Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cuisine Toulousaine et Occitane - Page 2

  • Dangers de certains végétaux

    On a vu que la peau des fruits et des légumes qui pouvait véhiculer de nombreux agents pathogènes mais il existe d’autres risques à prendre en considération.

    Tomates:

    les feuilles et branches sont très toxiques

    Les champignons:

    Attention, si vous les connaissez pas : DANGER ! Car de nombreux champignons toxiques ressemblent à leur voisin comestible.

    Comme par exemple, dans les champignons blancs à pied (amanite phalloïde ou amanite vireuse), la gyromitre (fausse morille), Galerina marginata qui est confondue avec la Pholiote qui pousse également sur le bois, plusieurs lépiotes sont toxiques voir mortelles, comme la lépiote brune alors que d’autres lépiotes comme la coulemelle sont parfaitement comestibles...

    Ramassez ceux que vous connaissez parfaitement mais dès que vous avez un doute, nous vous conseillons de les mettre dans des sacs séparés et d’aller à la pharmacie afin qu’un expert vous fasse le tri entre les comestibles, les mangeables mais pas très bons, ceux susceptibles de vous rendre malade et les MORTELS !

    Les baies ou petits fruits des arbres:

     Ils ont l’air d’être très appétissants mais ils ne sont pas tous comestibles. En effet certains fruits sont toxiques. Il est difficile de tous les nommer tellement la liste est longue. Il s’agit par exemple des baies de Laurier, Houx, Arum, Lierre, Chèvrefeuille, Fusain, Muguet de mai, Corroyère (mûres sauvages en forme d’étoile à 5 parties), Aucuba, Cornouiller, Tamier commun, Ginkgo biloba, Parisette, Cotonéaster, Belladone, Vigne vierge...

     Et de très nombreuses autres baies rouges ou noires. Si vous n’êtes pas certains que cela soit des mûres, myrtilles, cassis ou groseilles, abstenez-vous de les toucher ! Et si vous l’avez fait, lavez-vous bien les mains.

    Parallèlement, certaines baies comme celles d’épine-vinette ou vinetier sont toxiques (troubles digestifs) lorsqu'elles sont vertes mais parfaitement comestibles une fois mûres, elles sont alors rouge vif.

     De même, il faut se méfier du Sureau car ses baies sont délicieuses en jus ou en sirop mais ses branches, ses graines et ses racines contiennent du cyanure, tandis que ses fleurs et ses fruits, quand ils ne sont pas assez mûrs, peuvent contenir un alcaloïde toxique.

     

  • Bactérie tueuse: les oliviers et beaucoup d'autres encore

    Plusieurs oliviers atteints de la Xylella fastidiosa ont été recensés en France. Une bactérie qui contamine des branches entières de l'arbre. "La principale conséquence c'est que ces arbres positifs vont être arrachés bien sûr puisqu'il n'y a pas de traitement", décrit Laurent Lasne de la direction régionale de l'alimentation de l'agriculture et de la forêt de la région Paca. Pour les oléiculteurs des Alpes-Maritimes qui assurent près de 10% de la production française d'huile d'olive, l'arrachage systématique des arbres contaminés est une menace pour la filière.

    L'inquiétude des oléiculteurs

    "On est tout à fait conscients de la propagation par les insectes suceurs, il suffirait peut-être de mettre un système de volière avec un filet de protection autour et voir comment il va réagir", estime le responsable de la filière oléicole du département, Jean-Philippe Frère. Dès lundi 9 septembre, deux arbres malades devraient pourtant être abattus avec l'espoir de stopper la progression de la bactérie sur les oliviers français.

    C'est une bactérie potentiellement mortelle pour plus de 200 espèces végétales dans le monde, pour laquelle il n'existe pas de traitement curatif. Elle a été détectée pour la première fois en France en 2015 (en Corse-du-Sud), et fait l'objet d'une lutte internationale en Europe.

  • Faut-il laver ou éplucher les fruits et les légumes avant de les consommer?

    Photo ci-dessus: brunoise de légumes

     

    Bien sûr, même s'ils sont bio…. on ne sait pas la propreté des mains qui les ramassent ni dans quels cageots ils ont voyagé, sans compter sur les manipulations de mains sales qui tâtent ces derniers sur les étals.

