Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gastronomie - Page 5

  • Aimez-vous fortement le cracra…

    … ce “magma“ au fond de la poêle quand on fait des patates sautées à la graisse de canard?…. j'adore, que c'est bon! hélas, il parait que c'est cancérogène!!!

    Savez-vous que les fritures vous font vieillir?

    Les aliments trop cuits, portés à haute température apportent des composés toxiques appelés produits de glycation avancés ou AGE qui accélèrent le vieillissement et exposent au risque de maladie chronique, dont le diabète.

    Trop d'AGE, et vous cuisez à petit feu!

    L'état des connaissances sur la nutrition et votre santé et un message: bouilli, c'est mieux que rôti ou frit.

    On croit avoir tout tenté. Tout essayé pour prévenir et guérir les maux de l’alimentation moderne. Avec deux maîtres mots: nutriments et apports. Lipides, glucides et calories sont les piliers fondateurs de l’alimentation santé. Et pourtant!

    Depuis le début du 20e siècle et l’avènement de l’industrie alimentaire les maladies liées à l’alimentation s’aggravent et se multiplient. Et si on s’était trompé? Et si la clé de notre santé, ça n’était pas ce qu’on mange, mais la façon dont on le prépare?

    Les pommes frites croustillantes, le pain grillé, potentiellement cancérogènes

    L’Agence de sécurité alimentaire du Royaume-Uni met en garde contre les aliments glucidiques trop chauffés, qui peuvent augmenter le risque de cancer via l'acrylamide.

    La FSA, l'Agence de sécurité alimentaire du Royaume-Uni lance une campagne d'information à destination de la population britannique pour informer des risques liés à l'acrylamide, une substance cancérogène qui se forme à haute température dans certains aliments. Cette campagne fait suite à une étude de novembre 2015 qui montre que le pain trop toasté, les pommes de terre trop dorées renferment des niveaux élevés d’acrylamide. Selon le Pr Guy Poppy, directeur scientifique de la FSA, " les niveaux d’acrylamide auxquels nous sommes exposés par l’alimentation pourraient augmenter le risque de cancer."

    L'acrylamide est une substance chimique qui se forme naturellement dans les aliments riches en amidon lorsqu’ils sont cuits à haute température: friture, cuisson au four, rôtissage... Le principal mécanisme chimique à l’origine de ce processus est appelé réaction de Maillard; c’est également cette réaction qui confère une couleur dorée aux aliments et affecte leur saveur. L’acrylamide se forme à partir des sucres et des acides aminés (principalement l’asparagine) naturellement présents dans de nombreux aliments.

    Pommes de terre croustillantes, chips, frites, pain grillé, biscottes

    L'acrylamide se retrouve dans des produits tels que les chips de pomme de terre, les frites, le pain, les biscuits ou encore le café. Il a été détecté pour la première fois dans des aliments en avril 2002, mais il est présent depuis que l’homme cuit ses aliments. L'acrylamide est également présent dans la fumée de tabac.

    L’étude britannique de 2015 a analysé des échantillons d’aliments préparés par 50 familles britanniques et mesuré la quantité d'acrylamide en laboratoire.

    Plus les pommes de terre sont croustillantes, plus le pain est grillé, plus le niveau d'acrylamide qu'ils contiennent est élevé. Les pommes de terre ne doivent pas avoir une couleur plus soutenue que le doré, et le pain toasté devrait avoir la couleur la plus claire possible.

    En juin 2015, l’EFSA, l’agence de sécurité alimentaire européenne a conclu, sur la base d’études expérimentales que l'acrylamide et son métabolite, le glycidamide, sont génotoxiques et cancérigènes: ils endommagent l'ADN et provoquent le cancer. Pour l’instant, les études sur l’homme sont limitées et non concluantes.

    L'acrylamide étant présent dans un large éventail d'aliments consommés au quotidien, tous les consommateurs sont exposés, mais les enfants plus que d’autres groupes d’âge proportionnellement à leur poids corporel.

    Les catégories alimentaires qui contribuent le plus à l'exposition à l’acrylamide sont les produits frits à base de pommes de terre, le café, les biscuits, les biscuits salés, les pains grillés, les biscottes et le pain. Étant donné que tout niveau d'exposition à une substance génotoxique pourrait potentiellement endommager l'ADN et provoquer un cancer, les scientifiques de l'EFSA ont conclu qu'ils ne pouvaient pas définir de dose journalière tolérable (DJT) pour l’acrylamide dans les aliments.

    L'étude britannique montre une énorme variation de la quantité d'acrylamide présent dans les aliments selon la durée de cuisson.

