Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cuisine Toulousaine et Occitane - Page 6

  • Faire des masques

    Méthode sans couture utilisant un bandana

    Matériaux

    • Un bandana (ou un carré de coton d'environ 510 mm sur 510 mm)
    • Un filtre à café ou une serviette en papier pliée
    • Des élastiques en caoutchouc (ou des élastiques à cheveux)
    • Des ciseaux (si vous découpez votre carré de coton)

    Instructions

    Étape 1. Découpez un filtre à café horizontalement, d'un côté à l'autre, au milieu. Conservez la partie supérieure avec la partie arrondie.

    Étape 2. Plier un bandana carré en deux.

    Étape 3. Placez la partie supérieure arrondie du filtre découpé au centre du bandana plié. Repliez vers le bas le haut du bandana sur le filtre, puis repliez vers le haut le bas du bandana sur le filtre.

    Étape 4. Insérez le tissu plié dans deux bandes élastiques ou attaches pour cheveux, placées à une distance d'environ 150 mm l'une de l'autre.

    Étape 5. Repliez les côtés vers le milieu, puis faites-les passer autour des élastiques ou des attaches.

    Étape 6. Placez les élastiques ou les attaches derrière les oreilles.

     

     

    Matériaux

    • Deux rectangles de tissu en coton de 255 mm sur 150 mm
    • Deux bandes élastiques de 150 mm (ou des élastiques, de la ficelle, des bandes de tissu ou des attaches pour cheveux)
    • Une aiguille et du fil (des épingles de sûreté ou une agrafeuse fonctionneront également)
    • Des ciseaux
    • Une machine à coudre (si disponible)

    Instructions

    Étape 1. Découpez 2 rectangles de coton de 255 mm sur 150 mm. Utilisez du coton à mailles serrées, comme du coton à matelasser ou des draps en coton. À la rigueur, un tissu de type T-shirt peut faire l'affaire. Superposez les 2 rectangles. Vous allez coudre le couvre-visage comme s'il s'agissait d'un seul morceau de tissu.

    Étape 2. Repliez les côtés longs et cousez un ourlet de 6 mm. Ensuite, repliez la double épaisseur de tissu sur les côtés courts et cousez un ourlet de 12 mm.

    Étape 3. Passez une bande élastique de 150 mm de longueur et de 3 mm de largeur dans l'ourlet le plus large de chaque côté du couvre-visage. Ce seront les boucles latérales du couvre-visage. Utilisez une grosse aiguille ou une pince à cheveux pour enfiler la bande élastique dans l'ourlet. Nouez les extrémités de chaque bande élastique pour en faire des boucles.

    Si vous n'avez pas de bande élastique, utilisez des élastiques pour cheveux ou des bandeaux élastiques. Si vous n'avez que de la ficelle, vous pouvez faire de longues attaches qui se noueront derrière la tête.

    Étape 4. Faites glisser la bande élastique jusqu'à ce que le nœud soit rentré dans l'ourlet. Plissez le tissu sur l'élastique et ajustez le couvre-visage pour qu'il s'adapte à votre visage. Ensuite, faites une petite couture sur l'élastique pour l'empêcher de bouger.

     

    Méthode sans couture à l'aide d'un T-shirt

    Matériaux

    • Un T-shirt
    • Des ciseaux

    Instructions

    Étape 1. Découpez un morceau mesurant 180 mm à 200 mm au bas du T-shirt.

    Étape 2. À partir de ce morceau de tissu, découpez un rectangle de 150 mm par 180 mm. Commencez à découper le tissu horizontalement depuis l'un des côtés les plus courts, en veillant à ce que l'espace soit égal entre la ligne de coupe et les extrémités longues du tissu. Vous obtiendrez ainsi un morceau de tissu forme de C. Découpez les cordons dans la partie la plus étroite du morceau de tissu en forme de C en coupant verticalement le long du pli du T-shirt. Vous obtiendrez ainsi 2 ensembles de cordons.

