Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Le secret bien gardé des Italiens.

    La moka ou l’art du vrai café

    Le secret du café italien, c’est la torréfaction. Le secret est bien gardé, et la même marque, achetée à Rome ou à Paris, n’a pas le même goût. L’autre secret, c’est la méthode de réalisation. Alfonso Bialetti est l’inventeur, en 1933, de la machine à moka en aluminium. C’est une belle prouesse du design piémontais. La machine est belle et efficace. Simple d’usage, le petit bonhomme en moustache en assure l’authenticité. Il parait qu’il représente Renato Bialetti, le fils d’Alfonso. On trouve des mokas pour deux tasses ou plus. Bialetti fait également des poêles.

    Comme chacun sait, il faut mettre la dose exacte de café et d’eau, jamais moins. Une fois sur la cuisinière, c’est chaque jour une expérience nouvelle. La vapeur projetée est plus ou moins dense, le son est strident, les arômes montent jusque dans les étages supérieurs. Elle fonctionne par un ingénieux système d’osmose inversé. L’eau bout, la vapeur remonte par l’entonnoir et rencontre le café moulu. L’extraction finale monte dans le troisième étage de la moka, la cafetière, où il pourra être servi. Vous aurez constaté qu’en italien moka, comme Nutella, est du féminin. On dit bien la moka, en allongeant le o, et surtout pas le moka. Élément indispensable à savoir avant de se rendre dans les Pouilles et de prétendre passer pour un vrai transalpin.

    La boisson qui en sort est forte. Une boisson d’homme comme on pouvait dire avant que le politique correct n’arase ce type d’expression. Mieux vaut se servir une demi-tasse. La couleur est bien noire, et les arômes puissants. C’est du vrai café.

    Le seul petit souci: la cafetière à moka est en aluminium… pas très bon pour nous!

    Donc, comme je l'ai déjà indiqué, j'ai acheté il y a deux ans une cafetière en émail… à l'ancienne… c'est plus long pour faire du café…. sauf si vous êtes exigent-es comme une de mes cousines qui ne veut que du “frais“, vous pouvez faire le café le soir… une cafetière de café, vous devez la boire en maximum, deux jours… sinon, le presque frais devient de la bouillasse… et souvenez-vous en le faisant réchauffer: café bouillu, café foutu!

    Mon papa, il avalait à lui seul un litre et demi de la cafetière familiale. Le demi-litre restant, c'était pour nous… Surtout moi, dès l'âge de 8 ou 9 ans, j'ai refusé le chocolat du matin, ne voulant que le café au lait. Appelez-moi, madame Cafetière… mais, bon, comme c'est un peu contraignant de faire son café à l'ancienne, j'en bois un peu moins.

    Ne laissez pas tomber le café: trois tasses par jour améliorent considérablement votre chance de ne pas avoir l'Alzheimer.

    C'est scientifiquement prouvé. Cependant, pas plus de 5 par jour. Et ne vous laissez pas raconter des histoires: il y a plus de caféine dans un café-filtre que dans toutes autres cafetières, capsules en alu (danger grave pour la santé) ou pas!

    Dernière bonne info à savoir: dans votre cafetière émail à l'ancienne, les trous du filtre sont trop gros et laissent passer du marc. Si vous voulez lire dans le marc de café, cela vous regarde, sinon, faites comme moi, mettre dans le filtre émail un filtre à papier.

    Et, SVP, prenez des filtres bruns. Pas des filtres papiers fins qu'on vous fait croire écolo… non, ils ne valent rien et ne sont pas du tout écolo. Ces moins chers qui se trouent facile et qui sont fabriqués made in china ou ailleurs.

    Prenez des filtres bruns en papier épais brun: ces filtres sont faits dans un papier qui n'a pas été trafiqué, avec des produits chimiques pour les blanchir. C'est plus cher mais ça vaut le coup de se dire que, là, au moins, dans le petit noir du matin, on est complètement sûr-e d'avoir un café bon pour nos entrailles. Surtout si, comme moi, vous le faites avec de l'eau en bouteille.