    Les niveaux d’acrylamide dans le pain peu grillé et encore pâle sont en moyenne de 9 microgrammes par kg, tandis que le pain le plus grillé en contenait 167 mcg/kg, une valeur considérable. La même chose a été observée avec les chips: 1052 mcg/kg pour les plus cuites, 50 fois moins pour les moins cuites. Enfin, la FSA a relevé 490 microgrammes d'acrylamide par kg dans les pommes de terre rôties, soit 80 fois plus que dans les moins cuites.

    En plus de limiter les temps de cuisson, les chercheurs conseillent d’éviter de secouer les pommes de terre dans la poêle pour les rendre plus croustillantes, et de stocker les pommes de terre non cuites dans des endroits secs par opposition à un réfrigérateur car de basses températures peuvent augmenter la quantité de sucre de la pomme de terre, ce qui peut conduire à un surcroît d’acrylamide.

    On déconseille les fritures et les cuissons élevées, et on recommande de ne pas manger les parties roussies ou carbonisées des aliments.

    De plus, il faut savoir que:

    Les huiles polyinsaturées sont fragiles à la chaleur. On sait aujourd'hui que lorsqu'elles sont trop chauffées elles s'oxydent et produisent des composés toxiques. L'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) surveille notamment la présence d'acrylamide dans les produits alimentaires comme les frites ou les chips. L'acrylamide est un composé cancérigène reconnu.

    D'autres substances se forment lorsqu'une huile est chauffée à haute température, il s'agit des aldéhydes (ou acroléine). Les aldéhydes se dégagent lorsqu'on chauffe des graisses ou du plastique mais on en retrouve également dans la fumée des pots d'échappement ou dans la fumée des cigarettes. Les aldéhydes polluent l'atmosphère et ont été retrouvés comme cause de cancers et de maladies neurodégénératives (maladie d'Alzheimer et de Parkinson) dans certaines études.

    Les aldéhydes sont produits lorsque les huiles se dégradent à la chaleur. Il s'agit de composés volatiles, c'est-à-dire qui s'évaporent. Seulement il semble qu'une partie des aldéhydes puisse rester dans l'huile. Des chercheurs spécialistes des aldéhydes ont voulu vérifier leur présence ou leur absence dans des huiles de friture après des chauffes répétées. Ils ont chauffé répétitivement trois huiles dans une friteuse classique à 190°C, de l'huile d'olive, de l'huile de tournesol et de l'huile de lin. Les deux dernières sont riches en acides gras polyinsaturés, peu stables à la chaleur.

    Résultat: Après les chauffes multiples les chercheurs constatent que l'huile de tournesol et l'huile de lin produisent rapidement de grandes quantités d'aldéhydes, en particulier l'huile de tournesol. A contrario, l'huile d'olive produit peu d'aldéhydes et plus tardivement. Ces résultats s'ajoutent à de précédentes données déjà enregistrées par ces chercheurs sur les huiles de friture. Ils avaient en effet montré que la chauffe des huiles à haute température produit aussi des composés aromatiques polycycliques hautement toxiques et avérés cancérigènes. Maria Guillen, directrice de l'étude, essaye de rassurer le public: "Ces données n'ont pas pour objectif d'alarmer la population mais elles sont ce qu'elles sont et nous devons en tenir compte. C'est la dose qui fait le poison." Mais les chercheurs d'origine Espagnole sont obligés de se rendre à l'évidence: les quantités produites d'aldéhydes sont en fait très proches des limites de sécurité fixées par le gouvernement Espagnol et sont déjà toxiques.

    Pour limiter la toxicité des huiles chauffées il est important de jeter l'huile après chaque friture. Les fritures à la maison sont donc probablement moins nocives que les fritures de la restauration où les consignes d'utilisation ne sont pas toujours respectées et les huiles utilisées pas toujours adaptées.

  • Tout, tout, tout, vous saurez tout sur les levures….

    Levure de boulanger, levure chimique, quelles différences?

    Ces deux levures servent toutes les deux à faire lever / gonfler une pâte mais ne fonctionnent pas de la même manière.

    La levure chimique se présente sous la forme d’une poudre blanche et s’utilise essentiellement en pâtisserie pour les gâteaux. Elle nécessite de l’humidité et de la chaleur pour être efficace. Au contact de la pâte, le bicarbonate de soude qui rentre dans la composition de la levure, commence à dégager un court instant du gaz carbonique. Il n’attend plus que la chaleur du four pour agir totalement et offrir une pâte aérienne par l’apparition de petites bulles. Une fois incorporée dans la pâte à gâteau, enfournez rapidement sans quoi vous perdriez l’action de la levure.

