Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

terroir

  • Toujours des histoires de cassoulet.

    Ce matin, j'ai reçu un appel d'une journaliste de la 2: elle me demandait si je pouvais participer à une émission qui consiste à proposer à des familles de manger sainement en cuisinant elle-même des bons produits cherchés chez les producteurs directement et d'apprendre à s'impliquer dans la préservation de l'environnement.

    Petite erreur de casting: ce n'est pas à une vieille de mon genre que l'on apprend la bonne cuisine (faite avec des produits frais) d'une part, ni même la diététique et la bonne façon de recycler ses déchets.

    Comme je suis une bonne blagueuse, j'ai parlé de beaucoup de choses et je ne sais pas comment  je lui ai dit que le meilleur cassoulet à Toulouse se trouvait, il y a trois ans,  au restaurant La Régalade, fermé depuis pour cause de retraite.

    Elle me dit: ha, non, le meilleur cassoulet est celui de Castelnaudary, j'y suis née. Comme elle ne possédait pas l'accent de l'Aude, je lui ai demandé d'où elle appelait, de Toulouse dit-elle. Je lui ai alors indiqué que le meilleur cassoulet n'avait pas de provenance, que le meilleur cassoulet est fait par les femmes de l'Aude comme ma grand-mère, née à Carcassonne et ma mère à Castelnaudary alors que moi, je suis née à Toulouse. Comme elle avait la prétention, puisque de Castel, de connaître la bonne recette, je lui ai posé deux ou trois colles... et j'ai gagné, of course.

    Par exemple, je lui ai expliqué que jamais dans la recette des femmes, on ne met de la chapelure. Elle ne le savait pas: mon papa en met. Ah bon! Un de la ville de Cassoulet, Dieu le père, qui met de la chapelure? Quelle hérésie, quelle honte!

    Je lui dit que le cassoulet a toujours été fait avec des haricots cocos blancs; il s'agit d'un haricot que l'on cultivait ici, dans le coin. Ce haricot a la fâcheuse manie de se désagréger en purée une fois bien cuit. Et c'est cela qui épaissit la sauce.

    Les cuisiniers qui se prennent pour des grandes toques et tous les toqués du même acabit ne savent même pas que le cassoulet ne se gratine pas. Ils sont, hélas, obligés de le faire car ils choisissent d'utiliser des haricots lingots qui ne se défont pas à la cuisson (ce qui présentent mieux qu'une certaine "bouillie" de haricots coco blanc). En utilisant des lingots, on a pu améliorer la présentation pour montrer au monde entier notre recette préférée et faire des photos présentables.

    Donc, si l'on vous présente un cassoulet avec chapelure, ricanez sous le nez du crétin pompeux qui se pavane. (Essayez de dire cette phrase à haute voix, cela doit être amusant!); tous les imbéciles heureux qui se pavanent avec "leur recette" me font rire. Ils vont racontant: la tradition veut que l'on craque 7 fois la croûte du cassoulet. Nul.

    J'en ai déjà parlé mainte et maintes fois. Quand on fait cuire plusieurs viandes différentes dans un bouillon, se forme une sorte d'écume. C'est elle qu'il faut "craquer". En fait, tout bêtement, on doit secouer le plat 7 fois au four; ce qui signifie que le cassoulet est un plat qui mijote, qui mijote, qui mijote, qui mijote, qui mijote, longtemps, très longtemps.

    Dans les campagnes, le travail des champs était dur sans les machines modernes. Les gens partait toute la journée aux champs, prenaient leur repas (dans une cabane s'il pleuvait) à midi, dans les champs. Et le soir, ils rentraient saoul de soleil et de fatigue et mettait les pieds sous la grande table familiale (dite parfois "monastère") où la ménine venaient leur servir le cassoulet.

    Car, une vieille femme qui ne va plus dans les champs faucher les foins où les blés, restait à demeure pour torcher les bébés et cuire la soupe. Il y avait de très grandes cheminées où l'on suspendait un énorme chaudron. Le feu était entretenu par la vieille femme qui versait dans le chaudron: une fois des haricots; une fois de la viande ou du confit selon besoin. Bien sûr, le cassoulet attachait au fond et même brûlait, cela faisait partie du "goût" du plat. Régulièrement, la marmite était récurée par une jeunesse et hop, la ménine reprenait son manège les jours suivants.

    Et alors, où elle est la chapelure dans cela? Nulle part. Le haricot coco se désagrégeait, il épaississait le bouillon; pourquoi mettre ces viandes à cuire si longtemps?

