Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le Nutri-score va devenir obligatoire sur les publicités

    L’Assemblée nationale vient d’adopter une loi visant à informer le consommateur du Nutri-score d’un produit alimentaire dont il est fait la publicité d'ici au 1er janvier 2021.

    Les aliments ultra-transformés ont envahi les étals de nos supermarchés et les espaces publicitaires. Une nouvelle loi vient d’être adoptée pour contraindre les industriels à mentionner le Nutri-score de leurs produits lorsqu’ils en font la promotion à la télévision, à la radio ou "par voie d’imprimés et de publications périodiques édités par les producteurs ou distributeurs de ces produits". Son but est d'« améliorer la qualité nutritionnelle des aliments et à encourager les bonnes pratiques alimentaires ». Cette loi  oblige par ailleurs les industriels de l'agro-alimentaire à transmettre à l'observatoire de l'alimentation les données relatives à l'étiquetage nutritionnel de leurs produits.

    En retour, l'observatoire doit remettre chaque année au 1er janvier un rapport au Parlement sur l’évolution de la qualité nutritionnelle de l’offre alimentaire. Ce rapport devant alors servir de base à l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) pour fixer "des objectifs de réduction en sel, en sucre et en acides gras trans pour les catégories de produits alimentaires identifiés comme contribuant significativement à l’apport de ces nutriments dans l’alimentation“.

    On pourrait se dire que c’est une bonne chose, une petite avancée dans le combat contre la malbouffe. Cependant, les industriels pourront se soustraire à cette obligation, moyennant finances. Et "l'obligation ne s'appliquera qu'aux messages émis et diffusés à partir du territoire français et reçus sur ce territoire".

    Un amendement précise que l'enseignement sur l'alimentation doit être nécessairement intégré à l'enseignement scolaire et reste optionnel pour les activités périscolaires.

    Si on peut se réjouir de voir les parlementaires s'emparer de cette question de santé publique, on peut aussi se poser la question des effets réels qu'elle pourra avoir sur le surpoids et l'obésité, à cause de ses limites en termes d'obligation et aussi parce qu'elle est basée sur le Nutri-Score, un indice extrêmement réducteur.

    Lorsque que j'étais à l'école publique, dans les années soixante, nous avions cours de cuisine; nous avions, nous les filles, la possibilité d'avoir un sujet au certificat d'études… cuisine ou couture.

    On devrait enseigner la nutrition et diététique dès le plus jeune âge aux enfants… savoir se nourrir bien est très important… et les parent actuels, n'ayant pas été informés sont de bien pauvres éducateurs… on ne peut enseigner que ce que l'on sait soit même, cela tombe sous le sens.

     

  • Pommes de terre sautées

    pour 3 personnes; 1kg de pomme de terre; 250g de cansalade, 30 g de graisse de canard; sel, poivre; 1 gros oignon jaune; des herbes aromatique: 30 g

    Cuire les pommes de terre avec de l'eau bouillante, salée, durant 20 minutes. Coupez-les en gros cubes;

    Dans un sautoir recouvert de céramique ou en fonte; mettre la graisse de canard et la cansalade coupée en lardons et faire brunir; ajoutez les pommes de terre, les herbes aromatiques entières ou des cœurs de laitue. Faites sauter un quart d'heure en remuant souvent.

    Si vous rajoutez un litre de bouillon, vous obtenez une soupe de patates à servir avec des croutons aillés et fromage râpé. Soupe complète donc.

  • Quand je fais de la blanquette...

    ou du pot au feu, ou autres plats mitonnés, je rajoute plus de bouillon que nécessite le plat. (sauf les cuissons avec du vin)...

    Comme j'ajoute toujours un os à moelle, je récupère ainsi, pour le congeler en pot de verre, du bon bouillon gélatineux à souhait dont je vais me servir plus tard pour faire une soupe toulousaine (du bouillon versé sur des croûtons de pain, avec un œuf dont le jaune est jeté sur le pain et le blanc cuit dans le bouillon; je rajoute en dernier ressort du fromage râpé).