    Au niveau des quantités, utilisez 10 g de levure chimique pour 500 g de farine. Il est préférable de mélanger la levure à la farine afin qu’elle se répartisse uniformément dans la pâte et qu’elle agisse de la même manière sur l’ensemble du gâteau. On a tendance à croire qu’en mettant plus de levure, la pâte gonflera plus, mais c’est une erreur. Au contraire, vous allez en plus donner un arrière-goût de levure très désagréable. Respectez donc bien les dosages.

    La levure de boulanger se présente sous différentes formes, déshydratées et fraîches, que nous verrons plus en détail ci-dessous. Contrairement à la levure chimique, celle-ci agit par la fermentation d’organisme vivant et s’utilise dans la fabrication des pains et des viennoiseries. Elle se nourrit du sucre et principalement du glucose contenu dans la farine provoquant une réaction chimique. Elle n’a pas besoin nécessairement de chaleur pour agir. Il suffit de laisser reposer la pâte à température ambiante, parfois près d’un radiateur pour accélérer éventuellement le processus. La levure de boulanger demande un certain temps pour lever : environ 2 à 3 heures.

    Les formes de levure de boulanger :

    La levure sèche instantanée

    La levure sèche instantanée est celle que j’utilise au quotidien. On l’appelle également levure lyophilisée ou déshydratée. Elle est vendue dans des sachets séparés de 5 à 7 g et se présente sous la forme de mini billes. Elle a l’avantage de pouvoir se conserver longtemps à température ambiante, jusqu’à 1 an et d’être stable malgré les variations de température. On la trouve en grande surface à côté des farines.

    Pour être utilisé, elle n’a pas besoin d’être réhydratée et s’incorpore directement dans la farine avec les autres ingrédients de la recette. Un sachet correspond à 500 g de farine (un pain normal). Cependant, comme chaque marque est différente, fiez-vous aux indications de l’emballage. Je remarque par exemple que la levure de boulanger Briochin nécessite deux sachets pour 500 g de farine.

    La levure sèche active

    La levure sèche active se vend principalement en pot, plutôt dans les magasins biologiques ou dans certaines épiceries orientales. Elle prend la forme de granules ou billes. La plus connue, il me semble, est la marque SAF-levure. Contrairement à la levure sèche instantanée, la levure sèche nécessite une réhydratation et une activation avant d’être utilisée. Il est conseillé de la diluer dans un peu de liquide tiédi à 25 °C maximum avant d’être utilisée avec le reste des ingrédients de la recette.

    La levure fraîche en cube

    Vendue en cube dans la majorité des boulangeries, celui-ci pèse généralement 42 g et s’utilise pour 1 kg de farine. Avec un cube, vous réalisez donc deux pains normaux utilisant 500 g de farine. Une fois achetée, elle se conserve une dizaine de jour au réfrigérateur.

    Petite astuce: vous pouvez parfaitement la congeler sans que ses propriétés ne soient altérées. Émiettez-la pour pouvoir utiliser la quantité qu’il vous faut.

    On peut l’utiliser directement émiettée avec le reste des ingrédients à pétrir. Cependant, il est plutôt recommander de l’activer pendant 15 – 20 min en la délayant dans un liquide tiède (eau ou lait prélevé de la recette du pain ne dépassant pas les 25 °C). Des petites bulles vont se former et vous pouvez l’utiliser ensuite directement avec le reste des ingrédients.

    La levure fraîche en vrac

    Certaines boulangeries vendent la levure en vrac. Il s’agit tout simplement de la levure fraîche qui n’a pas été compressée en cube. Vous pouvez donc demander le grammage qu’il vous faut. Elle se conserve une dizaine de jours au réfrigérateur et s’utilise de la même manière que la levure en cube. Elle se congèle également très bien.

    La levure fraîche liquide

    Vendue dans un petit pot dans certaines boulangeries, elle correspond à un cube de levure fraîche de 42 g. Il faut donc utiliser la moitié du pot pour un pain utilisant 500 g de farine. Elle se conserve également une dizaine de jour au réfrigérateur et s’utilise directement avec le reste des ingrédients.

    Comment les utiliser ?

    Voici un résumé de leurs utilisations:

    Fraîche en cube, fraîche en vrac et sèche active : on les active en les diluant dans un peu d’eau ou de lait (selon la recette) tiédi à 25°C. On recouvre d’un torchon et on attend 15 – 20 min que des petites bulles se forment. On l’ajoute ensuite avec le reste des ingrédients.

    Sèche instantanée et fraîche liquide : on les utilise directement dans la farine.

    Précautions particulières

    Qu’elle soit sèche ou fraîche, il est un impératif à ne pas omettre : on ne mélange jamais la levure au sel. Il a le pouvoir d’annuler les effets de la levure.

