Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cuisine Toulousaine et Occitane - Page 5

  • La bière à la chocolatine

    Une insulte à nos icônes gastronomiques

    Fabriquée avec des viennoiseries invendues, la bière à la chocolatine bientôt commercialisée

    Le Hopscotch Pub and Brewery et la brasserie Ice Breaker Brewing se sont associés pour créer une bière brune à la chocolatine.

    Hé, pourquoi tu n'a pas un nom en bon Francoys??? on n'est plus en France, mec?

    La commercialisation de la Nothing Toulouse est prévue au cours du mois d'avril 2020.

    Bière à la chocolatine ou bière au pain au chocolat ? Le débat est lancé. Ses créateurs, le Hopscotch Pub & Brewery de Toulouse et la brasserie Ice Breaker Brewing, située à Montrabé (Haute-Garonne), ont tranché. Leur drôle de breuvage, intitulé Nothing Toulouse, sera une bière à la chocolatine!

    Une commercialisation sur Internet à partir d’avril 2020

    La Nothing Toulouse n’est pas une nouveauté. Le Hopscotch Pub & Brewery l’avait déjà proposé à la dégustation en 2019, à l’occasion de la coupe du monde de la chocolatine. Le succès de cette bière a encouragé les brasseurs à poursuivre l’expérience… de manière légèrement différente, comme l’explique Anne-Sophie Bigot, co-fondatrice de Ice Breaker Brewing.

    Les premiers brassins de Nothing Toulouse tiraient à plus de 10°. C’était une véritable bière de dégustation. Avec la commercialisation à venir et la mise en bouteille de 33 cl, le degré d’alcool devrait se situer entre 5 et 7°.

    Une baisse du degré d’alcool qui permettra de boire plus facilement cette bière brune, courant avril 2020, date de la commercialisation du produit. "La Nothing Toulouse sera vendue sur le site Internet de Ice Breaker Brewing. Quelques caves à bières pourraient également la proposer", indique Anne-Sophie Bigot, sans préciser les établissements concernés.

    “Cela n’a rien à voir avec la Guiness", une autre célèbre bière brune. (Pas du tout française) Niveau goût, on devrait retrouver des notes chocolatées, de noisettes et de pain grillé. À la dégustation, la Nothing Toulouse (nan, choisi un nom de par ici, espèce de fashion victime inculte!) se veut onctueuse:

    On obtient ce résultat grâce à la présence de lactose. Attention, ce n’est pas du lait, c’est seulement le sucre contenu dans le lait. Ensuite, pour donner ce goût de viennoiserie, on ne met pas directement des chocolatines dans la cuve. Cela nuirait au brassage. On les fait d’abord sécher, puis, on en extrait un "sirop" que l’on mélange à la bière. Cela nous a pris des mois pour trouver le bon système.

    Toutes les chocolatines utilisées sont des invendues qui viennent de boulangeries situées dans la Ville rose. En attendant la commercialisation de cette bière insolite, les brasseurs planchent déjà sur de nouveaux projets encore secrets.

    Quand on sait que le Hopscotch Pub & Brewery a déjà inventé une bière au cassoulet, les futurs arômes s’annoncent particuliers. Non, mais je rêve!

    Ben, tu parle Français en France pour commencer, et on verra si on goûte ta bière, macaniche! mais, d'avance, j'ai pas envie de dégueul...

    Plus il y a de crétins en France, plus on cauchemarde!

    Je peux pas m'habituer à la conn... humaine... j'ai plus la force!

    Avec les viennoiseries non vendues, avant, on faisait du pouding!

     

  • Tout un poème!

    Photo: dans un parc à Milan

    TEXTE DE STÉPHANE LAPORTE (canadien, je suppose)

    On est samedi. Et il fait beau. Le printemps parcourt la ville : " Mais où sont-ils? Mais où sont-ils? Normalement, ces Québécois sont tellement intenses, tellement heureux de me voir, que même s’il fait encore froid, au premier rayon de soleil, ils enlèvent leurs gros manteaux, et sortent en t-shirt et en jupe, pour remplir les terrasses. " Personne nulle part. C’est effrayant. Le printemps angoisse.

    Finalement, il voit une vieille dame sortir sur son balcon. Il s’approche d’elle. La vieille dame recule:

    " Ne m’approchez pas, malheureux! Vous ne connaissez pas la consigne?

    – Quelle consigne?

    – Il faut se tenir à au moins un mètre de moi.

    – Pourquoi? Vous êtes malade?

    – Je ne sais pas.

    – Vous vous sentez bien?

    – Oui.

    – Alors laissez-moi vous embrasser!

    – Surtout pas! Vous êtes qui d’abord, vous, monsieur!?

