Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cuisine Toulousaine et Occitane - Page 5

  • Le maraîcher se pend

    Le maraîcher se pend et les gendarmes verbalisent tout le village…

    Cela lève le cœur. Cela donne des envies de révolution.

    La personne qui témoigne, digne, dit tout.  Cela se passe à côté de Rennes, dans un village, dont nous ne saurons pas le nom. Le maire a demandé de ne pas exposer sa commune à l’ire du préfet… Je ne vois pas, quant à moi, l’intérêt d’un tel silence. Il est évident que le préfet est au courant et connaît les sentiments dudit maire… qui aurait été, ainsi que sa commune, bien plus protégé si on avait su le nom du village.

    On a honte. Honte d’être dans la France de Macron. Honte qu’il y ait eu tant de traîtres pour voter pour ce dictateur impitoyable qui déteste les Français de souche.

    Jamais une scène pareille ne se serait passée à la sortie d’une mosquée. Les nôtres sont de plus en plus méprisés, haïs, humiliés… traités comme des délinquants pendant que les véritables délinquants sont, eux, épargnés, relâchés… On se souviendra que ce sont peut-être les mêmes gendarmes, d’ailleurs, qui ont laissé la rave-partie à côté de Rennes se dérouler tranquillement tout le week-end…  Courageux avec les faibles, avec ceux qui respectent la loi, mais lâches avec les meutes islamisées ou d’antifas…

    La colère monte, monte…

    Christine Tasin

     

    Source

  • Propriétaires ou locataire: attention!

    Des jeunes -qui ont crié dans la rue devant la maison de Roland- se sont fait agresser de façon violente par la gauchiasse! en bas de l'article, quelques conseils pour vous défendre si l'on a squatté votre maison... c'est ce que je ferais si l'on m'"expulsait" de mon logement... à vous d'en trouver d'autres! sinon, puisque la loi est pour les pauvres, contre les "riches proprios", payez un pauvre pour qu'il le fasse à votre place: il risquera moins que vous!

    Et oui, même locataires, c'est déjà arrivé!

    En France, les squatteurs ont plus de droits que les propriétaires

    Propriété privée by belpo (CC BY-NC 2.0) — belpo, CC-BY

    Comment un citoyen peut-il investir ses économies dans l’immobilier si la loi ne lui permet pas de préserver son bien contre la spoliation, les dégradations et la voyoucratie?

    La négation de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen

    L’article 17 de la DDHC et les articles 544 & 545 du Code civil sont désormais allègrement ignorés, contournés, bafoués. Les récentes et de plus en plus fréquentes accaparations de logements par des squatteurs, en sont l’illustration la plus spectaculaire.

    Ce phénomène qui n’est pas récent, n’a pas été pris au sérieux par les gouvernements précédents. Malgré une médiatisation importante, l’aggravation actuelle n’incite pas le gouvernement, pas plus que les élus, à réagir pour régler ce problème grave. Ils se réfugient derrière la notion très magnanime de droit au logement pour trouver prétexte à ne pas expulser des individus qui volent impunément le bien d’autrui.

    Ce bien dont les propriétaires acquittent au trésor public des taxes foncières, des droits de cession ou de mutation permet d’abonder le grand tonneau sans fond permettant de payer des allocations de soutien social aux spoliateurs de logements.

    Ces squatteurs très bien renseignés par le site Internet "Guide juridique de l’occupant sans titre" s’organisent pour profiter gratuitement et pratiquement sans risque d’un logement et de son contenu, (un meublé gratuit !) pour une durée variable.

    En effet, si la loi prévoit un an d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende pour occupation illégale du bien d’autrui, cette sanction est très rarement appliquée car les prisons sont encombrées et les allocations perçues par les squatteurs sont insaisissables.

    Et quand la force publique est enfin requise après des mois de procédure, celle-ci est réticente à exécuter l’expulsion qui doit être suivie d’un relogement. Le "bon" squatteur préférera squatter un autre logement plutôt que devoir payer un loyer !

    Vers une "soviétisation" de la propriété?

    La loi du 3 janvier 1992 déclare que l’eau fait partie du bien commun de la nation. Cependant, l’article 641 du Code civil dispose que tout propriétaire dispose des eaux pluviales qui tombent sur son fonds, ainsi que des eaux de sources qui y sont nées.  Cet article du Code civil, modifié par une ordonnance du 18 septembre 2019 devrait s’imposer comme plus récent que la loi de 1992.