    Si vous utilisez une machine à pain, mettez les ingrédients dans cet ordre :

    • liquide
    • la moitié de la farine
    • la levure
    • l’autre moitié de la farine
    • le sel dans un des coins de la machine

    Si vous utilisez un robot pétrisseur ou que vous réalisez votre pain à la main, mettez les ingrédients dans cet ordre :

    • la moitié de la farine
    • la levure
    • l’autre moitié de la farine
    • l’eau
    • le sel

    Lorsque vous devez activer une levure, respectez tant que possible la température de 25 °C (à plus ou moins 5°C). C’est la température optimale pour une activation réussie. À partir de 50°C, la levure mourra.

    Comment substituer la levure sèche par de la levure fraîche?

    Pour un pain normal utilisant 500 g de farine, utilisez au choix :

    • un sachet de levure sèche instantanée (selon les marques, le nombre de sachet peut varier)
    • 7 à 10 g de levure sèche active (reportez-vous aux indications de la marque)
    • 21 g de levure en cube (à savoir la moitié du cube) ou de levure en vrac
    • la moitié d’un pot de levure liquide vendue en boulangerie

    Et reportez-vous à leur méthode d’utilisation donnée plus haut.

    Brioche-terminée.jpg

     

     

     

     

    Couronne des rois de par chez nous

    on peut y rajouter des fruits confits, uniquement sur le dessus

     

  • Mangeons la demoiselle!!!

    Vous ne savez pas ce que c'est? Pis de panaque, je vous l'explique. Quand vous avez fait cuire une volaille, après l'avoir sévèrement dégustée par tous ses bouts, bien souvent, à la fin du repas, il ne vous reste que la carcasse. Et bien, c'est cela la demoiselle!!!

    On peut la jeter d'un air dégoûté lorsque l'on est assujetti à l'ISF. Mais, le vieux de la vieille, lui, il ne jette rien! Il récupère…. et le bougre, il sait bien que c'est un trésor gustatif et, en même  temps, économique.

    Il existe une façon succulente de consommer la demoiselle. Vous glissez cette dernière dans un plat légèrement huilé ou vous la disposez simplement sur la tôle huilée du four. Vous allumez ce dernier, température basse, dans les 150 à 170° et vous laissez la demoiselle une bonne demi-heure. Au moment de vous remettre à table pour le repas suivant, vous la sortez pratiquement froide du four et vous la cassez en gros morceaux pour chacun des vôtres. N'oubliez pas le bon pain au levain et un verre de bon vin de par chez nous: Corbières, Buzet, Cahors, Gaillac, rouge, mon pauvre monsieur…. et surtout, ne vous avisez pas à être “entre Gaillac et Rabastens“: cela voudrait dire que vous avez dépassé vos trois verres de vin et la maréchaussée risque de ne pas être d'accord avec votre histoire de demoiselle.

    Et puis, s'il reste encore un peu de viande autour de la carcasse, il y a des recettes d'accommodation culinaire qui peuvent vous enchanter le palais et vous donner bonne conscience de celle qui ne jette rien et se trouve, par le fait, dans la catégorie des Bonnes ménagères, à défaut d'être Cordon bleu… (manque le blanc et le rouge, qui a eu cette idée folle,,,).

    Pour 4 à 6 personnes: 1 belle demoiselle de poulet, oie, canard, pintade ainsi soit-il!!!

    1 kg de haricots secs blancs ou lentilles ou pois chiches ou fèves sèches; 1 gros oignon jaune; 800 g de pommes de terres; 2 ou 3 carottes; 1 cote de céleri (facultatif) 1 belle couenne de porc (facultatif); 1 os de jambon et, si vous êtes riche,  3 cotes d'échine de porc ou 400 g de saucisse de Toulouse….ou autres suprêmes de nouvelle volaille; 2 l de bouillon; sel, poivre; thym en branche et/ou laurier

    Vous n'êtes pas obligé(e) de faire tremper les haricots la veille mais il vaut mieux faire tremper pois chiche et fèves. Pour les haricots et les lentilles, faites-les blanchir dix minutes après la rotation de la soupape de la cocotte vapeur; jeter l'eau et remettre à cuire avec le bouillon (de l'eau et trois  carrés dorés que tout le monde connait et qui donne de la saveur dans le bouillon; si vous en trouvez du bio, c'est encore mieux…. si vous saviez avec quoi ils fabriquent nos vieilles tablettes de bouillon….. vous perdriez 10 kg tellement cela vous couperait la faim!); et si vous aviez un os à moelle? Ce n'est pas du luxe mais du meilleur dans la soupe.

