Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En France, on ne fait pas ce que l'on veut!

Un contrôle sanitaire empêché = 5000 euros, une édition dans un kebab de Roubaix

La Voix du Nord du 10 septembre 2017 nous narre cette histoire de kebab, " Une amende de 5 000 euros pour Gur Kebab pour avoir empêché un contrôle ".

Le 20 août 2015, des agents de la direction départementale de la protection des populations veulent contrôler un restaurant Gur de Roubaix. Son responsable leur annonce être fermé pour travaux. Une heure plus tard, les fonctionnaires reviennent. La broche à kebab pivote bel et bien. L’histoire s’est terminée au tribunal

Un immense malentendu? En août 2015, la DDPP (direction départementale de la protection des populations) débarque à Roubaix pour inspecter différents restaurants. Grande-Rue, les agents préfectoraux, chargés notamment de vérifier la qualité des aliments, se présentent face au restaurant Gur. La chaîne de kebab, véritable success story, est dirigée par trois frères. L’un d’eux accueille les fonctionnaires par, notamment, une phrase simple : " Nous sommes fermés pour travaux … " Par une fenêtre, les contrôleurs constatent l’immense chantier occupant les lieux et décident de reporter leur action sine die.

Une heure plus tard, de retour dans le quartier, les contrôleurs repèrent une certaine frénésie autour du restaurant. Le rideau métallique est ouvert. La broche à kebab tourne. Visiblement, des clients défilent, des commandes sont prises. En même temps, la partie droite des lieux est en travaux. " Nous avons alors annoncé le contrôle et l’avons commencé ", explique l’un des vérificateurs au président Jean-Marc Defossez, lors de l’audience au tribunal correctionnel de Lille. Lui et ses collègues sont rejoints en cuisine par un autre frère Gur. Le ton monte. Un fonctionnaire est pris par le bras. "Je l’ai raccompagné pour sa sécurité, se défendra le commerçant face aux juges. Une énorme poutre devait être déplacée … "

"Ce restaurant était fermé", insiste Philippe Lefevre, l’avocat des frères Gur. La broche à kebab ne fonctionnait là que pour les personnes travaillant sur place. L’activité commerciale avait été transférée à l’établissement de Leers. Les clients présents à Roubaix ne faisaient que récupérer des repas préparés ailleurs et amenés par les livreurs à scooter“.

"Nous travaillons depuis vingt-cinq ans, insiste Umit Gur, l’un des responsables. Nous avons l’habitude des contrôles. Nos relations avec les agents sont très bonnes et notre chaîne n’a jamais eu de souci. " Mais pour les juges, le restaurant a bel et bien fonctionné, même si c’était de façon marginale. Et un contrôle a été empêché. Sanction : 5 000 euros d’amende.

NB : Un contrôle empêché = 5000 euros? Ce n’est pas cher payé, le seul souci est que l’épilogue ait eu lieu deux ans après les faits, un peu long?

MORALITÉ: mangez la bonne cuisine française.... de préférence, faite maison!

 

Écrire un commentaire

Optionnel