    Il n’empêche qu’un propriétaire qui veut créer une réserve collinaire sur ses terres pour collecter les eaux de ruissellement hivernales, régulant l’excédent qui provoque des crues dévastatrices, ne peut le faire sans "l’agrément" des services administratifs, eux-mêmes soumis à l’agrément des associations environnementalistes.

    Ainsi, l’opinion qui approuve sans réserve la collecte et la mise en réserve de l’eau qui tombe sur les toitures, s’offusque et s’oppose le plus souvent contre le stockage de celle qui tombe sur les champs.

    Ainsi, au prétexte que l’eau appartient à tout le monde, on préfère laisser partir à la mer une eau de pluie si précieuse qui pourrait, par l’irrigation, lutter contre les dégâts des sécheresses estivales, permettant de réguler les récoltes en quantité et en qualité pour le bien commun.

    L’eau, bien commun, ne doit plus être utilisée comme propriété individuelle, même si la finalité est le bénéfice commun!

    Les prospectives des conseils gouvernementaux vont plus loin

    Mais la réflexion pour collectiviser les biens privés n’a pas de limites. Si l’air est depuis longtemps considéré comme un bien commun, les limites de propriété étant difficiles à définir, et étroitement surveillées pour des questions de salubrité publique, il est aussi prétexte à taxation (CO2) et restrictions (vignette Crit’Air) qui sont autant d’atteintes à la libre disposition des biens privés.

    Les besoins budgétaires incitent les têtes pensantes des gouvernements à réfléchir sur de nouvelles mesures pour éponger la dette abyssale de la nation. Ainsi France Stratégie, think tank ayant succédé au commissariat au plan récemment régénéré par la nomination de François Bayrou, proposait en 2017 de:

    Rééquilibrer comptablement le bilan patrimonial de l’État, par la voie d’un transfert d’actifs depuis le bilan des agents économiques privés résidents […] L’État décrète qu’il devient copropriétaire de tous les terrains construits résidentiels, à hauteur d’une fraction fixée de leur valeur, et que ce nouveau droit de propriété est désormais incessible.

    Non seulement cette proposition envisage de spolier les propriétaires d’une partie du terrain qui supporte leurs constructions, mais elle ne propose aucune indemnité, en infraction totale avec l’article 545 du Code civil. Plus encore, elle envisage l’obligation du paiement d’un loyer annuel sur la partie du sol accaparée par l’État.

    Le propriétaire, qui s’acquitte déjà des taxes et impôts qui normalement donnent obligation à l’État d’apporter ses protection et garantie, devient locataire et les loyers impayés éventuels seront retenus lors de la future cession de l’immeuble.

    À l’issue d’un colloque organisé à l’Assemblée nationale le 27 novembre 2019 par les députés Dominique Potier, Jean-Michel Clément et Jean-Bernard Sempastous, un appel pour une nouvelle loi foncière a été signé par 17 organisations (collectivités territoriales, syndicats agricoles, ONG…). Parmi les neuf mesures proposées, figure en premier plan :

    Inscrire dans la loi le principe selon lequel le sol, comme les autres ressources naturelles, est un "élément du patrimoine commun de la Nation“.

    Cela aura-t-il comme conséquence la dépossession de leurs terres pour les propriétaires ruraux? Les bailleurs ruraux seront ils privés de leurs fermages? Les citadins pourront-ils accéder en tout temps et en tout lieu dans les champs agricoles, comme les seigneurs du Moyen Âge, pour des randonnées de loisirs sans avoir à répondre des dégâts aux récoltes?

    Une nationalisation masquée?

    L’État-providence se trouve confronté à une impossibilité mathématique. La production nationale ne suffit plus à équilibrer la masse monétaire qu’il distribue pour soutenir l’économie et aider les plus démunis à survivre. S’il continue à distribuer de l’argent qu’il n’a plus, il risque le défaut de remboursement de ses dettes; s’il cesse de soutenir l’économie et les citoyens, ce sera le chaos, puis la guerre civile.