    ?

    ?

    Tout simplement parce qu'il n'y avait pas de dentiste avec fauteuil et instruments stérilisés!

    Les gens avaient des chicots de dents; donc, il leur fallait de la nourriture facile à déchirer...

    C'est tellement simple à comprendre!

    Dans le cassoulet toulousain, on rajoute de la tomate, juste une goûte. MAIS POURQUOI? Parce qu'en fin 19e, il y avait beaucoup de visiteurs anglais a Toulouse; ils dégustaient le cassoulet mais ne le trouvait pas si bon que cela. Hérésie! Pas bon notre cassoulet? Et ce sont les rosbifs qui font la fine bouche alors qu'ils mangent des haricots fluo? Un malin cuisinier toulousain à compris ce qu'il fallait faire: il a rajouté une petite boîte de tomate concentrée qui a donné une petite couleur au bouillon et, passez muscade, tout à coup, vl'à les anglais qui adorent notre plat gascon!

    Mais oui: Toulouse est à cheval sur les provinces Gasconne et Languedocienne. (C'est finit de critiquer? vous n'allez pas m'apprendre mon histoire de France locale tout de même!).

    Bien évidemment, tout à coup, des petits malins qui avaient déjà massacré le cassoulet à coup de chapelure sans même comprendre ce qu'ils faisaient se sont mis à nous bassiner la tête: mais vous n'y êtes pas, le haricot n'existe en France que depuis 1600 alors que des parchemins nous l'indiquent exister depuis bien longtemps avant. Ils se sont masturbés la cervelle et se sont dit: ben, avant, on mangeait des fèves dans le coin; et zou, v'là le cassoulet, le vrai de vrai que moi je suis le meilleur je le fais avec des fèves!

    Et moi, je regarde une émission sur Cuisine TV et je vois un abruti qui prépare un cassoulet réalisé avec des fèves fraîches: couleur vert fluo le cassoulet qu'il était.

    Et je vois se pavaner l'arrogant devant les caméras en nous présentant son invention miteuse.

    En voyant ce plat de viandes confites délicieuses gâtées par le vert printemps, je comprends aussitôt ce que je vous indique: les fèves, ben... on ne peut pas les garder fraîches longtemps. Et puis, autrefois, il n'y avait pas de réfrigérateur ni même de glacière dans les fermes gersoises, audoises, languedociennes. Les fèves sont mises à sécher et se gardent donc, comme les haricots... secs. On les appelle donc: févettes, ici, chez nous.

    Je n'ai pas encore eu l'occasion de goûter un cassoulet aux fèves (févettes) mais avec tout ce que je sais de son histoire, des févettes à la place du coco, suis pas contre. Mais, je n'en ferais pas: perso, trop réalisé de cassoulets aux cocos blancs. Déjà que l'on n'en trouve pas facilement des petits cocos blancs, alors des févettes...

    Mais, tout de même, puisque l'on s'imagine d'autres féculents, pourquoi n'a-t-on pas choisis les pois chiches? Ma marraine, d'origine espagnole, cuisinait ces pois chiches tellement bons que vous ne pouvez même pas le concevoir....

    La cuisine était l'affaire des femmes; les femmes aiment leurs enfants et leurs maris. La cuisine se fait avec amour. Beaucoup, beaucoup d'amour.  La plupart des grandes ou moyennes toques respectent tout juste leur critique gastronomique du Gault Rouge ou du Futé Michelin ou lycée de Versailles.

    Le premier ou la première qui me dit que j'ai tors dans ce dernier paragraphe n'a pas eu d'enfance heureuse, je le-la plaint de tout mon cœur et plus encore que vous ne croyez.

    NOTE pour mon banquier: non, cher ami, je ne vous donne pas ma recette. Coïncidence, mon banquier m'appelle juste après la conversation avec la journaliste. Cela fait je ne sais combien de temps qu'il me tarabuste pour que je lui donne ma recette: je lui explique et réexplique: invitez dix, douze, autant de personnes que vous voulez; je viens chez vous faire le cassoulet. Il y a énormément de recettes de cassoulet sur internet, ma recette n'est pas tellement différente des autres, ce qui fais la différence, c'est le "truc". Que j'ai parce que je réalise du cassoulet depuis toujours et j'ai bientôt 61 ans. Donc, forcément, j'ai une méthode de réalisation. Je montre à toutes les copines ou femmes de la famille: il faut le voir pour savoir comment se prépare un cassoulet, sinon, vous aurez un cassoulet "de boîte de conserve".

