Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

toulousain - Page 2

  • N'emmenez plus vos enfants voir les derniers Dysney!

    Voici ce qui les attends:

    Disney : la Fée Bleue était blanche et blonde, elle est devenue noire et chauve

    Disney + est vraiment une mine d’or quand il s’agit de faire plus d’inclusivité.

    Au moins, on ne peut pas reprocher à sa directrice ne pas avoir tenu sa parole.

    À chaque fois que l’on pense que Disney a touché le fond, ils continuent à creuser au nom de la sacro-saint inclusivité. Déjà que pour le dernier Aladin (pas celui avec Kev Adams), ils ont rajouté une chanson pour suivre la tendance féministe.

    Je vais peut-être en surprendre certains mais, à la limite, j’accepte plus facilement les idées « woke » dans la série What if…? de MARVEL STUDIOS.

    Pour la simple raison que MARVEL joue sur la multitude d’univers, un peu à la manière de Sliders,  pour ceux qui connaissent la série.

    Mais revenons à la nouvelle pépite de Disney +. Fini les films au cinéma, Disney préfère investir dans sa plateforme de téléchargement même pour ses films. Et après avoir modernisé La Belle et la Bête ou bien encore Le Roi Lion, place à Pinocchio.

    La bande-annonce démarrait pourtant bien ! Tom Hanks crédible en Gepetto, un Jiminy Cricket en images de synthèse convaincant, des décors féériques, la magie semblait bien là !

    Jusqu’à 1 minute 25 secondes et l’apparition de la Fée bleue ! Oubliez la jolie blonde aux yeux bleus, place à une chauve noire.

    https://www.youtube.com/watch?v=4BZo3cFYNaU

    Inutile de dire que c’est ce qui interpelle le plus ! Les gamins vont faire des cauchemars en voyant ce qu’a fait Disney de la Fée bleue !

    D’ailleurs, c’est sans surprise que cette Fée bleue noire et chauve suscite nombre de réactions. Et comme d’habitude, si on critique sa présence, c’est du racisme ! Eh oui, c’est du racisme que de remplacer un personnage iconique et reconnaissable par une noire chauve sans charisme, à la manière du dernier James Bond.

    La Fée est censée avoir une présence rassurante. De plus, Pinocchio est une œuvre datant de 1881, écrite par l’italien Carlo Collodi.

    Donc, nous parlons d’une histoire écrite dans la Toscane du XIXe siècle. Le prétexte de la présence de noirs est un peu dur à gober.

    Il s’agit une nouvelle fois d’un caprice de nos amis « dégénérés » et surtout c’est une pure provocation.

    Si la présence de Will Smith en Génie d’Aladin est mieux passée, cela s’explique par une volonté de se rapprocher du dessin animé original.

    Ainsi le Génie est de couleur bleue comme celui doublé par « feu » Robin Williams. Tandis que là, il n’y a aucune justification pour un tel changement qui est, pour le coup, bien visible et assumé à l’écran. De plus, je ne vois pas en quoi changer la couleur de peau de la Fée bleue va améliorer la représentation des noirs. Et enfin, depuis quand la couleur noire doit caractériser un personnage ?

    Franchement, je me demande quelles seront les prochaines pépites de Disney +?

    Quentin Journeaux

  • Bon à savoir

    L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) publie régulièrement la liste des effets secondaires associés aux « vaccins » utilisés en France contre le Covid-19. Du moins ceux qui lui ont été remontés du terrain : de nombreux praticiens préfèrent, pour des raisons qu’on devine aisément (la profession pratique volontiers l’adage « pour vivre heureux, vivons cachés »), éviter d’alerter l’ANSM par l’intermédiaire de sa plateforme dédiée et attribuer l’état de leurs patients à des causes annexes. l’ANSM utilise également les synthèses des enquêtes menées les centres régionaux chargés de la pharmacovigilance et des mises à jour du suivi des vaccins. Ces enquêtes sous-estiment vraisemblablement fortement les remontées du terrain. Pour l’instant, en France, seuls deux praticiens ont eu le cran d’assigner un laboratoire en justice.