    Comme il ne peut pas augmenter les impôts pour alimenter ses dépenses, pour rassurer ses créanciers il rééquilibre son bilan. Il regonfle son actif en s’accaparant les actifs de ses citoyens. Les actifs immobiliers ne pouvant se délocaliser sont les premiers visés. Il réalise ainsi un objectif progressiste d’égalité. Pourquoi des citoyens seraient-ils propriétaires et profiteraient d’une rente de situation

    Ce rééquilibrage ne tiendra qu’un temps: quand une société distribue plus qu’elle ne produit, la finalité est inéluctablement dans un premier temps l’appauvrissement, puis la faillite. Ainsi, les solutions envisagées vont dilapider en peu de temps des richesses ayant mis des générations à se construire. Un bien est -généralement- mieux entretenu par celui qui a peiné pour le construire ou l’acquérir que par celui qui l’utilise.

    Comme les solutions proposées ne règlent pas le problème de la production nationale et le déséquilibre de la balance commerciale, et que ce rééquilibrage de bilan ne sera que d’effet temporaire, quelles seront les prochaines propositions? Confisquer l’épargne des citoyens-fourmis pour la distribuer aux citoyens-cigales? Cela est déjà prévu par la loi Sapin 2…

    Il est temps de rétablir l’ordre et le respect d’autrui et de son bien

    L’Homme est ainsi fait qu’il préfère la carotte au bâton. Le citoyen qui peine chaque jour à produire de la richesse consent à partager le fruit de son travail par le biais de l’impôt. C’est ainsi que la société a progressé en confort, en justice sociale. Grâce à la démocratie, l’État se doit de garantir l’équité, la sécurité et la pérennité de la paix sociale.

    Mais on ne peut que constater chaque jour un peu plus la dégradation de ces critères. J’avais dénoncé dans un précédent billet la position ambiguë de l’État face aux dégradations et à son laxisme dans le maintien de l’ordre public.

    Comment un citoyen peut-il investir ses économies dans l’immobilier si la loi ne lui permet pas de préserver son bien contre la spoliation, les dégradations et la voyoucratie?

    Comment un paysan peut-il continuer à produire de la nourriture quand des individus s’attaquent à ses animaux, sabotent ses installations d’irrigation?

    Comment un commerçant peut-il exister quand à chaque manifestation son magasin est pillé, vandalisé, incendié?

    Comment le salarié peut-il continuer à se lever chaque matin pour aller travailler et payer par ses impôts les allocations sociales du voyou qui a brûlé sa voiture?

    La loi a imposé le soutien aux citoyens défavorisés, malchanceux, et c’est heureux. La majorité d’entre eux ont assez de sens civique pour respecter la loi et ses concitoyens. Mais la jurisprudence a supprimé tous les moyens de coercition efficace pour dissuader ceux d’entre eux qui se livrent à des actes inacceptables et destructeurs.

    On ne met plus en prison les délinquants même récidivistes, on laisse en liberté surveillée des individus dangereux qui peuvent égorger malgré le bracelet électronique, on ne peut pas diminuer ou supprimer les allocations ou subsides sociaux aux agresseurs, pilleurs de magasins ou brûleurs de voitures…

    Bref, si on est bénéficiaire de minimas sociaux, si on a peu ou rien, on peut voler, détruire, agresser… la punition est hypothétique! Si on n’a rien, on a tous les droits!

    Et malheur à celui qui, attaqué, a l’audace de se défendre… S’il prend le dessus, blesse ou tue son agresseur, tout sera fait pour lui retirer le bénéfice de la légitime défense et s’il a du bien, on le fera payer !

    Armand Paquereau

    papyrural.blog4ever....

     

    Si, on peut se défendre: par exemple, hurler devant la maison de l'avocat gauchiasse qui protège les squatteurs1 pour lui faire mauvaise image de marque devant ses voisins. Hurler plusieurs fois par jour, pas plus de 5 mn avant que la police n'intervienne et vous colle une contredanse et prendre soin d'hurler pas les mêmes jours et pas la même heure.

    Déjà, ces avocats de la gauchiasse seront plus modérés à défendre les squatteurs. D'ailleurs, vous pouvez faire la même chose devant votre propriété ou appartement squatté!

    1- on trouve des papiers à coller sur les vitres que le site en question vous indique de télécharger: il y a toujours le nom de l'avocat et son numéro de téléphone.

  • Saint-Valentin

    Geoffrey Chaucer et les origines littéraires de la Saint-Valentin

    Auteur: Jonathan Fruoco

    Chercheur associé au CEMA, Sorbonne Université, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières

    The Conversation France

    CC BY ND

    La Saint-Valentin est là et avec elle les éternelles questions relatives à ses origines. Tout le monde y va de sa théorie mais semble s’accorder sur le fait qu’à un moment donné un prêtre du nom de Valentin a violemment été mis à mort, cruelle augure pour une fête de l’amour!