    Dans une grosse marmite(1h 30), ou la cocotte-minute (55 mn); faites cuire les légumineuses dans un premier temps avec le bouillon,  rajoutez thym et laurier; si vous rajoutez des couennes, les faire cuire en même temps, après les avoir blanchies à l'eau bouillante une dizaine de minutes, l'os de jambon et/ou l'os à moelle; vous rajoutez l'oignon et la viande de porc dès que rissolés;

    Digression sur l'oignon: l'oignon en cube doit être rissolé à bien brun si vous n'avez pas de cube-bouillon car c'est lui qui colore le bouillon et lui fait prendre une saveur exquise…. j'ai dis coloré bien brun et je n'ai pas dis cramé! le cramé c'est cancérigène à la longue!

    Pendant ce temps-là, faites roussir l'oignon coupé en brunoise dans de l'huile ou de la graisse de canard, macaniche! rajoutez les viandes pour qu'elles dorent de tous côtés à feu moyen durant une dizaine de minutes en remuant, la saucisse de Toulouse; faites cuire 25 mn minimum la viande dans la marmite avec les légumineuses, et la saucisse seulement le dernier quart d'heure; rajoutez les carottes coupées en rondelles, la cote de céleri; pelez et coupez en quatre les pommes de terre et rajoutez, sel et poivre; faite cuire quinze minutes de plus à feu moyen; goutez et rectifiez l'assaisonnement. Si vous trouvez le bouillon trop pâle (cela fait "malade"!) rajoutez quelques cuillères de concentré de tomate ou bien vous aurez pris soin de mettre une cuillère à café de curcuma qui donne belle couleur dorée et que c'est anti-oxydant et anti-inflammatoire surtout si vous poivrez abondamment car la capçaïcine du poivre multiplie par 8 les bonnes propriétés du curcuma. Si vous voulez éviter les flatulences, n'obérez pas votre branche de romarin.

    Si vous voulez que le conjoint vous saute dessus, arrosez abondamment d'une pincée de coriandre en poudre qui, en même temps que c'est aphrodisiaque, libère les intestins des flatulences! Félicitation, vous êtes arrivé-es au bout de la lecture.

     

  • Ma cocotte-minute, mes pois chiches et etc…

    Depuis quelques jours, je suis au régime…. En quatre jours, j'ai perdu 1,5 kg. Ce n'est pas un régime de famine: la preuve tous les soirs je déguste un cornet de glace au café. Ma glace préférée.

    Une recette rapide de glace au café? faire en été, quand le cagnas est devant la porte.

    Mettre à refroidir au réfrigérateur deux jours une boîte de lait condensé non sucré entier.

    Ouvrez la boîte, la vider dans un saladier, rajoutez du café en poudre ou une  petite tasse de café très, très fort. Battre énergiquement et longtemps au fouet.

    Verser dans un moule à glace et mettre au freezer ou congélo.

    Ensuite, vous dégustez quand vous avez pu le sortir de son plat. Si vous tardez trop, votre glace maison se retransforme vite en lait… au café.

    Pour garder le moral, il faut trahir son régime au moins une fois par semaine. Pas de souci, avec ma méthode, malgré une trahison hebdomadaire, on continue à maigrir. Donc, hier, j'ai fais des pois chiches. C'est plus vite fait qu'on ne le croit. Et si vous pensez ne pas avoir le temps en arrivant le soir, fourbu, du travail et du temps perdu dans les transports, faites vos pois chiches la veille. Ils sont meilleurs une fois réchauffés.

    J'ai toujours procédé ainsi, lorsque je n'étais pas travailleur indépendant: c'est pour cela que j'ai toujours eu des plats “maison“ et pas de la bouffe industrielle ou des “findus“… nom que je donne à cette bouffe pour chiens.

    J'avais mis à tremper toute la nuit mes pois chiches, avec des feuilles de laurier frais du jardin, du thym frais du jardin et dans de l'eau en bouteille. Jamais l'eau du robinet, jamais de jamais, surtout à Toulouse.

    Par personne: un verre à un et demi de pois chiches crus; une rondelle de jarret de veau ou osso buco car, désormais les bouchers vous le vendent sous cette appellation et c'est totalement idiot, de mon point de vue.

    Une grosse carotte par personne ou 50 g de rondelle de carottes surgelées; 1 oignon jaune, une très grosse cuillère à soupe de graisse de canard;

    Si vous avez des bouches énormes à nourrir, prévoyez une à deux pommes de terre.

    1 cote de céleri.

