Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2015

Je n'aime pas les maisons neuves, leurs visages sont indifférents….

Je leur préfère les maisons vieilles, qui se souviennent en pleurant (Sully Prudhomme)

Un collectif d'habitants de la rue Mazas, dans le quartier toulousain du faubourg Bonnefoy, propriétaires de petites maisons, se mobilise contre un projet immobilier de 49 logements. "Par sa taille et sa hauteur, il est disproportionné à côté de petits pavillons qu'il va écraser et défigurer par son aspect déplacé", s'indigne le collectif, qui vient d'envoyer un courrier au maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, après avoir saisi le tribunal administratif. "Ce n'est pas pour tenter d'entraver toute réalisation et s'opposer à l'arrivée de futurs Toulousains. Mais sommes-nous condamnés à perdre notre qualité de vie dans cette opération ? s'interroge Hélios Casa. Nombre d'habitants de cet ancien quartier de cheminots sont vieux et pensaient ici pouvoir conserver une maison ayant quelque valeur, et surtout préserver un certain équilibre. Le stationnement est déjà saturé, le cheminement et la circulation seront encore plus difficiles, s'il n'y a pas de garages pour les voitures".

Le collectif, qui regrette le manque de concertation, demande que les proportions soient respectées comme dans le reste de l'îlot Lapujade, soit 100 logements à l'hectare. "Alors qu'on parle actuellement du triple", précise Hélios Casa. Le bras de fer est engagé avec le promoteur du projet immobilier et les vendeurs des parcelles qui ont assigné le collectif devant le tribunal de grande instance pour recours abusif. "On nous réclame des dommages et intérêts tels que nous devrions vendre biens et maison pour pouvoir y répondre", s'insurge Hélios Casa, qui tiendra une réunion publique d'information ce mercredi 27 mai, à 19 heures, au bar associatif Les Farfadets, 19 bis, rue du faubourg Bonnefoy.

 

aoaoa.jpg

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.