    Remontons donc ensemble le temps de quelques siècles. La Saint-Valentin appartient depuis le Moyen Âge à une tradition poétique dite " valentine ", tradition où se mêlent les conventions héritées de l’amour courtois articulées autour d’une date bien précise, le 14 février. Avant d’être un phénomène sociologique fixe, la Saint Valentin a vu ses codes se formaliser progressivement, notamment grâce à l’œuvre d’un poète médiéval anglais, fort (mé)connu en France, Geoffrey Chaucer.

    Inutile de s’attarder plus longtemps sur l’association de la Saint Valentin avec les divinités de l’amour ou sur le fait qu’on ne sache pas précisément de quel Valentin nous parlons (il en existe au moins deux, un prêtre de Rome, un évêque de Terni, tous deux mis à mort). Contentons-nous de noter qu’au début des années 1380, Chaucer composa un poème narratif intitulé " Le Parlement des oiseaux " dans lequel des oiseaux justement se réunissent lors d’un parlement présidé par Nature le jour de la Saint-Valentin afin de choisir leur partenaire dans une douce ambiance printanière.

    Je vous vois d’ici penser:: “Le printemps en février," Et bien oui! La date du début du printemps n’était alors pas aussi clairement établie qu’elle ne l’est aujourd’hui et la tradition antique, notamment sous la plume de Pline l’Ancien, Ovide et Ptolémée, plaçait même son arrivée début février. La Rome et Grèce antique marquaient d’ailleurs les saisons à mi-chemin entre équinoxe et solstice, ce qui nous donnait alors le retour du printemps aux alentours du 6-9 février. De nombreux calendriers, en particulier ceux écrits en Angleterre dans les villes de Winchester et Durham entre les IXe au XIVe siècles, notaient d’ailleurs que février marquait la reprise de l’activité agricole et le retour du chant des oiseaux, et ce même si les livres d’heures associent très souvent février à un mois d’hiver (comme le montre l’illustration ci-contre).

    Chaucer s’inspira donc d’une tradition calendaire particulière et en regardant un calendrier en février, il n’aurait pas eu de mal à voir en Valentin un choix de patron idéal pour cette saison: retour du printemps, du chant des oiseaux et début de l’accouplement d’un grand nombre d’espèces (comme la grive draine, la corneille), tout semblait coller.

    Il n’inventa pas à proprement parler la tradition amoureuse associée à la Saint-Valentin (qui remonte au moins à l’Antiquité), mais il fixa en revanche sa date et l’articula, via son utilisation des oiseaux, avec les traditions populaires liées au printemps. Mais pourquoi le 14, Et bien, d’une part, parce que la date correspond aux estimations du début du printemps en Angleterre de son vivant. Et d’autre part, il faut avouer que les autres noms que l’on retrouve dans les calendriers anglais et les martyrologies entre le 7 et le 14 février ne se prêtaient pas vraiment à la poésie.

    Pourriez-vous imaginer offrir des chocolats à l’élu-e de votre cœur pour la Saint Austreberte le 10, Eulalia le 12 ou Eormenhilde le 13, Pas vraiment. Qui plus est, la Saint Valentin était alors suffisamment récente pour représenter aux yeux d’un poète un canevas blanc. Aucune légende populaire n’était véritablement attachée à ce jour précis (si ce n’est les récits des martyrologies sur la mort du Saint), ce qui en faisait la date et le patron idéal pour ce que Chaucer avait en tête.

    Même s’il n’invente pas complètement la totalité de cette fête, Chaucer semble bien être le premier avec "Le Parlement des oiseaux" à concentrer son attention sur cette tradition, à la rendre annuelle et à définir Saint Valentin comme patron des amoureux. Il insiste d’ailleurs sur l’importance de la cérémonie visant à unir les oiseaux, cérémonie qu’il décrit comme étant annuelle. Nature " pleine de grâce, invita chaque oiseau à prendre place, la même qu’ils occupent chaque année, se tenant là pour la Saint-Valentin " (v. 319-22).

