Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2017

Le musée de l'Affiche fait peau neuve, et ça vaut le détour

Le musée de l'Affiche de Toulouse (Matou) rouvre ses portes au public vendredi 21 avril 2017, après deux ans de fermeture et des mois de travaux, dans un quartier en ébullition.

Le Musée de l'affiche de Toulouse rouvre ses portes après deux ans de fermeture.

C’est un espace complètement rénové que le public pourra découvrir dans le quartier Saint-Cyprien, à Toulouse, dès le vendredi 21 avril : l’ancien centre de l’Affiche (Cat) est devenu Musée de l’affiche de Toulouse (Matou).

Accès par les allées Charles de Fitte

Près de deux ans de travaux ont été nécessaires pour donner naissance au nouveau Matou, seul musée français entièrement dédié à l’affiche. Et les changements se voient dès l’extérieur: désormais, l’accès au musée de l’affiche se fait en effet par les allées Charles de Fitte. "C’était l’un des enjeux de cette rénovation", estime Jérémie Harter, l’architecte en charge du projet. "On voulait rouvrir le musée sur les allées, l’inscrire dans une logique de parcours, entre le métro et le musée des Abattoirs".

À l’intérieur, la boutique du Matou a été agrandie, puis prolongée par une galerie vitrée qui mène à une toute nouvelle salle d’exposition, plus vaste, à l’emplacement d’un ancien centre petite enfance qui jouxtait le musée jusqu’alors.

Pour exposer les affiches, nous avons opté pour des panneaux d’acier suspendus, explique Sonia Gaja, la directrice du Musée de l’affiche de Toulouse. C’est un système flexible qui permet de moduler l’espace selon les expositions. Et les panneaux d’acier brut permettent de se passer d’encadrement et d’avoir un contact direct avec l’affiche, comme si elle était collée dans la rue”.

 

aaabon.JPG

 

 

 

 

 

Plus de 700 000 euros de travaux

Les 793 360 euros de travaux ont été financés par la mairie de Toulouse. Pour François Grass, adjoint en charge de la culture, « ils ont permis de redécouvrir un lieu qui s’inscrit dans un quartier dédié à la culture avec les Abattoirs, l’espace Saint-Cyprien, le Château d’eau, le théâtre Garonne, ou encore le futur site culturel de la Grave ».

Les affiches de Roger Broders jusqu’en août

C’est l’artiste Roger Broders, affichiste spécialiste des chemins de fer Paris-Lyon-Méditerranée du début du XXe siècle qui étrenne la nouvelle mise en espace du Matou, et ce, jusqu’au 27 août. Trois expositions différentes devraient être organisées chaque année. Avec un fond de près de 20 000 affiches et plus de 200 000 documents, le nouveau Matou a encore beaucoup à faire découvrir…

Les affiches de l'artiste Roger Broders dans la toute nouvelle salle d'exposition.

Les affiches de l'artiste Roger Broders dans la toute nouvelle salle d'exposition (Photo :

Infos pratiques.

Musée de l’affiche, 58, allées Charles-de-Fitte, à Toulouse.

Tél : 05 81 917 917

Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h.

Plein tarif : 4 euros. Tarif réduit: 2 euros. A noter; la visite est à 2 euros pour tous entre midi et 13h30.

Première visite commentée, samedi 22 avril à 11h (3 euros).

 

19/04/2017

Histoire de salmis et de cansalade

Le salmis de palombe est un mets traditionnel de la région du Sud-Ouest préparé à partir des pigeons ramiers tués lors de la chasse à la palombe. D'autres gibiers peuvent être aussi cuisinés en salmis: la perdrix, le canard, le faisan, la bécasse, le lièvre ou le chevreuil.

À défaut de pouvoir faire cuire les palombes à la broche ou au grill, il faut les mettre à dorer dans l'huile d'olive. Le salmis se prépare dans une cocotte en faisant revenir deux gros oignons jaune haché et deux gousses d'ail, relevés de laurier et de thym.

S'y ajoutent les lardons de cansalade que l'on fait bien cuire à brun. L'ensemble est saupoudré d'une cuillère de farine afin de faire un roux. C'est alors que sont rajoutées les palombes, coupées en deux parfois, et le vin rouge. Le tout est mis à mijoter longuement et à tout petit feu.

Traditionnellement, ce mets s'accompagne d'un vin rouge tels que des Bordeaux, un Cahors, un Madiran, un Irouléguy, un Corbières, un Gaillac rouge, bien sûr.

Quand on déguste le salmis, il faut faire bien attention à ne pas croquer un plomb de chasse!

La cansalade (rappel) c'est de la ventrêche coupée en lardons. Les lardons, on les fait bien revenir à la poêle pour qu'ils rejettent leur gras. Surtout, mettez-les directement dans la poêle sans huile… sinon, vous devrez passer les lardons pour supprimer le gras (à mettre dans un bol et conserver pour une omelette, en cuisine, rien ne se perd!). On trouve de la cansalade roulée, c'est une sorte de gros saucisson. Achetez une tranche épaisse que vous couperez en gros cubes. Si vous la prenez plate, vous pourrez la couper en lanières plus fines.

En Occitanie, je vous l'affirme, la cansalade, plate ou roulée, n'est jamais de chez Jamais fumée; d'ailleurs, aucune charcuterie n'est fumée. Nos ancêtres avaient déjà compris que le fumage, cela donne les cancers gastriques.
Entre parenthèse, si vous voulez ne pas vous retrouver avec un cancer estomac ou intestins, je vous recommande DE NE PLUS JAMAIS CONSOMMER DE CHARCUTERIE FUMEE: en effet, il y a bien longtemps que les huttes de charbonniers ont cessé leur vie dans notre pays. Pour que toute la charcuterie soit fumée, il faut la tremper dans un bain de fumée qui n'est autre qu'un mélange chimique: bonjour les dégâts.

La cansalade, elle est très poivrée, avec du bon poivre “mignonette“!

Bon, c'est de la répèt, j'ai maintes fois abordé ce sujet.

 

 

Hélas, on n'en trouve plus: la sanquette

La sanquette (sanqueta en occitan) est une préparation culinaire de l'Occitanie, à base de sang. Elle est préparée au moment même de l'abattage de la volaille ou de l'agneau par une saignée.

Le sang est récupéré sous l'animal en remuant vigoureusement dans un récipient garni d'un peu de vinaigre pour ralentir la coagulation, d'ail, d'oignons doux, de persil frais haché, de morceaux de cansalade, de sel et de poivre. Une fois le sang caillé, la galette obtenue est frite à la poêle dans de l'huile d'olive (tournée, retournée, cela cuit très vite), puis consommée bien chaude.

À la manière de la " tue-cochon " ("la tuada") qui rassemble la famille, les amis, les voisins, la dégustation de la sanquette peut clore un travail d'abattage et de préparation en série.

La sanquette, comme le boudin, contient beaucoup de vitamine B12 qui est si bonne pour les neurones! (et oui!).

17/04/2017

Promotion de l'été

 

 

 

 

14/04/2017

Ligne TGV en 2024= signez la pétition, vite!

URGENT

 

https://tgv-toulouse.fr/?utm_source=sarbacane&utm_med...