     

    moka_kf.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Ami-es Toulousain-es, Permettez que je sauve votre tête!

    Avec ces chaleurs, vous allez souvent sous la douche, très souvent, c'est le matin, afin d'aller vivement et joyeusement rendre service à votre patron! Le plus souvent, vous vous lavez aussi les cheveux avec votre shampooing préféré.

    Le soir, vous rentrez, les genoux joyeusement pliés sous le poids de la fatigue et une vague nausée qui vous poing l'estomac et, machinalement, vous vous regardez devant un miroir pour voir les dégâts causés par la journée.

    Et vous froncez le nez et les yeux: vos cheveux pendouillent, lamentablement. Moches. Affreux.

    Décourageant! et pourtant, vous achetez le shampooing le plus cher du magasin!

    Ou bien, cédant à la mode de ceux qui s'y croivent (!) vous ne vous lavez plus, désormais, qu'avec de l'après-shampooing… puisque fa-chion victim-e, vous vous laissez raconter des bêtises sur internet sans voir plus loin que le bout de votre nez.

    Allez, va! je vous donne à penser plus fort que vos deux neurones ratatinés.

    Ce n'est pas le shampooing qui vous ratatine la tignasse!

    C'est l'eau, mon joli coco!

    En plus des molécules pharmaceutiques à foison à vous donner la nausée qui se trouvent invisiblement dans les tuyauteries de l'eau de la ville, il y a une sacrée quantité de produits chimiques différents, surtout, et notamment, l'eau de Javel… qui se décompose en chlorine et qui, depuis 30 ans me fait des yeux de lapin, me tord les tripes quand je n'en bois plus (même le café, je le fais avec de l'eau en bouteille…. merci, donc aussi, de me faire payer très cher les taxes de traitement des eaux puisque je bois uniquement de l'eau en bouteille et plus….)

    Et plus parce que je dois passer sous la douche les yeux et la bouche clos… je me lave avec de l'eau en bouteille, sinon je tousse à fendre l'âme.... et j'en ai vu des spécialistes: pneumologue, ORL qui m'ont marqué des médocs de ci et de là (qui m'ont tous, mise à carreau en sur-multipliant les effets de la foutue maladie qui m'est tombée sur le râble en 2005 alors, bien sûr que je ne lui demandait rien, à celle-là!) je dois aussi faire mes soupes et bouillons avec de l'eau en bouteille si je ne veux pas passer ma vie pliée en deux…. et, maintenant que j'ai bien parlé de moi, ce qui devrait vous laisser accroire que j'ai bien réfléchi, calculé et trouvé ce qui n'allait pas, l'ayant expérimenté en ma défaveur... voici l'astuce que je vous livre pour avoir une chevelure magnifique de chez très magnifique.

    Ne renoncez pas à votre shampooing préféré; contrairement à ce que vous croyez, vous ne lavez pas suffisamment vos cheveux avec de l'après-shampooing… d'ailleurs, vous n'avez même pas besoin d'après-shampooing… à condition de procéder ainsi:

    Lavez vos cheveux normalement, sous la douche avec votre shampooing habituel comme déjà indiqué (même le moins cher sera très bien, inutile de dépenser votre argent à engraisser les sociétés qui vendent des super de chez Mon-super-shampooing, formule spéciale, nouvelle formule…..encore plus de!!!

    Avant de vous essuyez la tête avec votre douce serviette cocooning allergisée avec de l'assouplissant bien parfumé au parfum chimique (mais, chacun fait ce qu'il veut!)

    FAITES UN RINÇAGE A L'EAU EN BOUTEILLE!

    Vous m'en direz des nouvelles!

    Et, surtout, dès que vous avez mis de l'eau normale (piscine, un p'tit coup pour me rafraîchir), passez-vous un bon quart de litre d'eau en bouteille.

    Vous pouvez aussi, mouiller abondamment un gant de toilette et lavez vos cheveux comme vous le feriez de votre figure!