    Chaucer définit de même les règles de cette célébration lorsqu’il fait dire à Nature: " Vous savez bien qu’à la Saint-Valentin, par mon statut et sous ma gouvernance, vous choisissez tous vos partenaires – et vous vous envolez suivant vos voies " (v. 386-9). Puis enfin, une fois la journée finie, Chaucer nous invite à célébrer le retour prochain de l’été: " Saint Valentin, toi si haut dans le ciel, ainsi les oiseaux ont pour toi chanté: bienvenu, été, dont le doux soleil, a le froid de l’hiver secoué " (v. 683-5).

    Chaucer définit donc clairement l’aspect traditionnel de cette cérémonie annuelle. Il y est explicite, et définit subtilement chaque aspect de la fête, ce qui tend à nous faire penser que la tradition n’avait alors rien de bien traditionnel. Ce poème nous donne l’impression que Chaucer définit et explique à son public ce qu’est la Saint-Valentin. La suite de détails fait donc du " Parlement " le premier poème valentin, ce qui a permis aux poèmes suivant (de Chaucer ou de ses continuateurs) d’être bien plus concis quant aux spécificités de cette fête.

    Chaucer et la suite des festivités

    Pour résumer donc, la relation entre Valentin et la fertilité n’est, en quelque sorte, que le résultat d’une coïncidence et résulterait essentiellement de la proximité de sa fête avec des pratiques agricoles ancestrales propres à février et visant à préparer la terre au retour de l’été.

    Chaucer fut néanmoins le premier à associer définitivement ces spécificités calendaires avec l’amour, les oiseaux à la date du 14 février. " Le Parlement des oiseaux " lui permit de définir les aspects de cette cérémonie. Une fois la chose faite, il put se permettre, en 1385 dans le prologue d’une " Complainte de Mars ", d’entrer directement dans le vif du sujet en invitant les oiseaux à chanter à " l’aube grise " (v. 1) avant d’ajouter: " Saint Valentin, un chant d’oiseau j’ouïs/en ce jour, avant le lever du soleil " (v. 13-4).

    Ce positionnement de la fête le 14 février, cet enthousiasme et cette célébration de l’été vient nuancer la dureté de l’hiver, qui touche bientôt à sa fin. Dans sa " Complainte ", Chaucer développe une histoire d’amour malheureuse entre Mars et Vénus, équilibrée par l’imagerie printanière du début du poème. Cet hiver du cœur au printemps est révélateur du génie de Chaucer. Dans le " Parlement des oiseaux " et la " Complainte de Mars " il déplaça purement et simplement une imagerie poétique printanière habituellement associée à avril ou mai en février, un choix d’autant plus percutant qu’il permit un contraste entre les deux saisons et donc entre leurs émotions respectives.

    Fabrice Rousselot

    Directeur de la rédaction

  • Il faut le savoir!

    Une étude publiée dans la revue Environmental Research rapporte que la pollution atmosphérique due aux combustibles fossiles serait la cause de plus de huit millions de morts prématurées en 2018, ce qui représente près de 20% de la mortalité adulte au niveau mondial. La Chine, l’Inde, le Bangladesh, l’Indonésie, le Japon et les États-Unis font partie des pays qui comptent le plus de victimes du phénomène.

    Des recherches antérieures ont d’ores et déjà montré que la pollution de l’air, dans le monde entier, raccourcit la vie des individus de plus de deux ans en moyenne. Aujourd’hui, les chiffres se font plus alarmants: une nouvelle étude révèle que les particules rejetées dans l’air par la combustion du pétrole, du gaz et surtout du charbon, sont responsables d’un quart ou plus de la mortalité dans une demi-douzaine de pays, tous localisés en Asie.

    Il ressort de ces nouvelles analyses que la durée de vie moyenne est réduite de 4,1 ans en Chine, de 3,9 ans en Inde et de 3,8 ans au Pakistan. Et dans certaines régions de ces pays, l’espérance de vie est réduite de deux fois plus ! En Europe, elle est raccourcie de huit mois en moyenne. Les scientifiques tirent la sonnette d’alarme: si les combustibles fossiles sont régulièrement pointés du doigt dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, leur impact direct sur la santé est, quant à lui, très peu mis en avant.