    C'est la mode de prendre des cours de cuisine: 70 euros les deux heures; moi, je vous demande juste une portion pour moi et une pour ma fille. Je viens quand vous voulez.

    Mais, comme cela fait plus de quatre ans que je le lui serine et qu'il n'a pas le temps....

     

  • Un petit tour de galette?

    La galette des rois

    L'Épiphanie est une fête chrétienne qui célèbre la manifestation de Jésus face aux rois mages, le Messie dans le monde. Elle a lieu le 6 janvier. En France, puisque ce jour n'est pas férié, elle est souvent reportée au dimanche suivant ou anticipée au dimanche précédent.

    Épiphanie est un mot d'origine grecque, qui signifie " manifestation " ou " apparition. La fête s'appelle aussi "Théophanie", qui signifie "manifestation de Dieu". Cet ancien nom subsiste aujourd'hui dans le prénom féminin Tiphaine (en anglais Tiffany). La fête était à l'origine, jusqu'à la fin du IVe siècle, la grande et unique fête chrétienne de la manifestation du Christ dans le monde.

    Célébrée le 6 janvier, cette fête correspond à la présentation de Jésus enfant aux Rois mages. Une chanson populaire raconte comment les Rois mages sont venus d'Afrique. Pour l'Evangile, ils arrivèrent de l'Orient. Peut-être viennent-ils tout simplement du mystérieux pays d'où sont originaires les Saintes Maries de la Mer et qui porta longtemps le nom d'Egypte.

    Longtemps, le 6 janvier (Epiphanie) fût plus important que le jour de Noël. Encore actuellement, en Espagne ce sont les Rois mages qui apportent les cadeaux à l'Epiphanie et non à Noel. Les Rois Mages sont bien plus importants dans le cœur des enfants espagnols que le Père Noel et le 6 janvier est l'occasion d'une grande fêtes et de défilés dans les rues espagnoles.

    2/ Origine de la fève et de la galette :

    Dès le Ve siècle, l'Eglise donna une importance considérable à cet événement. La galette des rois, servie à cette occasion, est une tradition typiquement française qui avait déjà cours au XIVe siècle. La galette était partagée en autant de portions que de convives, plus une. Cette portion supplémentaire, appelée 'part du Bon Dieu' ou 'part de la Vierge', était destinée au premier pauvre qui se présenterait.

    En Angleterre, comme en Bourgogne, anciennement, on préférait former un couple 'd'occasion' en mettant dans la galette une fève et un petit pois. Dans de nombreux pays ou région du sud, la galette est remplacée par une couronne en brioche.

    La fève dans la galette des rois remonte au temps des Romains. C'est une fève blanche ou noire qui était déposée pour les scrutins. Au début de janvier, les saturnales de Rome élisaient le roi du festin au moyen d'une fève. Si la tradition est d'origine religieuse, elle est devenue une tradition familiale où on se rassemble pour découper la fameuse galette. Celui qui trouvera la fève sera couronné roi... et choisira sa reine.

    La première part est toujours la 'part du pauvre', la 'part de Dieu et de la Vierge' et elle était désignée par le plus jeune enfant de la famille. Il y avait aussi la part des absents - le fils aux armées, le parent sur un vaisseau du roi, le pêcheur qui n'était pas rentrés. La part était rangée dans la huche jusqu'à leur retour, une façon tendre de dire 'on a pensé à vous'. S'il se gardait longtemps, sans s'émietter et sans moisir, c'était un bon présage.

    La galette des Rois rapide mais bonne (quand j'ai pas le temps...!)

    Préparation : 15 min - Cuisson : 40 min

    - 2 pâtes feuilletées; 100 g de poudre d'amandes; 75 g de sucre

    - 1 œuf; < - 50 g de beurre mou; - quelques gouttes d'extrait d'amande amère

    - 1 jaune d'œuf pour dorer; 1 fève !

    Disposez une pâte dans un moule à tarte, la piquer avec 1 fourchette. Mélangez dans un saladier tous les ingrédients (poudre d'amande, sucre, œuf, beurre mou, extrait d'amande amère).

    Etalez le contenu du saladier sur la pâte, y mettre la fève (sur un bord, pour minimiser les chances de tomber dessus en coupant la galette!). Refermez la galette avec la 2ème pâte, et bien coller les bords.