    – Je suis le printemps! "

    Et le printemps fait une pirouette. Puis il enchaîne :

    " Vous me connaissez, sûrement!

    – Si je vous connais? Ça, c’est certain. Ça fait longtemps que je vous connais, à part ça! J’ai 80 printemps, moi, monsieur!

    – Raison de plus pour me faire un câlin!

    – Vous n’êtes vraiment pas au courant! Tombez-vous du ciel?

    – On peut dire ça, comme ça.

    – Vous n’avez pas Facebook, Instagram ou Twitter?

    – Non, mais j’ai les oiseaux.

    – Les oiseaux ne vous ont pas dit que sur toute la terre, il y a une grande pandémie? C’est le coronavirus. C’est très dangereux. Alors, pour ne pas le transmettre, on a annulé tous les rassemblements. On demande le confinement, surtout pour les personnes âgées, comme moi.

    – Ah! C’est pour ça qu’on dirait que la ville est fermée. Que personne n’est venu me chercher quand je suis arrivé.

    – On vous aime toujours autant, mais il faut rester isolé. Il ne faut rien propager et il ne faut rien attraper.

    – Je comprends tout. D’habitude, quand je viens ici, tout le monde est dehors.  Je me souviens, il n’y a pas si longtemps, il y avait plein de monde qui faisait du bruit avec des casseroles.

    – Ça, c’était en 2012, le printemps érable. En 2020, c’est le printemps misérable".

    Et la dame se met à pleurer. Le printemps veut se rapprocher d’elle, mais il se retient :

    " Ne pleurez pas madame. Ça va aller? Avez-vous le droit au moins, de sortir un peu, de vous promener?

    – Oui ça, on peut. Mais seule.

    –  Je vous promets que tous les jours, vous ne serez pas seule, je serai avec vous, quand vous ferez votre marche. Vous ne me verrez pas. Mais je serai là. Dans chaque feuille dans les arbres, dans chaque brin d’herbe, dans chaque rayon de soleil, dans chaque nuage blanc, dans chaque oiseau qui chante, dans chaque fleur qui renaît.

    Et quand je partirai, je dirai à l’été de vous accompagner, aussi. Il est tellement chaleureux, lui. Ça va bien aller. On peut tout arrêter. Sauf la vie. La vie ne s’arrête pas. La vie continue. Toujours. Et il faut tout faire pour continuer avec elle.

    Alors, faites ce qu’on vous dit, et l’année prochaine, je serai là, bien sûr, et vous serez là aussi. Et on pourra se sauter dans les bras".

    La dame fait un léger sourire. Quitte son balcon. Et rentre chez elle.

    Le printemps s’assoit dans le parc. Seul. Comme il ne l’a jamais été.

    Les temps seront durs. Mais le printemps restera.

    Les temps seront durs. Mais le printemps reviendra.

     

  • Cuisses de poulet épicées

    aux marrons d'Ardèche et tomates (cerise)

    Ingrédients

    4 cuisses de poulet fermier jaune; 15 tomates cerises; 1 gros oignon en cubes

    1 cuillère à café de persil; du thym frais

    500 g de marrons cuits en pot de verre: 2 cuillère à café de mélange 4 épices

    7 cl de miel liquide, 1 cuillère à café de cannelle

    Mélangez le miel, la cannelle, le persil et les 4 épices dans un bol. Badigeonnez généreusement les cuisses de poulet avec ce mélange.

    Déposez les cuisses dans une cocotte avec couvercle (les ustensiles doivent être compatibles avec la cuisson au four ou à chaleur tournante).

    Versez par-dessus le reste de miel et d'épices. Ajoutez l'oignon frit par ailleurs, le thym, salez et poivrez. Mélangez le tout, puis faites cuire à couvert dans le four préchauffé à 210°C pendant 50 minutes.

    Au bout des 50 minutes de cuisson, ajoutez les marrons et les tomates cerise, puis remettez le couvercle et poursuivez la cuisson pendant 25 minutes.

     

  • Tarte aux abricots

    1 pâte sablée; 500 g d’abricots dénoyautés coupés en deux ou en quartiers

    100 g de beurre fondu; 100 g de sucre en poudre

    1 œuf, du Sucre vanillé

    100 g de poudre d’amande

    Étalez votre pâte dans un moule à tarte chemisé au beurre fondu et sucre et préchauffez le four à 200°

    Dans un grand saladier, fouettez le beurre avec l’œuf, ajoutez le sucre et le sucre vanillé. Terminez le mélange avec la poudre d’amande.

    Répartissez les demi-abricots sur la tarte et versez l’appareil préparé précédemment. Enfournez pendant 30 minutes et laissez refroidir.

    Date limite de consommation: avant les autres! (j'adore cette expression).