Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cuisine Toulousaine et Occitane

  • Soupe froide de betterave au chèvre frais

     

    Pour 4 personnes

    2 betteraves cuites, 1 gousse d'ail; 1 citron, 4 cuillères à soupe de chèvre frais

    250 ml de crème liquide allégée,  Sel, poivre

    Coupez es betteraves en petits cubes et les placer dans un mixeur. Ajoutez la gousse d'ail pelée et dégermée ainsi que le jus de citron.

    Commencer à mixer tout en versant la crème liquide jusqu'à l'obtention d'une soupe lisse. Salez et poivrez à convenance.

    Servir dans des bols avec une cuillère à soupe de chèvre frais.

  • C'est le moment de faire des salades!

    Salade composée aux crudités

    Pour 4 personnes

    1 demi concombre. 1 tomate, 100g de maïs

    3 tranches de jambon; 1 bocal d'olives noires

    Vinaigre maison et huile de noix ou noisette

    Persil

    Taillez toutes les crudités en morceaux, puis rassemblez-les dans un saladier. Remuez.

    Arrosez ensuite cette recette de légumes d'un généreux filet de votre vinaigrette. Puis mélangez et pour la présentation, ciselez du persil (et/ou de l'ail)

    Astuce: Vous pouvez aussi ajouter du riz dans la recette.

  • Sucre: dangers

    La maltodextrine, ce nouveau danger, figurant parmi les sucres cachés dans l’alimentation ultra-transformée

    Dans un bilan publié par l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et intitulé Bilan de l’utilisation des sucres et édulcorants dans les aliments transformés, l’agence publique donne de nouvelles clefs de compréhension sur ces aliments cachés qui nous veulent rarement du bien. 

    Certains aliments issus des produits agroalimentaires ultra-transformés, peuvent contenir un ingrédient qui n’était jusqu'alors pas classé parmi les sucres, mais dont on observe qu’il se comporte comme tel pour notre corps. En effet, la maltodextrine, est utilisée en tant qu’additif et principalement issue de l’amidon de maïs. 

    Afin d’enfoncer un peu plus le clou sur les dérives des produits ultra-transformés, le rapport de l’agence publique passe "en revue les listes des ingrédients sur plus de 54 000 produits présents sur le marché entre 2008 et 2020 et répertoriés par l’Observatoire de l’alimentation - Oqali. Ce bilan montre que la majorité des produits contient au moins un ingrédient sucrant ou vecteur de goût sucré, et ce, même dans des produits salés. Toutefois, l’Agence observe une baisse de l’utilisation des ingrédients sucrants au cours des 10 dernières années, notamment les sirops de sucre et les édulcorants".

    Ce sucre caché derrière d’obscurs intitulés représente trois-quarts des produits testés (77%). Les différents termes reconnus, annexes à la mention classique de "sucre", sont notamment le glucose, le saccharose ou encore le fructose. Cependant, un nouvel ingrédient pourrait bien intégrer cette liste qui ne fait que se rallonger. Les industriels ne manquent pas de ressources pour trouver de nouveaux agents sucrants à leurs recettes. 

    Présente dans de nombreux aliments comme le pain, les chips ou encore les préparations pour nourrissons, la maltodextrine serait un glucide bien plus dangereux que le sucre. Bien qu’aujourd’hui non classé comme étant du sucre et n’ayant pas de goût sucré, son indice glycémique serait bien plus élevé que ce dernier. Il atteindrait entre 116 et 136, contre 70 pour le sucre de table et 100 pour le glucose. D’autres études l’estiment à un indice glycémique de 96, minoré mais malgré tout bien trop conséquent. Selon le Dr. Berg, de tous les ingrédients alimentaires ultra transformés, celui-ci serait le pire. Il pourrait mener à la graisse abdominale, mais aussi au diabète, à l’inflammation intestinale ou encore à une dysbiose, venant favoriser la prolifération des mauvaises bactéries dans le microbiote. De quoi figurer comme un réel danger sanitaire dont il serait temps de se prémunir. 

