Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 8

  • Soupe à l'oignon

    Dans le sud-ouest, et notamment à Toulouse, il est une tradition que nous avons suivi longtemps, très longtemps.

    Longtemps après une longue nuit, au petit matin, les fêtards toulousains se cherchaient une petite brasserie encore ouverte pour déguster la tradi soupe à l'oignon, gratinée s'il vous plait… Je me souviens l'avoir suivie, cette tradition locale du temps où je sortais dans les discothèques et autres boîtes de nuit. Non, ce n'était pas dans l'Antiquité: je suis allée en boîte jusqu'à mes 56 ans: j'ai cessé lorsque ma maladie m'a empêchée de conduire. Bah, je pourrais encore conduire, une voiture adaptée. Millodioù: voiture adaptée! j'arrive pas à y penser ou l'écrire...

    Dans les années 70, il fallait faire la distinction: discothèque est une très grand boîte à danser, avec parfois une scène et un groupe, de la place pour 350 à 400 personnes; boîte de nuit, comme cela s'indique dans sa dénomination, une cave voûtée, en plein centre-ville où l'on logeait, très difficilement une centaine de personnes. Magnifiques, ces caves voûtées, avec la fameuse brique rose de Toulouse.... je passais mon temps à m’esbaudir de l'ingéniosité des gens qui avaient réalisé ces belles maisons toulousaines, belles, jusque dans la cave! Il est arrivé, un moment, où, connue comme le loup blanc, j'avais un passe-file dans 5 boîtes toulousaine, j'entrais sans payer... ils avaient remarqué que ma façon de danser entraînait tous les jeunes sur la piste! je mettais l'ambiance rien qu'en dansant!

    Une boîte de nuit, c'est de la musique très branchée, une place très rikiki pour danser… et certainement déjà de la drogue mais comme je n'ai jamais fumé ne serait-ce qu'un pétard, ce n'est pas le genre de chose que je recherchais quand j'entrais dans ce lieu magique où je me positionnais sur la piste de l'arrivée à la fermeture… d’où l'entrée gratuite, pratiquement pas de slow, ce qui m'arrangeait bien car, je dansais, dansais, dansais “jusqu'au bout de la nuit" comme on chante par chez nous (je ne citerai pas le nom du groupe toulousain, mais vous savez de qui je parle si vous n'avez plus la morve qui vous sort du nez).

    On ne buvait pas autant que font les jeunes car les entrées étaient toujours payantes pour les filles et quand on a un budget de 3 francs six sous de jeunes de l'époque, croyez-moi, une fois payée la boisson, y'avait plus de rond dans le porte-monnaie); et puis, boire à se rouler par terre, c'était pour les minables incultes qui ne savaient pas écrire son nom: nous, on était des gens bien et snobs: on ne se saoule jamais… rien à voir avec la manachaille  de 2015 que si tu lui refuse un portable à ses 5 ans, crie haut et fort aux mauvais traitement sur enfant et t'envoie directo sur les bancs de la correctionnelle.

    Nous, on se saoulait de danse, de bruits (la fièvre du samedi soir); nous, on rentabilisait au max les 8 ou 10 francs de l'entrée dans la boîte.

    Et au petit matin, avant de rentrer chacun chez soi, à pied, tout au long des 3 à 5 km qui nous séparaient de notre lit, on s'arrêtait dans un troquet pour déguster la soupe à l'oignon revigorante.

    Il a été prouvé, il y a quelques années que cette tradition culinaire ancienne remettait les yeux en face des trous de ceux qui avaient un peu bu et dansé tout la nuit: la soupe, ça réhydrate car l'alcool, tout au contraire, dessèche les cellules. Avec une eau Perrier, y'a pas mieux pour repartir comme en 40 sur le chemin du retour; le petit matin frais dans les rues de Toulouse, ça n'a pas de prix.

    Soupe gratinée à l'oignon

    A peu près pour 3

    125 g d'oignons jaune en cube; 60 g de graisse de canard; 1 cuillère de farine, sel, poivre, pain sec et/ou grillé, 200 à plus de fromage râpé*; 1 branchette de thym ou de romarin, chapelure ou pas; 1 litre de bouillon avec cube de volailles ou autres; quelques noisettes de beurre ou huile d'olive.

    Faites rissoler les oignons à bien brun, rajoutez la cuillère de farine et remuez bien sur feu moyen; versez le bouillon et faites cuire durant 10 mn à gros bouillon après avoir salé, poivré et ajouté une branchette de thym.