    Finir avec du persil ciselé. Pour la diététique, saupoudrez de levure de bière dans le bol à soupe: on ne fait jamais cuire la levure de bière pour ne pas tuer ses bonnes propriétés thérapeutiques.

    Vous trouverez des gélules de levure de bière revivifiable (cela veut dire que la levure n'est pas morte: il m'est arrivé de l'utiliser pour un gâteau n'ayant pas de levure pour ce faire)

    les gélules bio sont ici:

    http://www.biotine-sep.com/gelules

     

    D'ailleurs, moi, je fais tous mes bouillons (et mon café) avec de l'eau en bouteille... plus chère peut-être que l'eau du robinet, mais au moins, il n'y a pas de chlore qui m'agresse les intestins...

     

     

     

  • Fonds d'artichauts en ragout

    1 ou 2 fonds d'artichauts par personne en bocal de verre; si vous les achetez frais, coupez les queues, ôtez les premières feuilles abîmées; coupez le haut des feuilles, ôtez le foin et faites cuire ¼ d'heure dans de l'eau bouillante, salée et citronnée. Pour vérifier la tendreté, que fait-on? on plante la pointe d'un couteau!

    1 verre vin blanc sec; 1 verre de bouillon maison; 250g de cansalade, 30 g de graisse de canard; quelques graine de coriandre; sel, poivre;

    Dans un sautoir recouvert de céramique ou en fonte; mettre la graisse de canard et la cansalade coupée en lardons et faire brunir; ajoutez tous les autres ingrédients, couvrez et laisser cuire jusqu'à diminution du bouillon; en cocotte minute, faites cuire 15 mn dès que la soupape chuchote.

    Vous pouvez préparer ainsi des cœurs de laitues, des brocolis, des poireaux, du céleri-branche; des cardons, etc…

  • Sauté de veau en blanquette

    C'est un plat que je réalise, l'hiver, au moins toutes les trois semaines;

    la viande est moelleuse et tendre!

     

    Pour 4:

    1 kg à plus de morceaux de veau: tendron (mon préféré), épaule, tranchet ou rouelle d'osso bucco; 250 g de riz, 1 œuf, 1/2 l de bouillon de poule; 30 cl de crème fraiche liquide, 300 g de champignons de Paris miniatures, 60 g de petits oignons blancs pelés, 1 côte de céleri branche, sel, poivre; branchettes de thym frais, 1 grosse cuillère de graisse de canard ou graisse habituelle; trois carottes.

    Pelez l'oignon (gros cubes) et les carottes (rondelles); Avec la graisse de canard, les faire sauter dans une cocotte vapeur (cuisson 15 m, après chuchotement) ou cocotte émail ou fonte (cuisson 45 mn', feu moyen); ajoutez les cubes de viande et faire dorer de tous côtés; ajoutez le bouillon, les carottes en rondelles, la côte de céleri, branchette de thym, les champignons et petits oignons blancs. Faites cuire le temps indiqué.

    Si vous faites cuire en cocotte vapeur, éteignez le gaz, n'enlevez pas la soupape et laisser la vapeur finir de cuire la viande, dix minutes. Salez, poivrez, ajoutez le riz et faites cuire 30 mn“ encore à feu moyen.

    Battre un œuf en omelette dans un saladier; ajouter 30 cl de crème fraiche liquide; fouettez bien; versez une petite louche du bouillon dans le saladier puis reversez le mélange dans la cocotte. Laissez cuire encore deux-trois minutes. Goûtez et rectifier l'assaisonnement; servez saupoudré de persil ou coriandre fraiche ciselés.

    Vous pouvez remplacer le mélange œuf-crème fraiche par une boîte de tomates entières concassées, ajoutez en sus deux morceaux de sucre.