten, du lactose, du sirop de glucose-fructose, sirop de glucose, des protéines de lait, du lactosérum, de la maltodextrine, du dextrose, de l’extrait de malt d’orge, de la poudre d’épinards, de l’amidon de blé, des protéines de blé, de la poudre de blanc d’œuf, de l’extrait de levure, etc… Des ingrédients que vous n’avez pas chez vous mais que les industriels fabriquent à tour de bras et savent manier comme personne pour trouver la combinaison parfaite.

    La très grande majorité des agents cosmétiques sont d’origine naturelle et ne présentent aucun risque de toxicité. Aucun n’est forcément néfaste, mais tous sont des marqueurs de l’ultra-transformation. Chargés d'ACE et éloignés de l’aliment de base qui les compose, les aliments ultra-transformés doivent être consommés avec modération sous peine d’impacter votre santé. D’après les chercheurs en nutrition de l’université de Sao Paulo, Carlos Monteiro, Geoffrey Cannon et le chercheur français Anthony Fardet, “les aliments ultra-transformés ne devraient pas représenter plus de 15 % de nos calories“.

     

    Toulouse, toulousain, cuisine, recettes, nutrition, société, santé

     

     

     

     

     

  • L'art d'utiliser les restes de légumes (déjà cuits, of course)

    Galettes de légumes

    3 personnes

    L'art d'utiliser les restes de légumes (déjà cuits, of course)

    1 reste de purée ou de pommes de terre vapeur que vous écraserez, 1 reste de soupe aux légumes, 40 cl de lait

    Écrasez tous les légumes et versez le lait; Laissez bien s'imbiber et remuez.

    Formez des boulettes dans votre main farinée et aplatissez les.

    Faites-les frire dans une poêle 2 minutes de chaque côté. Vous pouvez décliner à l'infini cette recette en changeant les légumes.

    Si vous n'avez pas de restes à cuisiner, vous pouvez utiliser des légumes surgelés: ne les décongelez pas, mettez direct dans un peu d'eau, puis passez au mixeur.

    Si vous avez besoin d'épaissir: fécule de maïs, chapelure, sachet protéiné, sachet de purée lyophilisée: ce genre de purée est réalisé avec uniquement des pommes de terre dont on a retiré l'eau… donc, ce n'est pas trop “pourri“ de chimie…. vérifiez sur le paquet tout de même comme votre purée sachet est fabriquée.

    Perso, comme épaississant, j'utilise des protéines minceur (3,7 calories au 100 g et avec une grosse cuillère à soupe, c'est suffisant) ou de la lécithine de soja en poudre (très bonnes oméga 3) à trouver sur mon site

    lécithine, huiles essentielles, tisanes, thés, gélules, eaux florales, etc.....