     

    Mais, non, ce n'est pas moi! Moi, je suis plus jolie, bien sûr!

    femme6.jpg

  • Courgettes farcies

    Il y a deux méthodes: 1e: les demi-courgettes sont attachées, avec de la corde à rôti, une sur l'autre et cuites au four avec assez de bouillon…. four 100° pendant 30 m' minimum.

    L'autre, les demi sont cuites séparément et, ainsi, vous pouvez y poser après les avoir fait précuire 10 m' ou plus, un fromage cabécou.

    Pour 4: 1 grosse courgette par personne ou deux petites; 2 gousses d'ail

    100 g de viande hachée: saucisse, veau, poulet, bœuf; 1 œuf

    30 g mie de pain trempée dans du lait; ½ l de bouillon ou de sauce tomate liquide toute prête (fainéants!); huile d'olive pour cuisson au four.

    Pour ceux qui feront leur sauce tomate: faites roussir à bien brun un oignon coupé en cubes et versez des tomates entières pelées ou coupez des tomates bien mûre en gros quartier; n'oubliez pas d'ajouter 1 morceau de sucre pour retirer l'acidité de la tomate.

    Sel, poivre, persil ou ciboulette ciselée; râpé d'un fromage ou petit fromage de chèvre, genre cabécou

    Faites la farce en mélangeant la viande, 1 œuf entier, la mie de pain et beaucoup de persil haché et de l'ail haché, bien sûr. Poivrez à votre goût. Goûtez!

    Creusez les courgettes dans le sens de la longueur, creusez-les et remplissez de farce et faites cuire selon l'une ou l'autre des méthodes ci-dessus explicitées.

    Nous faisions le plus souvent la 1ere méthode; le plus pénible, c'est de ne pas se brûler pour couper la ficelle. Il faut, bien sûr, ficeler la courgette sur trois points car, le bouillon vous fera des courgettes très molles. Mais, ce n'est pas désagréable. Vous faites un bouillon avec ½ l d'eau, 1 petit verre de vin blanc, du fond de volaille ou de veau… donnez du goût! rajoutez des champi ou des olives noires.... ou tout ce qui vous passe par la tête!

    Pour la seconde méthode, une fois que vous avez réparti le farci, vous arrosez d'huile d'olive et chapelure; faites cuire four 220° pendant ¼ h et rajoutez le fromage puis remettre 10 m' pour le faire fondre. Vous devez allez vite vous ne pas que votre four refroidisse trop.

    Si vous n'avez pas de four: mettez tout dans une sauteuse et cuisez à couvert avec des courgettes farcies à la 1ere méthode. Feu moyen durant 25 m', en surveillant, bien sûr que le bouillon est toujours là.

    Préparées d'une façon ou de l'autre, vous pouvez les déguster tièdes.

     

     

  • Femme au volant..... (y'a des fois, je vous jure, mon sexe me tape sur les nerfs!)

    Conduire en claquettes ce n'est pas le pied

    On nous avait prévenus, les forces de l’ordre cet été seront un peu plus impitoyables qu’à l’accoutumée  puisqu’il va falloir une bonne fois pour toute se convaincre qu’il faut inverser la tendance inflationniste de la mortalité routière. Il faut donc bien se tenir et sachez qu’il faut aussi bien s’habiller. C’est ce qu’à découvert à ses dépens une automobiliste circulant sur une départementale de Haute-Garonne.

    Une départementale paisible et des condés au carrefour qui arrêtent pour un banal contrôle. Pas de souci, c’est le métier et le jeu, et ça n’arrive pas si souvent, même en plein été. Et puis on a le temps en cette période et comme on est en règle, on s’y prête de bonne grâce. Et pourtant, la surprise guette toujours.

    Parce-que la gente dame conduisait son automobile avec des claquettes aux pieds, elle s’est vue infliger une amende de 90 euros. Non pas par faute de goût. Mais parce qu'à la lecture de l'article  R.412-6 du code de la route, celui-ci accorde à la police et à la gendarmerie la possibilité de verbaliser tout automobiliste qui adopte une position ou qui a un comportement pouvant le gêner à "exécuter toutes les manœuvres qui lui incombent." Et les claquettes, ce n’est pas top, reconnaissons-le.

