Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2016

Un petit coup de rappel?

O Moun Païs! O Toulouso!

Poésie Languedocienne de Lucien MENGAUD (1844)

Musique de  Louis Deffès (1845)

 

Ô moun pays! ô moun pays! ô Toulouso, Toulouso!

Qu'aymi tas flous, qu'aymi tas flous, toun cel, tôun soulel d'or!

Al prep de tu, al prep de tu l'âmo sé sent hurouso,

E tout ayssi é tout ayssi ayssi réjouis le cor

E tout ayssi , é tout ayssi me réjouis le cor.

Ô moun pays! ô moun pays! ô Toulouso, Toulouso!

Qu 'aymi tas flous, toun cél, toun soulel d'or!

Que you soun fiér de tas académios,

Des mounumens qu'ornon nostro citat!

Detoun renoum é dé tas pouésios

E de toun cant despey loutens citat!

Aymi tabès nostro lengo gascouno

Que tant nous douno, que tant nous douno de gayetat!

Oh! qu'aymi pla da tas brunos grisettos

Lé tin flourit, lé souriré malin,

Lour pel lusén, lours poulidos manétos

Lours poulits pès é lour regard taquin!

En las bésén moun cor se rebiscolo

Etpey s'enbolo, Etpey s'enbolo tout moun chagrin.

A tous entours l'herbo semblo pus fresquo

Le parpaillol a maytos de coulous,

 

Tous fruits y soun douces coumo la bresquo

E tous pradèls soun claoufidis de flous ;

Dé tous bousquéts you récerqui l'oumbratgé

E lé ramatgé é lé ramatgé des aouselous

De tous guerriés doun la noblo benjenco

Fasquec courber plega le froun des argousis

 

argousis" est une variante proposée à la place du texte obsolète de Lucien Mengaud => "sarrasis":
en effet Toulouse souffrit bien plus de Simon de Montfort et des Croisés venus du Nord
que des arabes venus d'Espagne

 

De ta fiértat e de l'independenço

Que de tout tens regnet dins le pays.

Oh! soun pla fier de ma bilo tant belo

Que tant rappélo que tant rappélo de soubenis

Ô mon pays! ô mon pays! ô Toulouse, Toulouse!

------------------------------------------------------------

J'aime tes fleurs, j'aime tes fleurs, ton climat enchanteur!

Auprès de toi, auprès de toi l'âme se sent ravie,

Tout en ces lieux, tout en ces lieux, nous réjouit le cœur,

Tout en ces lieux, tout en ces lieux, nous réjouit le cœur.

Ô mon pays! ô mon pays! ô Toulouse, Toulouse!

J'aime tes fleurs, ton climat enchanteur

Que je suis fier de tes académies,

Des monuments ornant notre cité!

De ton renom et de tes poésies,

Et de ton chant depuis longtemps cité!

Oh j'aime aussi notre langue gasconne

Qui toujours donne qui toujours donne franche gaîté!

J'aime surtout de tes brunes grisettes

Le teint fleuri, le sourire malin

Leurs beaux cheveux, leurs mains gentillettes

Leurs pieds mignons, puis leur‑ regard

Quand je les vois, mon âme se console

Alors s'envoh alors s'envole tout mon chagrin.

Sous ton beau ciel tes fleurs sont plus vermeilles

Les papillons ont plus belles couleurs,

Les fruits plus doux que le miel dès abeilles

Et tous tes près sont émaillés de fleurs ;

Dans tes bosquets on entend sous l'ombrage

Tendre ramage, tendre ramage sons enchanteurs

Gloire aux guerriers dont la noble vaillance

Faisait courber le front des argousins

Soyons jaloux de cette indépendance

Que de tous temps aima le Toulousain

Oui, je suis fier de ma ville si belle

Qui me rappelle Qui me rappelle nos grands destins.

 

Les commentaires sont fermés.