    Étape 3. Attachez un ensemble de cordons autour de votre cou. Attachez ensuite l'autre ensemble de cordons sur le dessus de votre tête en faisant passer les cordons le long des joues et au-dessus des oreilles.

     

  • Le cerveau ne se nourrit pas que de glucose

    Les nombreuses recherches notamment sur le jeûne et le régime cétogène ont bousculé le dogme selon lequel le seul carburant du cerveau est le glucose. En effet, les cétones, qui sont produites quand le corps utilise les graisses comme source d’énergie principale ou lorsqu’il est en état de jeûne, seraient tout aussi capables d’alimenter le cerveau. Mieux encore, ce carburant alternatif serait plus rapidement disponible tout en produisant plus d’énergie que le glucose.

    L’alimentation occidentale, riche en glucides raffinés, aurait en réalité des effets délétères sur le cerveau en installant un terrain inflammatoire propice aux maladies neurologiques. Même si les recherches en sont qu’à leur début, les cétones seraient utiles pour traiter plusieurs troubles neurodégénératifs (Alzheimer, Parkinson, épilepsie) et plusieurs études pilotes l’ont confirmé en 2019.

    Leurs bénéfices pourraient s’expliquer notamment par leur action sur le stress oxydant et la modulation de la réponse inflammatoire.

    Des additifs tels que les émulsifiants de synthèse altèrent le fonctionnement du cerveau, selon une hypothèse exposée pour la première en 2015 par l’équipe du chercheur français Benoît Chassaing. Ces scientifiques avaient alors mis en évidence que ces additifs de synthèse induisaient une inflammation intestinale à bas bruit et des désordres métaboliques.

     En 2019, cette équipe est revenu à la charge avec une nouvelle étude évaluant l’impact de ces émulsifiants (carboxyméthylcellulose (CMC) et polysorbate 80 (P80)) sur le comportement de souris.

    La consommation d’émulsifiants s’est avérée causer des dégâts différents selon le sexe des souris. Les chercheurs ont observé des modifications du microbiote, induisant des troubles du comportement tels qu’une augmentation de l’anxiété chez les mâles et une altération des comportements sociaux chez les femelles. Des modifications dans l’expression de certains paramètres du cerveau ont aussi été observées par les chercheurs.

    Pour eux, les résultats obtenus laissent penser que certains désordres de la sphère psychologique et comportementale seraient provoqués par l’exposition chronique à des additifs alimentaires. Les émulsifiants, en provoquant l’apparition d’une dysbiose intestinale, seraient donc capables d’altérer le fonctionnement de l’axe intestin-cerveau.

    Si on se doutait que l’activité physique avait des effets positifs sur le cerveau, on sait désormais quel type de sport a plus d’impact sur la fonction cognitive. Les sports dits "cardio" ou d’endurance, tels que la marche, la course, la natation, la danse sont des activités d’intensité modérée pouvant être pratiquées durant une durée prolongée sans s’épuiser et qui semblent particulièrement intéressantes pour le cerveau.

    Une étude qui a enrôlé 132 participants pas vraiment sportifs a permis de montrer qu’une activité physique aérobie exercée 4 fois par semaine pendant 6 mois améliore la fonction cognitive. Et plus l’âge augmente et plus l’exercice confère une protection cognitive importante.

    De nombreux travaux récents ont établi un lien entre le microbiote intestinal et différentes maladies n’ayant pourtant rien à voir a priori avec les intestins, notamment l'autisme, l'anxiété, l'obésité, diabète de type 2, l’arthrose, la schizophrénie, la maladie de Parkinson et la maladie d'Alzheimer.

     Les mécanismes par lesquels le microbiote influence l'activité cérébrale et le comportement restent cependant encore mal définis. Selon certains chercheurs, les bactéries et les virus présents dans l'intestin affectent le système nerveux central par la production de métabolites (sous-produits moléculaires de leur activité). Dans leurs expériences, quatre métabolites ont été trouvés en faible quantité chez des souris sans microbiote provoquant une altération de leur réaction face à une situation menaçante (4).

