Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cuisines

  • Le bouillon cube

    Il est très utilisé pour donner du goût aux soupes, sauces, risottos et ragoût, le bouillon est un incontournable de la cuisine. Mais qui aujourd'hui prend encore le temps de faire son propre bouillon (moi!!!), alors qu’existe la "magie" des bouillons cube du supermarché. Une "magie" qui doit tout aux additifs: un agglomérat de sel, glutamate (un exhausteur de goût potentiellement toxique), sucres, arômes, graisses transformées… la liste est longue. Au total, moins de 10 % des ingrédients contenus dans les bouillons cubes sont peu transformés. Et les bouillons bio sont également concernés. Donc, les rayer définitivement de votre liste de courses.

    Oui, mais on fait comment à la place?

    Rajoutez beaucoup plus de liquide que dans la recette (quoi, il vous faut des recettes?) que vous suivez…

    Récupérez le bouillon du pot-au-feu, celui des légumes du couscous (fait maison), de la ratatouille, du poulet rôti ou encore des lentilles au lard et confit de canard, de la blanquette, des légumes que vous faites à la cocotte-minute (mettre de l'eau en bouteille), bref, toutes les recettes que vous mitonnez vous-même (et pas avec les cuiseurs de quelques genres qu'ils soient.... mauvaises cuisinières!!!)

    Versez dans des bacs à glaçons et les congeler. Vous n'aurez plus qu'à utiliser un ou deux glaçons ensuite dans vos préparations. Ou bien comme moi, j'achète uniquement des pots en verres (et seulement des boîtes de sardine ou pilchards car cela n'existe pas en verre) et je garde ces pots pour congeler mes bouillons. Juste penser à les sortir du congélo le matin pour la cuisine du soir.

    Hachez des herbes (persil, coriandre, menthe, ciboulette…), de l'ail, de l'oignon et ajoutez-y de l'huile et/ou des épices. Versez ces préparations dans des bacs à glaçons pour vous en servir plus tard pour cuire du riz, ou de la viande par exemple.

    Manger sainement, c'est manger des aliments vrais, peu transformés, principalement des végétaux, et les plus variés possible. Faites appel pour cela à des aliments bruts que vous préparez vous-même et ne venez pas me chanter que vous n'avez pas le temps. Quand je travaillais chez les patrons, je faisais des préparations à l'auto-cuiseur et, pendant que je regardais le film du soir à la télé, ma cocotte-minute faisait tout le boulot.

    Une fois la vapeur disparue (attention, ne retirez pas la soupape, laissez la vapeur mollement mourir et, pendant ce temps-là, votre plat continue de cuire avec la chaleur qui perdure plus de dix minutes, à rapprocher du temps de cuisson indiqué dans la recette. Bon, une recette, on la lit une première fois et ensuite, on laisse courir son imagination de bonne cuisinière…)

    Vous savez bien que la plupart des plats mitonnés sont meilleurs réchauffés! Même le cassoulet. Le bouillon de cassoulet, mais que c'est bon ensuite pour faire un rata de patates-carottes avec une rondelle d'osso-bucco ou un sauté de porc, de dinde…. et pour la soupe alors, juste chauffer du bouillon conservé, rajouter l'eau nécessaire à la quantité, monter en gros bouillons et verser sur du pain dur avec un jaune d'œuf (et le blanc dans le bouillon qui “bouille“ tout son saoûl en occitan: sadoul) avec râpé à profusion sans la soupière…

    Ou alors, utilisez le bouillon décongelé pour faire cuire de petites pâtes. Vous rajoutez un hachis de persil frais ou de l'ail haché et voili-voilà la bonne soupe maison, très, très saine et pas pleine de colorants et autres “saletés chimiques que vous avalez avec les préparations toutes pleines…

    Ben, se faire sa cuisine soi-même, c'est bon pour la santé… sauf, si vous avez la malchance d'avoir une susceptibilité génétique pour qu'une maladie auto-immune vienne vous casser la vie! mais, bon, manger sainement toute sa vie, faire du sport c'est vous donner la possibilité si vous avez après la cinquantaine la malchance d'être mangé par une maladie auto-immune de ne pas vous trouver en fauteuil roulant ou allongé pour le temps qu'il vous reste à vivre.

     

  • Pour accompagner les charcuteries et pendant le casse-croûte

    Fougasse aux fritons

    La Fougasse a la particularité d’être fortement relevée au poivre. Les chasseurs en consomment beaucoup avant les battues aux sangliers - ce qui en augmentait considérablement la production.

    La fougasse aux fritons (ou aux grattons) était généralement préparée en campagne, pour le jour où les paysans tuaient le cochon. Ils utilisaient les restes de saindoux, fritons ou ratons et portaient leurs fougasses au boulanger qui les faisait cuire dans le four communal. Le four communal, ça fait bien de dire cela.

    Mais c'est une explication qui ne tient pas la route: quand on voulait, autrefois, manger sa fougasse, il valait mieux avoir son propre four plutôt que d'atteler les bœufs à la charrette et descendre au village....

    Feuilleté de forme rectangulaire, jaune doré et avec des losanges sur le dessus dus aux incisions faites avant cuisson, cette fougasse se compose de pâte à pain, de margarine et de graisse de canard pour les gens du sud-ouest, de poivre et de fritons de porc.

    6 personnes 

    1 pâte à pain; 100 g de graisse de canard, 150 g de fritons d'oie ou canard

    Sel/poivre

    Préchauffez le four à 240 °C. Abaissez la pâte à pain et enduisez-la de graisse de canard, poivrez bien et disposez les fritons.

    Étalez de nouveau la pâte en forme de rectangle.

    5.Repliez en trois puis étalez de nouveau en un grand rectangle. Cette opération se répète trois fois, c’est ce qui va créer le feuilletage. Mettre dans un plat en verre que vous aurez largement chemisé à la farine, faites 3 incisions à l’aide d’un couteau sur la pâte.

    Laissez reposer 1 heure au chaud. Dorez au jaune d’œuf battu et salez légèrement.

    Enfournez 15 à 20 minutes.

  • Il y a des gens, comme ça, qui vous aident à supporter la médiocrité ambiante...

     

    http://institutdeslibertes.org/nous-souffrons-tous-dun-deficit-dadmiration