    Perso, j'achète des cœurs de céleri frais: en fait, je prends un pied, je laisse les feuilles les plus vertes au vendeur ne conservant que les feuilles jaunes. Je consomme les feuilles jaunes en salade avec de la laitue (salade, c'est vite dit, vu que je ne met jamais de vinaigrette et que je mange les feuilles une à une) et je mets le cœur coupé en morceaux à congeler ainsi que les grosses côtes des branches jaunes. J'ai toujours ainsi de quoi parfumer mes légumineuses ou soupes. Si vous cuisinez du veau bouilli sans mettre du céleri-branche, c'est que vous êtes bien navrants!!!

    Faites revenir l'oignon dans la graisse dans la cocotte minute. Vous pouvez utiliser un autre instrument mais cela prendra bien plus de temps de cuisson. J'aime la cuisine à l'ancienne mais quand même, je ne gaspille pas trois heures de cuisson pour un plat!

    J'ai toujours de la graisse de canard à portée de main, vu que je récupère cette dernière en faisant fondre la graisse des magrets.

    Quand ils sont moyennement bruns, rajoutez les rouelles de veau; si vous insistez (car je ne vois pas à quoi cela peut servir de le faire, vue que les oignons doivent se cuire à bien bruns -car ils sont ainsi plus digestes et non plus le goût que bien des gens détestent, et ils colorent bien le bouillon-, vous pouvez faire cuire avec les oignons et rouelles de jarret de veau, vos rondelles de carottes).

    Puis rajoutez un litre d'eau en bouteille (non merci l'eau du robinet à Toulouse, bis répétita), à feu très fort. Ajoutez vos pois chiches et les herbes aromatiques; pour assurer une bonne digestion des pois chiches, rajoutez une branche de romarin (le mien est de mon jardin!); rajoutez la côte de céleri et les rondelles de carottes.

    Perso je rajoute une cuillère à café de curcuma (c'est anti-inflammatoire et de plus, cela donne une belle couleur à votre bouillon); vous pouvez rajouter si vous préférez de la coriandre en poudre ou les deux, cela vous regarde. On doit aussi mettre beaucoup de poivre car il potentialise –en le multipliant par 8- le pouvoir anti-inflammatoire du curcuma. Tout le monde sait cela maintenant mais, je le sais depuis plus de 25 ans car je m'intéresse à la phyto-nutrition depuis belle lurette.

    Je ne sale qu'à la fin. Fermez la cocotte et mettre à cuire à feu fort; dès que la soupape tourne à plein, baissez très fortement le feu. La cocotte –minute ne vous économise du gaz que si vous laissez à peine tourner la soupape. Le mieux est de baisser le feu jusqu'à ce qu'elle chuinte et ne tourne presque pas.

    Sachez aussi que vous devez éteindre le feu bien avant le temps donné pour la cuisson dans le livre de recettes de la cocotte. Si vous ne retirez pas la soupape, la vapeur continuera encore à cuire presqu'un quart d'heure de plus. Vous économisez encore!

    Mes pois chiches d'hier étaient énormes. Je ne sais plus où je les ai achetés mais ce sont les plus gros que j'ai consommé depuis longtemps. Cela ne cause aucun problème; ils ne mettent pas plus de temps à cuire. En moyenne avec le feu sous la cocotte, comptez bien 50 mn de cuisson, avec mon système d'économie, arrêtez au bout de 35 à 40 minutes le feu. Mais non, pas de souci, même éteint pendant plus de 25 minutes avant le repas, votre plat est encore très, très chaud.

    Vous ouvrez la cocotte, vous mélangez avec votre grande cuillère inox après avoir salé à votre goût. Vous versez dans le saladier ou plat familial et vous saupoudrez de persil haché qui donne une touche verte. Et, comme vous ne le savez pas, le persil est l'un des plus grands pourvoyeurs de vitamine C (quand vous le rajoutez frais et pas congelé, of course!).

    Ce matin, reprise de mon régime. Je me pèserai mardi matin seulement. Inutile de se peser tous les jours. Quoique, avec mon régime, on perd tous les jours de 300 à 500g. C'est amusant de voir les kilos fondre de jours en jours.

    A la mode parisienne, j'ai plus de 30 kg à perdre. A la mode mannequin, ce serait dans les 35 à 40 kg que je devrais perdre; A la mode toulousaine, avec 22 à 25 kg en moins, je devrais être à mon poids de jeune femme.

    J'ai grossi oui, c'est à 5 ans et demi de perfs mensuelles de cortisone que je dois mon malheur de grosse baleine! 500 g de cortisone tous les mois... c'est peu dire. Il faut des tas d'années pour revenir à son ancien poids, croyez-moi.

    La fille de ma cousine germaine à dû se faire opérer de l'estomac. Elle m'a annoncé, toute heureuse, le 1er janvier avoir perdu 54 kg dans l'année. Je suis très contente pour elle. Mais, adieu les pois chiches! Elle ne peut pas avaler plus qu'une grosse cuillère à soupe d'aliments à chaque repas.

