Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2016

Aveugle depuis dix ans, une Toulousaine se fait greffer un œil bionique

Cette maman de trois enfants, qui a perdu la vue depuis ses 12 ans, a bénéficié d'une véritable prouesse technique : un implant sur sa rétine lui permet de distinguer des objets.

À 30 ans, Charlotte Demaitrache ne distinguait plus, jusqu’à il y a quelques semaines, que le jour et la nuit. Atteinte d’une rétinite pigmentaire, la jeune femme a progressivement perdu la vue à partir de 11 ans et jusqu’à ses 20 ans.

Mais en novembre, cette maman de trois enfants a bénéficié d’une prouesse technique: une équipe du CHU de Bordeaux lui a posé un implant révolutionnaire sur sa rétine, qui lui permet désormais de distinguer formes et couleurs.

Cet implant, composé de 60 électrodes, a été posé sur sa rétine. Autour de l’œil, un boîtier émetteur-récepteur permet de traiter les images captées par une caméra fixée sur une paire de lunettes de soleil et de les envoyer en impulsions électriques qui stimulent les électrodes qu’il y a sur l’implant.

“C’est extraordinaire“

Opérée il y a quatre mois, Charlotte commence à peine ses séances de rééducation, qui devraient courir jusqu’au mois de juillet, à raison d’une séance toutes les deux semaines environ. Elle pourra alors “voir“ à nouveau.

“Voir est un bien grand mot, relativise la jeune femme, réaliste. Cet implant me permet de voir en pixel et non en dixième, comme la plupart des gens“. Mais la jeune femme reste très enthousiaste quant à ces lunettes un peu particulières, qui fonctionnent essentiellement sur les contrastes de couleurs.

Lors de la dernière séance, j’ai dû reconnaître divers objets posés sur un set de table noir. J’ai réussi à retrouver une assiette, des verres et une pomme! se réjouit Charlotte. C’est extraordinaire, je ne pensais pas qu’un jour je pourrai retrouver un objet sur une table sans me servir de mes mains!

Aller chercher ses enfants à l’école, s’occuper de son cheval…

Tant que Charlotte ne sait pas se servir entièrement du dispositif, elle ne le porte pas à longueur de journée. “10-15 minutes par jour seulement“. À terme, elle pourra se promener en pleine rue et aller plus facilement faire ses courses, chercher ses enfants à l’école et s’occuper de son cheval Ehrendame dans son écurie.

Mes enfants m’aident au quotidien à faire ma rééducation. Tous mes proches m’encouragent et sont très enthousiastes, confie Charlotte. Ça va prendre un peu de temps, il y a énormément de chose à apprendre à re-distinguer: un passage piéton, l’encadrement d’une porte… Je n’en suis pas encore là, mais j’y travaille !

La société Second Sight, qui développe et commercialise cet œil bionique, travaille actuellement sur le design d’une nouvelle paire de lunettes et s’est engagée à faire bénéficier Charlotte et toutes les autres personnes qui bénéficient de ce dispositif (150 dans le monde seulement) de toutes les avancées futures.

Les commentaires sont fermés.