    Dessinez ou non une grille, au couteau dessus et dorer au jaune d'œuf (dilué dans un peu d'eau). Percez le dessus de petits trous pour laisser l'air s'échapper, sinon elle risque de gonfler et de se dessécher.

    Enfournez à 210°C (th 7) pendant 30 min environ (surveiller la cuisson dès 25 min, mais ne pas hésiter à laisser jusqu'à 40 min si nécessaire).

     

    Variante

    Galette des Rois poires-chocolat

    - Une fève; Deux pâtes feuilletées

    - Une boîte de poires au sirop; Un sachet de préparation pour frangipane

    - Un sachet de pépites de chocolat; Un jaune d’œuf; Une cuillère à soupe de sucre.

    Etalez la première pâte dans une tourtière, et piquez-la à la fourchette. Nappez avec la frangipane obtenue en rajoutant de l’eau à la préparation en poudre. Enfoncez la fève dans la frangipane. Disposez les poires égouttées et coupées en quartier sur toute la surface de la frangipane.

    Saupoudrez de pépites de chocolat. Recouvrez par la deuxième pâte, en joignant bien les bords pour que la galette soit fermée. Battez votre jaune d’œuf avec le sucre, et badigeonnez le dessus de la galette. Enfournez à 180° pendant 30 minutes, en surveillant la cuisson pour éviter que la pâte ne brunisse trop sur le dessus. Servez tiède.

  • Des savoirs pour le réveillon

    Champagne - Principes actifs

    Ethanol, antioxydants (flavonoïdes, acides phénols).

    Les effets

    La consommation de Champagne stimule une dizaine de neurotransmetteurs (sérotonine, dopamine, noradrénaline…) à l’origine d’une sensation de bien-être, d’euphorie. Sans oublier les endorphines, qui éteignent nos inhibitions.

    Le champagne stimule la sécrétion d’acide gastrique. Et le champagne aurait des effets bénéfiques sur la santé cardiovasculaire, proches de ceux du vin.

    Quand faut-il éviter ?

    N’y revenez pas si vous ne buvez jamais d’alcool et que vous tenez à votre sommeil de bébé et bien sûr si vous devez prendre la route.

    Caviar - Principes actifs

    Acides gras oméga-3, un peu de vitamine D

    Les effets

    Ne pas attendre de miracles du peu de vitamine D et d'oméga-3 qu'il renferme.

    Quand faut-il éviter ?

    Le caviar apporte 500 mg de cholestérol pour 100 g mais ce n'est pas une raison pour ne pas en manger, même si votre cholestérol est un peu élevé : le cholestérol alimentaire n'a guère d'influence sur le cholestérol plasmatique, et de toute façon, la variation du taux de cholestérol ne semble pas liée à la santé cardiovasculaire. En fait, le principal obstacle, c'est... le coût.

    Foie gras - Principes actifs

    Vitamines A et B9, acides gras monoinsaturés

    Les effets

    Le foie gras renferme les mêmes acides gras que ceux de l’huile d’olive, plus une mégadose de vitamine B9 naturelle, une vitamine bonne pour les artères, le moral et qui nous protégerait de certains cancers lorsqu'elle est consommée via l'alimentation.

    Quand faut-il éviter ?

    Il y a bien sûr les calories: près de 600 kcal pour 100 g, voilà de quoi dynamiter les meilleurs régimes!

    Saumon (frais) - Principes actifs

    EPA et DHA (acides gras oméga-3), vitamine D

    Les effets

    Ce sont ceux des acides gras oméga-3 à longues chaînes, principalement sur l'inflammation et la fluidité du sang. Les bénéfices cardiovasculaires et sur le cerveau sont controversés.

    Quand faut-il éviter ?

    On peut laisser passer si on a mangé du poisson plusieurs fois dans la même semaine, pour limiter les apports en métaux lourds et autres PCB. Lorsque le saumon est fumé il apporte des amines aromatiques hétérocycliques et des hydrocarbures polycycliques pas vraiment désirables. Une antidote à ces composés: les terpènes des aromates

    Dinde aux marrons - Principes actifs

    Dinde: antioxydants (N-acétylcystéine)

    Marrons: antihypertenseur (potassium), anticholestérol (phytostérols)

    Les effets

    La N-acétylcystéine aide à recharger les cellules en glutathion, le principal détoxifiant cellulaire (et rempart contre la gueule de bois).

    Quand faut-il éviter ?

    La dinde sans les marrons si on suit un régime, et les marrons sans la dinde si on est végétarien.