    Là, moi je dis: c'est trop dur! Trop la bonne bouffe, chez nous, en France! n'en déplaise à des tas de mangent-merde qui viennent jusque dans nos bras, égorger nos fils et nos compagnes…

    Vive le cochon, le saucisson, le pinard, le foie gras et le cassoulet!!!

     

     

  • Quel est l'intérêt nutritionnel des champignons ?

    Une poêlée de cèpes ou une omelette aux morilles ont d'autres avantages que celui de ravir nos papilles...

    Certains champignons auraient même des propriétés anti-cancer...

    Certains champignons ont un effet anti-cancer

    VRAI

    Selon le docteur Sheldon Hendler (Université de Californie, San Diego), "les chercheurs s’intéressent aux propriétés de deux champignons asiatiques: le shiitake (Lentinus edodes) et le rei-shi (Ganoderma lucidium). Le premier possède des effets anti-tumeurs, anti-viraux et immuno-stimulateurs, probablement liés à la présence d’un polysaccharide, le lentinan. Cette substance augmente les productions d’interleukine-1 et d’interféron. Le shiitake peut aussi diminuer le cholestérol et la tension artérielle.

    Quant au rei-shi, il contient un autre polysaccharide qui augmente la production de cellules-T et exacerbe l’activité des macrophages. Le rei-shi a été utilisé avec succès dans le traitement d’hépatites virales. Il possède aussi une action anti-histaminique. "Au goût, ces deux champignons n’ont absolument rien d’un médicament: ils sont délicieux, pauvres en calories, mais un peu chers.

    Dès lors qu’il est comestible, un champignon ne peut être toxique

    FAUX

    Pour le professeur Noël Arpin (Université de Lyon), "les champignons métabolisent très vite. Ils pompent littéralement tout ce qu’ils trouvent. Ainsi, ce sont de bons indicateurs de la pollution radiochimique: on a pu constater une accumulation de strontium dans les champignons après le passage du nuage de Techernobyl. De la même manière, on retrouve fidèlement dans les champignons tous les oligo-éléments contenus dans le compost. Si celui-ci est de mauvaise qualité, s’il renferme des métaux lourds toxiques, le champignon se fait le véhicule de ces substances toxiques dans l’organisme. "Pour ces raisons, il est déconseillé de ramasser des champignons situés près des routes, zones industrielles, cours d’eau pollués...

    Les champignons n’ont pas de valeur nutritionnelle

    FAUX

    "Le champignon a peu d’intérêt, car il est pauvre en protéines et en graisses. Les parois sont composées de chitine, dont les effets physiologiques sont inconnus. La concentration de vitamines est faible. Le rôle des champignons dans l’alimentation est limité à leur contribution gustative, "juge le docteur David Southgate de l’Institute of Food Research Laboratory (Norwich, Royaume-Uni).

    Un point de vue qui n’est pas partagé par le professeur Noël Arpin. Celui-ci souligne que les champignons sont caractérisés par une forte teneur en glucides, dont glucane, qu’on peut apparenter aux fibres. Les champignons apportent des minéraux (à hauteur de 10% de la matière sèche) et surtout du potassium, qui participe activement à la protection contre l’hypertension artérielle. (Voir tableau).

    Les champignons colorés sont aussi une source importante de caroténoïdes, ces pigments qui s’opposent à l’oxydation cellulaire due aux radicaux libres. L’un de ces pigments, la canthaxanthine s’oppose à l’initiation des cancers. Dans les expérimentations animales, l’administration de canthaxanthine entraîne une diminution de 65% de la fréquence des tumeurs. Les champignons constituent un légume à part entière, qui peut être introduit dans les régimes amaigrissants et hypolipidiques.

    Les champignons font progresser les sciences de la nutrition et de la médecine

    VRAI

    Chacun sait la contribution de certaines moisissures (Penicillum glaucum) à la découverte et au développement des antibiotiques. "Les champignons sont caractérisés par une extrême diversité. Au cours de l’évolution, ces organismes ont fabriqué des molécules finement adaptées à leurs cibles, propres à neutraliser bactéries ou les prédateurs.

    Ils synthétisent des hormones, des alcaloïdes, des antibiotiques, dont on n’a identifié qu’une infime partie. “Cette grande diversité biochimique sera de plus en plus exploitée par l’homme", indique le professeur Arpin.

    De telles découvertes sont déjà mises à profit par l’industrie pharmaceutique: certains champignons servent ainsi de réceptacles pour développer des gènes étrangers. L’industrie agro-alimentaire exploite aussi le potentiel des champignons, comme bio-insecticides par exemple.

