Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Purée rouge

    (pour accompagner les viandes que vous voulez)

    Pour récupérer des haricots cuits nature (blanc, surtout)

    Pour 4;  500 g de potiron ou de courge, 60 g de haricots blancs cuits, 4 à 6 tranches de chorizo piquant ou pas; 1 petit oignon jaune; 2 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse; 1 peu d'huile d'olive ou de noix; 4 feuilles de basilic (on en trouve du rouge); ½ cuillère café de curcuma, un peu d'Espelette

    Faite roussir à brun l'oignon coupé en cube et avant qu'ils soient bien brunis, rajoutez le potiron (citrouille) ou la courge coupés en gros cubes dans l'huile d'olive, salez, poivrez et rajoutez le curcuma (s'il n'est pas mis à la cuisson, le plat est amer).

    Rajoutez du bouillon ou de l'eau et faîtes cuire tranquille, à couvert, environ 20 m' à feu moyen. Une fois cuits, passez au mixer avec la crème fraîche; perso, j'aime la purée très épaisse (la soupe, la chantilly et les sauces aussi); si c'est trop épais, allongez d'un peu de lait entier ou, pourquoi pas, du lait ribot (si vous n'en avez pas, vous me faites rire! vous payez très cher de l'actimel et vous n'achetez pas du lait fermenté? bon, parce que c'est vous, voici la recette de l'acti… pardon, du lait fermenté: prenez un litre de lait entier que vous mélangez avec deux petits suisse à 40%; battez bien et laissez reposer deux jours ou plus. Et devinez quoi? c'est vous qui l'avez fait!).

    Retirez la peau du chorizo, coupez le en rondelles, faites le griller à sec dans une poêle en fer très chaude; ajoutez les haricots blancs et faites chauffer un peu; avez-vous remarqué? Les haricots vont éclater et s'ouvrir et prendre un arrière-goût de fumée? muy bueno! comme on dit de l'autre côté des Pyrénées.

    Vous présentez la purée dans l'assiette chaude avec par dessus, les haricotés sautés et le chorizo. Arrosez d'un filet d'huile d'olive ou de noix, noisettes et posez la feuille de basilic pour chacune des assiettes.

    Pour le lait fermenté, vous pouvez aussi le faire avec du fromage frais entier, si vous le voulez plus acide, hop, lichette de jus de citron… en plus, le jus de citron caille bien le lait et votre fermenté ira plus vite.

    Et ça sert à quoi le lait fermenté? cela améliore parfaitement votre digestion en plus des vitamines et autres sels minéraux du lait. Si vous avez tendance à être constipé-e, c'est le ribot qu'il vous faut!

    Au fait, cette recette est un peu “tapas“… vous pouvez aussi la présenter en verrine. Courge au fond, haricots et chorizo par-dessus… et pour décorer, osez quelques noisettes brisées ou des pignons de pain.

    Cela se sert aussi avec du pain tintché!

  • Sauté de dinde au vin blanc

    Pour 4, 500 g de viande de dinde coupé en morceaux; ½ l de vin blanc sec pour la cuisine (le moins cher!), 1 oignon et 3 clous de girofle, 1 feuille de laurier, 2 branchettes de thym, 1 cuil. à soupe de farine ou fécule pomme de terre ou maïs, 1 petite boîte de champignons de Paris (ou autres champi) 2 cuillères à soupe de graisse canard, 2 carottes coupées en rondelles, 1 petit os de veau, 1 l de bouillon.

    Faites brunir l'oignon jaune coupé en petits dés dans votre cocotte avec la graisse de canard; remuez souvent, feu moyen et rajoutez la viande coupée en gros dés. Faire revenir en remuant de tous côtés pour ne pas que cela brûle; quand vous jugez que cela vous convient, saupoudrez de farine ou fécule, remuez et laissez encore deux bonnes minutes en remuant sans cesse; versez le vin blanc et le bouillon. Ajoutez la boîte de champignons, l'os de veau, le thym, le laurier, les clous de girofle, poivrez et salez à votre convenance. Ajoutez les rondelles de carottes.

    Portez le feu à vif jusqu'au moment ou vous voyez de gros bouillons puis, vous baisserez et laisserez mitonner une heure trente, à couvert.

    Si vous faites en cocotte minutes, cuire 45 mn au chuchotement de la soupape et quand vous éteignez, ne retirez pas la soupape. Le plat continue à cuire une bonne dizaine de minutes encore.