    Pendant que ça bout, allumez le four à très chaud, coupez le pain dans des bols ou terrines individuelles en terre, versez le bouillon sans le thym, bien sûr; saupoudrez de fromage râpé et la chapelure ensuite, arrosez filet huile d'olive ou disposez quelques noisettes de beurre et mettre à gratiner à 250 ou plus durant 10 mn'.

    Cela devrait vous caler jusqu'à la maison et votre lit douillet déjà occupé par Morphée.

    *quand j'étais môme, on disait: le fromage qui file, c'est plus long et plus facile à dire que gruyère râpé.

     

  • Le bon gras, c'est quoi?

    J'ai déjà indiqué dans le descriptif détaillé de mes recettes de la cuisine à l'ancienne qu'il ne faut pas succomber à la mode: en fait, il ne vous faut que 3 huiles pour votre cuisine: 1 huile d'olive de bonne extraction mais pour cuisiner, de l'huile de pépins de raisin, qui est neutre pour les frites, les beignets, le poisson, par exemple, et l'huile de noix ou de noisettes pour vos salades, uniquement pour les plats crus.

    Voici la preuve que je dis vrai:

    Les vertus du régime méditerranéen sur le cerveau, confirmés par une nouvelle étude

    Vanté pour ses bienfaits cardiovasculaires, le célèbre régime méditerranéen serait également bénéfique pour le cerveau. En effet, d’après une étude espagnole, une alimentation à base d'huile, de fruits, légumes et poissons permettrait de lutter contre les risques de déclin cognitif.

    Vanté pour ses bienfaits cardiovasculaires, le célèbre régime méditerranéen serait également bénéfique pour le cerveau. En effet, d’après une étude espagnole, une alimentation à base d'huile, de fruits, légumes et poissons permettrait de lutter contre les risques de déclin cognitif.

    Le régime méditerranéen serait aussi bon pour le cerveau que pour le cœur.

    Très récemment, une étude canadienne démontrait les bienfaits d’une alimentation saine sur le déclin cognitif. Dans le même registre, des scientifiques espagnols de l’Hospital Clinic de Barcelone (Espagne) ont cherché à prouver les effets du régime méditerranéen sur la santé mentale.

    Les antioxydants bénéfiques à la santé mentale

    Depuis les années 1980, de nombreuses études ont mis en lumière les bienfaits du régime méditerranéen ou crétois sur la santé. En fait, grâce aux antioxydants présents dans les fruits, légumes et l'huile d'olive, les effets du vieillissement cérébral et du déclin cognitif, ainsi que le processus de neurodégénérescence pourraient être retardés. Pour démonter cet effet, les chercheurs ont étudié 447 volontaires âgés de 55 à 80 ans en bonne santé, (sans toutefois être considérées obèses) mais plus à risque de développer une maladie cardio-vasculaire.

    Durant 4 ans, les participants ont été soumis de façon aléatoire à un régime méditerranéen comportant un apport supplémentaire d'un litre d'huile d'olive chaque semaine, ainsi qu'une ration de 30 g de noix quotidienne ou à un régime faible en matière grasse. Tous ont ensuite dû passer une série de tests neuropsychologiques à l'issue de l'étude.

    Leurs conclusions révèlent que les cobayes soumis au régime crétois obtenaient de meilleurs résultats, notamment sur la mémoire, que le groupe soumis au régime pauvre en graisse. Chez ce dernier, les scientifiques ont même pu observer une diminution des performances cognitives.

    Un régime à adopter à tout âge

    "Il n'est jamais trop tard pour changer votre régime alimentaire en vue d'améliorer votre santé", explique le Dr Emilio Ros, coauteur de l'étude et chercheur au Hospital Clinic de Barcelone (Espagne).  Une précédente étude, menée en mai 2013 sur le même groupe de volontaires, mais sans les suivre durant plusieurs années, avait constaté les mêmes effets sur le cerveau.

    Ces résultats sont surprenants et prometteurs, soulignent leurs auteurs, même si l'étude est basée sur un faible échantillon et n'établit pas de corrélation importante entre régime méditerranéen et déficience cognitive légère, l'un des signes précurseurs dans la maladie d'Alzheimer.

    Peu de viande dans le régime méditerranéen

    Le régime méditerranéen se caractérise essentiellement par une importante consommation de fruits, de légumes, de poissons, de légumineuses et de céréales. La principale source de matière grasse, l'huile d'olive, n'est pas proscrite, tout comme le vin rouge, à condition d'être ingérée avec modération. La consommation de viande rouge et de produits laitiers est, par contre, plus limitée (voir nos conseils pour limiter la consommation de viande rouge).

    Le régime méditerranéen répond d’ailleurs aux principales recommandations suggérées par le Programme national nutrition santé (PNNS). La diète méditerranéenne est également inscrite par l'UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité depuis 2010, tout comme la gastronomie française.