     

    Les comestibles

    • Amanite des Césars
      (Oronge) vraie
    • Amanite à étui (Grisette)
    • Amanite rougeâtre (Golmelle)
    • Armillaire de miel
    • Bolet bai brun
    • Bolet comestible
      (Cèpe de Bordeaux)
    • Bolet jaune
    • Bolet raboteux
    • Bolet tête de nègre
    • Champignon de couche
    • Chanterelle comestible (Girolle)
    • Chanterelle orangée
      (fausse Girolle)
    • Clavaire jaune
    • Clitocybe entonnoir
    • Coprin à chevelure
    • Coulemelle
    • Craterelle corne d’abondance
    • Entolome en bouclier
    • Helvelle crépue
    • Hydne bosselé
    • Hydne imbriqué
    • Lactaire délicieux
      (Sanguin)
    • Lactaire taché
    • Langue ou foie de boeuf
    • Morille blanche
    • Morille conique
    • Morille noire
    • Morille à pied ridé
    • Mousseron
    • Pezize en coupe
    • Pezize vésiculeuse
    • Pholiote ridé
    • Pleurotte huître
    • Pleurotte conque
    • Plutée couleur de cerf
    • Psaliotte boule-de-neige
    • Russule bleu jaunâtre
      (Charbonnier)
    • Russule jolie
    • Russule verdoyante
    • Souchette
    • Truffe

     

    Des champignons magiques aux médicaments de pointe

    L’amanite tue-mouches (Amanita muscaria) est un champignon toxique très répandu en Europe et sur le continent américain. Il est traditionnellement utilisé par les chamans des tribus indiennes du Nord-ouest des Etats-Unis pour entrer en contact avec les esprits. Mastiqué ou consommé en extrait, il entraîne excitation, hallucinations, et augmentation de la libido. Ces effets sont dus à une substance, le muscimol, dont un analogue, le THIP est étudié pour son activité analgésique, proche de la morphine.

    L’ergot de seigle est un champignon parasite des céréales, dont la consommation fit de terribles ravages au Moyen-Age. Les victimes du "Feu sacré" périssaient de gangrène. Les plus chanceux étaient estropiés à vie. L’ergot contient des alcaloïdes dérivés de l’acide lysergique qui provoquent une contraction des fibres lisses réglant le calibre des vaisseaux (vasoconstriction). Cette contraction peut-être intense et provoquer une brusque diminution de l’irrigation des tissus, entraînant une gangrène.

    Par hydrogénation, les alcaloïdes de l’ergot perdent ces propriétés, et acquièrent des effets vasodilatateurs. Ils sont aujourd’hui utilisés pour traiter hypertension, migraine et troubles du système nerveux à l’instar de la dihydroergotoxine.

    L’acide lysergique de l’ergot de seigle a été utilisé par deux chimistes des laboratoires suisses Sandoz - Stoll et Hofmann - pour donner naissance dès les années 30, à une série de 27 corps de synthèse. Le vingt-cinquième vit le jour en 1938. Il s’agissait du diéthylamide de l’acide D-lysergique, ou... LSD 25.

    Parce qu’ils avaient l’habitude de ramener en Suisse un peu de la terre de leur lieu de villégiature, les chimistes des laboratoires Sandoz furent un jour amenés à se pencher sur la découverte d’un des leurs, de retour du plateau de Hardangger, en Norvège.

    Le champignon en question, Tolypocladium Inflatum contenait un antibiotique faiblement actif. Mais cette molécule devait se révéler capable de déprimer de manière impressionnante le système immunitaire de la souris par une action sur les cellules-T. Dans les années 1980, sa structure était établie. Elle devait donner naissance à la ciclosporine, un médicament de premier plan pour minimiser les phénomènes de rejet après une greffe.

    Source : J-M. Pelt : Drogues et plantes magiques, Fayard 1983. Noël Arpin

     

    Composition nutritionnelle moyenne

    pour 100 g de champignons

     

    Apport énergétique

    25 à 40 kcal

    Eau

    90 g

    Protides

    2 à 4 g

    Lipides

    0,3 à 0,7 g

    Glucides

    3 à 6 g

    Calcium

    5 à 7 mg

    Phosphore

    100 à 120 mg

    Potassium

    300 à 500 mg

    Magnésium

    8 à 15 mg

    Sodium

    5 à 20 mg

    Vitamine C

    4 à 9 mg

    Vitamine B1

    0,02 à 0,10 mg

    Vitamine B2

    0,25 à 0,50 mg

    Vitamine B3

    5 à 8 mg

    Vitamine B5

    2 mg


    Pour en savoir plus :

    Société mycologique de France, 18 rue de l’Ermitage, 75020 Paris.