    Afin d’enlever les micro-organismes issus de la terre ou du sable dans laquelle les légumes ont poussés, des bactéries pathogènes (Salmonella, Listeria...), des parasites comme par exemple le toxoplasme (véhiculé par les chats), responsable de la Toxoplasmose (maladie très dangereuse pour le fœtus), des traces de pesticides, fongicides ou herbicides utilisés dans l’agriculture, des germes amenés par toutes les personnes qui ont été en contact avec ces fruits ou ces légumes, sans compter les vers, les insectes, les saletés, la poussière..., il est fortement conseillé de laver les fruits et les légumes avant de les consommer. N'oubliez pas que si vos légumes viennent du jardin, il est impératif de les laver DANS LA DERNIERE EAU de rinçage avec une cuillère à café de vinaigre pour tuer les petites bêtes.

    Mais on dit également que leur peau, si elle se consomme, contient des vitamines, des minéraux et des antioxydants. Cette dernière contient également des fibres insolubles qui lorsqu'elles sont consommées en grande quantité, provoque des irritations du tube digestif.

    Alors comment le faire correctement? Lavage, brossage, épluchage?

    Dans la mesure du possible, il est préférable de ne pas éplucher les fruits et les légumes. Un bon lavage à l’eau potable avec brossage est suffisant. Sans savon mais par contre vous pouvez utiliser du bicarbonate de soude (1 cuillère à soupe pour 1 litre d’eau) ou du vinaigre blanc ou de pomme (1 tasse à thé de vinaigre pour 1 litre d’eau tiède), après environ 10 minutes de trempage, bien rincer et essuyer avec un torchon propre.

    Cependant, certains fruits sont fragiles comme par exemple les framboises. Il est donc déconseillé de les laver à grande eau mais plutôt directement dans une passoire (ou avec une douchette) juste avant de les consommer.

    Les 10 fruits et légumes les plus contaminés par les pesticides sont: les fraises, les épinards, les pêches et les nectarines, les pommes, les poires, le raisin, le céleri, les tomates, les poivrons et les pommes-de-terre.

    Pour tout cela, je vous conseille fortement de n'acheter que des fruits et légumes cultivés en France: vous serez sûr ainsi que l'eau d'arrosage est bien de l'eau de pluie et pas de l'eau des égouts non traitée: j'ai vu un reportage à la télé une fois qui parlait de tous ces fruits et légumes venant de pays d'Afrique où il n'y a pas d'eau! Rien que d'écrire cela, j'ai envie de vomir….

    Au réfrigérateur, on sépare les végétaux cuits des crus. On les prépare avant: lavés, épluchés et mis dans des boîtes hermétiques EN VERRE; seuls, les couvercles sont en plastiques et qui, cependant, ne doivent pas toucher vos végétaux.

    Les légumes cuits, restes de repas, sont également mis dans ces contenants en verre et consommés au maximum DANS LES TROIS JOURS… perso, je ne les garde pas plus de deux jours. Les fruits un peu trop mûrs ou gâtés doivent être récupérés en marmelade.

    Coupez en petits cubes, mettre dans une casserole émaillée ou inox avec un demi-verre d'eau, de la cannelle, de la noix muscade (selon le fruit) de la vanille en poudre, du sucre (ou non). On fait cuir jusqu'à ce que les fruits soient translucides: feu moyen sous surveillance constante, environ 6 à 8 mn.

  • Paupiettes de dinde

     

    Pour 4 personnes

    4 petites escalopes de dinde de 100 g,

    4 fines tranches de jambon blanc (environ 25 g chacune),

    100 g de champignons de Paris frais ou en conserve,

    1 oignon,

    1/2 verre de vin blanc sec (50 ml environ),

    1 verre d'eau ou bouillon maison (100 à 150 ml),

    persil, sel et poivre.

    Frottez les champignons avec du papier, hachez les pieds avec la moitié de l'oignon.

    Faites revenir ce hachis 5 à 6 min dans une poêle en tôle, légèrement huilée. Salez et poivrez.