    Source : Mediterranean Diet and Age-Related Cognitive Decline, C. Valls-Pedret and al,  JAMA Internal Medicine, 11 mai 2015

    Donc, ce régime alimentaire (huile d’olive extra-vierge riche en antioxydants et de noix) améliore les capacités cognitives et la mémoire des personnes âgées. L’étude clinique, dont les résultats ont été publiés dans le JAMA Internal Medicine, montre effectivement qu’un régime alimentaire riche en légumes en en grains entiers et faible en aliments d’origine animale, comme la viande et le beurre, peut contrecarrer les effets du vieillissement sur la capacité du cerveau à fonctionner adéquatement.

    Il faut, surveiller son poids mais, certaines personnes devront travailler plus dur pour perdre du poids, selon une étude. Selon une croyance populaire, maigrir serait plus facile pour certains que pour d'autres. Une équipe de recherche l'a démontré au laboratoire pour la première fois.

    Les résultats renforcent l'idée que certaines personnes obèses devront peut-être faire plus d'efforts pour perdre du poids, à cause des différences métaboliques, indique un des chercheurs.

    Compte tenu du débat actuel sur le sport et son impact ou non sur la perte du poids, il est important de noter que l'étude en question s'est concentrée plutôt sur la restriction des calories.

    Les chercheurs ont travaillé avec 12 hommes et femmes obèses au Phoenix Epidemiology and Clinical Research Branch (PECRB), une division des National Institutes of Health aux États-Unis.

    Tout d'abord, le métabolisme de chaque participant a été quantifié à l'aide d'un calorimètre indirecte, outil qui collecte des échantillons d'air afin estimer les dépenses énergétiques d'un sujet. Ces dépenses sont calculées à partir d'une évaluation de la quantité d'oxygène consommé et de dioxyde de carbone produit.

    Les chercheurs ont évalué chaque participant à l'aide de cet outil après une journée de jeûne afin de déterminer leur métabolisme de base. Ils ont pris en compte l'âge, le sexe, la race et le poids de base de chacun.

    Ensuite, pendant six semaines, les participants ont suivi un régime qui réduisait de 50 pour cent la quantité de calories ingérées. En pension au PECRB, ils n'avaient aucune possibilité de tricher.

    Ceux dont le métabolisme avait baissé lors de la journée de jeûne ont perdu le moins de poids pendant le régime de six semaines, ce qui indique que certains avaient un métabolisme plus rapide que les autres.

    "Quand les personnes obèses diminuent leur consommation de nourriture, les réponses métaboliques varient énormément, et un métabolisme plus 'économe' contribuera éventuellement à une perte de poids moindre", indique Dr. Susanne Votruba, co-auteur de l'étude et chercheuse clinique au PECRB.

    À ce stade, cependant, les chercheurs ignorent si les individus sont nés avec leur métabolisme ou si l'allure de celui-ci peut évoluer avec les années.

    "Alors que des facteurs comportementaux, comme le respect d'un régime, influent sur la perte du poids dans une certaine mesure, notre étude indique que nous devrions prendre en compte un tableau plus large, y compris la physiologie de chacun", continue Dr. Votruba.

    L'étude a des incidences significatives pour le développement d'une approche personnalisée à la perte du poids, bien que de nouvelles études s'imposent afin de déterminer si ces différences biologiques sont innées, et pour comprendre les meilleurs moyens de lutter contre un métabolisme lent. Mais pour l'instant le Dr. Martin Reinhardt, un chercheur postdoctoral au PECRB et auteur principal de l'étude, est optimiste.

    "Les résultats renforcent l'idée que certaines personnes obèses devront peut-être faire plus d'efforts pour perdre du poids, à cause des différences métaboliques. Mais la biologie n'est pas le destin. Une alimentation équilibrée et de l'activité physique régulière sur la durée peuvent être très efficace dans la perte du poids", observe-t-il.

