Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2016

Les hommes et la viande

La viande est un des piliers du "repas gastronomique à la française" classé au patrimoine immatériel culturel de l’humanité par l’IUnesco.

La viande y tient une place qui joue le rôle de pierre angulaire de la culture française. Elle inspire l’esprit artistique de chacun dès qu’il s’agit de se faire plaisir, à soi, comme à ceux que l’on aime et que l’on reçoit à sa table.

Qu’ils soient chefs étoilés, cuisiniers du dimanche, mères et pères de famille pressés, adolescents en croissance, seniors et enfants … pour tous, la viande est toujours le rendez-vous attendu dans un repas: les recettes traditionnelles de nos régions et d’ailleurs, ou les plus récentes innovations culinaires sont toujours un moment de pur bonheur! Oublier la viande, c'est un non sens complet…

Depuis la préhistoire, l’Homme mange de la viande

Omnivore, il consomme des produits d’origine à la fois animale et végétale, ce qui permet de satisfaire ses besoins nutritionnels mais aussi élargit le champ des ressources consommables, ce qui lui assure une plus grande sécurité alimentaire, plus d’adaptabilité et d’autonomie.

La viande présente de nombreux intérêts… au cours des différentes étapes d’évolution de l’Homme, la consommation de viande a contribué au développement du cerveau de l’homme en lui apportant protéines et énergie et a nécessité la mise en place de stratégie de chasse, de découpe de l’animal, de partage de la viande.

Toutes ces activités ont favorisé "l’émergence de l’Homme sociétal et renforcé la cohésion du groupe". Avant d’être consommé, l’animal est découpé, préparé et accommodé selon des rites propres à chaque communauté. Sa consommation donne souvent lieu à des repas collectifs: "la viande est une force de cohésion grâce à laquelle se soudent les communautés“.

C’est pourquoi, manger de la viande n’est pas seulement un acte physiologique mais avant tout un acte socioculturel qui détermine et identifie les sociétés humaines". C'est pour cela que je n'arrive pas à comprendre ceux qui sont végétariens. Cela n'est pas bon d'en manger tous les jours et à tous les repas, on le sait bien. Mais, s'en priver totalement, cela me dépasse! Mais, qu'en plus, ils viennent vous interdire le foie gras, alors là, me voilà vent debout contre la bêtise crasse de ces crétins arrogants; au féminin pluriel: les crétines arrogantes!

 

 

  

Les commentaires sont fermés.