    Un bilan plus lourd qu’estimé auparavant

    Selon l’ Organisation mondiale de la santé, en 2016, on estimait à 4,2 millions le nombre de décès prématurés provoqués dans le monde par la pollution de l’air extérieur dans les zones urbaines, périurbaines et rurales. Cette même année, près de 600’000 enfants sont décédés d’infections aiguës des voies respiratoires inférieures, dues à la pollution de l’air. Outre l’air extérieur, la fumée domestique (issue de la cuisson des aliments, du chauffage et de l’éclairage de certains logements alimentés au fioul ou au charbon) représente un grave risque sanitaire pour environ 3 milliards de personnes. Une étude plus récente fournit des chiffres similaires.

    Mais ces estimations reposaient sur des données satellitaires et des observations de surface, visant à analyser les concentrations annuelles moyennes des particules PM2,5 — les particules fines en suspension dans l’air, dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres — qui sont les plus petites et les plus mortelles. Or, les données récoltées ne permettaient pas de distinguer les microparticules provenant des combustibles fossiles des microparticules provenant de poussières, d’incendies de forêts ou de brûlages agricoles.

    Pour obtenir des données plus précises, des chercheurs de Harvard se sont donc tournés vers GEOS-Chem, un système de modélisation 3D de chimie atmosphérique, qui permet de cartographier la surface de la Terre en zones de 50×60 kilomètres. "Au lieu de nous fier à des moyennes réparties sur de grandes régions, nous souhaitions déterminer précisément où se trouve la pollution et où vivent les gens, pour savoir ce qu’ils respirent", explique Karn Vohra, étudiant diplômé de l’Université de Birmingham et auteur principal de l’étude.

    Pour leurs estimations, les chercheurs ont par ailleurs intégré des données sur les émissions de dioxyde de carbone des secteurs d’activité clés (énergie, industries et transports), ainsi que des simulations des mouvements d’aérosols dans l’air fournies par le Global Modeling and Assimilation Office de la NASA. Ces données concernaient l’année 2012, lors de laquelle le phénomène El Niño — qui peut selon les régions aggraver ou diminuer la pollution de l’air — n’a eu que très peu d’influence. La combinaison des données de 2012 et 2018 de la Chine, un pays où la population et la pollution atmosphérique sont toutes deux très importantes, a donné aux chercheurs une image plus claire des taux d’émission mondiaux de combustibles fossiles en 2018.

    Des choix politiques fondamentaux

     

    Après avoir déterminé précisément les concentrations de PM2,5 issues de combustibles fossiles pour chaque zone du globe, les chercheurs devaient encore établir leur impact sur la santé humaine. Bien que l’on sache depuis des décennies que les particules en suspension dans l’air représentent un danger pour la santé publique, peu d’études épidémiologiques ont été menées pour quantifier les impacts sur la santé à des niveaux d’exposition très élevés, tels que ceux trouvés en Chine ou en Inde.

    Joel Schwartz, professeur d’épidémiologie environnementale à la Harvard TH Chan School of Public Health, et ses collaborateurs, ont donc développé un nouveau modèle d’évaluation des risques. Celui-ci a révélé un taux de mortalité plus élevé pour une exposition à long terme aux émissions de combustibles fossiles, y compris à des concentrations plus faibles. "Nous ne pouvons pas en toute conscience continuer à compter sur les combustibles fossiles, alors que nous savons que leurs effets sur la santé sont graves et qu’il existe des alternatives viables, plus propres", souligne Eloise Marais, du Département de géographie de l’University College London.

    Cette nouvelle étude souligne à quel point les décisions politiques actuelles sont déterminantes: les chercheurs ont notamment estimé que la décision de la Chine de réduire de près de moitié ses émissions de combustibles fossiles a sauvé 2,4 millions de vies dans le monde, dont 1,5 million en Chine, en 2018. " Nous espérons qu’en quantifiant les conséquences sur la santé de la combustion des combustibles fossiles, nous pourrons envoyer un message clair aux décideurs et aux parties prenantes sur les avantages d’une transition vers des sources d’énergie alternatives", conclut Joël Schwartz.

    Par rapport aux autres causes de décès prématuré, la pollution de l’air tue chaque année 19 fois plus de personnes que le paludisme, 9 fois plus que le VIH et 3 fois plus que l’alcool. Les maladies coronariennes et les accidents vasculaires cérébraux sont à l’origine de près de la moitié de ces décès; les maladies pulmonaires et d’autres maladies non transmissibles, telles que le diabète et l’hypertension artérielle, constituent la majeure partie du reste.

    Source: Environmental Research, K. Vohra et al