    L'étude a été publiée dans la revue Diabete

     

    huileenbulle.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Bœuf sauce au vin

    Il paraît que cela s'approche du Bœuf bourguignon... mais il se pourrait qu'ils nous aient copié... non, je plaisante: il est des recettes anciennes qui transcendent "les pays français"

    Pour 4 ou 5 il faut: 800 g à 1kg de veine grasse ou de premier talon (c'est plus fin que de la macreuse ou du jumeau mais, bon, faites avec ce que vous trouvez; Surtout, ne regardez plus jamais les étiquettes: la nouvelle dénomination est l'appellation des incultes: demandez bien les morceaux indiqués ci-dessus, vous ferez plaisir à votre boucher… notamment s'il a dépassé les 30 ans…

    100 g de cansalade roulée ou plate (n'oubliez pas: elle n'est jamais fumée!); deux cuillères à soupe de graisse de canard ou oie; 1 cuillère à soupe de farine de blé (ou poudre maïs ou fécule pomme de terre); le traditionnel bouquet garni (des branchettes thym et  feuilles laurier enveloppé d'une ou deux feuilles de poireaux et attaché avec la corde à rôti); 300 g de petits champignons de Paris; 2 gros oignons jaunes ou 150 g de petits oignons blancs, poivre mignonette, persil haché ou cerfeuil. Vous pouvez ne pas prendre des champignons mais de jolies carottes nouvelles. ½ l de vin de pays bien tanique (en cuisant, l'alcool disparait), du bouillon, environ deux verres. Et quand on a tout compris de la bonne cuisine mijotée à l'ancienne, on pense à rajouter deux ou plus, gros morceaux d'os à moelle.

    En général, on doit cuisiner chaque ingrédient un par un, comme je fais avec le cassoulet et à la fin, tout est ensemble dans la marmite

    Si vous avez eu la chance de récupérer une belle et grosse tranche de cansalade plate et fraîche (salée ou non), vous devrez la faire blanchir un peu pendant 10 mn (n'oubliez pas d'écumer); ensuite vous la ferez frire dans la graisse de canard.

    Dans votre cocotte en fonte (ou ce que vous avez ou la cocotte minute) faîtes roussir les oignons, les champignons (pensez à nettoyez le pied sableux)et les dés de cansalade (s'ils sont petits) puis, une fois bien revenus, sortez-les et mettez de côté. Dans la graisse restante, faire rissoler le bœuf coupé en gros cubes à feu vif; saupoudrez de farine et remuez bien 2 minutes puis, versez le vin et le bouillon, ajoutez le bouquet garni, le poivre et faire mijoter à feu doux 2 bonnes heures… si vous cuisez à la cocotte, cela va plus vite: 1 h seulement mais, vous n'ajoutez qu'1 verre de bouillon. En fait, le liquide doit couvrir juste la viande.

    Si vous rajoutez des carottes c'est le moment de les peler les carottes (ou grattez celles du jardin) et coupez en rondelles, en tronçons, en ce que vous voulez; 20 mn avant d'arrêter le mitonnage, rajoutez le mélange: oignons, champignons ou carottes, la cansalade.

    Servez saupoudré de persil haché. Vous accompagnez de riz, de blé ou de spaghettis, de macaroni ou de nouilles thaïlandaises: c'est mon ami Yoshi qui m'a appris que les nouilles de riz larges ne sont pas chinoises ou japonaises mais bien thaïlandaises. D'accord, ces nouilles ne sont pas dans la recette classique mais, cela change de riz (si mes aïeux ibères me voyaient, ils ne seraient pas contents!). C'est vrai, je fais honte à la partie espagnole de ma généalogie, je préfère les pâtes au riz. Désolée pour les Trans-pyrénéens.

     

    boeuf a l'ancienne.jpg

     

     

     

     

     

     

  • A vos moustiquaires! moi, c'est fait, et vous?

    Dengue et Chikungunya : Surveillance sanitaire renforcée en Haute-Garonne du 1er mai au 30 novembre 2015 annonce l’institut de veille sanitaire ce lundi. En cause : le moustique tigre.

    Le moustique Aedes albopictus ou moustique tigre, est implanté dans le département de la Haute-Garonne depuis 2012. Ce moustique est connu pour être un vecteur potentiel de maladies comme le Chikungunya ou la Dengue. Conséquence : les autorités sanitaires mettent en place une surveillance sanitaire renforcée dans tout le département.

    153 cas signalés en 2014 dans le département de Haute Garonne

    Le Chikungunya et la Dengue sont des maladies à déclaration obligatoire qui doivent être signalées partout en France métropolitaine en utilisant la fiche de notification adaptée. Néanmoins, pour certains départements de France métropolitaine dans lesquels le moustique tigre est implanté, comme la Haute-Garonne, un système de surveillance sanitaire renforcée des cas de Dengue et de Chikungunya est mis en place dans le but de détecter plus précocement les cas suspects revenant de zones endémiques et mettre en place rapidement les mesures de gestion pour éviter l’apparition de nouveaux cas indiquent les spécialistes de l’Institut de veille sanitaire.

    En 2014, en Haute-Garonne 153 signalements ont été adressés à l’ARS Midi-Pyrénées : 50 cas importés de chikungunya et 18 cas pour la dengue ont été confirmés positifs.