    Astuce: rajoutez aux deux extrémités de l'os  quelques grains de gros sel pour que la moelle ne s'échappe pas trop vite. Si vous aimez la moelle, mettez deux os.

    Vous pouvez utiliser du poulet, du canard ou du mouton pour ce sauté. Servez avec des pommes de terre en robe des champs, avec des pâtes, blé ou riz nature (c'est la sauce qui fera le goût). Perso, j'aime bien des coquillettes ou des spaghettis complet.

    Si vous trouvez la sauce trop pâle, ajoutez du concentré de tomate délayé avec 1 louche du bouillon.

     

  • Pour avoir la taille fine

    Aliment brûle-graisse n°1

    La courgette

    Très peu calorique (13 kcal pour 100 g.), la courgette entraîne une dépense importante pour être digérée. Elle a également un effet diurétique, grâce à sa richesse en potassium et sa faible teneur en sodium (à l’origine de la rétention d’eau).

    Aliment brûle-graisse n°2

    La pomme

    La pomme contient une quantité importante de pectine, qui a une double action rassasiante et piégeuse de graisses dans l’estomac. On choisira de préférence les Granny Smith, qui contiennent très peu de sucre; une à deux pommes tous les jours au goûter, pendant deux ans: j'ai connu un jeune homme qui a perdu 5 kg en un an! Qui a des pommes dans son jardin, ne voit jamais le médecin!

    Aliment brûle-graisse n°3

    Le son d’avoine

    Plébiscité par le célèbre Dr Dukan, le son d’avoine contient des fibres solubles et insolubles qui emprisonnent une partie des graisses de notre alimentation, tout en favorisant la satiété.

    Aliment brûle-graisse n°4

    Le citron

    Cet agrume contient 25 kcal pour 100 g. Son acidité (causée par la présence d’acide citrique) aide l’estomac à dégrader les graisses et les protéines.

    L'huile essentielle de citron, c'est ici: www-biotine-sep.com

    Aliment brûle-graisse n°5

    Le thé vert
    Le thé vert est bien connu pour son action diurétique et amincissante. La théine qu’il contient augmente le métabolisme de base (et donc les dépenses énergétiques). Les tanins, quant à eux, réduisent l’assimilation des graisses. Faites-le avec beaucoup de cannelle. Voir plus bas.

    Aliment brûle-graisse n°6

    Le poivron

    Ce piment doux est très peu calorique : il contient 20 kcal. pour 100 g. A une action diurétique, il associe un effet satiété non négligeable dans le cadre d’un régime. Il permet aussi d’éliminer une partie des sucres et des graisses.

    Aliment brûle-graisse n°7

    La cannelle

    Des études scientifiques récentes ont démontré que la cannelle réduisait le taux de sucre dans le sang et, avec l'huile essentielle de chine, la cannelle va attraper le sucre dans vos bourrelets. Indirectement, elle permet également de mincir, si on l’utilise à la place du sucre dans nos cafés, thés et yoghourts.

    En huile essentielle, préférez la cannelle de chine… pas facile à trouver, cependant.

    Aliment brûle-graisse n°8

    Le brocoli

    Comme la plupart des légumes, le brocoli est très peu calorique: 25 kcal pour 100 g. Sa contenance élevée en fibres insolubles (3g. pour 100 g.) et le fait que sa digestion entraîne une grande dépense énergétique en font un aliment minceur par excellence.

    Et comme il est réputé anti-cancer et c'est prouvé scientifiquement (comme tous les choux) il n'y a pas de raison pour s'en passer.

     Si le chou vous reproche: facile, blanchissez-le quelques minutes dans de l'eau bouillante, passez et laissez tremper dans de l'eau glacée, puis, cuisinez normal

     

     

  • Râbles de lapin aux pruneaux

    Vous ne devez pas savoir comment dépouiller un lapin... mais, autrefois, nous les achetions vivants et c'était à nous de les dépouiller... c'est assez facile, croyez-moi... le meilleur? la sanquette bien sûr. J'adore les foies de lapin... mais, on en trouve rarement. Il ne reste qu'à se rabattre sur les foies de volailles; par contre, plumer une poule, dinde ou autres gallinacées dans un appart' HLM ou autres!!!!! vaut mieux avoir un sacré aspirateur :-)

     

    1 râble par personne, 400g de pruneaux d'Agen, 4 navets (petits) 2 oignons jaunes; 2 branches de céleri; huile d'olive ou graisse de canard; 20 cl de muscat; 2 feuilles fraîches de laurier, 2 étoiles de badiane ou 10 cl d'apéritif anisé; 1 beau bâton de cannelle; sel, poivre… vous pouvez aussi ajouter du gingembre frais râpé.