     

    ***

     

    Après ceux liés aux vaccins de Moderna et Pfizer, l’ANSM publiait le 29 avril dernier la liste mise à jour des effets indésirables associés au vaccin AstraZeneca (prudemment renommé Vaxzevria par le laboratoire anglo-suédois… ). La liste est longue : prenez votre souffle, cher lecteur :

     

        Saignements cutanéo-muqueux (principalement des ecchymoses et des saignements du nez),

        Elévation de la pression artérielle,

        Dyspnées et asthme associés à des syndromes pseudo-grippaux,

        Pathologie démyélinisante centrale,

        Erythème noueux,

        Colite ischémique,

        Vascularites,

        Surdité/baisse de l’audition,

        Myocardites/Péricardites,

        Troubles du rythme cardiaque,

        Echecs vaccinaux,

        Vascularites cutanés,

        Artérites à cellules géantes,

        Pancréatites,

        Syndrome de Parsonage-Turner,

        Sarcoïdose,

        Maladie de Still,

        Evénement thromboembolique veineux et artériel,

        Infarctus du myocarde,

        Pseudopolyarthrite rhizomélique,

        Réactivations virales,

        Vascularite nécrosante systémique,

        Syndromes pseudo-grippaux : l’Agence européenne du médicament (AEM) a conclu à l’existence d’un lien entre le vaccin AstraZeneca-Vaxzevria et la survenue de syndrome pseudo-grippaux.

        Thromboses associées à une thrombocytopénie : à ce jour, on retient un total de 30 cas répondant à la définition de thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin (TTIV),

        Syndrome de fuite capillaire : l’AEM a conclu que le vaccin AstraZeneca-Vaxzevria peut entraîner de façon extrêmement rare un syndrome de fuite capillaire et a considéré que le vaccin AstraZeneca-Vaxzevria ne doit pas être utilisé chez les patients ayant des antécédents de syndrome de fuite capillaire. Le résumé des caractéristiques du produit (RCP) et la notice ont été mis à jour avec ces informations,

        Syndrome de Guillain-Barré (SGB) : après une analyse des cas de syndrome de Guillain-Barré déclarés en Europe, l’AEM considère qu’ils constituent un effet secondaire possible très rare du vaccin AstraZeneca-Vaxzevria. La mention de cet effet indésirable figure dans le RCP et la notice de ce vaccin,

        Thrombopénies immunitaires : l’AEM a conclu à l’existence d’un lien entre le vaccin AstraZeneca-Vaxzevria et le risque de thrombopénies immunitaires. La mention de cet effet indésirable, accompagnée d’un avertissement pour les professionnels de santé et les patients figure désormais dans le RCP et la notice de ce vaccin,

        Paralysie faciale : l’AEM a conclu à l’existence d’un lien entre le vaccin AstraZeneca-Vaxzevria et le risque de paralysie faciale. La mention de cet effet indésirable figure désormais dans le RCP et la notice de ce vaccin,

        Myélite transverse : l’EMA a conclu à l’existence d’un lien entre le vaccin AstraZeneca-Vaxzevria et le risque de myélite transverse.

  • Alzheimer: les téléphones portables pourraient être responsables de son apparition précoce

    La recherche, depuis un quart de siècle, a conduit à l’élaboration de l’hypothèse calcique quant à l’origine de la maladie d’Alzheimer. Elle serait ainsi provoquée entre autres par un excès de calcium intracellulaire, ce qui lancerait les mécanismes responsables des pertes de mémoire caractéristiques de la maladie. Même si des doutes existaient depuis longtemps sur les effets néfastes des téléphones portables sur notre corps, et notamment notre cerveau, jamais une étude n’avait pu mentionner l’exposition aux objets connectés parmi les causes d’Alzheimer. Récemment, des scientifiques sembleraient avoir pu établir le lien entre des diagnostics « précoces », chez des individus âgés de 30 à 40 ans, et l’exposition aux champs électromagnétiques pulsés, générés électroniquement par nos téléphones portables. Si elle est confirmée, cette découverte impliquerait que le nombre de cas d’Alzheimer pourrait doubler d’ici 25 ans, alors que notre génération, bien plus exposée aux ondes, avance en âge.