    Huîtres, fruits de mer, crustacés - Principes actifs

    Huîtres, fruits de mer : Antioxydants (zinc, cystéine, taurine, sélénium), acides gras Oméga 3

    Crustacés : acides gras Oméga-3, N-acétylglucosamine

    Les effets

    Les huîtres fournissent un cocktail antioxydant. Il n’y manque que la vitamine C ; heureusement, le citron est tout près.

    Quand faut-il éviter ?

    Les enfants, s’ils ont un terrain allergique, éviteront les crustacés, responsables de 5% des allergies alimentaires.

    Chocolat - Principes actifs

    Anti-stress (magnésium, sucre, graisses), stimulants (caféine, théobromine, théophylline), antioxydants (flavonoïdes)

    Les effets

    Le magnésium et le sucre du chocolat sont des calmants naturels, ses flavonoïdes font baisser la tension artérielle et fluidifient le sang.

    Quand faut-il éviter ?

    Avec 520 calories (kcal) pour 100 g, la deuxième tournée de chocolat n’est pas une bonne idée si vous abordez les fêtes avec des kilos en trop. Prudence aussi si vous êtes sujet(te) aux migraines, et que vous avez forcé sur le vin et les fromages. Riche comme eux en tyramine, le chocolat peut tout déclencher.

    Enfin, le chocolat est un puissant déclencheur de la sécrétion d'insuline en dépit d'un index glycémique modéré ou bas. La modération est donc de mise si votre sucre sanguin est un peu élevé, si vous êtes diabétique, si vous avez une obésité abdominale, si vous avez une résistance à l'insuline.

    Café - Principes actifs

    Caféine

    Les effets

    Si vous avez pour mission de reconduire à l’aube les convives chez eux, le café augmente fortement la vigilance parce que la caféine franchit la barrière hémo-méningée et active les récepteurs à l’adénosine. Il est intéressant alors de prendre un café à 3 h 00, 5 h 00 ou 7 h 00 du matin (le moment où la vigilance est la plus basse, facteur de nombreux accidents, même quand on n'a pas bu d'alcool).

    Quand faut-il éviter ?

    Deux à trois tasses de café par jour font l’effet d’un événement stressant: dans l’heure ou les deux heures, les hormones du stress (adrénaline, noradrénaline et cortisol) montent, la fatigue diminue et la pression artérielle s’élève et reste élevée plusieurs heures.

    Le prix à payer

    Si vous consommez          Vous devrez, pour l’éliminer courir

    1 verre de vin                       4 minutes

    1 verre de champagne          6 minutes

    1 gin                                   2 minutes

    1 vodka                               3,5 minutes

    1 whisky                             3,5 minutes

    1 bière 33 cl                        7,5 minutes

    1 Coca 33 cl                        7,5 minutes

    1 jus d’orange                      4,5 minutes

    10 chips                              5,5 minutes

    1 part de crackers                 7 minutes

    1 part de foie gras                 8 minutes

    1 part de caviar                     1,5 minutes

    1 part de crevettes               4,5 minutes

    12 huitres                               6 minutes

    2 tranches de dinde               9 minutes

    1 part de fromage                  5 minutes

    1 part de bûche                    18 minutes

     

     

  • EXPRESSIONS TOULOUSAINES - 3

    G

    Gafet, -te: apprenti ; par extension, jeune enfant

    Gaillac et Rabastens (être entre): être quelque peu éméché

    Galéjer: exagérer (en racontant n'importe quoi)

    Galetas: combles, grenier en général

    Ganarre: une cuite

    Gargamelle: gorge, gosier. De l'occitan garga et gargaméla;

    2: quelqu'un d'avide, gros mangeur; insulte: grosse gueule

    Gagne: l'œil qui coule et suppure

    Gavé: trop, beaucoup

    Giscler: jaillir

    Gitane, gitous, gitounes, plus péjoratif gitanas: la méfiance populaire envers les gitans fait désigner ici quelqu'un de mal habillé, pas propre

    Gnac, nom masculin, morsure, coup de dent. De l'occitan nhac. Avoir le gnac, la gnaque: avoir le mordant, "la pêche".

    Gnaquer: mordre à pleines dents. De l'occitan nhacar (prononcer gnacà) “me suis fait gnaquer par un gous“ (se prononce gouz = chien)

    Gonze, gonzesse: individu quelconque

    Goutéjer: tomber goutte à goutte

    Gouyat, -te : jeune garçon, jeune fille, adolescent-e. De l'occitan gojat-e

    Gouz: chien

    Grandas, -se : adolescent trop grand pour son âge

    Groulle: vieille chaussure (grolle)

    Guindoul: sexe masculin

     

    H

    Hildépute!: expression de surprise marquée, d'indignation. De l'occitan (gascon) hilh de puta, "fils de pute", mais jamais employé dans ce sens.

