Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2015

Se soigner par des plantes: pas toujours ce que l'on croit!

L’effet placebo

L’effet placebo en lui-même est fascinant. Il existe de nombreux exemples de chirurgies pratiquées sans anesthésie, en utilisant l’effet placebo. On sait aussi suite à des expérimentations, que deux pilules de sucre font mieux qu’une seule pour guérir les ulcères gastriques. Les pilules roses sont plus efficaces que les bleues. Pour contrer certains maux, une injection d’eau saline fait mieux qu’une pilule de sucre, car la méthode est plus "dramatique" et suggère donc une efficacité accrue. Plus le rituel de traitement est élaboré, plus le placebo sera efficace.

Par ailleurs, le placebo sera plus efficace si on dit au patient qu’il coûte 10 €  l’unité, contrairement à celui qui vaut 2,50 €. Certaines opérations fantaisistes pratiquées aux genoux, et pour soulager les angines fonctionnent aussi. Le chirurgien pratique une petite incision et fait semblant de pratiquer une intervention alors qu’il n’en est rien ; mais le patient se sentira tout de même mieux ! Les grosses machines paraissant sophistiquées provoquent aussi leur effet placebo. Il existe aussi le phénomène du diagnostic-placebo. Si un médecin admet qu’il ignore pourquoi son patient a mal, ce dernier se sentira mieux deux semaines plus tard dans 39% des cas, mais s’il lui dit faussement qu’il se sentira mieux d’ici quelques jours, ce sera le cas pour 64% après deux semaines.

L’exemple le plus extrême d’effet placebo est une expérience menée par le Dr Stewart Wolf. Deux femmes souffraient de nausées et vomissements chroniques. Il leur dit avoir un traitement efficace et leur administra de l’ipecac par sonde gastrique ; les deux patientes virent leur état s’améliorer. À noter : l’ipecac est un vomitif !

Le problème avec l’effet placebo est qu’il permet aux vendeurs de thérapies "bidon "de faire croire que leurs produits sont efficaces, comme par exemple les substances homéopathiques, dont l’inventeur, Samuel Hahnemann est un Allemand. Sa théorie était que si on pouvait trouver une substance engendrant des symptômes similaires à une maladie déterminée, cette substance pourrait la guérir. Par exemple, il estima qu’après avoir ingéré une grosse dose de cinchona bark, il ressentait des symptômes qu’il attribuât à la malaria. Le deuxième volet de sa théorie, encore aujourd’hui au coeur de l’homéopathie, est que la dilution de cette substance en décuple les effets. Pour accomplir la dilution parfaite il faut frapper la fiole de verre contenant ladite substance sur une surface dure, mais élastique (comme une planche de bois recouverte d’un coussin de cuir rembourré de crin).

La dilution typique des produits homéopathiques est de 30CH, ce qui signifie que le produit final est une dilution par 1060 de la teinture mère. Imaginez une sphère d’eau dont le diamètre est la distance entre la terre et le soleil contenant une particule: c’est ça une partie par 1060! Tout ce qui reste est essentiellement une petite pilule de sucre. Certains diront que l’homéopathie fonctionne car ils ressentent du bien-être après un tel traitement. En fait, les deux explications à ce résultat sont l’effet placebo (que les homéopathes exploitent magistralement) et le retour à la moyenne (le moment où vous irez chez l’homéopathe est vraisemblablement celui où votre mal sera à son apogée, et ne pourra que diminuer par la suite).

Aucune étude méthodologiquement fiable n’a pu démontrer l’efficacité de l’homéopathie comparée à un placebo (voir la méta-analyse Shang et al dans The Lancet). Et notez que l’acupuncture entre dans cette catégorie. Pourtant cette industrie continue de perdure.

 

Les commentaires sont fermés.