    Selon l’OMS, la démence est la maladie la plus coûteuse du XXIe siècle pour la société. On estime le coût mondial à 1300 milliards de dollars américains, en 2019. Il devrait s’élever à 1700 milliards de dollars américains d’ici 2030, ou à 2800 milliards de dollars américains si l’on tient compte de la hausse du coût des soins. En effet, 55,2 millions de personnes sont atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée dans le monde. Selon les estimations, ce nombre devrait atteindre les 78 millions en 2030 et 139 millions en 2050, avec le vieillissement de la population. D’ailleurs, chaque année, on dénombre près de 10 millions de nouveaux cas. C’est pourquoi l’étude de cette maladie, des causes à l’origine, est d’une importance capitale, afin de mettre en place des campagnes de santé publique préventives, autant que faire se peut.

    Depuis près de 25 ans, les chercheurs étudient l’effet du calcium sur la maladie d’Alzheimer. Le lien ? Le calcium agit au niveau de nos synapses, c’est-à-dire les connexions électrochimiques qui se créent entre nos neurones. Celles-ci s’appuient sur des neurotransmetteurs pour former le maillage de notre réseau cérébral. Notamment, le glutamate est indispensable au fonctionnement du système nerveux, mais peut devenir toxique lorsqu’il est en excès, du fait d’un taux de calcium intracellulaire trop élevé. La défaillance de nos synapses est impliquée dans la maladie d’Alzheimer.

    Dans ce contexte, une étude inédite, publiée dans la revue Current Alzheimer Research, établit un premier rapprochement entre les cas précoces de maladie d’Alzheimer et l’exposition aux champs électromagnétiques pulsés générés électroniquement (CEM) par nos smartphones. Ils produisent des forces électriques et magnétiques qui agissent sur les cellules du corps en activant les canaux calciques voltage-dépendants (VGCC), et induisent une augmentation du calcium intracellulaire.

    Surexposition aux CEM et excès de calcium

    Le professeur Martin L. Pall, de la Washington State University, auteur principal de l’article, étudie ce phénomène depuis une décennie. Il explique dans un communiqué: “Les champs électromagnétiques agissent via des pics électriques et des forces magnétiques variant dans le temps à une échelle de temps de la nanoseconde. Ces pics sont considérablement augmentés à chaque augmentation de la modulation d’impulsions produite par des téléphones portables, des compteurs intelligents, des villes intelligentes et des radars dans les véhicules autonomes“.

    Les champs électromagnétiques pulsés générés électroniquement (CEM), utilisés pour la communication sans fil, produisent donc des forces électriques et magnétiques activant des canaux calciques voltage-dépendants (VGCC). L’activation des VGCC engendre une augmentation rapides des taux de calcium intracellulaire. Ces augmentations ont été démontrées dans des modèles animaux de la maladie d’Alzheimer et ont mis au jour l’implication de deux voies qui mènent à la maladie d’Alzheimer. Chacune des deux voies produisant des effets physiopathologiques suite à une exposition aux CEM est importante dans l’étiologie de la maladie d’Alzheimer : la voie de signalisation excessive du calcium et la voie peroxynitrite/stress oxydatif/inflammation.

    LES PREUVES S’ACCUMULENT CONTRE NOS SMARTPHONES

    Le professeur Pall résume dans son article les 18 types de preuves liant excès de calcium, surexposition aux ondes et diagnostic précoce d’Alzheimer.

    Parmi ces preuves, des études génétiques et pharmacologiques humaines montrent qu’une activité élevée des VGCC entraîne une augmentation de l’incidence de la maladie d’Alzheimer. Par conséquent, ce n’est pas seulement le calcium qui est important. L’activité VGCC, directement augmentée par l’exposition aux champs électromagnétiques, est également importante dans l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

    Dans un deuxième temps, 12 évaluations récentes de l’exposition aux CEM professionnellement ont révélé une incidence plus élevée de la maladie d’Alzheimer. Certaines études suggèrent que les CEM raccourcissent la période de latence normale de 25 ans de la maladie d’Alzheimer. De plus, une durée d’exposition plus longue aggraverait les troubles, car cela s’ajouterait à la neurodégénérescence dite normale de notre cerveau. En d’autres termes, plus nous sommes exposés longtemps à nos téléphones, ce qui est le cas pour la génération de 25-30 ans actuelle, plus la maladie se déclarerait tôt et avec des symptômes plus graves.