    Faites revenir les oignons en cubes et quand ils sont bien colorés, ajoutez les râbles dans une cocotte ou sauteuse à l'huile ou la graisse et faites bien dorer de tous côtés; ajoutez les côtes de céleri coupées en dés; le laurier et remuez bien.

    Dans une petite casserole, porter le muscat à ébullition, avec la cannelle, salez et poivrez et ajoutez la badiane ou le pastis, laissez mijoter doucement 20 mn. Si vous le souhaitez, ajoutez votre gingembre ou si vous aimez piquant, du piment d'Espelette.

    Ajoutez les navets pelés coupés en gros cubes et les pruneaux dénoyautés ou non coupés en cubes; laissez mijoter une bonne 20e de minutes à feu moyen.

    Vous pouvez remplacer gingembre et piment d'Espelette avec une très grosse cuillère à soupe de moutarde en grain que vous aurez laissé éclater au moment de cuire les oignons.

     

    rable de lievrepruneaux.jpg

     

     

     

     

     

    Ici, ce sont des prunes jaunes.... un voisin m'avait porté de son jardin, alors, comme je n'aime pas gaspiller!

     

    Non, non, toutes les photos du blog ne sont pas de moi... quelques unes, cependant.

     

     

  • Mise en garde de la DGCCRF

    La consommation du champignon shiitaké alors qu’il n’a pas été suffisamment cuit peut entraîner une réaction toxique au niveau de la peau.

    Le shiitaké, ou lentin du chêne, ce champignon d’origine asiatique exporté partout dans le monde, doit être bien cuit avant consommation. Qu’il soit acheté frais, séché ou en poudre, le champignon shiitaké doit être cuit suffisamment avant d’être consommé. C'est le conseil que donne à titre préventif la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), relayé hier par Le Parisien.

    Risque de réaction inflammatoire

    En effet, avertit la DGCCRF dans son communiqué, la consommation du champignon à l'état cru ou insuffisamment cuit "peut engendrer des dermatites toxiques dites flagellaires". Des réactions qui se caractérisent par l’apparition de petites lésions sur l'ensemble du corps, ainsi parfois que de grandes stries rouges semblables à des marques de grattage. Démangeaisons assurées, qui peuvent mettre jusqu’à deux ou trois semaines à disparaître…

    C’est le lentinane, un polysaccharide présent dans le champignon, qui serait responsable de cette réaction, dont 32 cas ont été attestés en France entre 2010 et 2013. Comme tous les sucres, la molécule est dénaturée par la chaleur, ce qui explique qu’il faille bien cuire le shiitaké avant consommation et ce, insiste la DGCCRF, que le champignon "soit acheté frais, séché ou en poudre".

    Des vertus thérapeutiques encore à prouver

    Le shiitaké est un champignon parfumé très populaire en Asie de l’est, notamment en Chine où il est utilisé dans la médecine traditionnelle. En dehors de ses qualités gastronomiques, il est souvent consommé comme complément alimentaire, en raison de ses vertus supposées pour la santé. Il est notamment censé stimuler les défenses immunitaires – une allégation qui reste à prouver scientifiquement, a arbitré en 2012 l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA).

    L’extrait de shiitaké est aussi couramment utilisé en Asie pour le traitement alternatif de certains cancers. Quelques études semblent aller dans ce sens, mais les données existantes sont pour l’heure loin de faire consensus. Dans le doute, et pour éviter des problèmes de démangeaisons quant à eux bien attestés, on préférera s’en tenir à la poêlée de champignons…

    Si sa culture était limitée au territoire du Japon dans les années 1970, puis de la Chine à la fin des années 2000, elle se développe désormais dans l’Hexagone.

    D’une manière générale, la Société mycologique de France rappelle qu’il faut consommer les champignons en petites quantités et jamais à tous les repas. "De plus, il ne faut jamais ramasser les champignons dans les endroits potentiellement souillés ou pollués (bords des routes, composts, champs amendés, etc.), car ces organismes, composés à plus de 80 % d’eau, sont de véritables éponges, et accumulent énormément les composés toxiques".

    "Il est utile de noter les heures du ou des derniers repas, l’heure de survenue des premiers signes et de conserver les restes de la cueillette pour identification".