     

    I

    Ingaounaousser: avaler de travers, s'étouffer

     

    J

    Jaune: pastis, au café toulousain, commandez un jaune!

    Jès: abréviation de Jésus employée en exclamation

     

    K

    Kakine: Crotte de nez

     

    L

    Lagagne (s) : chassie, impureté(s) ou saleté(s) dans le coin des yeux

    Légagnouze (s): chassie, impureté(s) ou saleté(s) dans le coin des yeux

    Laouzéto: alouette (oiseau)

    Lauzet: s'affaler en glissant (vient de la lauze, ardoise, matériau glissant lorsqu'il est mouillé); prononce laouzet

    Loufe: un pet

    Loufer: péter

    Longagne: long. “Quelle longagne!" personne lente, qui met du temps

     

     

    Voyelles

    i -  Le i se prononce comme en français : un nis (un nid).

    u - Le u se prononce aussi comme en français (et non "ou" comme en espagnol !) : la luna (la lune).

    a - Le a tonique garde la même prononciation qu’en français: un pastre (un berger).

     Il se prononce " o " en majorité, lorsqu’il est en fin de mot (ou suivi d’un s) : trenta cadièras (trente chaises).

    è Le è se prononce " ouvert ", tout comme en français : un castèl (un château).

    e En revanche, le e qui ne comporte pas d’accent se prononce " é " comme dans été : negre (noir).

    o - Le o se prononce "ou": un ostau (une maison).

    ò -  Avec un accent grave, il reste prononcé "o" : un estilò, un bòsc (un stylo, un bois).

    Groupes de voyelles

    Diphtongues Lorsque deux voyelles se suivent à l’écrit, on prononcera les deux à l’oral selon la prononciation indiquée plus haut: una glèisa, un peis, lo coide (une église, un poisson, le coude).

    Le u dans une diphtongue va se transformer en " ou " exceptionnellement: una taula, lo teulat (une table, le toit).

    Triphtongues Lorsqu’il y a trois voyelles qui se suivent, on prononce les trois successivement: nuèit (nuit), fiau (fil), ieu (je, moi).

    Consonnes particulières

    lh Le groupe de consonnes lh se prononce comme dans le français de " escalier " : una fuèlha (une feuille).

    nh Le groupe de consonnes nh est l’équivalent du " gn " en français : una castanha (une châtaigne).

    Selon les régions et les variantes, on trouvera différentes expressions et traductions d’une même idée.

    À vous de reconnaître ou de choisir celle qui vous convient ou que l’on dit chez vous.

     

  • Très gouteûse, je l'aime beaucoup!

    Impossible de s'en passer avec un bon poulet fermier ou des côtes d'échine de porc...

    et pourquoi ne pas essayer avec du fromage. Lequel? n'importe....

    ______________________________________

    Cebollade, macarel, késako?

    C'est le confit d'oignons… pas la peine d'acheter cher, vous pouvez le fabriquer vous-même; se conserve 3 à 4 semaines au réfrigérateur dans un bocal en verre avec couvercle.

    Prenez de très gros oignons, jaune et/ou rouges

    Pelez-les, coupez-les en rondelles et le mettre dans une cocote avec du gras: de canard, d'oie, huile d'olive… Vous pouvez saupoudrer de thym frais, de romarin frais

     Faites cuire très longtemps à feux doux en surveillant et remuant. Quand il commence à prendre coloration brune, vous rajoutez un demi-verre de vinaigre de vin rouge et deux sucres ou une trois-quart de cuillère à soupe de sucre en poudre.

    (Oui, bon, suis pas ringarde, vous pouvez ajouter du vinaigre sucré qu'on en voit partout, vous savez bien...! cette recette, c'est la bonne vieille recette à l'ancienne)

    Poivrez, salez à votre convenance; laissez cuire jusqu'à plus complète évaporation.

    Vous utilisez sur de la viande froide ou chaude, des volailles, de la purée, des pates… bref partout où vous avez l'habitude de mettre de l'oignon frais. Du confit d'oignons avec le foie gras? c'est que vous avez été berné par un restaurateur!

    Vous pouvez stériliser les bocaux, vous pouvez congelez.