Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cuisine Toulousaine et Occitane - Page 7

  • Si vous n'avez pas de four… un gâteau quand même

    Gâteau au chocolat et aux petits-beurre

    Pour un maximum de gourmands

    1 paquet de biscuits petits-beurre les vrais de vrais; 1 ou 2 tasses de café bien fort (si vous continuez toujours de faire votre café dans des machines avec des tuyaux de plastiques, je ne peux plus rien pour vous!).

    200 g de chocolat pâtissier: choisissez le plus fort en cacao: 1 boîte de lait concentré sucré ou non, cela dépend de votre tour de taille et votre taux de glycémie…

    Faites fondre le chocolat coupés en morceaux au bain-marie puis une fois un peu refroidi, mélangez-le au lait concentré sucré ou non, pour former une sorte de ganache.

    Trempez les petits-beurre dans le café et disposez-les dans un moule à cake. C'est un moule long et rectangulaire: prenez un moule en verre ou en céramique, beurrez et farinez-le

    Étalez la ganache au chocolat sur les petits-beurre et renouvelez l’opération petits-beurre / ganache.

    Mettez le moule-cake au congélateur au minimum 3 heures.

    Démoulez-le et réservez au frais jusqu’à complète décongélation.

    Pour mieux démoulez, essayez de passez un couteau à lame chaude (trempée dans de l'eau bouillante) entre le moule et le cake puis renversez sur une assiette ou un ravier -c'est un plat oblongue. Prenez un torchon propre pour protéger vos mains du froid du congélo.

    Tapez le fond du moule avec vos mains au-dessus de l'assiette.

    Si vous ne voulez pas le sortir du moule, attention, si le moule est en céramique, vous devrez utiliser un couteau en nylon (mais le nylon, c'est pas très bon pour la santé, donc, à utiliser avec componction)

    .

  • Quels sont nos besoins en protéines?

    Les apports recommandés sont estimés à 10 à 15% de la ration calorique totale avec un minimum de 70 g par jour pour un homme et de 60 g par jour pour une femme, sachant que la moitié doit être apportée par des protéines animales.

    Les signes cliniques d'un apport insuffisant de protéines sont:

    - une fonte de la masse musculaire,

    - une diminution de la résistance aux infections,

     - une grande fatigue physique, psychique et sexuelle,

     - une modification du comportement social,

    - un blocage de la synthèse des anticorps et un arrêt du processus de la cicatrisation.

    Mais attention à la consommation excessive de protéines qui favorise la production de déchets organiques tels que l'urée et l'acide urique (responsable des crises de goutte). Ceci pourrait engendrer sur le long terme, une fatigue des reins.

     De plus, les protéines animales étant pour la plupart souvent accompagnées de graisses animales et de cholestérol (ex: viande, œuf, fromage…). Une consommation abusive de ces produits pourrait également augmenter les risques de maladies cardio-vasculaires.

    Cependant, sachez qu'une consommation quasi exclusive en protéines (ex: diète protéinée sans suivi médical ou trop longtemps suivie) entraîne un déséquilibre alimentaire (manque de glucides, d'acides gras essentiels, de minéraux, vitamines…) à l'origine de certains effets secondaires graves tels que:

    - troubles digestifs (nausées, vomissement, douleurs abdominales, diarrhées, constipation…),

    - taux d'acide urique élevé, crise de goutte,

    - malaise hypoglycémique,

    - perte de cheveux, sécheresse de la peau,

    - difficultés de concentration, maux de tête,

     - crampes musculaires.

     

  • Parce que c'est la saison....

    ... et très facile à faire

    Prenez des mandarines bio, surtout!!!

    Les fruits et légumes bio doivent AUSSI être lavés avant utilisation.

    Liqueur de mandarine

    4 mandarines, 1/2 litre de rhum, 125 g de sucre, un peu d'eau

    Lavez les mandarines, prélevez les zestes à l'aide d'un couteau éplucheur. Pressez leur jus. Le verser dans un bocal avec les zestes et le rhum.

    Fermez, laisser macérer 1 mois.

    Passé ce temps filtrer soigneusement la préparation.

    Faites fondre le sucre dans un peu d'eau. Le mélanger à l'alcool de mandarines. Versez en bouteilles.

    Il faut attendre 15 jours avant de pouvoir déguster.

     

  • C'est being vrai, ça!

    Hauts-de-Seine: le patron d'un restaurant propose un “stage de pénibilité” aux cheminots

    Par Auteur valeursactuelles.com

    Excédé par le mouvement social qui lui fait perdre de l’argent, cet entrepreneur cherche également à échanger son établissement contre un poste à la RATP.

    Il a dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas.

    Sur Le Bon Coin et son compte Facebook, un restaurateur de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) a passé une annonce pour le moins particulière à l’attention des grévistes, rapporte notamment Ouest-France. Excédé par le mouvement social qui lui fait perdre de l’argent, il leur propose ironiquement de venir effectuer un "stage rémunéré de sensibilisation à la pénibilité".

    Sur le même sujet SNCF: pour les cheminots, une salle de détente “accessible au mérite”

    "Viens faire un stage chez moi, tu pourras parler de pénibilité"

    Dans un message publié sur le compte Facebook de son restaurant, le dénommé Mathias Danjou donne sa vision de la pénibilité aux cheminots qui la revendiquent tous les jours.

    Pour lui, la pénibilité, c’est "une perte de 20 000 euros de chiffre d’affaires à cause de personnes qui paralysent un pays", c’est aussi "lorsque tes salariés dorment sur leur lieu de travail" ou qu’ils "se lèvent à 4h30 du matin pour ne pas être en retard", mais aussi "lorsque tes salariés, qui font déjà un bon 50 heures par semaine (chose que toi ami cheminot ne vivra jamais) continuent de perdre leur temps par ta faute".

    "Donc viens faire un stage chez moi, tu pourras alors parler de pénibilité cher ami cheminot", conclut le restaurateur qui indique qu’il "[le] paierait".

    Dans le même temps, Mathias Danjou a publié cette annonce, sur le même ton, sur la plateforme Le Bon Coin: "Recherche des cheminots grévistes pour stage rémunéré de sensibilisation à la pénibilité".

    Interrogé par le site Actu.fr, l’homme se dit, plus sérieusement, "révolté" par un mouvement qu’il ne juge "pas légitime".

    A la suite de la chute de son chiffre d’affaires, il a d’ailleurs dû cesser de se verser son salaire et retarder le règlement de ses fournisseurs afin de pouvoir continuer à payer ses salariés.