    Sur chaque escalope, disposez une tranche de jambon puis la purée de champignons. Roulez le tout et ficelez.

    Faites revenir les paupiettes dans la poêle sans matière grasse. Coupez grossièrement le reste de l'oignon. Rajoutez le vin et l'eau. Salez et poivrez, laissez cuire 45 min à couvert.

    Ajoutez la tête des champignons, puis laissez mijoter encore 20 min.

     

    COMMENT NETTOYER LA POELE NOIRE EN FER

    Entretien quotidien, après chaque usage

    Une fois “culotée“ la poêle noire ne doit pas attacher. En fait, il ne faut JAMAIS la mettre dans de l'eau savonneuse ni, bien sûr, dans le lave vaisselle.

    Faites-tremper à l'eau très chaude, passez une éponge (qui a été essorée à l'eau très froide) et nettoyez la poêle normalement.

    Rincez à l'eau très, très chaude; séchez avec du papier absorbant: commencez d'abord par l'intérieur et faites l'extérieur. Posez votre poêle noir sur la gazinière l'envers pour brûler l'intérieur; ce qui “culotte“ encore plus et désinfecte la poêle (puisque vous ne l'avez jamais lavée avec du savon).

    Si vous avez une poêle peu sale, juste avec de la graisse ou huile, passez directement le papier absorbant; une fois cela fait, brûlez-la comme d'habitude… on n'est pas obligé-e de faire la première partie: eau et éponge.

     

  • Manger du raisin c'est raisonnable!

    Riche en sucres et énergétique, le raisin est l’un des fruits les plus riches en glucides (sucres): il en renferme 15 à 18 g aux 100 g en moyenne, à sa pleine maturité, mais ce taux peut atteindre 20 g, voire 22 ou 25% (alors que dans la plupart des fruits frais, il ne dépasse pas 12%). Ces glucides sont constitués de sucres simples, glucose et fructose à parts égales (d’autres glucides, comme le saccharose, ne sont présents qu’en très petites proportions).

    Il y a très peu de protides et lipides, comme c’est le cas dans la majorité des fruits. Ce sont donc les glucides qui fournissent l’essentiel du total énergétique du raisin: environ 72 cal. aux 100 g net, avec des extrêmes variant entre 60 et 80 cal, selon la teneur en sucres.

    Le raisin se situe parmi les fruits les plus caloriques, au même rang que la figue fraîche (seule, la banane le surpasse, avec environ 90 cal aux 100 g).

    Dans l’eau de constitution du raisin, qui représente plus de 80% du fruit, sont présents de nombreux éléments dissous, qui confèrent à ce fruit des qualités gustatives et nutritionnelles originales.

    Les acides organiques

    Il s’agit d’un mélange d’acide tartrique (acide organique naturel caractéristique du raisin) et d’acide malique, en quantités à peu près équivalentes, et de traces d’acide citrique et de quelques autres acides organiques plus rares (succinique, fumarique, etc...). Lorsque le raisin atteint sa pleine maturité, un équilibre harmonieux s’établit entre les taux de glucides et d’acides organiques. Ce sont ces derniers qui donnent au raisin une saveur rafraîchissante, qui compense agréablement sa saveur bien sucrée. Ils possèdent également une action légèrement stimulante sur les sécrétions digestives, ce qui facilite la bonne assimilation.

    Les pigments donnent au raisin sa couleur (jaune doré ou jaune vert pour le raisin “blanc“, pourpre ou violet foncé pour le raisin “noir“). Ils appartiennent au groupe des chlorophylles et des anthocyanes (ces derniers pour le raisin noir essentiellement). D’autres substances du groupe des polyphénols, apparentées aux tanins, confèrent au raisin une certaine astringence. Ces polyphénols, concentrés dans la pellicule du grain, sont plus abondants dans le raisin noir que dans le blanc.

    Pigments anthocyaniques et polyphénols (vitamine P) sont d’un réel intérêt nutritionnel, puisqu’ils ont une “activité vitamine C“ élevée. Ils augmentent en effet la résistance des parois des petits vaisseaux capillaires sanguins, et protègent ainsi le système vasculaire. Ils potentialisent également l’action de la vitamine C.