    Cet ingrédient, utilisé notamment comme substitut de graisses ou de sucre, détient de nombreux avantages pour les industriels. Sans surprise, ces derniers ont un coût de fabrication peu onéreux et rapporteraient plus de 2,6 milliards d’euros par an. Une mine d’or sur laquelle il risque d’être compliqué de légiférer. Le rapport de l’Anses saura-t-il ouvrir la voie à l’action gouvernementale?

  • Ce n'est pas de la cuisine... MAIS!

    84 ans, handicapé expulsé mais pas relogé… ben oui c’est pas un migrant!

    L’histoire se passe dans les Hautes-Alpes, à Puy-Sanières.

    Une vingtaine de gendarmes (il fallait au moins ça!) ont  passé par la fenêtre Claude F qui se cramponnait à sa chaise et ne voulait pas sortir. Et hop! Une nuit dans un logement d’urgence (quelle générosité, monsieur le Préfet!) et, depuis, cet homme handicapé, souffrant de 2 cancers, vit… dans sa voiture!

    La préfecture se défend en disant que Claude F n’a pas fait les démarches nécessaires pour demander et obtenir un logement d’urgence. Ben voyons!

    Je ne savais pas que tous les migrants, MNA ou dans la force de l’âge qui passent par les passoires que sont devenues nos frontières faisaient des demandes aux préfectures pour bénéficier de logement en CADA, de l’aide d’associations dites humanitaires dont les dirigeants gagnent plus que Macron, et pourtant… hôtels et logements vides réquisitionnés sont légion. Sans parler des innombrables centres d’accueil, de transit… qui fleurissent un peu partout sur notre sol. Dois-je rappeler qu’à l’heure où les services d’urgence ferment les uns après les autres, que, pour avoir un médecin, il faut se lever de bonne heure ou bien aller dans une pharmacie complaisante qui met à disposition un ordinateur et aide à trouver un médecin en ligne, les migrants, eux, sont prioritaires, comme les détenus. Ils ont des médecins, que dis-je, des systèmes de santé dédiés  qui leur permettent d’être pris en charge au moindre bobo. Et ils ont les hébergements d’office, eux!

    Le fameux “en même temps” de Macron, d’un côté on laisse crever/on fait crever les Français, de l’autre côté on sort l’argenterie pour ceux qui s’imposent chez nous.

    Je ne sais rien de l’histoire personnelle de Claude F qui l’a amené à être expulsé de sa maison par une vingtaine de policiers, et ce n’est pas le sujet.

    Une vingtaine? C’est ce qu’il dit. Un handicapé, malade, sans armes, c’est si compliqué que cela de s’emparer de lui, qu’il faille mobiliser plus d’hommes que pour Merah?  On avait appris que, pour un Merah, un Kouachi, ingambes, il fallait 17 policiers pour en assurer la filature.

    Eh bien, pour un vieillard impotent, il en faut 20! Sans rire! Qu’est-ce qu’ils doivent se marrer, les dealers et autres voleurs arrêtés et relâchés dans la nature chaque jour!

    Tout ce que l’on sait de l’histoire de Claude F, c’est une banale histoire de divorce qui se passe mal, et qui amène son ex-épouse à gagner après des lustres de procès la propriété entière de la maison où vit Claude. Je ne parlerai pas de la justesse ou pas du verdict ni de l’arrêté d’expulsion. Peu importe en l’occurrence.

     

    Je ne parle ici que des fameux “droits des migrants” qui ont remplacé les “droits de l’homme”, le souchien n’est plus considéré comme un homme a priori. C’est typique de tous les pays conquis ou en voie d’être conquis par l’islam. Cela s’appelle le djihad. Il y a les protégés et il y a les autres, juste bons à travailler et essuyer des coups de la part de leurs nouveaux maîtres. Et ceux-là n’ont droit à rien. Les assistantes sociales ont trop à faire avec “les autres” et les “cas sociaux” qui pullulent en ce pays ?

    Le maire de Puy-Sanières est choqué lui aussi qu’il n’y ait aucune offre de relogement d’urgence pour Claude F. Mais a-t-il cherché ? A-t-il mobilisé ? Les assistantes sociales ont trop à faire avec “les autres” et les “cas sociaux” qui pullulent en ce pays ?