    Par suite, les auteurs relèvent qu’en 2013 et 2016, des chercheurs ont découvert des changements spécifiques à la maladie d’Alzheimer dans le cerveau de rats exposés à des impulsions électromagnétiques. Ces changements se sont produits dans l’hippocampe, une région du cerveau sur laquelle la maladie d’Alzheimer a un impact destructeur.

    Néanmoins, le professeur Pall note que le bloqueur des canaux calciques VGCC, l’amlodipine, a réduit 11 changements cérébraux différents et quatre changements de comportement chez les rats, ce qui montre le lien entre les niveaux de calcium et leur impact sur l’apparition de la démence. Il pourrait donc être une voie intéressante dans la lutte contre Alzheimer.

    Finalement, l’un des points principaux relevés par le professeur Pall est que l’âge d’apparition de la maladie d’Alzheimer a diminué au cours des 20 dernières années. Ceci coïnciderait avec l’augmentation des expositions aux CEM liées aux communications sans fil. Des études récentes rapportent des cas d’Alzheimer chez les 30 à 40 ans.  D’ailleurs, un rapport de 2008 a révélé que deux heures d’exposition quotidienne à un rayonnement de station de base de téléphonie mobile de faible intensité entraînaient une “neurodégénérescence massive“ dans le cerveau de jeunes rats. De plus, un tiers des rats sont morts en un mois.

    C’est pourquoi les auteurs de l’étude soulignent clairement: “Les très jeunes personnes exposées aux ondes des téléphones portables ou du Wi-Fi pendant de nombreuses heures par jour peuvent développer une démence numérique“. De manière simple, les données montrent une dégradation inhabituelle de la mémoire, du raisonnement, du comportement et de l’aptitude à réaliser les activités quotidiennes.

    Même si le nombre d’études est encore marginal, pour les chercheurs il est urgent de réaliser des examens des signes précoces de la maladie d’Alzheimer chez les personnes vivant à proximité des antennes de type petites cellules depuis un an ou plus. De manière similaire, ces examens devraient être utilisés pour les individus diagnostiqués de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce, âgés de 30 à 40 ans et exposés aux champs électromagnétiques. Les auteurs déclarent: “Ces évaluations doivent comparer le rayonnement des tours de téléphonie cellulaire, le rayonnement Wi-Fi, les compteurs intelligents et les niveaux de rayonnement de l’électricité sale avec les contrôles normaux“.

    Ils recommandent également d’analyser les marqueurs cérébraux de la maladie d’Alzheimer et de pratiquer des IRM du cerveau pour les anomalies chez les jeunes qui présentent des signes de démence numérique. Ils concluent : “Les résultats de chacune de ces études devraient être partagés avec le grand public afin que chacun puisse prendre les mesures nécessaires pour réduire l’incidence de l’apparition précoce de la maladie d’Alzheimer“.

    Source: Current Alzheimer Research

  • Parmentier de canard

    RAPPEL: les recettes ici indiquées, sont toutes des recettes personnelles

    Four à 200°

    Pour 4

    800 g de pommes de terre; 4 cuisses de canard confites

    15 cl de lait; 1 c. à soupe de beurre AOP

    2 oignons jaunes, 1 pincée de muscade; sel, poivre et chapelure

    Pelez les pommes de terre et les mettre à cuire dans un grand volume d'eau salée pendant environ 25 minutes.

    Faites chauffer le confit pour retirer la graisse. Conserver la graisse pour après.

    Enlevez la peau des cuisses de canard et effilocher la chair à la main.

    Faire revenir les cubes d'oignons dans de la graisse de canard à feu doux. Quand ils sont  bien blondi, ajoutez la chair de canard et faire griller pendant 5 minutes à feu très vif.

    Quand les pommes de terre sont cuites, les réduire en purée épaisse avec une fourchette (laisser des morceaux). Versez le lait et le beurre et bien mélanger. Assaisonnez de muscade, sel et poivre.

    Dans un grand plat (ou dans des emporte-pièces), mettre un peu de purée au fond, ajouter le confit de canard et recouvrir de purée. Saupoudrez de chapelure et enfourner à 200°C pendant 20 à 25 minutes. Déguster chaud