    Parmi les minéraux, c’est le potassium (sous forme surtout de bitartrate) qui domine largement, avec un taux de 250 mg aux 100 g. Le taux de sodium restant très bas (2 mg), il en résulte un rapport potassium/sodium élevé, ce qui confère au raisin des propriétés diurétiques.

    La teneur en fer varie selon les origines du raisin de l’ordre de 0,3 mg aux 100 g en moyenne, elle peut atteindre 0,5 g, voire 0,7 mg. Le raisin apporte des quantités non négligeables de phosphore, de magnésium, de calcium, ainsi que de nombreux oligo-éléments (cuivre, manganèse, iode, fluor, etc.).

    Dans le raisin, les vitamines du groupe B sont toutes bien représentées, en particulier les B1, B3 et B5. Leur taux varie avec le degré de maturité du raisin.

    La teneur en vitamine C (plus abondante dans la partie externe du grain) varie entre 4 et 10 mg aux 100 g. Malgré ce niveau relativement modeste, l’activité “vitaminique C“ du raisin est importante. En effet, grâce aux pigments anthocyaniques et aux polyphénols, la vitamine C de ce fruit est très bien utilisée par l’organisme.

    Cœur, cerveau, cancer, longévité... Son secret de santé: les polyphénols!

    Fruit le plus largement cultivé dans le monde, le raisin doit ses vertus santé essentiellement à trois familles de substances présentes dans sa peau et ses grains: les acides phénoliques, le resvératrol et les flavonoïdes (anthocyanines). Dans de nombreuses études épidémiologiques, le raisin a été associé à un risque moindre de maladies chroniques.

    Comment choisir et consommer les raisins pour en retirer le maximum de plaisir et de bénéfices santé? Le raisin est un fruit fragile, il faut en prendre soin après cueillette. Il se consomme rapidement, le plus souvent cru.

    Pour sélectionner les meilleures grappes, bien regarder les raisins: il faut que les grains soient fermes, non ridés et non tachés. Il faut veiller à ce que le fruit soit mûr, car une fois coupé il ne mûrit plus.

    La tige peut aussi être un bon indicateur: elle doit être verte, souple et cassante mais pas sèche.

    Parfois, on peut retrouver un voile blanc sur le fruit, nommé pruine, sous forme de petites paillettes de cire. La pruine protège le fruit de la chaleur, c’est un gage de fraîcheur, mais s’il n’y pas de pruine sur votre fruit cela ne signifie pas qu’il n’est pas frais.

    Le mieux pour en retirer le maximum de plaisir et de bénéfices est de le consommer dans la journée. Mais vous pouvez conserver le raisin environ 5 jours dans le bac à légumes du réfrigérateur emballé dans un sac en plastique. En revanche, pensez à sortir le raisin environ 30 minutes avant de le consommer afin d’optimiser ses saveurs.

    Pour manger du raisin cru, rien de plus facile, il vous suffit le laisser tremper quelques minutes dans de l'eau froide bicarbonatée et de l’égoutter. Si vous souhaitez prendre qu’une branche de la grappe, coupez celle-ci avec un ciseau pour que la coupe soit nette et éviter d’endommager le grain.

    Si vous souhaitez manger du raisin sans pépins, ouvrez le grain en deux et épépinez-le à l’aide d’un couteau pointu. Pour retirer la peau du raisin, il suffit de le passer quelques secondes dans de l’eau bouillante puis dans de l’eau froide, la peau s’enlèvera alors facilement avec un couteau. Mais, vous retirez de précieuses vitamines. Les graines peuvent aider un transit un peu aléatoire.

    Voir les gélules de marc de raisin dans mon site: www.biotine-sep.com

    En cuisine, raisin peut donner une touche sucrée à tous vos plats, crus ou cuits, sucrés ou salés. Il peut être poêlé, poché dans un sirop de sucre, de l’alcool ou tout simplement de l’eau, ou cuit au four entre 5 à 30 minutes en fonction de la texture désiré.

    Vous pouvez congeler quelques petits grains durant deux ou trois heures et les rajouter à un cocktail de fruits pour le rafraîchir