    La préfecture? Ah ben, il fallait que Claude demande ce-dit logement d’urgence. Il ne l’a pas fait, donc circulez, il n’y a rien à voir! Nul n’est censé ignorer la loi et encore moins la jungle des règlements et processus inventés par des fonctionnaires pervers obéissant à des fous payés pour nous compliquer la vie.

    Le résultat: une personne handicapée de 84 ans, gravement malade, vit dans sa voiture… La honte en ce pays. Pas une assistante sociale sur le pont? Je ne parle évidemment pas des associations, les nôtres ne les intéressent pas, elles partagent avec la Macronie la haine des nôtres.

    https://www.economiematin.fr/immobilier-expulsion-handicape-octogenaire

    https://www.ladepeche.fr/2024/05/09

    Je vous invite, à appeler la mairie et le préfet pour leur rappeler l’existence de Claude F.

     

    Mairie de Puy-Sanières 04 92 43 38 88

    Préfecture des Hautes-Alpes 04 92 40 48 00

    Christine Tasin

  • Une recette étonnante:

     rouelle de porc aux légumes: facile et pas chère

    Avant de faire revenir la rouelle de porc avec les oignons et le gras, recouvrez-là de lait (dans un grand saladier en verre) pendant deux bonnes heures… elle devient d'une grande et savoureuse tendreté. Conservez le lait pour une soupe par exemple

    Pour 6 personnes

    Un sachet de 1 kg de petit pois carotte surgelés; 2 feuilles de laurier

    Oignon coupé en gros cubes

    Faite cuire la viande dans de la graisse d'oie ou de canard, ou de l'huile d'olive, ajoutez un oignon coupé en quatre. Faire bien brunir, saupoudrez d'une cuillère rase de farine.

    Mettre de l'eau jusqu'au dessus de la viande, ajoutez 2 feuilles de laurier et aissez cuire 1 heure minimum. Ou bien, 40 mn en cocotte-vapeur

    Salez et poivrez. Ajoutez ensuite les petits pois carotte surgelés.Laissez cuire 30 minutes

    Vous pouvez ajouter de petites pommes de terre en même temps que les petits pois-carottes

  • Sauce ancienne "cameline"

    Une des plus apprécié dans la cuisine médiévale. A la ville, elle était vendue en bouteille par les colporteurs, un peu comme de la vinaigrette pour nous aujourd'hui.

    20cl de vin rouge, 5 cl de vinaigre, 20g de pain,

    2 cuillères à café de cannelle en poudre, 1 cuillère à café de gingembre en poudre,

    3 clous de girofle, 1/2 cuillère à café de maniguette,

    1/2 cuillère à café de macis en poudre,

    1 épi de poivre long, 1 ou 2 cuillères à café de sucre.

    Laissez macérer les épices dans le mélange vin-vinaigre aui moins une heure. Filtrez.

    Faites griller le pain, coupez-le en petits dés que vous mixez avec le vin.

    On peut la faire cuire pour mieux la lisser. Salez.

    On peut sucrer la sauce. Les Français ne la sucraient pas alors que les Italiens, si.

  • Fèves aux œufs et cansalade

    Pour 4 portions en ramequins et bain-marie

    4 gros œufs; 125 g de lardons de cansalade ou poitrine de porc salée;

    150 g de fèves pelées

    40 cl de crème fraîche liquide; Huile de colza

    Sel; Poivre, Noix de muscade

    Préchauffer le four à 200°C.

    Coupez la poitrine de porc salée en lardons. Dans une poêle faire revenir les lardons à sec si possible afin qu'ils perdent du gras

    Huilez les 4 ramequins avec de l’huile de colza. Mettre l’équivalent de 2 cuillères à soupe de crème dans chaque ramequin.

    Cassez 1 œuf dans chaque ramequin, ajouter les fèves (1/4 de la quantité totale) et les lardons (1/4), puis ajoutez les épices, selon le goût désiré.

    Placez les ramequins dans un bain-marie, puis enfournez 15 minutes au four. Il faut que le blanc soit cuit mais le jaune doit rester liquide.