    Bon, sinon on n’a pas la palme de l’originalité en la matière. Tiens, dans le Kentucky, si les femmes peuvent conduire en maillot de bain c’est sous conditions. Lesquelles? Si elle est blessée, si elle est accompagnée de deux policiers ou en possession d’une arme afin de pouvoir se défendre en cas d’attaque. En Californie, les femmes n’ont pas le droit de conduire en peignoir. En Allemagne, les nudistes sont acceptés au volant mais seulement s’ils sont chaussés. Et en Arabie Saoudite, elles n’ont pas le droit de conduire du tout.

     

     

  • Cassoulet: 1 fois par mois, seulement!

    Une alimentation riche en graisses saturées aurait des conséquences négatives sur les troubles de l’humeur

    Une alimentation riche en grasses saturées aurait des conséquences négatives sur la motivation et les troubles de l’humeur. Une équipe de chercheurs de Montréal a mis en évidence qu’une alimentation riche en graisses peut provoquer d’importants dysfonctionnements de la dopamine mésolimbique. Ce neurotransmetteur est directement impliqué dans le circuit de la "récompense" dont découlent les troubles de l’humeur et les conduites toxicomaniaques.

    Alimentation et graisses saturées: le comportement affecté

    Les résultats publiés aujourd’hui dans la revue "Neuropsychopharmacology" montrent qu' "indépendamment de la prise de poids et de l’obésité, une alimentation riche en matières grasses peut provoquer des déficiences dans le fonctionnement des circuits du cerveau directement impliqué dans les troubles de l’humeur, la motivation, la toxicomanie, la sur-alimentation ainsi que dans l’hedonia, qui caractérise un état mental de bien-être", précise Stéphanie Fulton, professeur au sein du département de nutrition de l’Université de Montréal. "Les effets d’une alimentation riche en gras sur la diminution de la sensibilité du système de récompense du cerveau sont spécifiques aux graisses saturées comme l’huile de palme", ajoute-t-elle.

    Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont travaillé avec trois groupes de rats. Le premier, le groupe de contrôle, a été soumis à un régime pauvre en graisses, contenant des quantités à peu près égales d’acides gras mono-insaturés et saturés.

    En plus d’être mauvais pour la santé, manger gras nuit au bon fonctionnement du cerveau

    Le deuxième groupe a reçu une alimentation riche en acides gras mono-insaturés, dont 50% des calories provenaient de graisses issues de l’huile d’olive. Le troisième, enfin, a reçu une alimentation riche en graisses saturées dont 50% des calories provenaient de dérivés d’huile de palme. Les rats étaient libres de manger la quantité qu’ils désiraient.

    Au bout de huit semaines, ils ont subi une série de tests biochimiques et comportementaux, significatifs du fonctionnement de la dopamine chez le rat.

    “Nous avons établi que les rats qui avaient eu le régime à base d’huile de palme avaient une fonction de la dopamine émoussée", a déclaré Cécile Hryhorczuk, co-auteur de l’étude. "Nous avons, ainsi que d’autres groupes de recherche, émis l’hypothèse que cette situation entraîne le cerveau à compenser en intensifiant le comportement de recherche de la récompense, un peu comme le phénomène de tolérance de la drogue où l’on doit augmenter la dose pour obtenir un même niveau de plaisir ou de récompense".

    Cette étude est la première du genre à montrer que, indépendamment des changements de poids, la surconsommation de graisses peut avoir des effets négatifs sur les contrôles de la motivation par le cerveau. "Nous pensons que les graisses peuvent avoir une incidence sur le système de la dopamine par une action directe dans le cerveau", conclut Stéphanie Fulton.

     

    Toulouse, toulousain, cuisine, recettes, gastronomie, OccitanieRecette de Yoshi