    Une autre étude (5) sur la prise de probiotiques a permis des améliorations dans le microbiote (sans établir de lien de cause à effet), induisant:

    • La prolifération de certaines bonnes bactéries intestinales (bifidobactéries, lactobacilles, etcuillère) et la réduction des niveaux de cortisol (“l’hormone du stress") ainsi que des symptômes associés au syndrome de fragilité.
    • Dans certains cas, une réduction de la fatigue, de la tension nerveuse, de l’anxiété, de la confusion mentale et une augmentation de la vigilance, de la joie, de l’énergie ou de la mémoire verbale épisodique.
  • Plus de 40 ans que je n'en avais pas mangé!

    Lorsque ma fille était enfant, il m'arrivait d'en faire parfois, cela me rappelait l'enfance (c'est moi qui cuisinait dès l'âge de 10 ans); soit-disant que ma mère....

    Bref, en tant que pauvres, nous faisions toujours au moins cher. J'aimais beaucoup récupérer du pain rassis pour faire soit du pouding, soit du pain perdu... mais, le pain ne se perdait pas souvent chez nous.

    Hier, il me restait une demi-baguette de la veille que j'avais oublié de congeler. En fait, j'achète (tant pis, je leur fait une pub gratuite!) du pain au Géant Casino de Fenouillet: c'est un  pain dont les grains, AVANT la farine, n'ont pas été arrosés d'insecticide dans les silos.

    Ha, vous ne saviez pas??? les grains de blé et autres sont arrosés d'insecticides pour empêcher les souris et autres bestioles du genre de venir leur boulotter leur gagne-pain (c'est le cas de le dire). Donc, votre estomac, qu'est-ce-qu'il prend durant toute votre vie!

    J'ai lu l'étiquette de composition ce pain il y a une dizaine d'année et depuis, je n'achète que ce pain là... d'accord, vous allez chez votre artisan boulanger: oserez vous lui poser cette question: Monsieur, la farine de votre pain est-elle arrosée de pesticide?

    Donc, avec cette demi-baguette, j'ai fais du pain perdu:

    coupé le pain en tranches épaisses, battu deux œufs en omelette et dans le saladier, rajouté de la cannelle et un grand doigt de gin -mais vous pouvez utiliser l’alcool que vous voulez -sauf si vous faites le pain perdu pour des enfants. Nous, autrefois, on rajoutait de l'eau de fleurs d'oranger... sauf, que de nos jours, elle n'a aucun goût, because ils utilisent les fleurs pour faire de l'huile essentielle de fleurs d'oranger avant de distiller les fleurs pour en faire l'eau du même nom; résultat? elle n'a plus de goût.

    Même la bio, c'est du faux.... et, en plus, elle est mise en bouteilles plastiques: du faux de chez faux, je vous dis.... les artisans qui fabriquent la vraie eau de fleur oranger sont ultra rare.

    J'ai trempé le pain en le tournant et retournant dans le mélange; j'ai fais chauffer la poêle noire avec moitié beurre, moitié huile de pépin de raisin (elle n'a pas de goût et ne dénature pas celui du beurre)

    Après avoir fait rissoler mon pain de chaque côté, je l'ai posé sur une assiette creuse recouverte d'un papier absorbant et j'ai saupoudré chaque tranche de pépites de sucre.

    Pour faire des pépites de sucre, facile. Prenez quelques morceaux de sucre entiers, posez-les sur une surface plane et posez le dos d'un verre; écrabouillez le tout en conservant des morceaux plus gros que le sucre que vous obtenez en poudre.

    Halalà, cela m'a rappelé de vieux souvenirs d'enfance! Ma fille et moi, on a décidé de recommencer d'en faire plus souvent!